AccueilGalerieFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrerGroupes



 
Chers membres, chers invités,

Nous avons déménagé sur la version 2.0 d'Epic Hogwarts.
Nous vous invitons à vous (ré)inscrire à l'adresse suivante :

http://epichogwarts.com

Nous espérons vous voir parmi nous.
La direction d'Epic Hogwarts.

Partagez | .
 

 A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Dim 19 Jan - 5:39


Il faisait calme dans le château ce jour-là. Et pour cause, la plupart des élèves étaient sortis à Pré-Au-Lard et il ne restait plus que les premières et les deuxièmes années dans le château. Pareils à eux-mêmes, les Gryffondor's n'étaient pas restés enfermés dans leur salle commune et étaient parti s'amuser dans le parc du Château. Il fallait dire que la neige invitait les élèves à faire de gigantesques batailles de boules de neiges et qu'à onze et douze ans, l'on était encore un peu dans l'enfance. Profitant du fait que la salle commune soit déserte, la Cassiopée avait quitté les lieux qu'elle occupait habituellement les week-end's pour se rendre à la Bibliothèque. Elle avait besoin d'un livre sur les métamorphomages et leurs capacités. Depuis son entrevue avec Sacha et ses cheveux qui changeaient constamment de couleurs, elle avait envie d'en apprendre plus sur le sujet. De plus, il lui serait amusant de pouvoir "lire" les émotions de Bleuet, les rares fois où ses cheveux arboraient également une autre teinte.

Arrivée au deuxième étage du bâtiment principal, la rouge-et-or poussa doucement la porte et inhuma profondément l'air de la pièce. Elle s'était toujours sentie chez elle dans cet endroit, chose qui avait toujours surpris, les Gryffondors n'étant pas de grands lecteurs. Du trio qu'elle formait avec l'Aphrodisia et le Delilah, la Cassiopée était celle qui lisait le plus. Elle tenait son amour des livres de sa grand-mère, ancienne Serdaigle et c'est en pensant chaque fois à cette dernière qu'elle pénétrait dans l'antre de la lecture. C'était ici également qu'elle avait rencontré Lena Jane Singer, sa confidente. Bien que la Poufsouffle soit plus jeune qu'elle, les deux jeunes filles s'étaient tout de suite bien entendue. Fidèle à elle-même, Sewell n'avait pas hésité à prendre la défense de la jaune-et-noir quand le demi-vélane se moquait d'elle. La bibliothécaire avait même finit par obtenir qu'il ne se moque plus d'elle en sa présence.

Se dirigeant à pas feutrés dans le rayon consacré à la métamorphose, l'adulte tira après quelques minutes de recherches, un lourd grimoire dédié à tous les types de métamorphoses humaines. C'était exactement ce qu'il lui fallait. Revenant sur ses pas, l'animagus contourna le comptoir et entra dans le bureau des maîtres des lieux. Il n'y avait rien de mieux que de lire un livre avec un bon thé. Posant la bouilloire sur le feu, elle farfouilla ensuite dans l'armoire à thé pour en sortir une boîte d'Earl Grey et son service en porcelaine préféré. Un blanc avec des oiseaux bleus qui volaient d'une tasse à l'autre. Le professeur de Soins aux Créatures Magiques avait toujours aimé ces animaux. Avoir pu "devenir" l'un d'entre eux était sa plus grande chance.Pendant que le thé infusait doucement, la belge regardait par la fenêtre. Une gigantesque bataille de boules de neiges opposait les élèves des différentes maisons. Lukas Dragnorv et Alice Jekins supervisaient visiblement tout cela. Un sourire de joie enfantine naquit sur le visage de l'adulte. Toute cette neige lui rappelait le jour où elle avait découvert la magie...




Dernière édition par Sewell Cassiopée le Lun 20 Jan - 5:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Dim 19 Jan - 7:11

En bâillant - elle avait une fois de plus négligé son sommeil - Lena entra dans la Bibliothèque. Elle aimait cet endroit. Et elle avait bien besoin d'un peu de repos après avoir passé sa matinée à courir derrière ses élèves. Si elle tenait le Directeur qui avait institué ces fichues sorties à Pré-Au-Lard, elle ne donnait pas cher de sa tête. Ou de son tableau. Ça brûlait vite, un tableau? Probablement. Ce n'était que de la toile et de la peinture.

Bref. Elle avait dû négocier pendant des heures avec les élèves sans autorisation, rattraper et/ou chercher les petits malins de Première et Deuxième Année qui avaient essayé de se rendre discrètement au village. L'horreur totale. D'autant plus que, jusqu'à nouvel ordre, il était interdit de lancer un "Accio" sur un élève. Dommage. Une fois tout ce petit monde évacué - elle n'avait pas voulu les accompagner, elle tenait à sa santé mentale, merci bien - elle s'était rendue à la Volière et envoyé une lettre à Felipe. Cela faisait désormais quelques jours qu'ils correspondaient dans la plus entière courtoisie.

Mais il n'y avait rien qu'elle n'aimait plus que la vieille Bibliothèque de Poudlard. Certains des ouvrages présents dans cet endroit avaient plus de valeur que sa vie elle-même. Elle se sentait toujours étrangement respectueuse en les touchant. Ces livres avaient connu l'Histoire, y avaient participé, ils étaient les témoins du passé. Passé auquel elle accédait, parfois, en effleurant les ouvrages.

En secouant la tête, faisant onduler ses longs cheveux dorés, elle admira l'étendue de la salle, et tira sur le bas de son sweat-shirt aux couleurs de l'équipe de Quidditch de Poufsouffle. Elle ne se différenciait pas tellement des élèves, au final. Elle n'avait que trois ans de plus que les plus âgés d'entre eux. Et elle avait toujours l'air un peu brouillonne.

Un coup d'oeil au Comptoir lui indiqua que Sewell devait être là, et la jeune blonde afficha un sourire réjoui. La Gryffondor était sa plus proche amie, à Poudlard. Elle se rendit en sautillant jusqu'à la table qui lui était réservée, et passa la porte de leur bureau. Elle afficha alors un sourire radieux, et poussa doucement du pied une pile d'ouvrage qui gênait le passage.

« Salut Sewell! Alors comme ça, tu as évité Pré-Au-Lard? »

Elle lui adressa un clin d'oeil facétieux et se prit une tasse, dans laquelle elle mit juste ce qu'il fallait de Lapsang Souchong, avant de verser d'un geste expert de l'eau bouillante sur les feuilles. Chez elle, servir le thé était tout un art. En attendant que la boisson infuse, elle farfouilla sous une montagne de papier, et réussit à mettre la main sur sa paire de lunettes avec un 'HAHA!' victorieux. Elle n'avait pas de mauvaise vue; seulement, quand elle était particulièrement fatiguée, elle portait des lunettes pour lire.

Elle tira un livre d'une pile, et posa sa tasse de thé en équilibre sur d'autres objets qui étaient entassés sur son bureau. Pour elle, c'était ça, le bonheur. Un paradis.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Dim 19 Jan - 11:12

Le thé exaltait une délicieuse odeur qui se répandit dans toute la pièce. Sewell adorait cette ambiance particulière qui était celle du bureau des bibliothécaires. Cet endroit simple et chaleureux avait le don d'apaiser qui que ce soit. Assise dans l'un des fauteuils en cuir de la pièce, la Cassiopée venait de poser presque religieusement le livre qu'elle avait prit un peu plus tôt dans la section métamorphose. Ouvrant précautionneusement l'ouvrage, l'adulte parcouru l'index à la recherche du terme qu'elle cherchait: les métamorphomages. Elle se demanda un court instant pourquoi elle n'avait pas entreprit cette recherche au cours de ses années d'études. Sans doute parce qu'elle était trop occupée à faire des bêtises et à étudier. Un comportement paradoxal qui dérangeait fortement les professeurs. Ils n'arrivaient pas comprendre comment une personne aussi douée pour les études fasse autant de bêtises à la tombée du jour. Qui plus est, en entraînant avec elle, deux élèves de deux autres maisons.

Ayant bu une gorgée du précieux breuvage, la lionne s'apprêtait à se plonger dans sa lecture lorsqu'elle fut interrompue par l'arrivée d'une personne qu'elle connaissait bien: Lena. Aussitôt un sourire radieux se dessina sur le visage de la directrice de maison. Les moments où elle pouvait discuter tranquillement avec sa confidente devenaient beaucoup trop rares à son goût. Ses postes de professeur et de directrice de maison lui prenaient énormément de temps. Et l'horaire des bibliothécaires était établi pour que le bibliothèque ne se retrouve jamais sans surveillance. Ce qui faisait que les bibliothécaires se croisaient plus régulièrement qu'autre chose. Il n'était pas rare que l'enseignante surveille l'antre de la littérature tout en corrigeant une pile de devoirs. Ou même qu'elle lise debout au comptoir avec une tasse de thé. Mais ce qu'elle préférait: c'était d'aider les élèves dans leurs recherches. Cela donnait l'impression à la rouge-et-or qu'elle faisait une chasse au trésor dans son domaine préféré. Avec un grand sourire joyeux, la Singer demanda à son amie si elle aussi avait réussi à éviter la sortie à Pré-Au-Lard.


- Hé bien oui! Disons que ça n'a pas été très dur de convaincre les Gryffondor's de faire une bataille de boules de neiges géantes. De cette façon, ils ne pensent pas à aller à Pré-Au-Lard en douce. Et pour ma part, je n'y vais plus sauf pour commander du jus de Framboises.

En effet, la maraudeuse avait trop traîné dans le village quand elle était élève et elle en avait rapidement fait le tour. Il n'y avait plus rien d'intéressant à découvrir et même la cabane hurlante était devenue intéressante à la fin de sa cinquième année. C'est à partir de là qu'elle avait commencé à explorer la forêt interdite en profondeur. Et qu'elle avait rencontré Gonian. C'était grâce à ce centaure qu'elle connaissait aussi bien les bois. Mais cela était une autre histoire. Observant son amie trifouiller dans le bureau pour essayer de retrouver ses lunettes, la bibliothécaire repensa rapidement aux bons moments qu'elle avait passé avec la Singer. L'amitié commençait parfois par de petites choses simples. Alors que la jaune-et-noir venait enfin de trouver ses lunettes, le professeur de Soins aux Créatures Magiques lui demanda:

- Tu m'a l'air bien fatiguée dis-moi. Aurais-tu encore passé la nuit à lire des livres?

La belge disait ça gentiment. Elle espérait du fond du coeur que tout allait bien pour la Poufsouffle. Pour le moment, elle croisait trop rarement ses amis à son goût. Elijah était tout le temps occupé par son poste, Bleuet réparait et améliorait le château à gauche-à droite, et à cause de leurs horaires respectifs, Lena et elle ne faisaient que se croiser. Cette situation commençait à devenir insupportable pour l'animagus et maintenant qu'elle avait un peu de temps avec l'une des personnes qu'elle appréciait le plus, elle allait en profiter un maximum. Elle avait remarqué que la directrice de Poufsouffle n'avait pas eu l'air dans son assiette ces derniers jours et elle avait envie de savoir pourquoi et de si possible l'aider.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Lun 20 Jan - 7:20

Ses lunettes sur le nez, Lena caressa la couverte du livre, et souffla doucement dessus, en enlevant toute poussière, puis elle l'ouvrit avec délicatesse. Elle avait, dans sa Bibliothèque personnelle - enfin, celle de son père, mais passons - des ouvrages d'une valeur inestimable. Et pourtant, elle prenait tout autant soin des livres moins précieux, comme celui qui reposait sur ses genoux, un traité d'Histoire de la Magie. Elle réussit à mettre la main sur un parchemin vierge, et tira un stylo-bille de la poche de son jean. Une formidable invention moldue, ces stylos. Ils lui évitaient un certain nombre d'ennuis avec l'encre.

