AccueilGalerieFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrerGroupes



 
Chers membres, chers invités,

Nous avons déménagé sur la version 2.0 d'Epic Hogwarts.
Nous vous invitons à vous (ré)inscrire à l'adresse suivante :

http://epichogwarts.com

Nous espérons vous voir parmi nous.
La direction d'Epic Hogwarts.

Partagez | .
 

 La Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Alice Jenkins
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 1178
MessageSujet: La Grande Salle   Lun 18 Fév - 3:27





En face de la grande porte d'Entrée, une autre immense porte à double battants, en chêne massif. Vous vous dîtes instantanément qu'il faut une force de Titan pour les pousser, mais pas tant que ça, puisque le concierge les ouvre devant vos grands yeux ébahis comme s'il s'agissait d'une petite porte de maisonnette tout à fait normale. Cette pièce dans laquelle vous allez entrer, se serra celle de la camaraderie, celle où vous serrez réparti dans les différentes maisons. Il s'agira de l'endroit ou vous enverrez de la nourriture pour ennuyer les autres élèves de Serpentard, où vous ferez sagement vos devoirs si vous êtes Serdaigle, celle où vous partagerez vos exploits au Quidditch si vous êtes à Gryffondor... Si vous atterrissez à Poufsouffle, la Grande Salle sera pour vous le paradis sur Terre, le Graal puisque chaque repas se passera ici ! Oui, vous venez d'entrer dans la Grande Salle d'Epic Hogwarts, la grande école de magie.

Sous vos yeux émerveillés, quatre grande tables parallèles sont disposées, devant une autre table placée au fond. De là-bas, Wilhemina Compton vous observe de ses yeux perçants de vampire. Elle vous jauge, ainsi que les autres professeurs et directeurs de maison. Ceux là sont plus importants peut-être, puisque, selon où vous serez réparti, ils seront vos supérieurs, vos dirigeants. Veillez à ne pas les froisser, et gagnez des points de maison en faisant vos devoirs dans cette magnifique salle au ciel magique ! Hermione Granger, au temps où elle fut élève ici, l'avait lu dans l'Histoâre de Poudlârd, si vous voyez ce que je veux dire.

Vous vous asseyez à la table correspondante à votre maison et soudain, des plats sortent de nulle part (ce qu'on vous ferra croire, puisqu'ils viennent enfait des cuisines où les elfes de maison travail sans relâche), des plats plus merveilleux les uns que les autres ! Et le bal des fantômes commence entre les bancs, sous les applaudissements des élèves plus âgés que vous.

Ca y est, vous êtes enfin au château, et vous pouvez enfin manger.



Les règles à respecter

♠️ Le règlement général de la section se trouve ici.
♥️ Pas de flood.
♣️ Pas d'insultes, de propos racistes et caractères pornographiques.
♦️ C'était juste pour faire les quatre signes de la carte. jocolor


Dernière édition par Alice Jenkins le Dim 10 Mar - 9:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lunaë Asterna
avatar
▸ GRADE(S) :
PARTENAIRE

▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 25
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Dim 10 Mar - 7:23

La petite Asterna, après s'être installée dans la Salle Commune, qui lui semblait l'endroit le plus judicieux pour faire ses débuts au sein du château, avait rapidement rejoint la Grande Salle, centre du bâtiment. En grande rêveuse elle ne fut pas déçue par le décor absolument sublime qui l'entourait et garda les yeux rivés vers le ciel magique pendant de longues secondes mais dut finir par se résoudre à fermer sa bouche qu'elle avait grande ouverte afin de faire cesser les moqueries des Serpentard qui se trouvaient une longueur de table plus loin.

Une fois remise de ses premières émotions, la Bleu & Bronze se dirigea vers la table de la maison à laquelle elle appartenait à petits pas mais ne s'assit pas trop près de ses camarades, ne les connaissant pas et étant de nature plutôt timide et réservée. En bonne Serdaigle, elle sortit aussitôt un livre sur les "Créatures Magiques des Grands Fonds", un sujet qui la passionnait depuis toute petite et se servit une cuillère de purée tout en feuilletant les pages parlant des calamars, strangulots et autres bestioles mystérieuses dont elle ne savait encore que trop peu de choses à son goût. Elle avait hâte d'avoir son premier cours de Soins aux Créatures Magiques mais n'était pas sans ignorer qu'il n'arriverait pas avant sa seconde année, à son grand regret ! En attendant, heureusement, elle aurait ceux d'Astronomie, mais elle connaissait déjà bien des choses à ce sujet, les cours ne lui en apprendrait pas tant que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amalya Altory
avatar
▸ ANNÉE :
  • 5e année

▸ MESSAGES : 293
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Sam 23 Mar - 3:46

Amalya n'ayant pas le courage de monter jusqu'à la Tour de Serdaigle après avoir reçu une bonne dose de fatigue se rendit dans la Grande Salle pour se reposer un peu, ou du moins se détendre un peu. La belle double-porte en bois menant à cette salle splendide la contentait toujours. Elle était déjà ouverte fort heureusement, Amy n'a jamais réussi à s'imaginer ouvrir cette porte qui devait être dur comme fer! Les quatres fameuses tables étaient parfaitement alignées, qui aurait pu dire l'inverse à part les Serpentard? Des élèves y étaient confortablement installés, mais l'aiglonne n'était pas du tout interessée par la table de Gryffondor, Serpentard et Poufsouffle, la table vers laquelle Amy se dirigea fut celle des Bleus. Une fille qui devait surement avoir le même âge qu'elle était seule, éloignée des autres aigles. Amalya ayant un immense sens de la générosité alla à sa rencontre, après tout, cette fille n'est pas un monstre cruel avec des longues dents comme celles du basilic? Elle était belle, peut-être pas autant qu'Amy, mais elle était tout de même belle. Surtout ne vous demandez pas si elle est modeste, elle l'est plus que tout! Bref, comme elle est très polie, l'aiglonne posa une question tout à fait cohérente avec la jeune fille en face d'elle et la situation d'énonciation.

-Bonjour, t'es toute seule? Je peux m'assoir à côté de toi ou bien t'attends quelqu'un?

Amalya se rendit compte que le livre que tenait l'aiglonne à qui elle s'adressait était en fait un livre de culture sur les êtres de l'eau, ça lui rappela son magnifique dortoir. Mais Amy avait appris que s'adresser à quelqu'un qui étudiait était déplacé. Malgré tout, elle rajouta encore un brin de parole à la discussion, pour bien evidemment s'excuser de ses faits.

-Oh désolé, je n'avais pas vu que tu étais occupé.

Mais la Bleue & Bronze ne bougea pas comme pour attendre une quelconque réponse de la jeune fille en face d'elle. Il lui semblait l'avoir déjà vu quelque part mais vu le stress qui la parcourait tout le temps, sa mémoire n'était pas très puissante.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lunaë Asterna
avatar
▸ GRADE(S) :
PARTENAIRE

▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 25
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Sam 23 Mar - 5:26

Plongée dans son bouquin sur les êtres de l'eau, un des plus passionnants qu'elle avait lu dernièrement -mais elle disait cela pour tous les livres- Lunaë ne remarqua pas l'arrivée d'une de ses camarades de Serdaigle lorsque cette dernière s'approcha d'elle. Ce ne fut que lorsqu'elle prit la parole qu'après un léger sursaut la Asterna la vit, sans pour autant comprendre tout de suite qu'elle s'adressait à elle. Gênée de l'avoir ainsi snobée pendant quelques secondes, son visage vira pourpre en l'espace de quelques secondes, mais elle se ressaisit vite -ou du moins tenta- pour lui répondre.

« Euh... Vous... Vous pouvez vous asseoir ici, je n'attends personne ! »

La Bleu & Bronze afficha un léger sourire, éphémère, et se rendit compte que dans sa précipitation elle avait vouvoyé la jeune femme, qui était certes plus âgée qu'elle, cela se voyait à son allure, mais qui n'avait pas l'air très âgée non plus, sans doute pas de quoi vouvoyer en tout cas. Enfin, par habitude, ou politesse exagérée peut-être, l'érudite avait tendance à vouvoyer tout le monde.

Comme sa camarade avait l'air gênée de l'avoir dérangée dans un moment de culture, Lunaë reprit très vite la parole de sa petite voix fluette afin de lui expliquer que cela ne faisait rien.

« Ce n'est rien, je ne faisais que lire... Ce n'est même pas pour les cours. »

Par timidité Lunaë avait à peine effleuré de ses yeux le visage de son interlocutrice, n'osant pas la regarder en face, et lorsqu'elle leva les yeux vers elle cette fois-ci, il lui sembla la reconnaître. Elle aurait été incapable de se rappeler de son prénom mais était quasiment sûre de l'avoir déjà croisée... en salle commune sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amalya Altory
avatar
▸ ANNÉE :
  • 5e année

▸ MESSAGES : 293
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Sam 23 Mar - 6:03

La jeune fille en face d'elle paraissait bien timide, comme Amalya l'a pensé en la voyant assise toute seule asilée des autres. Lorsque l'aiglonne lui parla elle sursauta et n'osa pas la regarder en face, peut-être avait-elle peur d'Amy? Peu importe, son interlocutrice l'avait autorisé à s'assoir à côté d'elle, en la vouvoyant certe, mais en l'y autorisant; donc Amalya se mit à côté d'elle d'un pas déterminé. Suite à ça, la jeune fille lui certifia que l'aigle ne la dérangeait pas, ce qui rassura Amy. Un large sourire s'afficha sur les lèvres de l'aiglonne: maintenant elle savait qui était la fille de première année assise à côté d'elle, c'était Lunaë Asterna, elles s'étaient rencontrées dans la salle commune un jour avec leur directrice de maison, ce fut un moment agréable où la Altory apprit que la Asterna n'était pas si timide que ça si on allait la voir, m'enfin jamais Lunaë la vouvoya.

