AccueilGalerieFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrerGroupes



 
Chers membres, chers invités,

Nous avons déménagé sur la version 2.0 d'Epic Hogwarts.
Nous vous invitons à vous (ré)inscrire à l'adresse suivante :

http://epichogwarts.com

Nous espérons vous voir parmi nous.
La direction d'Epic Hogwarts.

Partagez | .
 

 Les Couloirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Alice Jenkins
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 1178
MessageSujet: Les Couloirs   Jeu 7 Mar - 6:20



De longs couloirs de pierre qui s'enchaînent, tel un labyrinthe géant... Les escaliers farceurs (presque autant que Peeves qui vient vous lancer des bombabouses en pleine tête en hurlant des chansons paillardes en plein milieu d'un corridor) qui vous piègent et vous perdent, vous faisant emprunter un couloir que vous n'auriez pas dû prendre... N'avez-vous jamais entendu parler de ces marches mouvantes ? N'avez-vous jamais rêvé de vous promener dans ces longues allées couvertes ?

Pourtant, le château entier regorge de secrets, de passages interdits si vous creusez bien. Cherchez, vous verrez que je ne dis pas que des bêtises, moi la narratrice. Mais vous avez aussi la possibilité de rencontrer des ennuis à chaque carrefour de pierre ou encore de participer à une aventure fabuleuse au détour d'un couloir abandonné d'où s'échappe une aura de mystère si insoutenable que vous et vos camarades ne pouvez vous empêcher d'aller fouiner y fourrer votre nez y regarder de plus près !

Mais ceci est une autre histoire, et ce n'est plus à moi de la raconter mais bien à vous ! Nous sommes tous curieux d'entendre vos déboires, vos joies et vos péripéties à travers ces enfilades de couloirs aux vitres si immenses qu'elles captent le soleil (quand il y en a héhéhé) à n'importe quelle heure de la journée.


Les règles à respecter

♠️ Le règlement général de la section se trouve ici.
♥️ Pas de flood
♣️ Pas d'insultes, de propos racistes ou à caractère pornographique
♦️ C'était juste pour faire les quatre signes des cartes. jocolor


Dernière édition par Alice Jenkins le Mer 1 Mai - 3:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Sam 23 Mar - 13:01

Jake soupira et ferma les yeux un instant avant de se masser les tempes. Il marchait ainsi aveuglément dans les couloirs du château sans destination précise. Il faisait beau, oui, surtout pour un temps de chien ou de loup ! Dans quelques jours la pleine lune ferait son entrée sur scène et Jake devrait l'acclamait en hurlant dans sa direction...encore. Et comme toujours, il se sentait affaiblit quelques jours avant sa transformation. Il avait plus facilement mal à la tête ou au cou et ses entraînements sportifs l'épuisaient plus vite. Il aurait aimé courir plus longtemps ce jour-là mais son corps n'en pouvait déjà plus et comme il en avait l'habitude, il avait continué à courir jusqu'à s'effondrer sur le sol. Il était resté un moment sur la terre, trop faible pour se redresser. Ensuite il s'était dirigé en direction du château et passait maintenant son temps à déambuler dans les couloirs. Cela tombait bien, il avait une heure supplémentaire de pause pour se doucher et se remettre de son état de fatigue.

Dans sa tenue de sport moldue constituait d'un short et d'un T-shirt anti-transpirant qui mettait en valeur ses muscles, ainsi qu'une belle paire de baskets bien boueuses, le jeune homme dans son physique ne laissait pas une seule touche sorcière excepté pour sa baguette magique qu'il avait mis dans un étui spécial accroché à son mollet gauche étant donné qu'il était gaucher. Il passa une main dans ses cheveux blonds et s'arrêta à une fenêtre fermée dans un couloirs pour observer l'extérieur. En-dessous on pouvait apercevoir le Parc et les élèves et professeurs qui y passaient leur temps libre. L'homme sourit, il faisait très froid et peu de personnes avaient décidé de combattre le temps glacial qui régnait en souverain. Jake ouvrit la fenêtre et se pencha vers l'extérieur afin de humer la brise glacée qui passa. Il inspira et expira profondément. Cela faisait déjà un mois qu'il enseignait... Son sourire s'élargit. Il aimait réellement son métier.