Elle coinça son stylo entre ses dents, et retira de son poignet un élastique assez vieux et usé pour avoir fait la guerre du Vietnam, et attacha ses cheveux en queue de cheval. Là, aux moins, ils auraient le mérite de ne pas la gêner. N'importe qui la regardant aurait conclu à une séance de révisions entre une étudiante et son amie. Sauf qu'elle n'était pas n'importe quelle étudiante. Elle était Directrice de la Maison Poufsouffle de Poudlard, et richissime héritière d'un Lord anglais. Et Merlin savait qu'elle prenait ses responsabilités au sérieux.

A ce sujet... Lena hocha la tête à la réponse de Sewell. Pas bête. Pas bête du tout. Elle avait encore beaucoup à apprendre pour ce qui était de s'occuper d'enfants. Elle n'avait pas eu de frères ou de sœurs et l'éducation qu'elle avait reçue était... originale. Elle esquissa un large sourire, et, prenant garde à ne pas renverser sa tasse de thé, tira sa baguette de sa poche.

« Je n'y vais plus tellement non plus. Je préfère me rendre à Londres, et puis je n'ai plus assez de temps pour sortir. Tu permets que je te copie? Je vais proposer à mes petits Blaireaux d'aller les rejoindre. »

Sans se départir de son sourire, elle se chercha un souvenir agréable à invoquer, et finit par se résoudre à prendre celui qu'elle choisissait tout le temps. Une matinée, au Manoir, au printemps, où elle avait passé l'après-midi dehors avec sa mère, à courir dans le jardin immense de la propriété. Elle devait avoir cinq ans, à peine, et c'était l'une des rares fois où sa mère était venue jouer avec elle. Ce n'était pas ce qui comptait. Ce qui comptait, c'était que c'était sa vision du bonheur à elle. D'un vif mouvement de baguette, la jeune femme invoqua son Patronus, et regarda avec attendrissement le faon tourner sur lui-même, avant qu'il ne s'échappe pour partir en direction de la Salle Commune annoncer la nouvelle.

Elle aimait son Patronus, même s'il pouvait paraître naïf et enfantin. Non, elle n'avait pas d'obsession pour Bambi. C'était juste qu'un faon était, à ses yeux, un animal innocent et pur. Un être doux, mais qui ne faisait pas confiance facilement. Un animal sauvage, qui se laissait difficilement approcher. Un animal qui avait encore tout à apprendre. Elle se retrouvait un peu, dans cette vision du jeune cerf.

A la question de Sewell, Lena releva brusquement la tête. Argh. La Gryffondor la connaissait trop bien, maintenant. elle avait probablement remarqué sa fatigue apparente. Elle dormait moins. Elle ne voulait pas dormir, elle avait peur de ce que ses rêves lui apporteraient. Un rêve n'était jamais innocent, chez elle. Ils avaient toujours une signification cachée, et elle passait des heures à tenter de les décrypter avec des ouvrages de la Bibliothèque. Mais cela, Sewell ne pouvait pas le savoir. Parce que personne à Poudlard, pas même Sewell, ne savait qu'elle était Troisième-Oeil. Même à sa confidente, elle ne parvenait pas à le dire. Cela lui avait toujours apporté des ennuis dans le passé. C'était ainsi.

« J'ai lu longtemps, hier soir. Et puis je dors mal. Je fais des cauchemars. »

Et encore, c'était un euphémisme. Elle se réveillait en pleine nuit, prostrée devant sa porte, en hurlant. La veille encore, c'était un élève de Cinquième Année qui était venu la tirer de son cauchemar, en frappant à sa porte pour voir si tout allait bien - et aussi pour qu'elle se taise et qu'il puisse se rendormir. Le visage humide de sueur et de larmes, en pyjama, elle l'avait remercié et renvoyé dans sa Salle Commune. Elle était exténuée. Les évènements s’accéléraient. Tout allait trop vite, bien trop vite.

Sans afficher ses pensées, elle adressa un sourire rassurant à son amie. Que Sewell sache qu'elle dormait mal, c'était une chose. Qu'elle sache que des dizaines de versions du futur différentes s'imposaient à elle dès qu'elle fermait les yeux, c'en était une autre. Et elle n'était pas prête à confier ce secret-là. Pas encore.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Mar 21 Jan - 6:24

Hochant la tête en signe d'approbation, la lionne regarda sa collègue utiliser un patronus pour enjoindre ses élèves à participer à la bataille de boules de neiges. Elle n'avait jamais vu le patronus de son amie mais elle ne fut pas vraiment étonnée de voir apparaître un faon argenté. Elle trouva que cela représentait assez bien la Singer. Reprenant une gorgée d'Earl Grey, la rouge-et-or parcouru la liste des couleurs généralement liées aux émotions des métamorphomages. Ainsi, cela lui confirmait que l'orange était bien la couleur de la colère ainsi que le rouge. Par contre, le bleu et un raidissement des cheveux était lié à la peur. Ainsi donc, Sacha a eu peur l'autre jour en bibliothèque. Intéressant... Quelques lignes plus loin, le comparatif lui expliquait également que le bleu était aussi la représentation extérieur de la timidité. Cette information fit sourire la Cassiopée, Bleuet avait toujours été réservé et voilà que cela se confirmait. Enfin le gris était signe de stress... Pas étonnant quand on vient de se faire arroser par un livre cracheur!

Sewell se demanda un instant si le livre expliquait également pourquoi elle se transformait en aigle plutôt qu'en fourmi. Abandonnant quelques minutes la partie sur les métamorphomages, elle lut rapidement en diagonale celle sur les animagi's. Mais malheureusement, elle ne trouvait pas la réponse à sa question. Cela resterait probablement un mystère. En parlant de question, la Gryffondor vit la Poufsouffle tiquer lorsqu'elle lui demanda si tout allait bien. Apparemment, elle ne s'attendait pas à ce que la belge devine aussi facilement qu'elle était fatiguée. Après un léger temps d'arrêt, la blonde lui répondit qu'elle avait effectivement lu fort tard puis qu'elle avait fait des cauchemars toute la nuit. Au mot "cauchemar", l'enseignante haussa un sourcil. Faire un cauchemar fatiguait rarement à ce point. Cela devait avoir été sacrément costaud. Et encore. Le seul mauvais rêve qu'elle n'ait jamais fait et qui l'avait marqué le lendemain était celui où elle retrouvait les cadavres de ses parents disparus. Il revenait d'ailleurs souvent.

La directrice de maison hésita un instant à demander frontalement à la bibliothécaire en chef, pourquoi est-ce qu'elle faisait des mauvais rêves toutes les nuits. Et surtout depuis combien de temps. Attrapant machinalement une mèche de ses longs cheveux, elle entreprit de la tresser puis de la dénatter pendant qu'elle réfléchissait. Ce tic nerveux, elle l'avait depuis l'adolescence où même pendant ses examens, tout en se perdant dans ses réflexions, elle "jouait" avec ses cheveux du bout des doigts. Cheveux qui lui arrivaient à la taille depuis sa quatrième année, ce qui était encore le cas actuellement. De tous les membres du personnel, c'était la professeur de Soins aux Créatures Magiques qui avait la plus longue chevelure. Ce qui accentuait encore plus son coté "jeune", mais paradoxalement, la maraudeuse n'avait aucune envie de se les couper. Lissant d'un geste fluide sa mèche, elle parvint à la conclusion qu'il valait mieux être fin. De toute façon, elle n'avait que l'envie sincère d'aider son amie.


- Oh tu fais des cauchemars? Ce n'est pas très agréable... Tu as appris une mauvaise nouvelle?

La bibliothécaire réfléchissait parallèlement à ce qu'on pouvait faire pour "soigner" les gens qui avaient des mauvais rêves toutes les nuits. Personnellement, quand elle faisait son cauchemar, elle buvait du lait chaud avec du miel dedans. Généralement, ça la calmait aussitôt. Et cela faisait aussi protester violemment son instinct animal. Mais cela, c'était un autre problème qu'elle devait apprendre à gérer. Si l'animagus maîtrisait parfaitement sa transformation, elle avait en revanche un problème avec son instinct animal assez envahissant. Instinct qu'elle contenait en essayant de se transformer régulièrement et grâce à Huoyan. Le phénix lui était décidément d'une aide précieuse et elle ignorait jusqu'à quand il l'aiderait. Néanmoins, elle était ravie de pouvoir bénéficier de sa sagesse. Une brève seconde, elle se demanda si les larmes de phénix pouvaient guérir des cauchemar's. Peut-être même pourraient-elles soigner Elijah? Mais, n'étant pas sûre de la reponse à sa question, elle préféra laisser tomber pour l'instant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Mar 21 Jan - 9:28

Lena étouffa un bâillement, et essaya de se persuader que non, elle n'était pas fatiguée. Elle se portait à merveille, merci bien, et ce n'étaient pas quelques cernes et un teint pâle qui allaient la convaincre du contraire. Personne n'était jamais mort pour avoir eu quelques heures de sommeil en moins, si? Et puis même, si ça continuait, elle pouvait toujours s'arranger pour voir l'Infirmière et lui demander une potion de sommeil, ou autre chose du genre. C'était de loin la solution la plus raisonnable qui soit.

Et elle avait faim, en plus. Ça lui apprendrait à sauter des repas. En soupirant contre elle-même, elle se leva précautionneusement et fouilla dans la Réserve-Secrète-De-Cookies. Il y avait largement assez de biscuits là-dedans pour survivre à une guerre atomique en se servant du bureau comme bunker. Elle s'empara d'une boîte avec satisfaction, et coinça un biscuit dans sa bouche, et proposant la boîte à Sewell.

Elle se rassit tranquillement, et avala une gorgée de thé, en réfléchissant à la question de Sewell. Il y avait ce qu'elle ne pouvait révéler, il y avait ce qu'elle ne voulait révéler, et il y avait le reste. Et le reste, elle savait que son amie comprendrait. Elle était une femme, après tout, et les membres de la gent féminines se soutenaient toujours pour ce genre d’histoires, aussi stupides et naïves pouvaient-elles être.

« Rupture difficile, tu dois savoir ce que c'est. Ex petit ami qui n'avait d'intérêt pour toi que je temps de te voler un objet précieux. »

Précieux, et dangereux, surtout. Horacio avait mis la main sur son précédent carnet de visions. Il l'avait bien eue, sur ce point-là. Encore qu'aux dernières nouvelles, il n'avait pas réussi à pousser le carnet à lui révéler ses secrets. Elle avait détruit toutes les pages dangereuses, elle les détruisait toujours. On ne pouvait en revanche pas savoir ce que le Panaméen allait deviner, comprendre, en lisant ses notes. Il avait des éléments qu'elle n'avait pas, des pièces manquantes aux multiples puzzles qui s'offraient à elle.

Elle secoua la tête, feignant de ne pas s'en soucier. Et pourtant, le goût amer de la trahison lui remontait encore à la bouche. Et elle doutait sincèrement de pouvoir douter Sewell comme ça. Son amie devinait toujours quand elle ne disait pas tout, ou qu'elle n'allait pas bien. Toujours. Amusée, elle releva brusquement la tête, et adressa un large sourire à la Gryffondor. Un sourire sincère, parce que la pensée qui lui avait brusquement traversé l'esprit l'avait amusée.

« Et, tu sais quoi? Tu ne survivrais jamais dans mon univers, Sewell. Tu es bien trop perspicace, bien trop maligne. Ou alors... Tu les écraserais tous comme des mouches. »

Son univers. Une façade dorée de fêtes et de richesses. Et par derrière, des hypocrites et des menteurs avides de pouvoir. Elle se voyait bien mettre Sewell au milieu de tout ça, et étouffa un rire à cette seule pensée. Décidément, il faudrait qu'elle essaye, un jour. Si elle réussissait à la séparer d'Elijah et de Bleuet pour juste quelques jours.