-T'es Lunaë n'est-ce pas? J'me rappel de toi!

Le large sourire se modifia en large sourire radieux, comme à son habitude, à chaque début de conversation ou lorsque l'aigle est contente. Amalya la regarda attentivement, comme si quelque chose avait changé chez son interlocutrice.. Mais rien ne fit trouvé, malgré l'amusité qui était affiché sur son visage lors de leur dernière rencontre.

-Tu vas bien?

C'était certe une question banale, mais une question qui fonctionne bien pour faire parler les autres et les intégrer à une discussion.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lunaë Asterna
avatar
▸ GRADE(S) :
PARTENAIRE

▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 25
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Dim 24 Mar - 0:00

La jeune fille posa son livre sur la table, face contre table, signe qu'elle était totalement libre pour discuter à présent. Comme elle commençait aussi à avoir un creux elle se servit quelques céréales dans un bol rempli de lait déjà chaud -vive la magie !- aromatisé au chocolat et à la vanille. L'odeur était exquise et donnait envie d'en avaler plusieurs gorgées, mais Lunaë se retint : fumant encore, le lait lui aurait brûlé la gorge.

Lorsque son interlocutrice déclara se souvenir d'elle, un sourire s'inscrusta sur les lèvres de la Serdaigle : elle ne l'avait croisée qu'une fois et elle se souvenait déjà d'elle, cela faisait chaud au cœur. Un peu gênée, la Asterna répondit qu'elle ne se souvenait pas de son prénom, même si son visage lui disait clairement quelque chose.

« Nous nous sommes croisées en salle commune c'est ça ? Je suis désolée, je ne me souviens pas de votre nom exact. »

Une question simple mais excellente pour une entrée en matière lui fut alors posée, à laquelle elle répondit, gardant son sourire et ses joues toujours légèrement rosées.

« Ca va... Je suis encore un peu perdue ici, j'ai du mal avec certains cours, mais ça se passe bien dans l'ensemble. Et... vous ? »

Encore une hésitation à propos du vouvoiement, mais sa camarade n'avait pas eu l'air si perturbée par ça la fois précédente, alors Lunaë estimait qu'elle pouvait continuer, le tutoiement s'installerait sans doute plus naturellement si elles venaient à faire davantage connaissance. Ceci dit, la Bleu & Bronze plongea ses lèvres dans le doux liquide qui les lui brûla légèrement, mais pas suffisamment pour qu'elle les retire. La vanille n'apparaissait qu'en arrière-goût, ce qui était fort appréciable. Depuis qu'elle était au château Lunaë ne se lassait pas des plats proposés par les elfes, plus exquis les uns que les autres ! Elle jeta alors un regard vers la table des Poufsouffle, qui, eux, s'empiffraient joyeusement. le spectacle était assez amusant et la Serdaigle dut réprimer un léger rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amalya Altory
avatar
▸ ANNÉE :
  • 5e année

▸ MESSAGES : 293
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Jeu 28 Mar - 11:33

La Asterna ne paraissait pas vraiment adroite car elle continua à vouvoyer Amalya. C'était assez étrange pour la jeune fille car c'était la première fois qu'on la vouvoyait. Une douce senteur du parfum d'Amy se diffusa autour d'elle, pour elle c'était une habitude mais peut-être est-ce mal pour les autres? Sa mère n'a jamais pu le lui dire, elle ne peut quasiment plus parler tellement elle est souffrante, rien qu'à l'image qui revient dans la tête d'Amalya, de toutes ces rides et imperfections sur le visage inhabituel de sa mère, est une depression assurée pour elle pendant deux bons mois. Bref, Lunaë lui fit part de l'inconnaissance du prénom de la Altory et de la connaissance du lieu où elles s'étaient rencontrées.

-J'suis Amalya mais tu peux m'appeler Amy. Et oui, c'était en salle commune, avec Miss Jenkins, tu t'en souviens?


Son interlocutrice parla de nouveau en vouvoyant Amy en exprimant qu'elle était assez perdu dans le château et qu'elle n'arrivait pas trop a voler de ses belles ailes d'aigle pour ce qu'il s'agit des cours. Puis elle demanda retourna la question à l'aiglonne.

-Je m'en sors, enfin comme un peu tous les premières années doté d'un sens de l'orientation aussi aisé qu'un aigle en plein vol! Si tu vois ce que je veux dire.. Si tu veux je peux un peu t'aider pour les matières qui te font endurer.

Sur ce, comme d'habitude quand elle arrive dans la Grande Salle, Amalya regarda quels profs étaient dans la salle. Pas par peur de se faire choper en plein délit, mais simplement pour voir les gestes maladroits qu'ils peuvent faire, et qui sont -il faut l'avouer, très amusants.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Lun 10 Juin - 9:27

HS: RP' avec Damon E. :3

Lena avait eu une journée exténuante: tout d'abord, répondre aux questions de tous les Poufsouffles du coin. Ça, c'était normal; n'était-elle pas Préfète, après tout? Après, elle avait dû se rendre à Pré-Au-Lard et se battre avec Fleury et Bott parce que la commande de livres qu'elle attendait ne correspondait pas à ses souhaits. Puis elle avait passé une bonne partie de sa soirée à travailler.

Elle était donc épuisée lorsqu'elle se rendit dans la Grande Salle - la Salle Commune était occupée par des Première Années excités et la Bibliothèque était fermée. La salle était presque vide; seuls quelques élèves étaient encore assis. Sans se presser, la jeune fille rejoignit la table de Poufsouffle, et se laissa tomber sur une chaise.

Levant les yeux vers le plafond magique, elle repensa un bref instant à son Leeds natal. Puis elle soupira, et coinça une mèche de cheveux rebelles dans son chignon. Elle se demanda ce que sa mère dirait d'elle et de son apparence, si elle la voyait en cet instant précis. Elle n'était pas négligée, loin de là. Mais elle pensait surtout qu'il y avait plus important à faire que de rendre son reflet irréprochable.

Ôtant son pull léger noir, elle tira de son sac un livre moldu et adressa une demande silencieuse aux Elfes de Maison. Elle n'avait pas très faim, mais voulait tout de même manger quelque chose. Sitôt pensé, son souhait fut exaucé: une assiette emplie de deux tomates et de mozzarella apparut devant elle. Remerciant les Elfes, elle s'empara d'une fourchette et piqua dans un morceau de tomate. Et survint alors la vision la plus surprenante de sa vie de voyante.

Des crocs, dégoulinants de liquide rouge, qui se plongeait à vive allure dans une tomate, faisant exploser le fruit. Clignant des yeux, Lena réussit à revenir dans la réalité et nota que personne n'avait remarqué son trouble. Alleluia. La jeune fille sortit rapidement un carnet et un crayon se son sac, notant en quelques mots sa vision.

Puis elle rangea son précieux carnet, et mangea sa tomate, l'estomac légèrement noué, en se demandant ce que tout cela signifiait. Parfois, elle aurait aimé qu'un sorcier écrive un livre pour elle, comme "Comment interpréter vos visions?" . Elle aurait pu se rendre au chapitre 5, "La vision de la tomate se faisant massacrer par un vampire".

Elle détestait son Don, parfois. Même si cela relevait plus de la peur que de la haine. C'était cela: elle en avait peur. Peur de ce qu'elle pouvait voir, peur d'être une arme entre les mains de son père.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES


Dernière édition par Lena Jane Singer le Lun 10 Juin - 20:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Ehwaz
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 27
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Lun 10 Juin - 10:44

Tomate, quand tu titilles le creux du ventre.


Damon vient de passer sa toute première nuit au château de Poudlard. L'air de l'Ecosse lui donne l'impression de revenir à ses origines primaires, et cela lui fait un bien fou. Il bondit hors de son cocon de duvet, et se dirige d'un bon pas énergique vers sa glace. Ce reflet est le reflet même de son éternité. Un bambin de onze ans, aux traits enfantins et à la bouille angélique. C'est paradoxale lorsqu'on pousse la tomate au fond des choses. Arrêtez de vous moquer des expressions de mon rp, je vous signale que moi en tant qu'auteur j'adule particulièrement mes créations. Revenons en à ce petit garçon qui se penche sur son miroir, la mine contrariée et les sourcils comiquement froncés. Le vampire qui l'a transformé, sur une onde de pitié ou de folie, l'a condamné du même coup à présenter à tout jamais un physique pareil face aux autres. Une idée plutôt étrange, et triste lorsqu'on pensait à un avenir potentiellement amoureux.

Tomate, quand tu titilles le creux du ventre.


Le jeune Ehwaz décide finalement de se détacher de cette vision, et choisit une tenue plutôt passe partout. Son état de vampire ne doit pas être un défaut qui l'empêche de s'intégrer. Aussi tard dans la journée, le soleil se couche inexorablement vers l'horizon. Ce qui pouvait rendre une rencontre possible avec sa plus ancienne amie, Whilemina. Ce qui le convaincs aussitôt de se rendre dans la Grande Salle pour un souper convenable, même si un seul aliment strict et obsessionnel peut lui remplir l'estomac. Et surtout lui rassasier sa soif de sang. La tomate ne remplace surement pas ce liquide vital humain si riche et si délicieux entre les canines, mais l'aide à ne pas céder à ses pulsions sanguinaires. Son corps ne vieillit plus, donc il peut tranquillement s'empiffrer de tous ce qu'il désire que son organisme ne réagit plus. Etre un buveur de sang n'est pas que le cumul de mauvaises choses. Au bout de plus de cinq cent ans, il faut voir le bon côté de l'éternité pour ne pas que celle-ci soit longue à en mourir. Façon de parler pour son cas.

Tomate, tu titilles le creux du ventre.


Le Poufsouffle, tout fier de son uniforme typiquement scolaire à la cravate dorée se pavane dans les couloirs, sifflote quelques filles et pense inévitablement à des tomates juteuses qui l'attendraient logiquement devant son assiette. Une fois dans la Grande Salle, sa vue perçante effectue le tour de la pièce. Pas de Compton à l'horizon. Malgré tout, cette pointe de déception ne le freine pas puisque sa gourmandise prends rapidement le dessus. L'odeur exquise de tomate lui fait lever le nez, et ses iris se mirent à chercher l'origine de cette substance qui le rends fou. Une jeune sorcière, préfète de sa maison si ses souvenirs ne se trompent pas, mange actuellement des tomates avec de la mozzarella. Il marche lentement, ce qui lui réclame beaucoup de concentration pour paraître le plus normal possible, dans sa direction et s'installe en face sans forcément lui demander son accord. La table est à tout le monde, et presque à lui si des tomates la jonchent.



`` Vous aussi, vous aimez les tomates ? Je pense que l'on peut parfaitement bien s'entendre ! ``


C'est assez intriguant de voir un enfant de onze ans aussi sur de ses propos et de sa personne. Un petit sourire glisse sur son visage, et il claque des doigts pour faire apparaître son propre repas. Un repas entièrement constitué de tomates fraîches. Depuis son arrivé, le Ehwaz a ordonné de faire pousser des tomates naturellement. La magie est sacrée mais pour ce genre de chose la nature fait mieux les choses lorsqu'on lui laisse le temps suffisant. Il prends alors la précaution de ne pas faire sortir ses crocs pointus, et mords avidement dans une tomate en fixant sans ciller sa voisine de table. Damon attends juste une réponse, si elle souhaite poursuivre ou non l'échange.


#Damon, onze ans pour l'éternité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Lun 10 Juin - 20:41

Une voix d'enfant. Qui lui demandait si elle aimait les tomates. Reposant sa fourchette, Lena releva les yeux vers le petit garçon qui avait parlé. On lui donnait 11 ans sans hésiter. Mais la Préfète sentait que quelque chose n'allait pas dans cette surface lisse. Les yeux. Le petit Poufsouffle avait dans le regard la lueur caractéristique de l'expérience. Néanmoins, ce n'était pas parce qu'il avait des yeux aussi surprenants qu'elle ne devait pas répondre.

« Hmm... Oui, j'aime assez ces fruits. Même si il n'en pousse pas beaucoup près de chez moi. »

Elle adressa un sourire aimable au Première Année, en notant distraitement la véracité de ses propos. Sa mère et son père auraient préféré mourir plutôt que d'établir un potager dans leur Domaine. Ces imbéciles. Elle n'arrivait toujours pas à se réconcilier avec eux; elle devait même être la seule fille au monde à mépriser ses parents.

Puis elle se figea. Son voisin venait de faire apparaître plusieurs tomates devant lui, s'était emparé de l'une d'elles et avait mordu dedans. Jusque là, rien de déroutant. Mais voir la tomate s'écraser sous la force d'une mâchoire formait un écho bien trop ressemblant à sa vision.

La blonde verdit légèrement, et crispa sa main sur sa fourchette. Il ne lui en fallait pas tellement plus pour résoudre l'équation. Yeux qui avaient l'air d'avoir vécu + Vision étrange =... Mais elle secoua la tête et reprit contenance. Elle ne pouvait se permettre de déduire qu'il était un Vampire aussi rapidement et sur des bases aussi peu solides. Ses visions étaient souvent aléatoires et n'avaient parfois aucune signification.

Il n'empêche qu'elle n'avait plus faim. Un goût âcre lui avait empli la bouche, et elle repoussa l'assiette - quasiment vide, certes. Presque aussitôt, une tasse de thé apparut face à elle, ce qui lui arracha un sourire. Décidément, les Elfes la connaissaient bien. Du thé au jasmin, sa boisson préférée de Bibliothécaire. Lentement, elle versa du sucre dans le liquide brûlant, et le touilla distraitement, tout en étudiant son interlocuteur de ses yeux verts pâles.


« D'ailleurs, je ne me suis pas présentée. Lena, Préfète de Poufsouffle. Et bienvenue à Poudlard. »

Elle lui adressa un sourire chaleureux, avant de prendre une gorgée de thé. Il était brûlant, certes. Mais cela lui était bien égal.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Ehwaz
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 27
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Mar 11 Juin - 23:52

J’ai peur, j’ai une tomate

Damon avale une tomate et regarde sa voisine de table. La préfète semble ailleurs ou perturbée par moment. Mais cela peut être expliqué par le fait qu’il est tard, la nuit tombe implacablement et le jour se termine. Sa main attrape une serviette avec une lenteur calculée, inutile de se faire remarquer en agissant par ses réflexes de vampire. Il s’essuies le menton où du jus coule par petite gouttes. Le liquide est bien trop clair et coulant pour être ressemblant à du sang, même si cela peut y faire penser. Il écoute alors la réponse de son interlocutrice, et un admirable sourire se dessine sur son visage juvénile. Tout le monde aime les tomates, c’est une évidence naturelle. Les tomates sont la meilleure nourriture qu’il puisse exister en ce bas monde, et il le sait fort bien. Une tomate dans la main, sa réponse est instantanée et révélatrice de son amour pour ces fruits juteux.


`` Moi je ne mange que des tomates. Parfois j’aime varier, mais sinon il n’y a que la tomate dans ma vie ! Même s’il n’y a pas que ça ``

Le jeune Ewhaz se crispe soudainement. Cette dernière parole vient de lui faire réaliser que sa dernière prise de sang remonte à plusieurs jours, ce qui commence à faire long. Oui les tomates peuvent aider à satisfaire cette soif, mais il doit quand même se nourrir. Bon jus de bonne tomate ! Ceci est la retranscription de Bon sang de bonsoir à la mode tomate, oui encore une fantaisie de l’auteur autrement dit moi. Ses yeux bleus vrillent sur sa tomate, sur sa main, sur le jus, sur le visage de la préfète, sur son cou, sur cette veine qui pulse régulièrement, sur ce souffle qui est plus ou moins régulier, sur le bruit des battements de son cœur qui bat énergiquement pour rester en vie. Durant une fraction de seconde, il se voit déjà en train de goûter à son sang et de le savourer.

J’ai peur, j’ai une tomate

L’enfant sourit avec un peu de tension dans les muscles. Une de ses mains tient une tomate, l’autre se referme brutalement sur sa jambe. Ses ongles s’enfoncent dans sa peau mais la douleur ne l’atteints pas. Toute sa concentration devait rester inflexible et ne pas faiblir une seule petite seconde. La prise de parole de la préfète le fait remettre dans la cuve de la réalité, et aussitôt son visage se relève brusquement pour lui sourire à nouveau avant d’émettre une réponse correcte. Il parle soudainement vite, reflet même de sa nervosité qui est la conséquence de son ressenti de manque.


`` Merci, moi c’est Damon. Je me sens à l’aise dans la maison et j’espère pouvoir apporter ma patte à l’ouvrage dans la salle commune. Je n’ai pas encore vraiment vu les dortoirs, je dors dans la salle commune qui est ma foi très agréable. Mon fessier n’avait pas encore ressenti un tel confort. Sinon je suis désolé parce que hier j’ai dû faire tomber du jus de tomate sur le sol. Il fallait que je nettoie mais après une lettre est arrivée et j’ai dû courir à la volière. Mais je vais nettoyer c’est promis ! Juste que je n’ai pas eu le temps aujourd’hui avec toutes les matières à suivre. Il y en a beaucoup, c’est intéressant et je n’ai pas envie de louper la moindre leçon ! ``

Un moulin à paroles à peu de choses près. Le vampire s’est laissé déborder et vient de pondre un discours de plusieurs longues minutes sans reprendre une seule fois sa respiration alors qu’un humain aurait été essoufflé à ce stade. Il feint une petite grimace de regret, et baisse sa tête vers son assiette. La situation commence à le dépasser, et c’est mauvais signe. Ses doigts se détendirent un peu mais il plonge aussitôt sur une autre tomate pour l’avaler en deux-trois bouchées gourmandes. Ses yeux se lèvent vers son interlocutrice, et il adopte un ton d’excuse dans ses prochains mots.

`` J’ai peur de ne pas être à la hauteur, je prends une tomate et ça ira mieux. ``


#Damon, onze ans pour l'éternité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Mer 12 Juin - 2:35

Lena, relevant les yeux vers le jeune garçon, surprit l'étrange regard qu'il portait sur sa gorge et déglutit discrètement. Ce n'était probablement qu'une conséquence de sa vision et de la désagréable impression qu'elle avait eu. Pourquoi elle essayait de se persuader que le Poufsouffle était un vampire, elle n'en avait pas la moindre idée. Toujours était-il que son regard était quelque peu... inquiétant. Trop ancien, trop âgé. Trop expérimenté. Et trop sauvage.