Secouant la tête avec amusement, elle se replongea dans son manuel d'Histoire de la Magie, en griffonnant à la hâte des annotations sur son parchemin.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Mer 22 Jan - 11:59

Avalant une gorgée de thé, la brune regardait son amie sortir de la réserve ultra secrète de cookies, une boîte des précieux gâteaux. Pâtisserie qu'elle prit avec plaisir, ces biscuits étant les seules choses sucrées que l'animagus pouvait encore mangé sans modération. Croquant avec plaisir dans la pâte incrustée de pépites de chocolat, Sewell attendait la réponse de Lena qui réfléchissait. Elle le voyait grâce à la légère ride qui était sur son front et à son expression. En ce qui concernait ses amis proches, il était assez difficile de lui cacher quelque chose et elle devina qu'elle avait taper dans le mille. Apparemment elle était assez douée pour ce genre de chose même avec des inconnus. Elle n'était pas troisième oeil, ni legilimens mais elle arrivait quand même à deviner ce qui généralement préoccupait la personne à qui elle parlait. Ce n'était pas un don à proprement parler, plutôt une sorte d'intuition basée sur l'observation et la connaissance de la psychologie qu'elle avait acquise lors de son tour du monde. La Gryffondor avait côtoyé plus de gens différents qui n'en avait probablement été donné à quiconque dans le personnel.

Finalement la Singer lui répondit. Elle haussa un sourcil au mot rupture difficile. C'était trop peu pour que cela provoque de tels cauchemars. Même si la personne en question était partie avec un objet de valeur. Un traître en somme! Parmi toutes les catégories d'individus présentes sur Terre, si il en était bien une que la Cassiopée détestait, c'était celle des traîtres. Si la belge s'était retrouvé dans une telle situation à la place de son amie, elle se serait lancé à la poursuite de la personne qui lui avait fait du tord immédiatement! Elle l'aurait retrouvé, défié et battu en duel ainsi que récupéré son bien par la même occasion. La rouge-et-or avait la chance d'être une bonne duelliste et d'avoir eu son ASPIC en Défense Contre les Forces du Mal avec un optimal à la clef. Ce n'était donc pas un lâche qui allait lui tenir tête très longtemps! Soudain, un bout de phrase de la jaune-et-noir la frappa. Une supposition inattendue qui fit éclater la lionne d'un grand rire franc.


- Honnêtement, je ne sais pas ce que c'est. Je n'ai jamais eu la chance d'avoir un petit ami. Je crois que je fait peur aux garçons! Exceptés Elijah et Bleuet bien sûr.

Mais elle n'était jamais tombée amoureuse de ses deux amis. La belge les voyait plus comme deux espèces de frères mais pas comme des potentiels petits copains. Et c'était sans doute pour cela que leur amitié avait durée aussi longtemps. Le Delilah parce qu'elle ne l'avait jamais regardé en bavant comme toutes les greluches sans cervelles qui les suivaient à longueur de journée et qu'elle l'avait toujours traité naturellement. Cette proximité dérangeait et lui avait valu la jalousie de quasiment toutes les filles de l'école à cette époque. Aucune d'elles n'avait jamais été aussi proche qu'elle du demi-vélane. Quant à l'Aphrodisia, la tolérance de la Cassiopée et la simplicité dont elle faisait preuve avec lui n'avait pu que renforcer leur amitié. Jamais Sewell n'avait harcelé Bleuet pour savoir d'où venait ses cheveux bleus et jamais elle ne s'en était moqué. Encore quelque chose que certains élèves de Poudlard faisaient sans pitié: se moquer des gens.

Tout à coup, la directrice des blaireaux dit quelque chose qui surprit d'avantage la bibliothécaire. Qu'elle ne survivrait pas dans l'univers de Lena... Ou plutôt que cet univers ne lui survivrait pas. Fronçant les sourcils, elle se demanda de quel univers parlait sa supérieure. Certainement pas quelque chose de dangereux, sinon la blonde n'aurait même pas émit la supposition et cette dernière se serait peut-être retrouvée à Gryffondor. Ou alors il s'agissait de quelque chose de pervers et de manipulateur. C'était sans doute de cela qu'il s'agissait et cela expliquait le compliment dont venait lui faire part la Singer. Elle eu tout à coup l'envie de découvrir cet univers et peut-être de comprendre ce qui chagrinait sa collègue à ce point. Car même si elle avait haussé les épaules en signe que tout allait bien, la maraudeuse avait senti que ce n'était pas tout à fait le cas. Voir même pas du tout. Et elle était quasiment sûre que cette rupture n'était pas la seule chose qui tourmentait sa confidente.


- Aha? Alors je serais bien curieuse de voir dans quel genre d'univers tu vis. Et à mon avis si il y a une possibilité que j'écrase ces personnes, je pense que ça ne te fera pas de mal.

Instinctivement, elle sentait qu'une fois de plus elle tapait juste. Que quelque chose dans l'entourage proche de la Poufsouffle lui faisait du mal. Elle avait une impression bizarre de déjà-vu mais elle n'arrivait pas à remettre la main sur d'où cela pouvait venir. C'était comme si une partie de ce que vivait la bibliothécaire-en-chef lui était lié d'une quelconque façon. Mais pas directement. Plutôt comme une sorte de similitude. Faisant une boucle avec la même mèche de cheveux que précédemment, la rouge-et-or fronçait les sourcils. Elle était certaine qu'au plus profond d'elle-même elle savait mais elle était actuellement incapable de dire quoi. Cela était très agaçant, presque autant que si on l'avait forcé à suivre un régime végétalien durant un mois. Finalement, elle décida d'abandonner, cela finirait bien par lui revenir à un moment ou un autre. En attendant, elle avait hâte d'entendre Lena lui en dire plus sur cet "univers".


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Jeu 23 Jan - 10:04

Bon. Sewell n'avalait pas son histoire d'ex petit-ami traître et voleur. Et pourtant, c'était la vérité la plus entière. Quoique. Entière, peut-être pas. Ce n'était pas Horacio qui donnait des cauchemars à Lena, mais son Troisième Oeil. Sans même parler des deux autres missives qu'elle avait reçues, et qui elles, étaient des cauchemars ambulants. Elle s'étonnait encore de ne pas avoir reçu de Beuglante hurlant avec la voix de son père. Même si elle s'était plus ou moins pliée à ses attentes, pour une fois.

La blonde esquissa un sourire amusé à la réponse de Sewell. Ainsi donc, elle faisait peur aux membres de la gent masculine. Et pourtant, elle avait tout pour elle. Elle était jolie, aimable, compatissante, et possédait un cerveau en parfait état de fonctionnement. Après tout, c'était peut-être cela qui faisait peur aux garçons que Sewell fréquentait. Un cerveau rempli, ça vous terrifiait un homme.

Elle choisit de ne pas répondre. Elle savait que son amie trouverait chaussure à son pied en temps voulu. Après tout, sur ce point-là, les livres ne différaient pas tant de la vie réelle. Elle-même ne vivait pas dans ces attentes méprisables de jeunes écervelées qui étaient prêtes à se damner pour un seul regard de leur idole. Elle se fichait bien de l'attention qu'on pouvait lui porter. Elle était vaccinée.

Puis Sewell la détourna de ce chemin de pensée, la ramenant à ce qu'elle nommait ironiquement "son univers". Haha. Son amie était intriguée. C'était normal. Ils l'étaient tous. Jusqu'à ce qu'ils découvrent que non, la vie de château n'était pas un conte de fées. C'était même le contraire. Elle avait peut-être été la petite princesse gâtée de ses parents, mais elle avait ouvert les yeux et avait fui sa prison dorée. L'oiseau prenait son envol. Elle pianota des doigts sur son livre, cherchant à présenter son expérience sous la lumière la plus juste possible.

« Imagine une grande demeure, et au milieu, une grande salle de bal. Ajoute à ça des dizaines et des dizaines de personnes en robes et costumes. Et n'oublions pas le corset et les chaussures qui font mal. Et ajoute à tout du bruit, des hypocrites, des menteurs, et des gens qui te tapotent la tête comme si tu étais un brave chiot manipulable à souhait. Tu vois le genre? »

Elle n'était pas satisfaite. Sa description ne collait pas bien. Même si son amie connaissait la nature de ses relation tendues avec le patriarche Singer, elle voulait vraiment que Sewell comprenne, qu'elle voie. Voir. C'était le mot. Voir. Se levant d'un bond sans se préoccuper des livres, elle se mit à ouvrir tous les tiroirs.

« On avait pas une Pensine de petit format, dans le coin? Histoire que je te montre. Et crois-moi, ça me ferait énormément de bien de te voir les écraser. Ça ne leur ferait pas de mal non plus. »

Elle fit un clin d'oeil à son amie, et fourragea sans un tiroir, le vidant sa ménagement. Qui avait dit que les petites princesses étaient des personnes organisées? Elle ne l'était pas. Enfin, pas vraiment. Il y avait tellement plus important à se préoccuper.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Dim 26 Jan - 0:19

Attendant la réponse de son amie, la lionne venait de mordre dans un deuxième cookie. Ces biscuits étaient toujours aussi bons. Sans doute que le paradis ressemblait à un mélange entre un monde de bonnes nourritures, de cookies à profusion et de rivières de thés de qualités ainsi que de jus de framboises. Sans oublier des livres par milliers. Moui cela est une assez bonne définition du paradis. Et puis peut-être que tout compte fait c'est là qu'elle retrouverait ses parents. Ses parents... C'était l'une des choses qui justifiait son tour du monde de quatre ans. Entre deux stages, pendant ses congés, dès qu'elle avait du temps libre, Sewell partait en quête d'information. Cela faisait douze ans maintenant que le couple Basile-Isabella Cassiopée avait disparu. Et toujours rien. Son grand père maternel, ex-auror, avait pourtant remué ciel et terre, en vain. La Cassiopée elle-même, dans chaque pays où elle s'était arrêté, avait tout fait pour obtenir des renseignements. Un piste qu'elle croyait sérieuse l'avait même amenée en Ethiopie il y a un an de cela. Encore une fausse piste qui lui avait permit de rencontrer Huoyan.

Lorsque le phénix l'avait trouvée, la Gryffondor était à bout de forces. Elle avait parcouru le pays sous sa forme animale afin d'être plus discrète et aussi plus efficace. Mais elle avait finit par s'effondrer sur les hauts plateaux de l'est de la région. A ce moment, l'animagus n'avait plus la moindre parcelle d'énergie. Elle était même incapable de redevenir humaine tellement elle n'en pouvait plus. Je crois qu'à ce moment-là, j'allais bientôt mourir... Puis elle avait entendu une note mélodieuse et elle s'était sentie renaître. Les semaines passées avec l'oiseau de feu lui avaient permis d'avancer et de voir plus loin. Sans lui, la belge serait peut-être portée disparue tout comme ses parents. Et ironie du sort, si elle était morte sous forme animale, jamais on aurait retrouvé son corps. Mais cela était une possibilité à présent écartée. Lorsque la brune avait décidé qu'il était temps pour elle de repartir en Angleterre, elle avait eu la surprise de voir le phénix la suivre. Et quand elle lui avait "demandé" pourquoi, il ne lui avait jamais répondue.

Enfin Lena répondit à sa question: une univers de contes de fées où tout est façade et hypocrisie. Dégoûtant. Pourtant, à cette description, l'impression bizarre qu'elle avait depuis que la jaune-et-noir avait mentionné son univers se renforçait. Une sorte de lien, ténu et pourtant existant, reliait la directrice de maison à cet univers dont lui parlait la Singer. Et plus cette sensation lui apparaissait clairement, plus elle était incapable de dire d'où cela venait. Pourquoi tout d'un coup se sentait-elle si proche de ce que son amie décrivait? Pourquoi avait-elle l'impression qu'une partie d'elle connaissait ce genre de choses sans vraiment le connaître? Etait-elle en train de devenir folle? Secouant la tête, elle essaya de chasser cette impression. Peut-être faisait-elle une projection sur ce que lui disait la bibliothécaire-en-chef? Cela devait être ça. Il était vraiment stupide de sa part d'essayer de s'identifier aux autres. Comment pouvait-elle être aussi puérile?