Le garçon sembla sortir de sa transe brusquement et lui adressa un sourire déroutant. Il lui avoua qu'il était celui qui avait tâché la moquette de la Salle Commune la veille. Au souvenir de la marque rouge qui ornait le sol, les lèvres de la Préfète s'étirèrent en un sourire amusé. Et le sourire s'élargit lorsque Damon - car c'était son prénom - lui promit de nettoyer.


« Ne t'inquiète pas pour ça. Je m'en suis occupée. Un petit Tergeo, et pouf! Plus rien! »


Elle lui fit un clin d'oeil, accompagné d'un léger éclat de rire cristallin. Puis son rire se transforma en sourire doux lorsque le Poufsouffle lui confia ne pas vouloir manquer un seul cours. Elle connaissait ça. L'enthousiasme de la Première Année - qu'elle ressentait toujours, bien qu'étudiant depuis quatre ans -, la soif d'apprendre toujours plus, qui l'avait poussée à arpenter les rayonnages de la Bibliothèque pendant de longues heures. Tant de souvenirs qu'elle souhaitait ne jamais voir s'effacer. Car Poudlard était sa maison, bien plus que le Domaine ne le serait jamais.


Lena haussa un sourcil interrogateur à la dernière phrase du garçon. Elle ne comprenait pas ce qu'il voulait dire par "ne pas être à la hauteur". Elle n'insista pas, cependant. Ce n'était pas son rôle que de pousser les gens à se confier. Elle, elle était là, en tant que Préfète, pour répondre aux éventuelles questions. Elle était là en tant que Bibliothécaire pour guider les choix et conseiller. Elle n'était pas psychologue.


Cependant, elle ne pouvait s'empêcher de trouver touchante la manière dont Damon surmontait ses problèmes; avec des tomates. Elle-même n'avait jamais vraiment eu de défouloir. Jusqu'à ce qu'elle découvre les livres. Tolkien, Dickens, Paolini. Et tant d'autres encore. Tellement différents de ceux qui peuplaient la Bibliothèque du Domaine. Ils lui avaient ouvert la porte sur d'autres univers, la rattachant à la réalité par le biais d'une autre réalité. Elle, plus que quiconque, avant besoin d'une ancre qui la maintenait dans le réel. Elle, qui s'échappait constamment dans le passé ou l'avenir et qui voyait des choses que peu d'êtres vivants avaient la chance de voir. 


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Ehwaz
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 27
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Jeu 13 Juin - 1:06

Jus coule entre ses lèvres, jus coule sur son menton, jus coule sur ses mains..


La soif de sang lui brûle les crocs, et toute sa concentration doit être requise pour ne pas se laisser tenter par ce feu qui se languis dans sa gorge. Ses yeux d'océans se baladent entre les tomates qui recouvrent son assiette argentée, et ce cou si pur et si alléchant qui semble pulser rien que pour lui. Il déglutit, fixe ces fruits rouges qui ordinairement lui suffit et sursaute légèrement à la voix de Lena. Elle lui assure que sa petite tâche d'hier soir n'est plus qu'un mauvais souvenir. Oui, un simple sortilège aurait pu être la solution. Ce manque de connaissance dans le monde de la magie est un des buts qui le pousse à franchir les deux grandes portes de cette école. En plus d'avoir retrouver Ivy, grande amie de son éternelle existence.

`` C'est parfait, je t'en remercie. La prochaine fois, je tâcherais de faire disparaitre la tâche ! ``

Jus coule entre ses lèvres, jus coule sur son menton, jus coule sur ses mains..

Le vampire se trouve particulièrement drôle et esquisse un sourire clownesque. Même si la situation ne le prête pas forcément. Le rire de la préfète le fait à cet instant tressaillir, ce n'est pas évident de ne pas prêter attention à une humaine d'apparence si délicieuse qui en plus lui parle très amicalement. Malgré tout, son visage juvénile se redresse et affiche un petit sourire timide. Il espère ne pas l'ennuyer avec cette conversation plutôt banale mais ne sait pas comment vraiment plaire aux filles d'ici. Depuis sa transformation, il voyage d'un pays à un autre. Et le choc des cultures lui apprends à se débrouiller convenablement. Mais l'Ecosse est son pays originel certes mais pas celui sur lequel il marche depuis de longues années. Aussi, difficile de savoir se tenir correctement même si a priori il ne fais pas de tomate pourri jusqu'ici. Oui, encore une expression juteuse. Ah ah j'admire mes propres jeux de mots. Revenons en a l'Ehwaz qui décide de relancer la conversation et tente d'oublier cet incendie qui se propage dans son corps.

`` Alors tu aimes le thé ? Le thé à quoi ?
Inutile de te dire que moi c'est plutôt infusion à la tomate.. ``


Damon attrape une tomate de sa main libre, l'autre se crispe toujours sur sa jambe, et la croque de pleins crocs avec délice. C'est bon, mais pas suffisant puisque sa gorge continue de clamer son du. Et son esprit sanguinaire n'arrête pas de l'harceler de cette image d'un cou innocent. Il ne fait pas attention et le jus de la tomate explose un peu partout. Le jus coule entre ses lèvres, le jus coule sur son menton, le jus coule sur sa main. Cela lui donne un petit air presque effrayant.


#Damon, onze ans pour l'éternité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Jeu 13 Juin - 4:26

Lena esquissa un sourire amusé; la contrition du jeune Poufsouffle et ses promesses réitérées étaient touchantes. Même si elle avait l'impression désagréable d'être un steak haché en présence d'un fauve affamé. Damon avait en effet l'air tendu, crispé, même, et il semblait chercher ses mots. Des attitudes auxquelles elle n'avait certes pas l'habitude.

La Lady avait été élevée dans un univers où seules les apparences comptaient. Et son père était connu pour son soit-disant flegme et sa répartie légendaire. En privé, il arrivait à cet homme manipulateur d'avoir des colères terrifiantes. Mais jamais il n'hésitait. Quant à Lady Alexandra Singer, elle aurait préféré mourir, voire endurer mille tourments plutôt que de se montrer prise au dépourvu par une question. Et quand aux amis de la jeune fille, ils étaient toujours ouverts et avaient toujours quelque chose à dire. Inutile de dire qu'elle était donc un peu décontenancée par le comportement du Poufsouffle.

A la réflexion, elle se dit qu'il était peut-être timide, et qu'il ne s'était pas encore fait sa place à Poudlard. Et dans ce cas, c'était son rôle de l'accueillir.

Puis, alors qu'elle allait placer une remarque amicale, le garçon lui demanda quel était le thé qu'elle buvait. Cela lui arracha un autre sourire amusé. Ah, le thé... Sa véritable passion et le compagnon de longues heures dans la Bibliothèque. Et il ne fallait pas oublier que le thé, étant la boisson nationale anglaise, avait été adulée par ses parents et qu'elle en avait bu assez tôt dans sa courte vie.


« Thé au jasmin. Le plus parfumé, selon moi. Et oui, j'aime le thé. Un tradition familiale, si l'on peut dire cela ainsi. »

Et voilà que la blonde se surprenait à parler comme un tableau du 18e siècle. Mais que voulez-vous? On n'oublie pas si facilement quinze années d'éducation. Puis vint une autre remarque du Poufsouffle, encore à propos de tomates.

Elle était très surprise par l'attachement que portait Damon aux tomates. Elle-même aimait ces fruits, c'était vrai. Mais pas au point de leur porter un véritable culte. Elle ne vénérait même pas le thé. Juste les livres. Elle aimait lire, et apprendre. Et elle était curieuse.


« D'où te vient cette passion pour les tomates? »

Elle esquissa un léger sourire, pour montrer qu'elle ne le jugerait pas, quoique puisse être sa réponse. Puis elle se figea et tressaillit. Le garçon venait de mordre dans une tomates. Et le fruit avait explosé, répandant du jus partout sur le visage enfantin et lisse du Poufsouffle. Comme du sang dégoulinant sur le menton d'un vampire.

De nouveau, une vision. Le monde de Lena basculait, la réalité s'effaçait pour laisser place à un univers différent. une fois de plus, elle se trouvait face aux lignes embrouillées du temps. Un garçon. Vêtu autrement, à une autre mode. Damon. Qui courait. Qui avait le visage barbouillé de sang.

Elle luttait pour revenir dans le présent, s'accrochait à sa réalité comme si sa vie en dépendait, faisant face à un événement ayant la puissance d'un tsunami. Mais elle faisait face. Car le seul moyen de sortir d'une vision était de le vouloir. Et personne n'avait plus de volonté qu'elle.

La réalité revint, et elle eut une brusque nausée. Tâchant de dissimuler ce qu'elle était, elle raffermit sa prise sur sa tasse et essaya de se composer un visage imperturbable. Les apparences avant tout.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Ehwaz
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 27
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Lun 17 Juin - 5:31

Cinq cent dix années, et toujours pas doué




Le petit garçon tente par la conversation de tranquilliser son esprit. De le détourner de ce qui commence à lui ronger le fond de la gorge. Le jour de sa transformation, le jour où il avait ressenti la première fois ce feu. La peur est venu l'assaillir brutalement. Par chance, ou par prudence, ou par mégarde. L'enfant s'est immédiatement éloigné de son cercle pourtant solide et fidèle d'amis. C'est un tournant majeur dans sa vie. Et dans sa vie de vampire même. Une décision pas facile du tout, allez-y je vous défi de dire au revoir à vos amis proches définitivement. Et vous savez que plus jamais il n'est permis de les revoir, pour eux. Pour eux, pour leur santé, pour leur vie.

`` Une tradition ? Devenu une préférence ? Tiens c'est drôle ça. Tu n'a pas l'impression d'être conditionnée du coup ?``

L'enfant ouvre des grands yeux, feignant une profonde curiosité. A vrai dire, il se rends compte que son vocabulaire n'est peut-être pas suffisamment jeune pour sembler normal. Boarf, faut pas se prendre la tomate. J'aime les tomates, autant que mon personnage, ça se voit non ? Boarf... Faut pas se prendre la tomate écrivis-je. Il suffit de se proclamer venant d'une famille qui réclame haute éducation et tous les pépins qui vont avec. Cela passe bien, et tout de suite les prémices de questions disparaissent. A la deuxième question, un éclatant sourire illumine ses fins traits de garçonnets. Voilà un sujet qui en vaut le jus !




Cinq cent dix années, et toujours pas doué


`` Aucune idée. Mais j'ai toujours aimé ça, mes parents n'ont jamais compris. Moi non plus mais peu importe. Le temps qu'on me laisse manger à ma faim ``

A ces quelques mots, le jeune Ehwaz déglutit. Parler de satisfaction de faim alors que ses crocs réclament de mordre dans le cou de son interlocutrice.. Pas très judicieux de sa part.. Vite, penser à autre chose. Mais avant ça, se montrer poli et mignon comme tout. En arborant un petit air timide, il lève le bout de son nez vers Lena et fronce alors des sourcils. Sa vision extraordinairement pointue voit les doigts crispés sur sa tasse, et une légère trace troublée sur son visage. Sur une petite voix innocente, bien qu'un monstre se cache dans son corps et reste avec beaucoup de calme fort sage, il lui pose une question.

`` Tu vas bien ? Tu as l'air, beaucoup ailleurs.. ``


#Damon, onze ans pour l'éternité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Mar 18 Juin - 7:06

"Je ne vais pas vomir".

Une seule phrase, qu'elle se répétait inlassablement. "Je ne vais pas vomir". C'était la seule chose qui fonctionnait, sur elle. Fermer les yeux, intérioriser la nausée, et s'obliger à ne pas vomir. Elle se sentait déjà mieux. Il était hors de question qu'elle perde sa fierté à rendre son dîner devant un jeune Première Année. Hors. De. Question.

La voix enfantine aida Lena à se sortir de sa torpeur et ses yeux papillonnèrent un instant, avant de revenir se poser sur le visage juvénile. Si elle se sentait bien? Absolument pas. Elle avait l'air ailleurs? Ce n'était pas étonnant. Elle était constamment ailleurs, dans d'autres lieux, d'autres temps.

Néanmoins, elle se força à sourire. Elle ne tenait pas à révéler son secret à quelqu'un qu'elle ne connaissait pas. Elle l'avait dit à Emilia, certes, mais Emilia était sa meilleure amie dans le présent et le futur, et elle aussi avait le Troisième Oeil. Les autres la rejetaient quand ils savaient. Personne n'appréciait d'apprendre qu'une fille pouvait découvrir en un clin d'oeil leurs secrets les plus enfouis. Personne.


« Je vais bien, ce n'est rien. Simplement de légers vertiges. Ça va passer. »

Non, ça n'allait pas passer, mais inutile de révéler la vérité. Elle brûlait d'envie de ressortir son petit carnet à vision et d'y noter tous les détails de ce qu'elle avait vu; elle ne pouvait pas se le permettre, cependant, pas devant Damon. Et de plus, le fameux carnet était protégé par plusieurs sortilèges. Il valait mieux, en effet, que personne ne tombe dessus. Imaginez seulement que quelqu'un lise une prédiction du genre: "Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom-Au-Risque-De-Mourir-Dans-D'affreuses-Souffrances" va revenir le 24 juin 2014."

Alors elle se retint de prendre son crayon à papier et tenta donc d'imprimer chaque minuscule détail dans sa mémoire. La tenue, tout d'abord, afin de pouvoir identifier l'époque. Les endroits, les noms de rues, le temps, l'heure affichée sur les horloges... Malgré cela, elle ne parvenait pas à comprendre ce que faisait Damon dans l'histoire, et, surtout, pourquoi elle venait d'avoir deux visions en moins de dix minutes en sa présence. Emilia était la seule à avoir battu le record, mais Emilia était sa meilleure amie et avait le Troisième Oeil de surcroît.


« Je vois des choses que les êtres vivants ne verront jamais... »

Un simple marmonnement qui lui avait échappé, toute plongée dans ses pensées qu'elle était. Elle se mordit imperceptiblement la lèvre en espérant que son voisin n'avait pas entendu. Et si c'était le cas, inventer une histoire quelconque pour s'en sortir.

Il n'était pas dit que Lena Jane Singer dévoilerait son don à quelqu'un. Ah ça, non. Jamais.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Ehwaz
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 27
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Mer 7 Aoû - 2:53


Alléchant, appétissant, attirant, attrayant...


Le petit garçon se sent de plus en plus tourmenté. Coupé entre deux envies. La première lui crie de partir très vite de la Grande salle pour frapper chez Ivy, obtenir du sang. Boire, se nourrir, satisfaire cet incendie, calmer ce feu grondant, taire ce volcan indomptable, vite ! La seconde le force à rester immobile, ne pas montrer sa panique, savoir se contenir, faire des efforts pour paraître normal. Sourire, cligner des yeux régulièrement, avaler une autre tomate et attraper une serviette. S'empêcher de se lécher les lèvres, geste qu'il aime surtout lors de ses repas obscurs. Ne plus y penser, sous risque de céder à cette tentation semblable à une obsession. Sa voisine d'en face prétends de simple vertige, raison valable donc plus vraiment de question à se poser. Il fait chaud, et cela peut être compréhensible après tout. Mais son instinct profondément enfoui lui murmure qu'autre chose est également enfoui chez elle. Ne pas foncer brutalement, sous risque de l'effrayer, de la voir se renfermer et devenir inaccessible. Ses doigts se relâchent, l'enfant s'essui minutieusement la bouche, la joue, la main, le menton. Après une grande goulée d'air, un visage tout innocent et angélique, sa voix s'égaille, oisillon découvre la vie.


`` Veux-tu que je t'accompagne jusque l'infirmerie si tu ne te sens pas capable de marcher ? Une dame ne devrait pas souffrir ainsi et ne rien faire pour soulager ses maux ``


Le petit Ehwaz grommelle entre ses dents, murmure des mots indiscernables et incompréhensibles. Grand fouillis d'injures, entrecoupés d'autres mots dans d'autres langues. Insaisissable. Il doit apprendre à adapter son langage, la directrice lui fait toujours comprendre que ça relève de la prudence extrême. Qu'une tomate lui tombe sur la tête si jamais sa compagne de table ne trouve rien d'inhabituel dans les mots précédemment employés !


Alléchant, appétissant, attirant, attrayant...


Son regard tombe sur son cou, cette veine qui pulse de toute sa force sous la peau. Une vie, si une vie disparait cela n'est pas grand chose. Penser l'éventualité de la disparation de la préfète n'est pas mauvais. Non, arrêtez de se laisser soumettre par sa nature éternelle et reprendre ses esprits. Seconde grande goulée d'air, et soudain quelques mots faiblement prononcés. Volontairement. Un test ? S'il pose des questions sur la signification, elle sait que ses sens sont extraordinairement bien développés. Ce n'est pas humain, il ne faut pas être idiot pour faire des recoupements. Sa manière de parler, son teint pale, son regard bien plus expérimenté que son corps, sa confiance en soi inébranlable. Une quatrième année n'est pas bête, du moins il faut l'espérer pour des gens de cette époque où les dames semblent être plus débrouillardes et sûres. Les mots de Lena deviennent clair dès l'instant où son cerveau les repense consciencieusement. Une voyante ? Tiens donc. Alerte, danger. Et si elle sait pour lui ? La fuite semble être amie en ce moment de haute interrogations. Avaler une tomate, se taire pour manger, réfléchir.


Alléchant, appétissant, attirant, attrayant...


`` Et que fait-on maintenant ? ``


Damon décide de jouer carte sur table à son tour. Un ton ferme, loin de babillages enfantins. Il pousse son assiette sur le côté, croise ses bras et fixe implacablement la préfète. Soit, elle devine que ses sens ont tout perçus, qu'une discussion longue et discrète est à envisager. Soit, elle feins et reprends la situation simplement. Il doit savoir si elle devine. Etre vampire dans une école, il ne faut pas vraiment ébruiter la chose, c'est effrayant, dangereux. Soudain, le feu revient dans sa gorge. L'enfant veut sortir ses crocs pour se laisser séduire par la faim et sauter à la gorge de cette humaine au sang délicieux. Attendre, mais plus longtemps sous risque de commettre un vrai carnage. Il n'a pas l'habitude de se confiner autant, de se retenir aussi intensément, de ne pas se laisser charmer et se nourrir.  


#Damon, onze ans pour l'éternité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Jeu 8 Aoû - 3:58

Les visions se succédaient, frappant contre la boîte crânienne de la jeune fille à une vitesse hallucinante, confirmant ce qu'elle avait pressenti au sujet de son interlocuteur. Amèrement, elle se fit la réflexion que son père l'aurait probablement déifié si elle avait eu la même quantité de visions, mais utiles à ses petits copains des Purs. Mais ce n'était pas son problème actuel. Là, elle devait essayer de ne pas être servie en petit-déjeuner avec toast et bacon.