Soudain la question de la directrice des blaireaux la tira de ses réflexions. Une pensine petit format? Bien sûr que si mais elle ne savait pas où. Voyant son amie, retourner tous les tiroirs de son bureau, la rouge-et-or décida de faire au plus simple: tirant sa baguette, elle jeta un accio et n'eu qu'à attendre une poignée de secondes pour réceptionner l'objet. La bassine de pierre faisait une quinzaine de centimètres de diamètre et la femme la posa précautionneusement sur la table basse, ayant prit soin auparavant de bouger le livre qu'elle lisait. Elle adressa un petit sourire bienveillant à sa confidente. La Gryffondor se doutait bien que montrer ses souvenirs à autrui n'était pas toujours facile et elle se voulait la plus rassurante possible. Et puis dans un sens, peut-être que cette visite dans le passé de Lena allait aider la jaune-et-noir plus qu'elles ne le pensent?


- Allons, voyons ce que je peux faire contre des hypocrites!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Dim 26 Jan - 1:41

Lena baissa la tête juste à temps pour éviter de se prendre la Pensine en pleine tête. L'objet, attiré par le Accio de Sewell, s'était élevé dans le bazar et avait plané à toute vitesse en direction de son amie. Elle, elle n'avait eu qu'à éviter de perdre une bonne quantité de neurones en héritant d'une commotion cérébrale. La Gryffondor réceptionna en douceur la Pensine, avant de la poser sur son bureau. Sewell avait l'air pensive, tourmentée, même. Mais Lena ne dit rien, ne demanda rien; si son amie voulait lui parler, alors elle serait là pour écouter. Elle serait toujours là.

Elle se félicitait souvent d'être une oreille attentive, et une épaule sur laquelle on pouvait se reposer. Elle écoutait sans interrompre, et elle ne jugeait pas. Elle se contentait de consoler et de recoller les morceaux. C'était ce qu'elle faisait toujours. Elle adressa alors un léger sourire à son amie et se releva, avant d'épousseter son pantalon. Elle reforma rapidement une pile de livres en équilibre instable et traversa le bureau en évitant habilement les ouvrages posés sur le sol.

Puis elle se plaça près de son amie et lui décocha un clin d’œil amusé. Ainsi donc, Sewell avait envie d'aller casser du noble? Alors soit. Si tel était son plaisir. Et si ça pouvait lui remonter le moral...

« Je doute que tu ne puisse faire quoique ce soit contre eux, veninde, ce n'est qu'un souvenir. Mais tu peux te moquer d'eux autant que tu le souhaites. »

Encore un mot de danois qui lui avait échappé. Veninde. Amie. Elle tira sa baguette de sa poche et en effleura doucement le bois du bout des doigts. Elle aimait sa baguette. C'était la compagne de toutes ses aventures, les bonnes et les mauvaises. Elle en appuya l’extrémité contre sa tempe, et se concentra sur un souvenir. Elle avait huit ans, à l’époque, et ses parents avaient organisé une grande fête où toute la haute aristocratie anglaise et internationale s'était pressée. Elle se souvenait encore avec précision de la robe trop lourde qu'elle portait et des épingles à cheveux qui s'enfonçaient dans son crâne.

Doucement, elle écarta la baguette de sa tempe, et un filament argenté y était accroché. Elle le contempla un instant, avant de le laisser tomber d'un mouvement sec dans la Pensine. Elle remua le liquide lumineux de sa baguette et regarda se dessiner dans la Pensine l'image de son immense salle de bal. Puis avec un sourire, elle se tourna vers Sewell.

« Après toi, très chère. Bienvenue dans mes souvenirs. »

D'un large mouvement de bras, elle l'invita à observer ses souvenirs, et se fit la réflexion qu'il s'agissait de pans de son passé qu'elle n'avait jamais partagés avec quiconque. Non parce qu'ils étaient secrets, mais parce que cela la dérangeait d'être riche et puissante. Elle n'aimait pas l'étaler au grand jour.

Les yeux fixés sur l'image, elle se fit la réflexion que tout ce qui brillait n'était pas de l'or. Elle ne se fiait jamais aux apparences extérieures, et ne faisait jamais confiance à une personne pour la simple raison que la personne en question avait été gâtée par la nature. Elle ne regardait jamais le physique en premier; d'abord venait l'âme, et le reste ensuite. Et elle savait bien qu'un visage doux pouvait cacher des tréfonds de noirceur.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Dim 26 Jan - 7:51

Ce n'est jamais qu'un souvenir lui avait dit Lena. Certes mais cela était pratique pour observer et pouvoir détruire gentiment le jour où elle rencontrerait en vrai ce genre de personne... Ou alors les avait-elle déjà rencontrées? Rien à faire, ce lien aussi tenu continuait à résister même après que la rouge-et-or se soit dit qu'elle se faisait des idées. Alors que la Singer tirait et glissait délicatement un souvenir dans la pensine, l'impression de Sewell ne faisait que se renforcer. Comme si il manquait une pièce du puzzle qu'elle avait pourtant déjà en main mais qu'elle n'arrivait pas à remettre à sa juste place. C'était très frustrant. Et cela la travaillait depuis plusieurs minutes déjà, sans qu'elle puisse s'en débarrasser. Mais la jaune-et-noir l'invitait à regarder le souvenir et la belge, avec une légère hésitation, plongea dans la pensine, ou plus précisément, dans le souvenir de son amie.

C'était une soirée de gala visiblement. Donnée dans une riche salle de bal où les invités portaient des tenues lourdes et rendues ridicules par le surplus de bijoux et autres accessoires idiots. Se faufilant entre deux convives qui de toute façon de la voyait pas, la Cassiopée écoutait vaguement les conversations qu'elle surprenait. Une dame avec une robe rose bonbon, un horrible beagle au bras, riait d'une voix de fausset suraigüe. Un rire qui sonnait faux et qui vrillait les tympans. Un homme à l'air hautain, souffletait un pauvre domestique qui visiblement avait eu le malheur de ne pas lui apporter ce qu'il désirait. Pouah... En effet les apparences règnent. Au fur et à mesure de son exploration, elle éprouvait par moment une forte impression de déjà vu. Mais d'une façon différente.

Finalement, elle finit par trouver la détentrice de la partie de la mémoire dans laquelle elle voyageait. Une petite fille blonde assise sur une chaise et qui avait l'air de s'ennuyer à mourir. Lena enfant était emprisonnée dans une robe d'adulte miniature, ce qui lui donnait un air de poupée. La Gryffondor se demanda un court instant comment on pouvait respirer avec ça. Déjà qu'elle n'aimait pas porter de robe en règle générale, mais si en plus on devait risquer à chaque instant de mourir étouffé. Pas très loin de la fillette se trouvait un couple qui lui ressemblait. Ce sont ses parents... La mère avait le mêmes cheveux blonds que sa fille et un sourire figé, vissé sur son visage. Le père était tellement raide qu'il avait l'air de souffrir d'une crise d'appendicite constante. En se rapprochant un peu des parents de sa confidente, le professeur de Soins aux Créatures Magique pu constater qu'ils surveillait constamment la blondinette du coin de l'oeil. La pauvre...

Soudain, le père de Lena se dirigea vers la Cassiopée à grands pas, les bras ouverts.


- Très chère amie cela faisait si longtemps!

Se retournant, car il était impossible que l'homme qui lui fonçait dessus puisse la voir, la bibliothécaire eu un énorme choc.

- OH!

Ce fut si brutal qu'elle en sortit de la pensine. S'asseyant sur le fauteuil, tremblante, l'enseignante vida sa tasse de thé d'un coup, avant de se servir une deuxième pour essayer de se calmer. Ce qu'elle avait pressenti avait finit par trouver une explication. Et maintenant cela était tellement évident. En plus, la Gryffondor savait très bien que ce qu'elle avait vu était logique. Elle était tellement stupide des fois. Vous avez la beauté de votre étrange mère, ce qui est fort dommage, mais les yeux sont bien ceux des Cassiopée's. Vous appartenez bien à notre noble famille. Cette femme qui lui avait fait cette désagréable remarque, qui partageait le même sang qu'elle, une personne qu'elle n'avait rencontrée qu'une fois et qu'elle avait aussitôt décidé d'oublier ainsi que ses pairs. Cette personne que Sewell ne s'attendait pas à voir en se retournant dans le souvenir de Lena: sa grand-mère paternelle, Miranda Cassiopée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Dim 26 Jan - 9:36

Lena regarda Sewell se plonger dans ses souvenirs, et s'assit sur une chaise en attendant qu'elle en ressorte. Elle n'avait pas voulu l'accompagner. Déjà, parce que cela impliquait forcément de voir ses parents, et ça, il en était hors de question. Elle était encore bien trop fâchée contre eux. Ensuite, parce qu'elle voulait laisser à son amie la possibilité de se faire sa propre opinion, son propre jugement. Elle-même ne supportait pas qu'on lui dise quoi penser, et il était hors de question qu'elle l'impose aux autres.

Alors elle attendit, les yeux perdus dans le vague. Elle réfléchissait, cherchant comment changer sa situation et inverser les rapports de force. Pour le moment, elle ne faisait pas le poids face à Lord Henry. Elle avait déjà vaincu Lady Alexandra et sa langue de vipère, et celle-ci la laissait désormais en paix. Toutes deux faisaient comme si rien de répréhensible ne se passait jamais. Lena supportait des heures de shopping en sa compagnie et acceptait d'écouter sa mère parler de connaissances dont elle se fichait complètement, et, en échange, la Danoise lui fichait un peu la paix et ne la présentait pas à tous les jeunes hommes richissimes à marier dont elle avait entendu parler. Même si elle ne parvenait jamais à retenir une allusion plus ou moins subtile ici ou là. Mais si elle s'entendait avec sa mère, elle ne parvenait pas à prendre le dessus sur son père. Et pour cause; elle avait affaire à un manipulateur expérimenté.

Comment s'y prendre? Elle n'eut pas le temps de trouver des réponses à sa propre question. Sewell venait de quitter la Pensine avec un "Oh" choqué, avant de s'effondrer sur son fauteuil. Par Helga, que se passait-il? C'était si surprenant que ça de découvrir une famille d'aristocrates qui organisait une petite - hum - fête entre amis? Non, il devait y avoir autre chose.

Lena se précipita vers son amie, tandis que celle-ci avalait d'un traite une tasse de thé, puis une deuxième. Elle posa ses mains sur les épaules de Sewell, et obligea cette dernière à la regarder dans les yeux.

« Nom de Dieu, Sewell, qu'est-ce que tu as vu? Qui est-ce que tu as vu? »

D'accord, elle adhérait totalement au "Je te fiche la paix, viens me parler dès que tu en ressens le besoin", mais tout de même. Il y avait des limites. Elle plongea ses prunelles vertes dans celles de son amie et lui sourit doucement. Elle ne pouvait la forcer à sa détendre, mais elle pouvait toujours essayer de l'aider. Ayant une brusque idée, elle se redressa, et posa ses mains contre le mur, à la recherche du mécanisme secret et invisible qu'elle avait repéré quelque temps plus tôt.

Avec un déclic, un carré de mur se souleva et se déplaça sur le côté, ménageant une cavité cachée. Sans hésiter, la bonde plongea la main dedans et en tira une bouteille de Whisky Pur Feu, qu'elle agita sous le nez de Sewell.

« Je ne suis pas pour l'alcool, mais dans des circonstances exceptionnelles, une petite goutte dans son thé, ça ne fait pas de mal. »


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Sam 1 Fév - 0:27

Il ne fallut pas longtemps pour que Lena se précipite vers Sewell toujours en état de choc et la prenne  par les épaules pour la forcer à la regarder dans les yeux. Les yeux vert de la Poufsouffle étaient plongés dans ceux couleur d'eau de la Gryffondor. Son regard traduisait son inquiétude et les questions se succédaient. Qui la Cassiopée avait-elle vu? Qu'est-ce qui avait bien pu mettre la directrice de la maison des rouges-et-ors dans cet état. Car il était clair pour tout ceux qui connaissaient la lionne que cette dernière n'était pas dans son état normal. Elijah et Bleuet eux-mêmes ne l'avaient jamais vu aussi choquée. Au contraire, ils l'avaient toujours connue comme une battante au temps de leur scolarité commune. Il était difficile de dire comment ils réagiraient si ils s'étaient trouvés face à leur amie à la place de la Singer. Cette dernière d'ailleurs avait fini par lâcher son amie pour se précipiter vers un mur et sortir une bouteille d'un compartiment secret.

C'est en reniflant une forte odeur d'alcool que la rouge-et-or revint à un état à peu-près normal. En reconnaissant la présence d'éthanol pas très loin, l'instinct animal présent dans l'adulte avait un fait un bond de méfiance et de dégoût. Ce qui se traduisit physiquement par un glatissement écoeuré poussé par l'animagus et par un passage de la couleur de ses yeux du vert aquatique au jaune des rapaces. Mais cela lui fit également reprendre contenance et d'un geste elle écarta la bouteille de Whisky Pur Feu. Depuis qu'elle savait se changer en oiseau, son corps ne supportait plus une seule goutte d'alcool. Ce qui en soit n'était pas plus mal pour la santé. Mais cela prouvait qu'elle contrôlait  encore très mal certaines parties de son instinct. Un court instant, l'enseignante se demanda comment elle avait bien pu obtenir son diplôme. Une telle faille aurait du nécessairement être relevée.


- Ca ira merci. Je ne supporte pas l'alcool.

Redevenant progressivement maîtresse d'elle-même, le professeur de Soins aux Créatures Magiques reprenait aussi doucement son souffle. Finalement cette apparition de sa grand-mère paternelle n'était guère surprenante. Il était clair que si la jaune-et-noir venait d'une famille noble, la probabilité pour que la famille de cette dernière soit en lien avec les Cassiopée's était finalement assez élevée. Soudain, une parole du père de la directrices des blaireaux lui revint à l'esprit: "Très chère amie"... Quel était le lien exact entre sa grand mère et Lord Singer? Que savait exactement Miranda à cette époque propos des sorciers? Rien comme elle le prétendait? Ou justement tout mais elle le cachait pour mieux descendre Isabella aux yeux de sa petite-fille? En attendant, elle devait clairement des explications à sa confidente. Même si c'était une page de son passé quelle n'aimait guère raconter. Se resservant une tasse de thé, la bibliothécaire commença son explication:

- Mon père, Basile Cassiopée, était le fils aîné de la famille Cassiopée. Cette famille fait aussi partie de la noblesse. La noblesse belge. En bon fils de famille, il devait faire un mariage arrangé avec la fille d'un rang plus élevé afin de faire avancé la famille dans la bonne société. Mais il a refusé et s'est enfui. Puis il a rencontré ma mère et l'a épousée. Il a renié les Cassiopée's et les Cassiopée's l'ont renié. Il ne garde d'eux plus que le nom.

La maraudeuse passa sous silence le fait que ses grand-parents paternel avaient retrouvé le jeune couple et avaient essayé de les séparer par tous les moyens, y compris les illégaux. Heureusement que papa est un bon avocat. A partir de ce moment là et jusqu'à la naissance de Sewell, les grands parents maternels avaient pris en charge leur fille et leur beau-fils. Ensuite le couple s'était installé dans une petite maison au bout d'une impasse, dans le petit village voisin. C'est là que la brune avait grandi, jusqu'à ce que ses parents disparaissent mystérieusement. Elle était donc allé vivre chez ses grand parents maternels jusqu'à son tour du monde. Cependant elle devait continuer à avancer.

- Je n'ai rencontré cette partie de la famille qu'une fois, à mes quinze ans. Ils furent d'abord méfiants puis ils ont essayé de me manipuler et de voir si je pouvais remplacé mon père. Après tout même si mon sang était "souillé" par celui de ma mère, je faisais toujours partie des leurs du moins d'après les dire de ma grand-mère.

Tirant sa baguette, elle déposa un souvenir dans la pensine. Celui-ci laissa apparaître la même femme que l'adulte avait croisé un peu plus tôt dans celui de sa confidente. Cependant, la femme était plus âgée et toujours aussi élégante. Quand elle ouvrit la bouche, ce fut pour parler d'une voix sèche et peu agréable:

-Vous avez la beauté de votre étrange mère, ce qui est fort dommage, mais les yeux sont bien ceux des Cassiopée's. Vous appartenez bien à notre noble famille.

Elle avait appuyé sur le mot "noble" comme si cela passait avant sa propre existence. C'est comme cela que la jeune femme avait à l'époque compris qui ils étaient.

- C'est comme ça que je l'ai su et cela m'a été confirmé par la suite. J'ai alors décidé de faire une croix sur ses gens et de les oublier. C'est pour cela que quand tu me parlais, ce que tu me décrivais me disait quelque chose. Mais je ne l'ai vu qu'une fois différemment et j'ai décidé de l'oublier. Alors je n'ai pas pu le retrouver à temps.

La personne que j'ai vue dans ton souvenir est celle que tu vois maintenant. Il s'agit de la mère de mon père: Miranda Cassiopée. Et j'ignore pourquoi mais ton père avait l'air de très bien la connaître étant donné qui l'a appelé "Très chère amie"...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Sam 1 Fév - 5:06

Avec un sourire satisfait, Lena rangea la bouteille. C'était exactement la réaction qu'elle attendait de la part de son amie. Évidemment que Sewell ne buvait pas d'alcool. Elle n'en buvait jamais, et la Poufsouffle le savait bien. Elle avait simplement voulu secouer un peu la lionne, histoire qu'elle sorte de son hébétude. Essuyant ses mains sur son pantalon, Lena revint s'asseoir près de la Gryffondor en attendant qu'elle s'explique. Parce qu'elle ne s'en tirerait pas comme ça.

D'habitude, ses souvenirs provoquaient des réactions émerveillés chez les filles - qui s'attendaient à ce qu'elle vive dans un conte de fées permanent - et des hochements de tête approbateurs chez les garçons - qui appréciaient tant de richesses et de filles riches à marier. Mais pas de réactions comme celles de Sewell, alors Lena avait de quoi se poser des questions. Elle n'avait pas voulu faire de mal à son amie.

Alors elle se pencha vers son amie, et pris ses mains entre les siennes, avant de les serrer avec affection, l'encourageant ainsi à prendre la parole. Elle espérait que Sewell aurait assez confiance en elle pour lui ouvrir son cœur. Et ce fut le cas. Lena allait de surprise en surprise, et son ébahissement était croissant. Alors comme ça, la Gryffondor avait également du sang bleu dans les veines? Elle admirait le père de son amie, qui avait fait fi des convenances et s'était enfui pour épouser la femme qu'il aimait. Elle espérait être capable d'en faire de même. Mais au point d'être reniée... Elle ferma brièvement les yeux, imaginant la scène. Non. Elle pouvait dire ce qu'elle voulait, elle aimait ses parents. Sa mère, tout du moins. Merci la génétique. Et elle ne voulait pas devenir sans famille. Elle avait besoin d'attaches. Quoiqu'elle supposât que, pour une personne que l'on aimait réellement, on pouvait être prêt à tout sacrifier.

Elle continua à écouter attentivement Sewell, à essayer de dénouer soigneusement chacun des fils de l'histoire, à établir des liens entre tous les évènements. C'était sa spécialité, après tout. Assembler les pièces du puzzle jusqu'à avoir l'image complète sous les yeux. Elle observa attentivement la femme âgée qui parlait dans le souvenir de la Gryffondor, et ne retint pas une moue de dégoût. Elle détestait ces vieilles duègnes qui se pensaient supérieures à tout le monde. Après, de là à retrouver l'endroit où elle l'avait vue...

Lena avait rencontré beaucoup de femmes comme celle-ci, et il lui était toujours difficile de remettre le doigt sur telle ou telle personne. Parce qu'en plus de ses propres souvenirs, et avait la mémoire parasitée de toutes ses visions, et avait tendance à oublier des choses. Mais c'était important. Elle devait se souvenir. Pour Sewell. Miranda Cassiopée... Elle avait déjà entendu ce nom, qui entraîna un écho étrange dans son esprit. Mais où diable l'avait-elle déjà rencontrée? Elle était persuadée d'avoir déjà parlé à cette femme.

Puis elle secoua la tête, vaincue. Elle ne retrouverait pas le souvenir tout de suite. Il allait lui falloir un bon moment. Et sa Pensine.

« Mon père est un hypocrite et il n'a pas d'amis. Simplement des alliés. Je me demande ce qu'il aurait pu lui vouloir... »

Qu'est-ce que cette femme aurait pu apporter à Lord Henry Singer? Qu'avait-elle qui pouvait intéresser le noble? De l'argent? Certainement pas, il avait tout ce qu'il lui fallait. Du pouvoir? Il avait assez d'influence pour faire détruire Buckingham Palace s'il le souhaitait. Des informations? A ce que Lena en savait, Lord Henry avait des espions un peu partout. Alors quoi? Un objet? Une révélation? Qu'est-ce que son père pouvait bien vouloir à la grand-mère de Sewell?

Brusquement déterminée, elle décida d'aller voir son père dès que cela lui serait possible, et de tenter de le pousser à lui dire tout ce qu'il savait sur la matriarche Cassiopée. Et elle réussirait, par Helga. Elle réussirait.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Ven 14 Fév - 6:28

Désolée pour ce retard. X_x

Les questions s'accumulaient dans l'esprit de la Cassiopée. La première était bien évidemment le lien qui pouvait bien unir sa grand-mère paternelle au père de la Singer. C'était la première chose qu'elle devait découvrir. Ensuite seulement elle devait comprendre pourquoi sa famille paternelle avait fait semblant de ne pas connaître l'existence des sorciers. Peut-être que les réponses à toutes ses interrogations lui permettrai de retrouver ses parents? Une brève lueur d'espoir traversa l'esprit de la belge. Après toutes ces années, une éventuelle piste un peu plus sérieuse que ce qu'elle avait déjà pu envisagé?

Mais une pensée vint ternir sa joie. Dans quel état serait le couple Cassiopée après douze ans de disparition? Si on admettait qu'ils étaient encore en vie, étaient-ils seulement en état de quoi que ce soit? Allait-elle les retrouver dans le même état que le couple Londubat qui se trouvait toujours à Ste Mangouste? Seraient-ils incapable de la reconnaître, de se souvenir d'elle et de tous leurs bons moments passés ensembles? La rouge-et-or était glacée de haine et d'horreur à cette idée. Même si cela n'était pas forcément réel, cela restait dur à avaler.

En tout cas, Lena donna une partie de réponse à la question de Sewell. Son père n'avait pas d'amis. Ce qui tendait à prouver qu'il faisait tout par intérêt. D'ailleurs il était clair que la soirée à laquelle elle avait assister visait avant tout à nouer et à entretenir des relations strictement intéressées. Exactement le genre de chose à laquelle devait s'adonner avec enthousiasme sa famille paternelle. Comment son père avait-il pu pousser si droit dans un monde aussi étriqué? De toute façon, il était clair qu'elle avait hérité de son coté têtu.  


- Par contre tu as raison, je risque très fort de détruire ton monde plus ou moins par accident si tu me mets dans ce genre de soirée. Et je ne vois pas où il y a un conte de fée. Personnellement, on dirait un cauchemar ambulant.

Le professeur de Soins aux Créatures Magiques avait horreur de l'hypocrisie et de tout ce qui touchait au domaine de paraître juste pour étaler ses biens. Dans un certain sens, elle était l'exact opposée de Sacha. Rien ne l'attirait dans cet univers de faux semblants et elle n'avait aucun mal à comprendre son père qui en était partie. Elle pensa un instant aux papillons qui étaient attirer par la lumière avant de se brûler les ailes. Il faut être né dans ce monde pour y entrer, les étrangers ne s'y brûleront que les ailes.

Cette pensée la fit frissonner mais elle fut bientôt remplacer par une autre. Un doute plus précisément, qui bien qu'il lui sembla absurde était en fait tout à fait logique. Après tout, ce genre de famille était très prévisible par certains cotés. Figés dans leurs carcans, ils répétaient inlassablement les mêmes schémas et devenaient malgré eux transparent. C'était là leur point faible. L'animagus ne put s'empêcher d'exposer le fond de sa pensée à la jaune-et-noir. Mais l'idée l'écoeurait.