Déjà, elle savait qu'il ne fallait pas montrer sa peur. Elle l'avait appris avec les rottweilers de son père. Il fallait rester très calme, un point c'est tout. Elle ne put cependant empêcher ses doigts de se crisper sur la nappe lorsque Damon lui proposa de l'accompagner à l'infirmerie. Ce n'était pas son genre de montrer ses faiblesses. En fait, un membre de la famille Singer devait toujours se montrer irréprochable - sauf en cas de besoin évidemment. Sa mère, par exemple, était passée experte dans l'utilisation du "Ciel, je défaille" lorsqu'on s’intéressait de trop près aux affaires de la famille. Lena se força donc à sourire et esquissa un petit geste négligent de la main.


« Ce n'est rien, vraiment. Je me sens déjà mieux. »

Déjà, savoir que son interlocuteur avait peut-être vingt fois son âge lui permit de ne pas être déstabilisée par l'utilisation d'un language digne du XVIIIe siècle. Elle déglutit néanmoins en sentant le regard type: "Miam miam, open-bar!" que posait Damon sur sa gorge. Et elle se figea totalement lorsque le vampire se mit à jouer cartes sur table. Cool. Déjà, il l'avait entendue. Et en plus, il se doutait qu'elle avait deviné.

Elle perdit donc tout sourire, se redressa et toisa son interlocuteur d'une manière qui aurait probablement comblé ses ancêtres de fierté. Toute sa bonne vieille éducation était de retour. Et elle se savait passablement intimidante lorsqu'elle était de mauvaise humeur, même si ce n'était sûrement pas efficace sur un vampire.


« Ce qu'on fait maintenant? A toi de me le dire. Soit tu me laisses tranquillement regagner mon dortoir, soit tu te dis que tu aimerais bien une petite tasse de mon sang, et, dans ce cas, tu peux être sûr de te prendre quelques sorts dans la figure. Tu n'est pas la seule personne différente, ici. »

Autrement dit, elle savait que la Directrice et certains Professeurs étaient touchés par vampirisme ou lycanthropie. Et elle pouvait toujours prévoir ce qui allait se passer dans l'avenir. Elle ne comptait pas le répéter - de un, ce n'était pas son genre, et de deux, elle n'allait pas dévoiler ses propres capacités. Mais elle garda quand même sa main sur sa baguette, au cas où. Elle n'allait pas se laisser faire.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Ehwaz
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 27
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Ven 9 Aoû - 2:33


Savoureux, délicieux, juteusement exquis !

Sa gorge brûle, le désir est de plus en plus ardent. Ivy lui avait appris à se contrôler au fil du temps. Histoire de ne pas sauter sur n'importe qui, et surtout n'importe comment. Sinon c'est automatiquement la porte aux ennuis qui s'ouvre devant sa silhouette fluette. Mais après leur séparation, il s'est maintenu à suivre scrupuleusement son enseignement. Or, plusieurs fois son contrôle est mis à l'épreuve, comme à ce moment juteusement intéressant. Que le saint des Tomate lui pourrisse l'éternité ! C'est si difficile de se retenir, de ne pas enjamber vivement cette table, de ne pas ouvrir les crocs, de ne pas se lécher les babines en prédateur qu'il est devenu, de ne pas se nourrir de tout son soul. Tendu, nerveux, hors de lui, l'une de ses mains agrippe le rebords du banc en bois et ses doigts font craqueler la matière pourtant résistante. Le vampire jubile alors du changement de comportement de Lena, il vise juste et ses sens ne l'ont pas trompés. En outre, la demoiselle ne se donne même pas la peine de dissimuler quoique ce soit, et joue à son tour la carte de la vérité. Bien dit, bon choix. Cela lui plait, l'enfant jubile et esquisse un sourire mielleux. Sourire souvent offert aux vendeuses afin d'obtenir davantage que ce que ses maigres pièces lui permettent. Son jeune âge lui permet plusieurs choses. A cet instant, c'est plutôt carnassier comme vision.

`` Et s'il y avait un autre choix ? Le silence est de mise mais... La tentation de l'inconnue ne vous donne point envie ma dame ?  Vous devez brûler autant que moi.. Si je puis me permettre, bien entendu ma noble dame !``

Savoureux, délicieux, juteusement exquis !

Damon prends alors tout son temps pour passer le bout de sa langue rosée sur la pointe de ses canines légèrement sorties. Message envoyé, message clair, très compréhensible même. C'est ni plus ni moins une proposition de prédateur à proie. Etrange. Ordinairement la nature ne laisse aucun libre arbitre s'opérer. Il prends alors conscience de son invitation à boire son sang, et espère sincèrement ne pas l'effrayer au point d'en informer la directrice. Il doit jouer finement, et si un refus vient se claquer contre son nez, alors la prudence doit être de mise. Sinon, il peut prendre ses tomates et ses crocs avant de quitter l'édifice de pierre. Sa plus vieille amie n'est pas forcément capable de faire face à toute une école en colère contre un suceur de sang, contre un monstre capable de tuer en quelques secondes. Il le sait, et doit composer avec toutes ces données peu accueillantes. Une longue inspiration, et aussitôt le regret de faire ce genre de chose. Lors de minutes éprouvantes, une vieille habitude humaine, prendre une grande goulée d'air. L'odeur de son sang qui pulse énergiquement est presque plus séduisant que celui de ses tomates jonchant son assiette.

Savoureux, délicieux, juteusement exquis !

Le vil Ehwaz se tient bien droit, implacable, sur de lui-même. Reste à espérer que personne ne les écoute, que personne ne s'intéresse à leur petite conversation bien étrange. Une préfète et un première année ont bien là un échange non conventionnel. Il ne comprends pas pourquoi avoir proférer une telle demande, c'est fou, insensé, irrationnel et si cela monte aux oreilles d'Ivy alors bye bye sa place au chaud dans le château ! La voyante doit bien avoir d'autre chats à fouetter. Son allure est impeccable, sa colère est palpable, et cela donne à son visage un air sauvage. Cette manière de le toiser le fait davantage jubiler, et les mots sortent sans aucune retenue. C'est tentant de la titiller, irrésistible.

`` Vos traits sont joliment colorés par une moue boudeuse, c'est profondément ravissant ma dame cette petite fossette sur votre joue gauche... ``


#Damon, onze ans pour l'éternité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Ven 9 Aoû - 23:16

Lena continuait à fixer froidement l'élève, prête à se défendre. Rien dans sa posture de trahissait sa peur. Juste un profond agacement. Comme si elle était profondément offusquée de découvrir que le vampire avait seulement osé penser qu'il pourrait poser une seule dent sur Lena Jane Singer, héritière des familles Ragnhild et Singer, fille de Sang-Purs aussi respectés dans le monde sorcier que moldu. Non mais.

Elle mourrait d'envie d'arracher l'affreux petit sourire suffisant du visage du Poufsouffle. A la place, elle tira sa baguette de sa poche et la fit tourner lentement dans ses longs doigts. Elle n'hésiterait pas à en servir, et seul un imbécile pouvait en douter. Si elle était renvoyée de Poudlard pour ça, elle savait bien qu'une place l'attendrait toujours à Beauxbâtons - oui, les parents étaient prévoyants. "Tentation de l'inconnu"? Elle jeta au petit un regard aussi glacial qu'un iceberg.


« Là, tu peux toujours rêver. Si j'avais déjà été tentée par l'inconnu, je me serais jetée du haut de Big Ben. Après tout, la mort, c'est la découverte de l'inconnu, non? »

Décidément, le sarcasme était une seconde nature chez elle. Le vampire dévoila légèrement ses dents, en mode: "Sers-moi de hamburger pour midi, j'ai faim." Elle inspira profondément pour ne pas jeter deux ou trois sorts à la créature à l'instant même. A la place, elle durcit son regard. Elle savait bien à quel point ses yeux pouvaient être intimidants, parfois. D'un vert métallique. Implacables. Ceux qui la connaissaient comprenaient très vite le message en général, et se sauvaient de toute la vitesse de leurs jambes. Parce que, dans ces moments-là, elle menaçait de piquer l'une de ses crises de rage mémorables, comme celle qui avait fait disjoncter toute l'alimentation électrique du Domaine, trois ans plus tôt.

Elle devinait bien que le vampire devait craindre quelque chose. Ou quelqu'un? La Directrice, peut-être. Celle-ci n’apprécierait probablement de découvrir que son congénère avait tenté de saigner l'une des élèves de l'école. Et de subir par la suite la colère du Lord, qui était bien du genre à faire fermer Poudlard. On était pas dans la retenue, dans la famille. Même si la Préfète avait d'autres problèmes sur le moment. Elle regretta de ne pas avoir de guide pour l'aider. Un "Comment se débarrasser de vampire assoiffé et décidé à boire votre sang comme un milk-shake pour les nuls". Elle se fit la promesse solennelle que, si elle s'en sortait, elle en commanderait un pour la Bibliothèque.

Puis la provocation sortit de la bouche du vampire, accompagnée d'un sourire exaspérant, et, sans se départir de son calme apparent, elle posa la pointe de sa baguette sous le menton de Damon et laissa ses lèvres s'étirer en une grimace amusée. Et tant pis si on pensait qu'elle agressait un élève.