- Lena? Tes parents t'ont fiancée de force?

Cela lui apparut comme une sorte d'évidence. Ca ne suffisait surement pas à justifier les cauchemars de la blonde mais cela expliquerait pas mal de choses. Et entre autre pourquoi la directrice des blaireaux n'était pas tout à fait dans son état normal ces derniers temps. Reprenant une gorgée de thé, la bibliothécaire attendit la réaction de sa supérieure. Même si après coup, elle avait probablement encore visé juste.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Ven 14 Fév - 8:28

HRP: C'est pas grave mon petit chou :3

Lena était complètement désemparée. Elle ne savait pas quoi faire pour aider Sewell, elle ne savait pas comment tirer son amie de ses pensées et résoudre ses problèmes. Elle était peut-être une sorcière, mais elle ne pouvait pas faire disparaître les soucis d'un coup de baguette magique. Ses propres ennuis étaient si insignifiants, si risibles à côté qu'elle dut retenir à grand peine un ricanement lui échapper.

Un cauchemar ambulant. L'expression était peut-être hyperbolique, mais il n'empêchait qu'elle n'était pas totalement fausse. La vie des personnes aisées n'était que poudre aux yeux. Le pan de la vie de Sewell qu'elle commençait à entrevoir était, lui, un cauchemar ambulant. Un réel cauchemar. Et la Poufsouffle, de son côté, ne faisait que se lamenter sur ses petits problèmes. Un bel exemple d'altruisme, vraiment. Elle posa sa main sur l'épaule de Sewell, et esquissa un sourire réconfortant.

Sourire et main qui se figèrent à la question de la Gryffondor. Lena cligna des yeux plusieurs fois, essayant d'assimiler la question. Elle l'avait bien entendue? Elle n'avait pas rêvé? Sewell venait bien de prononcer les mots "fiancée de force"? Aïe. Son amie était trop perspicace, une fois de plus. Pas étonnant que Lena perde toujours au échecs face à elle; la lionne prévoyait toujours une dizaine de coups à l'avance, alors qu'elle-même en planifiait difficilement un seul.

« Non. Pas vraiment. Pas encore. Enfin... Ce que je veux dire, c'est que déjà, ils ne peuvent pas me fiancer de force, c'est interdit. Mais on va dire qu'ils ont des moyens d'arriver à leurs fins. »

Traduction? Tout Singer qui atteignait les vingt-et-un ans sans être encore engagé - et les parents avaient une très légère tendance à s'opposer à ces unions qui leur déplaisaient - se voyait être gentiment demandé en mariage par un prétendant choisi par les familles par un commun accord. Le rêve. Elle-même n'en était pas encore là. En revanche, le fameux prétendant en question, Felipe, avait été trouvé, et il avait, comme la tradition le voulait, commencé à faire connaissance par hibou.

Peuh. Lena avait encore un an devant elle, et elle ne comptait pas se laisser faire quoiqu'il en soit. Elle n'allait pas se marier contre son gré, et encore moins avec un Legilimens aux bottes de son père. Elle fuirait au Danemark, s'il le fallait, émigrerait chez sa cousine et changerait d'identité en dernier recours. Elle n'en arriverait certainement pas là. Elle se contenterait de dire non et d'être aimablement reniée. Une de ses tantes en avait fait de même, après tout.

Elle ne voulait pas que Sewell s'inquiète pour elle. Elle-même, une fois passé le brusque moment de panique qui avait suivi l'annonce de la nouvelle, avait cessé de s'inquiéter. Ses parents avaient refusé de céder, elle ne céderait pas non plus. Point.

« Hé, Sewell. Pas de panique. Je ne me laisserai pas faire. Tu me connais, pas vrai? »

Elle lui sourit, et, dans un brusque moment d'affection, serra son amie dans ses bras, sans aucune considération pour la tasse de thé ou pour les livres. Il y avait tellement plus important au monde.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Mer 19 Fév - 7:00

Effectivement, elle avait une fois de plus fait mouche. Le regard et l'expression de la Singer venait de lui confirmer ce qu'elle pensait avait même que l'intéressée ne prenne la parole. Celle-ci le lui confirma plus ou moins avec une phrase qui se voulait sibylline. Cependant, la rouge-et-or comprit rapidement que son amie était soumise à un délai. Et que si elle ne respectait pas un quelconque engagement, alors elle serait mariée avec un parfait inconnu. A cette pensée, la Gryffondor eu un frisson de dégoût. Qui sait ; si elle avait accepté la proposition de sa famille paternelle, si elle n’avait pas ce fichu mauvais caractère, elle se serait peut-être retrouvée dans la même situation que Lena. Et cela aurait été loin de lui plaire.

Cependant, elle n’avait jamais connu la douceur des bras d’un homme. Si elle en riait devant tous, de temps en temps elle en souffrait énormément. Elle se demandait si elle était tout à fait femme ou si il manquait un sens à sa vie. Même si Sewell n'en parlait jamais à personne, même si elle ne le montrait pas, certaines remarques à ce sujet la blessait profondément. Sacha en venant ici la dernière fois, si elle n'avait pas réussi à lever la punition qui pesait sur sa fille, Keira avait quand même réussit à lui rappeler une chose cruciale: la directrice de maison n'aurait très probablement jamais d'enfants. Elle avait été trop blessé physiquement au court de sa courte vie pour garantir qu'une grossesse se passe bien. Et encore pour qu'elle soit enceinte un jour, il faudrait d'abord qu'elle rencontre un garçon qui ne s'enfuie pas en entendant sa profession.

En attendant c'était la jaune-et-noir qui avait des ennuis même si cette dernière venait de lui garantir qu'elle ne se laisserait pas faire. Et soudainement, la Poufsouffle prit la Gryffondor dans ses bras faisant tomber au passage la tasse de thé presque vide qui se brisa au sol. La belge n'était pas très câlin mais elle ne savait pas pourquoi en cet instant elle en avait besoin. Elle serra donc la blonde dans ses bras et eu un petit sourire triste. Celui que seuls Elijah et Bleuet connaissaient et avaient déjà vu sur ses lèvres les jours où tout ne vas pas mais où l'on se force à sourire quand même pour ne pas inquiéter son entourage.


- Ne t'en fais pas Lena j'ai confiance en toi. Et tu peux être assurée de mon aide.

Il était clair que la bibliothécaire n'allait pas laisser sa supérieure dans la mouise. Il ne serait pas dit qu'elle aurait laissé tomber quelqu'un dans le besoin. Se détachant doucement de la directrice des blaireaux, la lionne tira sa baguette magique et jeta un "reparo" informulé sur la tasse et un "tergeo" de la même façon sur la tache de thé qui s'était formée sur le tapis. Ce service était son préféré parmi ceux qui se trouvaient dans la bibliothèque et il aurait été dommage de laisser une tasse brisée. De même qu'une amitié brisée devait être particulièrement douloureux. En parlant d'amitié...

- Tu sais, je suis contente que tu arrives à t'entendre avec Elijah. Cela me fait plaisir que vous ayez fait la paix après toutes ces années.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Mer 19 Fév - 9:27


Sewell C. & Lena S. - A Cup Of Tea, One Month Later


Les joues roses, les yeux brillants et un large sourire aux lèvres, Lena entra dans sa Bibliothèque. Enfin, sa Bibliothèque. Celle de Poudlard, dont elle avait la responsabilité. La raison de sa joie évidente tenait en un seul nom, et elle évita soigneusement les élèves qui se trouvaient sur son chemin. Elle ne tenait pas spécialement à ce que tous la voient dans cet état d'hébétude heureuse, ni à devoir se justifier auprès de quiconque.

Cela n'empêcha pas la jeune femme, en revanche, d'aider un Seconde Année trop petit pour attraper l'ouvrage qu'il désirait. Avec un sourire plus large encore - si seulement c'était possible - elle accepta les remerciements de l'élève et se dirigea vers le Comptoir. Sewell n'y était pas, et Lena supposa qu'elle se trouvait dans le bureau. Après tout, c'était son horaire, et la Poufsouffle n'était là que parce qu'elle devait absolument parler à son amie et qu'elle n'avait rien de mieux à faire.

La blonde poussa la porte du bureau, et secoua la tête d'amusement en constatant qu'en effet, Sewell était là. Elle posa alors sa vieille besace de cuir sur une chaise libre - un miracle - et en tira un vieux journal abimé et poussiéreux. Elle souffla sur la couverture du cahier et le posa sans ménagement juste devant Sewell.

« Coucou Sewell. J'ai du nouveau. »


Par là, elle voulait dire qu'elle avait trouvé le temps de se rendre dans le Manoir familial et de fouiller dans le passé de la famille. Sa mère, qui était sa cible première, n'avait rien lâché, sous prétexte de "connaître tellement de personnes, chérie, que je ne peux me souvenir de tous". Lady Alexandra avait tout de même eu un regard étrange, et Lena n'était pas née de la dernière pluie. Quant à Lord Henry, il fallait être sacrément doué pour lui tirer les vers du nez, surtout quand cela touchait de près à ses affaires. Lorsqu'il avait estimé que sa fille venait bien trop mettre son nez dans ce qu'il ne la regardait pas, il l'avait aimablement jetée dehors d'un "Assez!" retentissant qui avait probablement fait trembler toutes les fenêtres de la maison.

Sauf que Lena était une tête de mule extrêmement obstinée, et qu'elle n'avait pas renoncé si facilement. Elle s'était donc introduite, en pleine nuit, dans sa propre maison. Par effraction. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour trouver la bibliothèque familiale, dans laquelle se trouvait un passage secret menant à une bibliothèque plus petite, où était entreposé tout ce qui avait trait aux affaires secrètes des Singer. Elle avait alors passé près d'une demi-heure à essayer tous les mots de passe possibles, avant de se frapper le front devant l'évidence. "Nam et ipsa scienta potestas est". La devise de sa famille. Car le savoir lui-même est pouvoir. Elle avait alors pris le premier document qui lui tombait sous la main - le fameux vieux cahier, en l’occurrence - et s'était empressée de partir.

Et elle se tenait désormais face à son amie, le journal crypté entre elles, et un large sourire aux lèvres. Sourire dont elle n'arrivait pas à se départir.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Jeu 20 Fév - 5:54

La neige avait cessé de tomber depuis longtemps et elle avait été progressivement remplacée par la pluie. Sewell n'aimait pas la pluie ce genre de temps la déprimait considérablement. Et encore pire: c'était sous ce genre de temps qu'on croisait limaces et escargots, ce qui constituait la principale phobie de la rouge-et-or. Nul ne savait ce qui avait bien put provoquer son effroi pour les mollusques et la Cassiopée n'en savait rien non plus. Elle savait juste que la vue de ces sales bêtes provoquait son évanouissement immédiat. Mais étrangement, son épouvantar ne prenait pas la forme d'un tas de mollusques gluants et peu appétissants ou d'un énorme Musard d'un mètre cinquante de haut mais celle de ses parents disparus. La même vision affreuse qu'elle voyait dans ses pires cauchemars.

C'est à ce moment-là que Lena entra brusquement dans le bureau de la bibliothèque, mettant ainsi fin au cours des pensées de la Gryffondor. Ce qui ramena cette dernière à la réalité; on était le week-end et elle se trouvait à la bibliothèque. Sa collègue qui venait d'arriver était visiblement de très bonne humeur et venait de poser un livre poussiéreux devant elle, sur la table basse. Tout cela avant d'annoncer qu'elle avait du nouveau. A ce moment là, le visage fatigué de la brune s'éclaira. Elle allait enfin comprendre quel lien unissait sa famille paternelle à la famille de la Singer. Comme souvent lorsqu'elle était impatiente, ou qu'elle s'ennuyait, ou qu'elle réfléchissait, la brune jouait avec ses cheveux. Elle venait donc de les torsader ce qui leur faisait des anglaises aux extrémités quand elle les relâchait.


- Dis-moi tout, qu'as-tu découvert?