« Continue comme ça, et je te promets que tu vas le regretter. J'ai un père psychopathe, une mère dont l'activité préférée consiste à détruire les vies sociales, un parrain avec un léger problème de pilosité et une bande de harpies qui se disent mes cousines, alors crois-moi, je sais me défendre. Et je n'apprécie pas du tout qu'on me parle de la sorte. »

Elle abaissa légèrement sa baguette, prête à en découdre s'il le fallait. Mais il ne boirait pas une seule goutte de son sang.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Ehwaz
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 27
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Mer 14 Aoû - 2:30


Faim, brûle, faim...

Il se contrôle. Mais le feu commence à grandir, d'abord étincelle, maintenant brasier ardent. Damon déglutit, essaie de penser à autre chose, se concentre. Ce n'est pas évident, et il doit vite mettre à un terme à cet échange. La phrase de son interlocutrice lui tire un petit rire, carnassier, féroce, vivace, impatient. Il s'étrange un peu, mais reprends vite contenance. Le prédateur se focalise sur les yeux de Lena. Ses oreilles se tendent malgré tout, le bruit vital, ce bruit si régulier, cogne doucement, comme un appel. Un soupir entre ses dents légèrement dévoilés. L'appel du sang devient fort.

`` Je suis la mort en personne. Alors, on tente ? ``

Faim, brûle, faim...

L'Ehwaz se retient d'exploser, dans plusieurs sens du terme. De rire, de fureur, de manque insupportable de ce délicieux breuvage sanguinaire. Mais il ne veut pas partir dans l'immédiat. La préfète parle avec sarcasme, ça lui plait. Aucune envie de faire demi tour. Distraitement, sa main joue avec une des tomates de son assiette. Une chose, sa baguette sur son menton. Là, ce n'est pas un combat à tomates égales ! Un côté il tends une tomate naturel et de l'autre on lui balance toute la plante dans la figure. Non. La parlotte, les échanges houleux, les regards de braises ou glaciales selon la personnalité... C'est son dada. Mais lui qui n'a pas appris la magie - raison de sa venu.. Lui ne peut accepter qu'elle ose le menacer de cette façon. Ses yeux bleus s'assombrissent, ses sourcils se froncent. Il ne peut supporter ne pas poser sa propre tomate sur le tapis. Et jouer à armes égales ! D'un bond bien vif, le blondinet s'échappe du banc en bois et se penche vers Lena. Simple murmure mais rauque, entre ses fines lèvres légèrement rose juvéniles.

Faim, brûle, faim...

`` Sachez noble dame que je suis un homme d'honneur, je ne me permettrai jamais de vous accoster sans me mettre à votre niveau. Révisez mon offre plus sérieusement, je suis persuadé qu'une voyante telle que vous aime vivre des tas d'expériences enrichissantes. Surtout lorsqu'on a un amour pour la culture en général. Bonne journée ma dame ! ``

Damon se redresse, effectue une petite révérence, et d'un pas raide commence à s'éloigner. Ses traits sont tendues, sa main droite tremble, son souffle s'accélère. Vite, du sang !


#Damon, onze ans pour l'éternité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Mer 4 Sep - 5:32

Totalement Libre

J'avais faim. Très faim. Chose étrange, ça ne m"arrivais jamais d'être affamée. Surtout depuis que j'étais arrivée au château...mais aujourd'hui, les choses avaient changé. Apparemment. J'étais sortie de la salle commune où j'avais passé la soirée pour descendre à la Grande Salle.J'aimais bien cet endroit, il était assez agréable, et voir tous les élèves - ou presque - au complet était plaisant. Pas parce que j'avais envie e voir la tête des autres élèves, mais juste pour voir comme nous étions nombreux au château et quelque chance j'avais de faire partie de ces élèves. Et puis, le dîner marquait la fin d'une journée de cours. Une journée de cours était en général assez fatigante.

J'arrivais bientôt à la grande Salle. Après un mince arrêt à l'entrée, je me dirigeais vers la table des Serpentard. Je m'asseyais. Enfin, le dîner arriva. Les odeurs se mélangeaient, venant chatouiller au passage mes narines. Je posais soudain mes yeux sur un plat de salade. C'était sans doute l'aliment que je préférais. Je me servais. Un quart de mon assiette était rempli,mais bizarrement, je ne mangeais pas, et je n'avais soudain plus si faim que ça. Je me servais un peu de jus de citrouille à partir d'une carafe qui trônait au milieu de la table, et qui était également en face de moi? J'aimais aussi le jus de citrouille, et j'espérais qu'en boire un peu me redonnerais faim. Malheureusement, il n'en fut rien, mais à force de boire, j'avais de plus en plus soif. Soudain, un hiboux s’engouffra dans la pièce, libérant au dessus de moi une lettre. Du courrier pour moi ? Ça ne m'était arrivé que trois ou quatre fois, pour me demander de se retrouver quelque part..mais je ne me doutais pas...Enfin, je me décidais à passer à l'acte. Qui m'écrivais, j'allais le savoir. Pourquoi, j'allais aussi le savoir maintenant. Je l'ouvrais :


" Ma très chère Jersey.

Kayl, en plein milieu de ses études s'est arrêté à la maison pour deux jours. Il est déçu que tu ne sois pas là, et t'envoie ses salutations. Il ne peux pas t'écrire,il est en plein travail. J'espère que tu vas bien, à la maison tout va bien. Souhaite le bonjour de notre part à Hope, à qui j'ai envoyé un courrier il y a deux jours, pour la féliciter de son passage en 6 ème année, donc , pas la peine de lui réécrire.

Gros bisous, ton papa. "

Rarement émue, je souriais. C'était la première fois depuis mon arrivée au château que mon père m’écrivais. Ma sœur était passée en deuxième année ? Je n'en avais rien su avant ce courrier qui me faisait chaud au cœur  j'étais contente d'avoir des nouvelles de ma famille. Le bruit était cependant toujours présent dans la salle, makis ça n’enlevais rien à mon bonheur.J'étais heureuse. J'avais retrouvé mon appétit. Je mangeais un peu. Tout allais bien pour moi, et je passais une bonne soirée. Je zyeutais maintenant un plat de rose beaf. Je m'en servais une fine tranche, que je mastiquais morceau par morceau doucement, attendant quelqu'un qui puisse me divertir.


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Delilah
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR
DÉCORATEUR

▸ MESSAGES : 1315
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Sam 11 Jan - 14:57

Désolée du gros retard Lena. :*

Un voyage ? Intéressant. Tandis que les deux adultes se tenaient devant les portes, prêts à entrer dans la Grande Salle, Lena lui retourna la question. Mais avant d'y répondre, Elijah poussa les portes et entra dans la vaste pièce. Il avait oublié que les enfants étaient des piles électriques inépuisables... Seuls quelques élèves un peu plus âgés semblaient comater, la tête dans leur assiette de pudding. Il ne fallu pas plus de quelques secondes pour que les étudiants remarquent la présence du Directeur et se taisent peu à peu, reprenant place comme si de rien n'était sur les bancs. Le Delilah s'apprêtait à leur dire de rester après leur repas pour aider les elfes à tout nettoyer mais il était trop tôt pour ce genre de chose... Il préféra lancer un regard désapprobateur sur les jeunes sorciers et traversa la salle, Lena à ses côtés. Se nourrir et boire, c'est ce qui comptait pour le moment. Elijah s'avança vers son nouveau siège. C'était de loin ce qui lui faisait l'effet le plus étrange dans ses nouvelles fonctions. La vue qu'il avait de la salle d'ici était spectaculaire. Pas une tête ne lui échappait. Mais comme tout gentlemen qui se respectait, le Poufsouffle, d'un geste galant, tira le siège normalement réservé à Alice Jenkins, la Directrice Adjointe, et invita la jeune femme à y prendre place. Ce après quoi il fit de même, juste à côté. Il pouvait enfin répondre à sa question.

Je te souhaite bonne chance pour tes examens alors. Sinon, après ta quatrième année c'est exact, je suis reparti en Bulgarie pendant quatre ans où j'ai secondé le Professeur de Sortilèges à Dumstrang, puis je suis retourné en Angleterre afin de travailler comme Directeur artistique dans un magazine moldu.

Le jeune homme, assoiffé, se servit un verre d'eau et le bu d'une traite. Puis un deuxième. Il souffla de soulagement, puis se servit des crêpes qu'il tartina de Nutella. Oui, il aimait le Nutella.

Rappelle-moi, tu as des frères et soeurs ?


FREE HUGS HEY THERE DELILAH
Qu'est-ce que tout le monde a, mais que personne ne veut perdre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Dim 12 Jan - 6:06

HS: C'est rien :3
Argh, ça fait la troisième fois que je tape cette saleté de RPG et que Firefox plante ou que mon ordi s'éteint, au choix :o

Lena franchit les portes de la Grande Salle, dans le sillage du Directeur. Sur le passage de ce dernier, les élèves se taisaient, et affichaient un air respectueux. La jeune Lady n'en fut pas surprise. Déjà, au temps de sa scolarité, Elijah avait un certain magnétisme sur ses camarades. Et elle ne faisait pas exception. Elle l'avait méprisé et admiré en même temps. Elle devait même avouer, à sa honte, qu'elle l'avait, l'espace d'un temps, lors de sa Troisième Année, trouvé attirant. Mais ce n'était que l'espace d'un temps. Après tout, que pouvait-elle y faire? Rien. Et ça, c'était la faute des yeux d'Elijah. D'une couleur indéfinissable, hypnotiques, ils fascinaient quiconque avaient le malheur de croiser son regard. Essayez donc de trouver une répartie cinglante, après ça.