La directrice de maison espérait que son amie ne la ferait pas attendre trop longtemps sous prétexte d'augmenter le suspens. Sinon elle risquait de ne plus avoir de cheveux! En attendant, elle décida de préparer du thé. Sortant son service préféré, celui avec les oiseaux, elle fit chauffer l'eau sur le feu qu'elle avait allumé afin de lutter contre l'humidité ambiante. Une fois l'eau bouillante, elle la versa dans deux tasses et en tendit une à la Poufsouffle afin de lui permettre d'y infuser le thé de son choix. La maraudeuse avait quant à elle fait infuser du thé au jasmin relaxant. Cela allait assez bien avec son humeur quelque peu tendue des derniers jours. Soufflant sur le breuvage, elle en but quelques gorgées, attendant la réponse de la jaune-et-noir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Jeu 20 Fév - 9:34

Lena ne tenait pas à faire attendre Sewell, qui commençait déjà à triturer ses cheveux - traduction: je réfléchis, mettez fin à ma réflexion si possible. Elle n'avait jamais aimé jouer à la mystérieuse qui détenait un secret qu'elle faisait miroiter aux autres sans jamais le dévoiler. Elle-même détestait que l'on se comporte ainsi avec elle, alors pourquoi l'imposer aux autres? Elle prit la tasse d'eau chaude que lui offrait son amie, et fit infuser des feuilles de menthe dedans, avant de poser le récipient sur la table. Sans plus attendre, elle ouvrit le carnet et le fit pivoter faire Sewell, tout en feuilletant les pages rapidement.

La blonde l'avait tellement lu et relu, étudié jusqu'à pas d'heures qu'elle le connaissait presque par coeur. Ou plus précisément, qu'elle connaissait presque par coeur chacune des annotations à la plume, inscrites soigneusement sur le parchemin. Des abréviations pour la plupart, des codes pour le reste, quand il n'y avait pas des sortilèges en bonus. Elle n'avait pas encore tout décrypté, mais elle commençait à en saisir les grandes lignes. Après tout, elle était bien la fille de son père, et ils pensaient de la même manière. Même psychologie, même chemin de pensée.

Tout en continuant à feuilleter les pages, elle s'arrêta brusquement sur une colonne de lettres. Elle releva la tête vers Sewell, et, bien que parfaitement sérieuse, ne parvenait toujours pas à se défaire de son sourire. Et la Poufsouffle ne voulait pas que son amie pense qu'elle se moquait d'elle. Elle pointa alors la colonne de lettres pour attirer l'attention de la Gryffondor dessus.

« Des initiales. Je ne sais pas encore qui sont toutes ces personnes, mais ça devrait se trouver. Il y a aussi des dates, des transactions, des lieux, et surtout... Il y a ça. »

Elle tourna la page, dévoilant à leurs yeux une enveloppe jaunie. Avec précautions, elle la souleva et la tendit à Sewell. Elle savait exactement le contenu de la lettre qui avait été adressée à son père. Et elle en connaissait l'expéditeur. Son amie le connaissait aussi.

« Il n'y a pas grande chose à apprendre là-dedans, si ce n'est que mon père avait connu tes parents. Et qu'il correspondait régulièrement avec ta grand-mère. La lettre est d'elle. »

Ce n'était jamais bon de correspondre et de traiter avec son père. Jamais bon. Et elle commençait à se demander si Lord Henry ne savait pas ce qui était arrivé aux parents de Sewell. Sur ces mornes pensées, elle avala une gorgée de thé, tout en réfléchissant à toute vitesse.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Lun 10 Mar - 1:35

Du gris, de la pluie, du thé et le mystérieux cahier que Lena venait de poser sur la table basse du bureau des bibliothécaires. Autant dire que l'ambiance générale se prêtait aux révélations de toutes sortes. Sans compter le sourire de la Singer qui disait qu'elle en savait visiblement long sur le contenu du journal poussiéreux. Ce dernier n'aurait d'ailleurs pas dépareillé avec les livres contenus dans la bibliothèque. Ou plus précisément, avec ceux se trouvant dans la réserve. Sans savoir pourquoi, la directrice de maison trouvait que l'ouvrage avait un certain coté malsain. Comme si des choses pas très nettes y avaient été transcrites. Comme si de secrets inavouables s'y cachaient. D'ailleurs son instinct animal ne s'y trompa pas, un frisson glacé parcourant sa colonne vertébrale. On se calme, tu te fais peut-être des idées...

Heureusement la jaune-et-noir ne fit pas attendre son amie très longtemps. Ouvrant le carnet, elle en tourna les pages rapidement avant  de s'arrêter à l'une d'entre elles en particulier. Pointant du doigt une colonne, le professeur d'histoire de la Magie attira l'attention de la rouge-et-or dessus. Il s'agissait visiblement d'initiales et de dates de transactions. TC 20/01/90 D: 23590 G 4M Bxl; TC 16/03/91 D: 23590 G 4M Ldn; TC 25/05/91 R: Infos Etoile Lig; TC 04/02/92 D: 23590 G 4M Oxf; CC 30/06/93 R: Infos TC + D: 23590 G 4M Cmb; MC 21/04/94 R: Infos X + TC + D: 23590 G 4M Prs; MC 09/10/95 D: 23590 G 4M; 28/11/96 Mort TC...   Au fur et à mesure de sa lecture, Sewell avait une impression étrange. Pas de déjà vu mais simplement de compréhension de certaines choses.

Mais elle n'eut pas le temps de poursuivre et d'aller plus loin dans ses impressions. En effet la directrice des blaireaux venait de tourner la page faisant disparaître la colonne de chiffres, d'initiales et autres pour faire apparaître une enveloppe couleur ivoire. Lettre qui datait visiblement et qui venait très probablement d'une certaine personne que la bibliothécaire avait déjà rencontré. Intuition que sa supérieure lui confirma: la lettre venait bien de Miranda Cassiopée. Le lien qui existait entre les Singer's et les Cassiopée's était bien plus qu'une simple relation mondaine, faite d'argent, de faux-semblants et de noblesse. Attrapant doucement l'enveloppe devenue fine et fragile par le temps, la belge l'ouvrit et en sortit une feuille frappée au blason des Cassiopée's.




24 août 2002


Très cher,
nous poursuivons vos recherches dans le plat pays. Prouver que Samatolana a eu des descendants et qu'ils se sont installés ici n'est plus qu'une question de temps. L'artéfact sera bientôt à vous. Nous surveillons également étroitement les Piersanti's comme vous nous l'avez demandé. Finalement ce traître de B nous a été bien utile en se mariant à leur seule fille. Bientôt nous aurons toutes les pièces en main. Je vous communiquerai de vive voix les prochaines infos lors de votre fête annuelle.

Bien à vous,

Miranda C.


La preuve était là. Mais quelque chose fit tiquer la maraudeuse: pourquoi est-ce que son deuxième prénom était mentionné? Elle qui pensait qu'il sortait tout droit de l'imagination fertile de son père. Lui qui aimait tant inventer des histoires pour endormir sa fille... Une personne portant ce prénom là avait donc réellement existé? Et qui était-elle? Ensuite pourquoi sa famille maternelle était aussi citée dans la lettre? A quoi cela rimait? Enfin pourquoi est-ce que les Cassiopée's cherchaient un artéfact pour les Singer's? Qu'est-ce qui était aussi précieux? Et surtout quel était le lien entre tous les éléments de cette lettre? La seule chose claire était le fait que la missive datait d'avant le souvenir de la bibliothécaire en chef qu'elle lui avait montré un mois plus tôt. Au fur-et-à mesure que ces questions lui traversaient l'esprit; la Gryffondor ne pouvait s'empêcher de les dire à voix haute tout en nattant ses cheveux.

Et cette impression qu'elle avait eue sur la page précédente? Revenant sur la colonne que lui avait montré la blonde, elle la relut rapidement en diagonale. TC; CC; MC... MC? Miranda Cassiopée? Alors peut-être que les initiales correspondaient à d'autres membres de sa famille? Comment s'appelaient-ils déjà? Sirotant une gorgée de thé, la lionne fit un gros effort de mémoire avant de prendre une feuille de parchemin vierge, une plume ainsi que de l'encre qui changeait de couleur à chaque mots. Mais elle ne s'en rendit pas compte sur le moment, seul importait le fil de sa réflexion. Au centre de tout Miranda. Mais elle n'était pas seule. Elle avait beau faire partie de ces femmes fortes, elle n'aurait été rien sans un mari puissant. Un couple fort et avide de pouvoir donnant naissance à deux héritier mâles. Finalement l'arbre généalogique s'étendit sur le parchemin.


      Miranda + Théodore
        /                    \
Basile + Isabelle      Carl + Marie
      /                        /        \
Sewell                  Henri      Jean


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Lun 10 Mar - 4:10

Sewell étudiait à présent les documents, et Lena la regardait faire avec un peu d'inquiétude. Elle ne savait pas dans quoi elles mettaient les pieds, mais si cela pouvait aider son amie, alors la Singer était prête à tout. Parce que la Gryffondor n'était pas seulement la meilleure amie d'Elijah, elle était aussi son amie à elle. Et elle protégeait toujours ses amis.

La jeune femme s'installa donc sur son bureau, en réfléchissant. Elle avala une gorgée de thé, tout en visualisant mentalement le carnet. Si elle pouvait penser exactement comme son père, en revanche, il lui manquait des pièces des puzzle pour comprendre. C'était bien ça, le problème. Elle n'était pas Lord Henry, et elle ne savait pas tout ce que lui savait. Elle n'avait aucun moyen de rentrer dans sa tête.

Mais elle-même savait des choses que son père ignorait. Lena connaissait des choses que tous ignoraient. Elle avait le Troisième Oeil, et cela lui donnait une longueur d'avance. Même si elle ne contrôlait pas son don et qu'elle était bien incapable de décider ce qu'elle voulait voir. Elle se massa alors les tempes, regrettant que le Troisième Oeil ne soit pas livré avec une télécommande.

En revanche, il y avait bien une chose que Lena pouvait faire. Elle détestait l'idée de confier son secret à qui que ce soit, mais Sewell était digne de confiance, elle le savait. Cherchant une façon de présenter les évènements, elle se mit à triturer une mèche de ses cheveux, puis prit une gorgée de thé et se jeta finalement à l'eau.

« Sewell? J'ai... un truc à te dire. Tu te rappelles peut-être des blagues qu'Elijah me faisait, quand on étudiait encore ici, et que j'arrivais à déjouer, la plupart du temps? Personne ne me prévenait à l'avance. C'est juste que... J'ai le Troisième Oeil. Je ne sais pas si ça pourra t'aider, mais toujours est-il que je l'ai. »

La Poufsouffle fronça le nez avec embarras, et releva les yeux vers son amie. C'était un poids en moins à porter. Elle n'aimait pas avoir de secrets pour les personnes qu'elle appréciait, et elle se sentit brusquement plus libre. C'était dit. Maintenant, peu importait ce qu'en pensait Sewell, elle n'avait plus à le lui cacher. Elle se rendait compte que le dissimuler pouvait paraître idiot, mais elle se montrait naturellement méfiante. Personne n'aimait la différence, et encore moins quand la différence en question pouvait connaître à l'avance la date de votre mort.

Puis, soulagée, la blonde se massa brièvement les tempes et esquissa un sourire. Et elle se pencha sur l'arbre généalogique qu'avait tracé Sewell sur un bout de parchemin. Aucun nom ne lui parlait, si ce n'était celui de la Gryffondor.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Mer 12 Mar - 23:53

Plongée dans l'étude des documents, dans l'écriture de son arbre généalogique et dans ses marmonnement de réflexion tout en tiraillant sur une de ses mèches brune qui allait finir par s'arracher à force d'être triturée, Sewell ne percuta pas tout de suite la révélation capitale que venait de lui faire Lena. Parfois il faut le temps que l'information monte jusqu'au cerveau comme on dit. Hochant d'abord vaguement la tête, la rouge-et-or la releva brusquement avec une exclamation de surprise avant de se cogner contre l'une des étagères chargée de livres qui encombraient la pièce. Avait-elle bien entendu? La jaune-et-noir venait de lui dire qu'elle possédait un don. Et pas n'importe quel don: le troisième oeil. Cela avait de quoi surprendre quand on ne s'y attendait pas. Et effectivement c'était le cas. Ce qui justifiait la bosse qui était en train d'apparaître sur le sommet de son crâne et les étoiles qui étaient en train de tourner devant ses yeux. Mais bon, elle en avait vu d'autres en matière de blessures.

L'important dans l'immédiat était de réfléchir en ce qui concernait le don de la Poufsouffle. La Gryffondor se souvenait encore des coups fourrés du Delilah à l'encontre de la Singer. Et généralement elle en avait connaissance après que son ami ait mis sa petite blague au point. La lionne avait eu à l'époque plusieurs conversations avec le blaireau sur l'utilité de ces farces qu'elle désapprouvait. Il avait finit par se calmer en voyant d'une part que la plupart ne marchaient pas malgré son acharnement et d'autre part quand la lionne avait fini par lui faire remarquer qu'il n'apprécierait pas qu'on lui joue le même tour. La bibliothécaire avait même finit par se moquer d'Elijah à chaque fois que ses blagues échouaient. Mais elle ne s'était jamais douté que la blonde soit en possession d'un pouvoir quelconque lui permettant de prévoir à l'avance. Comme la plupart elle croyait tout simplement que quelqu'un prévenait la jeune femme à l'avance.

En tout cas une chose s'imposait comme une évidence: il était hors de question de se servir de la directrice de maison comme d'un objet. Et encore pire, de la forcer à utiliser son don pour une quelconque utilité personnelle. Cependant ce pouvoir était là et elle ne pouvait pas l'ignorer. Mais cela ne faisait pas de la bibliothécaire quelqu'un de différent ou d'étrange. Après tout la maraudeuse possédait elle-même un talent qui la différenciait des autres sorciers. Certes ce dernier lui était acquis et non inné. Elle l'avait voulu mais elle en subissait certaines conséquences. Notamment un certain appel du vide lui donnant fortement envie de s'envoler et un régime alimentaire particulièrement sanguinolent. S'attachant les cheveux en une sorte de chignon qui laissait retomber une partie de ses mèches, la belge réfléchissait à ce qui était la meilleure solution, la plus sage, la plus juste. Finalement elle trancha:


- Tu sais, peu m'importe si tu as ce don ou pas. Certes cela doit être un lourd fardeau pour toi mais sache que pour moi cela ne change rien à notre relation. J'ignore si le troisième oeil pourra m'aider mais si il nous apporte une quelconque piste, je l'explorerai avec prudence. Mais quoiqu'il advienne, ne mets pas ton don à tout prix à mon service s'il-te-plaît. Ce n'est pas je que veux.

Laissant retomber ses cheveux prouvant ainsi que cette partie de sa réflexion était terminée. Sa collègue s'était approché de l'arbre généalogique que la brune avait tracé plus tôt dans la journée. Arbre tracé pour faire un lien avec la colonne que lui avait montré la professeur d'Histoire de la Magie. Lien qui se fit effectivement rapidement lorsque Sewell ajouta Cassiopée après chaque nom sur l'arbre. Lien encore plus lorsqu'elle réduisit les noms à leurs simples initiales. Ce qui donnait ceci.

Miranda Cassiopée. -> MC
Théodore Cassiopée. -> TC
Basile Cassiopée. -> BC
Carl Cassiopée. -> CC ...

Elle avait trouvé, du moins une partie. Il lui restait encore d'autre chose à décrypter. Et elle avait encore toutes les questions qui lui venaient de sa lecture de la lettre de sa grand-mère. Afin de mettre ses idées au clair, elle les transcrivit également sur le parchemin.

- Pourquoi il y a t'il mon deuxième prénom? Samatalona est quelqu'un qui aurait existé?
- Pourquoi ma famille maternelle est-elle mentionnée?
- Qu'est-ce que les Cassiopée's cherchent pour les Singer's?
- Quel est le lien entre tout ça?

Relevant la tête, elle se tourna vers son interlocutrice et lui demanda avec un petit sourire fatigué:

- Tu as une idée?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Jeu 13 Mar - 1:55

En voyant Sewell se heurter la tête dans une étagère, Lena eut une petite exclamation d'inquiétude avant de tendre la main dans sa direction dans un geste réflexe parfaitement inutile. D'un coup de baguette, elle fit apparaître des glaçons qu'elle mit dans une serviette et appliqua sur le front de la Gryffondor. Si elle avait pu prévoir que Sewell se blesserait en apprenant qu'elle avait le Troisième Oeil, la Poufsouffle se serait abstenue de le lui dire. Ou elle aurait attendue d'être dans une salle pleine de coussins.

Elle pouvait presque voir Sewell réfléchir. Elle supposait que son amie se remémorait leur scolarité. Elle-même n'avait jamais rien eu contre la Gryffondor, qui ne l'avait jamais spécialement embêtée. Néanmoins, elle restait surprise que Sewell n'ait rien deviné jusque là. Elle qui était si perspicace! Lena s'était attendue à ce qu'elle ait des soupçons, ou qu'Elijah le lui ait dit. Mais non. Le Directeur avait deviné tout seul; pas sa meilleure amie. A croire que la Poufsouffle était assez douée lorsqu'il s'agissait de cacher ses secrets.

Contre toute attente, la réaction de la brune l'agaça. Ce n'était pas le fait que Sewell accorde peu importance à sa différence qui la dérangeait, mais sa réflexion qui avait suivi. Elle n'aimait pas qu'on lui dise quoi faire. Elle s'était toujours montrée fidèle envers ses amis, et dès qu'elle pouvait leur être utile d'une quelconque manière, elle faisait tout son possible pour aider. Et, bien qu'elle comprenne que la Gryffondor ne veuille rien exiger de sa part, elle ne voulait pas qu'on lui interdise d'aider.

« Douce Helga, qu'est-ce que vous avez tous à dire ça? J'aime me rendre utile, et si je peux aider, je le fais. »

Cette mise au point faite, Lena s'intéressa de plus près à ce que Sewell venait de rajouter sur le parchemin. C'était la Gryffondor qui lui apportait les éléments qui lui manquaient pour comprendre. Les initiales devenaient des noms, et les noms devenaient des personnes tangibles. Mais la Cassiopée venait d'inscrire des questions sur le papier, et l'un des noms inscrits la frappa.

Samatalona... Samatalona... Elle avait déjà entendu ce nom auparavant. Mais où? Elle ferma les yeux en se concentrant. Le nom lui évoquait un visage. Son ami d'université, Nikolaï. Or, ce dernier avait étudié avec elle lorsqu'elle avait suivi des études en Histoire de la Magie. Elle se frappa le front en se souvenant brusquement. Mais bien sûr! Samatalona! Une des plus puissantes enchanteresses qui avaient existé.Méconnue du grand public, car restée dans l'ombre d'autres sorciers. Comment avait-elle pu oublier?

Elle n'avait pas de réponses aux autres questions, mais elle savait qui était Samatalona. Alors elle esquissa un sourire amusé et, d'un coup de baguette, fit léviter un livre d'Histoire jusqu'à elles. Elle l'ouvrit aussitôt à la page désirée et désigna le portrait de l'enchanteresse à son amie.

« C'est elle, Samatalona. Une sorcière très puissante. »


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   Ven 14 Mar - 2:27

Après que Lena lui ai appliqué de la glace, elle lui fit savoir qu'elle l'aiderait de toute façon. Sewell n'ajouta rien, elle avait déjà dit ce qu'elle avait à dire sur le sujet. Ensuite la jaune-et-noir se pencha sur la feuille de questions écrite par la rouge-et-or. Elle la regarda quelques instants avant de se plonger dans les méandres de sa pensée puis de se frapper le font brusquement. Etonnée, la Cassiopée la regarda vers venir un gros livre d'histoire de la Magie à l'aide d'un sortilège de lévitation. La brune grimaça légèrement. L'histoire de la magie faisait partie des matières qu'elle n'avait jamais tout à fait appréciée au cours de sa scolarité. Tout comme l'étude des runes, l'arithmancie ou la divination auxquels elle n'avait tout simplement rien compris. C'était généralement l'occasion pour l'étudiante de faire une petite sieste intérieurement. Elle avait réussit sa BUSE en Histoire de la Magie de justesse et avait oublié aussitôt tout ce qui avait trait à cette matière. La lionne ne l'avait même pas reprise dans ses matières en sixième année.

Il semble maintenant que mes erreurs de jeunesse me rattrapent. C'est en exprimant intérieurement cette pensée que la directrice de maison regarda sa collègue ouvrir le livre qu'elle venait d'apporter par magie et lui désigner une personne représentée sur la page à laquelle elle s'était arrêtée. La blonde lui annonça que la femme sur la page était cette fameuse Samatolana, une sorcière très puissante. C'était justement ce que confirmait la légende sur le bas de la page, en dessous du portrait. L'enchanteresse était blonde comme les blés, avait une peau extrêmement pâle et regardait tristement quelque chose avec un petit sourire crispée. Elle avait de grands yeux couleur ambre qui semblaient presque dorés. La magicienne portait une robe bleue ciel et pour seuls bijoux une broche d'or et un médaillon doré. Ce dernier rappela quelque chose à la Gryffondor. Quelque chose qui lui revint plus rapidement que la dernière fois. Quelque chose qui lui échappa dès qu'elle put le formuler.


- Mais c'est le médaillon de ma grand-mère. Qu'est-ce qu'il fait là?

La bibliothécaire se souvenait encore de sa grand-mère maternelle le lui donnant à ses onze ans peu de temps après la disparition de ses parents. L'ancienne Serdaigle ne lui avait rien dit, si ce n'est qu'un jour il lui serait peut-être utile. Au début, la belge avait boudé ce cadeau. A quoi ça pouvait bien lui servir puisqu'elle venait de perdre ses parents et que cela ne l'aiderait pas à les retrouver. Finalement elle avait finit par le porter machinalement au cours de sa scolarité et à l'heure actuelle, "cette vieille breloque" comme aimait à l'appeler Bleuet à chaque fois qu'il voyait l'objet, était dans un tiroir de sa chambre dans la tour des Lions. La maraudeuse était quasi-sûre de ce qu'elle avançait. Et puis l'existence de ce portrait dans un livre pouvait difficilement être un coup monté. C'était une preuve, Samatolana avait bel et bien existé. Mais pourquoi avait-elle le prénom de cette femme dans son patronyme? Pourquoi avait-elle un vieux médaillon d'une inconnue?

- Lena, qu'est-ce que tu sais de plus sur cette femme?

Depuis que la bibliothécaire en chef avait posé le grimoire devant elle, le professeur de Soins aux Créatures avait le sentiment qu'elles tenaient une sorte de piste. Piste qui se confirmait par la lettre envoyée par sa grand-mère à Lord Singer. Cette piste même tenue lui semblait fiable. De plus les éléments apportés par la courageuse éclairaient également la colonne du carnet de la famille du professeur d'Histoire de la Magie. Godric seul savait quand allait s'achever cette quête. Cependant il leur faudrait agir avec prudence. L'animagus sentait intuitivement que les Singer's étaient redoutables, surtout quand on se mêlait de leurs affaires. De même les Cassiopée's n'étaient pas faciles à approcher. D'autant moins depuis que l'enseignante avait coupé officiellement les ponts avec eux en refusant d'entrer dans un monde d'apparences. Tant pis il lui faudrait faire une croix sur sa famille et les renseignements qu'elle aurait pu obtenir si elle avait naguère accepté leur proposition. Néanmoins elle gardait toutefois espoir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer   

Revenir en haut Aller en bas
 

A cup of tea? S. Cassiopée & L. J. Singer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Ce matin, un lapin a tué un chasseur (Cassiopée) terminé
» Cassiopée
» Présentation De Cassiopée
» Les voies du destins
» Les cries aveugles et les larmes sourdes d'une enfant [Cassie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epic Hogwarts :: ϟ ROLE PLAYING GAME ϟ :: RPG PRIVÉS-