Néanmoins, cela n'empêchait pas la jeune femme d'apprécier le respect dont faisaient preuve les élèves à leur égard. Elle avait trop longtemps essayé de se fondre dans la masse, à Poudlard, d'être quelqu'un comme les autres. Quand elle était chez elle, elle était Lena Jane Katarina Singer-Raghnild, fille de deux aristocrates Sang-Purs, à la tête d'un héritage monstrueux et le monde à ses pieds. A Poudlard, elle était juste Lena, une Poufsouffle comme les autres, plutôt intelligente et passionnée par les livres. Elle avait voulu à tout prix éviter les compliments d'hypocrites soucieux de se faire bien voir de ses parents. Elle avait voulu mener sa vie comme elle l'entendait, et peu importait ce qu'en pensaient les autres.

Quittant ses pensées, elle masqua superbement sa surprise lorsqu'Elijah lui offrit un siège. Elle hésita un bref instant - c'était le siège d'Alice, après tout - et fini par l'accepter d'un léger signe de tête, avant de s'y assoir, et de parcourir la Grande Salle d'un regard perçant. Satisfaite, elle se retourna vers Elijah, qui s'était tranquillement assis sur son siège de Directeur-Tout-Puissant, et le remercia d'un sourire pour ses encouragements. C'était toujours bon à prendre. Elle écouta alors avec attention ce qu'il lui racontait; elle adorait toujours entendre le récit de la vie de ses anciens camarades, savoir ce qu'ils avaient fait à la fin de leur scolarité.

« Waouh, c'est plutôt impressionnant, comme parcours. Durmstrang, carrément. Et je reconnais que je n'avais pas imaginé que tu puisses aller travailler dans un magazine moldu. »


Il n'y avait aucune provocation dans ses mots. C'était la vérité la plus entière. Elle ouvrait la bouche pour ajouter quelque chose lorsqu'elle fut interrompue par l'arrivée du petit-déjeuner d'Elijah. Puis de un, deux, cinq expressi qui apparurent juste devant elle. Elle leva les yeux au ciel tout en maugréant intérieurement contre le sens de l'humour douteux des Elfes de Maison, lorsque l'apparition de la suite de son petit-déjeuner acheva de la rendre muette. Un brownie surplombé de morceaux de banane et un burrito. Un burrito. Au petit-déjeuner. Décidément, les Elfes avaient vraiment décidé de s'amuser. Ils devaient littéralement se tordre de rire dans leur cuisine. Tout ça parce qu'elle était allée leur demander un burrito, en pleine nuit, quelques jours plus tôt, parce qu'elle avait faim et qu'elle était nostalgique de ses vacances au Mexique. Elle darda ses prunelles vertes sur le burrito un instant, puis attrapa l'un de ses expressi et l'avala d'une traite. C'était déjà ça.

En revanche, elle ne put masquer sa surprise à la question d'Elijah. Si elle avait des frères et soeurs? Pourquoi est-ce que cela l'intéressait? Il n'avait jamais daigné lui poser la question pendant les quatre années qu'ils avaient passé ensemble à Poudlard, alors cela avait de quoi surprendre. Mais ce n'était pas une raison valable pour ne pas y répondre.

« Non, aucun. Je suis fille unique. Et toi? Et qu'est-ce qui t'a amené à revenir ici? »


La fin de sa phrase s'évanouit alors que les lignes du temps la submergeaient. Elle aurait dû s'en douter; cela faisait bien trop longtemps qu'elle n'avait pas eu de vision. Elle aurait dû se méfier. Résultat, ça lui tombait dessus en public, à cet instant précis. Magnifique. Elle n'avait plus qu'à espérer que sa distraction momentanée passerait inaperçue. Elle voyait le Parc de Poudlard, et apparemment, il avait neigé. Elle distinguait deux silhouettes qui marchaient, au loin, et, souhaitant s'approcher, elle les distingua mieux. C'était elle-même et Elijah, et, fait surprenant, ils discutaient comme s'ils étaient amis. Son alter-ego se tourna pour admirer le Château, tandis que, dans son dos, le Directeur se penchait pour ramasser de la neige et se redresser avec un sourire amusé. Toutes ses tentatives pour prévenir l'autre elle-même furent vaines, évidemment, et elle ne put empêcher Elijah d'écraser la neige sur la tête de son alter-ego, qui en hurla d'agacement.

Elle s'obligea à respirer profondément, et se concentra sur les éléments qu'elle savait réels pour reprendre pied avec la réalité: l'odeur du café, le bruit des discussions de la Grande Salle, le bois dur de la table qu'elle serrait dans ses doigts, si fort qu'elle en avait mal. La méthode, qu'elle avait apprise auprès d'un Amérindien fit son effet, et elle revint dans le présent, en clignant des paupières. Fichu Troisième Oeil.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Delilah
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR
DÉCORATEUR

▸ MESSAGES : 1315
MessageSujet: Re: La Grande Salle   Dim 12 Jan - 9:15

Peut-être qu'Elijah n'avait pas une tête à travailler dans un magazine moldu. Certainement même. Mais mine de rien ça lui avait plu. Lorsqu'un burrito arriva en face de la jeune fille, Elijah ne pu retenir un haussement de sourcil. What ? Ils étaient détraqués ou quoi ? Le Delilah allait devoir penser à leur installer une horloge dans la cuisine. Le bulgare avala une nouvelle crêpe au Nutella et Lena lui répondit au sujet de sa famille. Fille unique donc. Voilà qui leur faisait un point commun, en fin de compte... Quant à savoir ce qui l'avait fait revenir en Angleterre, c'était une toute autre histoire. Plusieurs raisons. Une succession d'évènements. La première qui li traversait l'esprit n'était autre que Dana. Il avait suffit qu'il revienne aux sources pour que ça sonne presque comme une demande en mariage à ses oreilles de tarées. Car oui, Dana était une tarée. À peine avait-il reposé ses affaires dans la demeure familiale que la sorcière, voisine des Delilah depuis toujours, avait sonné à la porte avant de se jeter littéralement sur le Poufsouffle, lui promettant de ne plus jamais le laisser partir, qu'eux deux c'était à la vie à la mort, blah blah blah... Cependant, le Delilah avait tenu quatre ans. Quatre longues années à sortir et rentrer chez lui comme un voleur, évitant par tous les moyens de tomber sur la jeune femme. Mais ce n'était pas tout. Il y avait eu Roccha. Son altercation avec son supérieur lui avait presque coûté la vie. Ce fourbe. Bien entendu il n'allait certainement pas avouer ses torts et avait fait comme si de rien n'était. À quoi bon ? Il avait un statut de Doyen à Dumstrang, pourquoi sacrifierait-il sa carrière pour un petit jeunot tout droit sorti de Poudlard ? Mais dès qu'Elijah fut sortit de l'hôpital, il annonça sa démission et resta encore un mois complet chez lui à se remettre de ses blessures. Même si ses séquelles physiques s'en étaient relativement vite remises, il ne pouvait pas en dire autant pour sa santé psychologique. C'est d'ailleurs pendant cette courte période qu'il commis l'irréparable. Dana, qui s'était mise en tête de veiller au chevet du Semi-Vélane, avait fait les frais de ses faiblesses morales. Une nuit où ses poumons le faisait particulièrement souffrir, le jeune homme s'était laisser aller à la douceur de la jeune femme et s'était adonné avec elle, le temps d'une nuit, aux plaisirs de la chaire. Le lendemain le Delilah se rendit compte de son erreur, et qu'il l'expliqua à son amie d'enfance. Le soir-même, la jeune femme avait tenté de mettre fin à ses jours. Encore aujourd'hui il regrettait beaucoup son comportement qui l'avait plongé malgré lui, dans une situation qu'il ne contrôlait plus. Le Directeur se rendit compte que cela faisait plusieurs secondes que la Singer attendait toujours une réponse. Alors il se lança dans un mensonge honteux, mais nécessaire.

L'Angleterre me manquait. Et je voulais tester de nouvelles choses, essayer le monde moldu. J'ai rapidement trouvé un travail dans le maga...

Elijah tourna la tête vers la Directrice de Maison qui ne semblait pas prêter la moindre attention à ses paroles. Les yeux dans le vague, elle ne voyait plus le monde réel. Sa main était crispée sur le bois de la table et ses doigts en devinrent blancs. Que se passait-il ? D'un geste étonnamment doux, le bulgare posa sa main sur celle de la jeune fille et prit un air inquiet.

Singer ? Singer est-ce que... Lena. Lena !

Il n'avait pas beaucoup haussé le ton, et la Poufsouffle sembla revenir d'elle-même à la réalité. Oubliant là où il avait posé sa main, Elijah examina le visage de Lena en fronçant les sourcils.

Ça va ?


FREE HUGS HEY THERE DELILAH
Qu'est-ce que tout le monde a, mais que personne ne veut perdre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La Grande Salle   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Grande Salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» MI5 ► Y a des fois où je me dis que j'ai tout gagné.
» Le potager
» ‣ SUJET COMMUN : Repas de Début d'année
» Grande salle de Réception [Officiel]
» Hadhod, nain de la Moria [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epic Hogwarts :: ϟ ROLE PLAYING GAME ϟ :: RPG DE DÉTENTE-