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Jenkins
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 1178
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Sam 23 Mar - 13:35

Rares étaient les cours d'astronomie qui se passaient en pleine journée, mais malheureusement pour Alice, ils existaient bel et bien, et malheureusement pour ses élèves, elle s'était endormie pendant qu'ils pratiquaient leur sortilège de localisation. Mais la jeune Lunaë, la passionnée des étoiles, l'avait réveillée quelques minutes avant la fin des cours. La plupart des étudiants étaient déjà sortis lorsqu'elle avait rouvert les yeux. Pendant sa petite sieste inconvenante mais à laquelle la jeune femme ne pouvait rien, elle avait fait un rêve fort étrange mais aussi agréable. Y repenser la faisait encore sourire, puisque cela concernait Jake, son désormais collègue pour qui elle ressentait plus que de la camaraderie depuis qu'elle était arrivée ici en tant qu'élève.

Durant ce mois où ils avaient fini par se retrouver, ils avaient rattrapé le temps perdu, celui où aucun des deux n'avait fait un pas vers l'autre, pour la plus grande joie de la Jenkins, et aussi son plus grand espoir. Depuis cette heureuse rencontre dans la forêt interdite, où elle avait appris que le Raven était un loup-garou, et qui le redeviendrait d'ici quelques jours, les regrets qu'elle avait eu à sa fin de scolarité l'avaient reprise, plus forts que jamais, et elle était là, en attente de quelque chose. Qui ne viendrait sûrement jamais, comme autrefois. Mais au moins, les deux jeunes adultes se côtoyaient, c'était une grande avancée à ses yeux. N'ayant plus rien à faire jusqu'à la tombée de la nuit, où elle donnerait un autre cours aux troisièmes années, la professeure décida de se promener dans les couloirs, pour y revivre un peu ses souvenirs d'enfance... Avec un livre dans une main et un gâteau dérobé dans la grande salle dans l'autre. Quelqu'un qui l'aurait vu se serait fait la remarque que c'était bien une Serdaigle, même adulte, pour lire en marchant des bouquins inutiles sur des sujets totalement inintéressants. Et Alice leur aurait répondu qu'un livre d'aventures moldu était tout sauf inintéressant et inutile. Quoique, l'utilité d'un roman était parfois un sacré débat. Plongée dans ses lignes de lettres, elle n'entendait même pas les élèves qui la saluaient ou qui s'émerveillaient (puisqu'il ne pouvait en être autrement) sur sa robe violette, qu'on aurait cru sortie du Moyen-âge.

La jeune femme était tellement concentrée qu'elle ne vit pas non plus l'obstacle qui se dressa sur sa route, et qu'elle heurta de plein fouet, lui faisant lâcher son livre, mais pas son gâteau à-demi, qu'elle tenait d'une poigne de fer. Ses anglaises brunes, puisqu'elle avait décidé de les boucler aujourd'hui, grâce à un savant processus magique dont elle n'aurait donné le secret pour rien au monde, dévalèrent devant son visage, l'empêchant momentanément de voir qui se trouvait devant.

- Vous pourriez faire attention où...

Alice n'eut pas le temps de finir sa phrase ni de dégager son champ de vision qu'elle reconnut instantanément ce parfum sauvage qui émanait de son obstacle. Sous sa crinière en bataille, elle sourit de contentement et secoua la tête pour remettre tout ça en place, avant de regarder celui qu'elle avait malencontreusement bousculé.

- Je vois que je ne suis pas la seule à ne pas regarder où je vais ! Se croiser sans prévoir est une très mauvaise chose, entre toi et moi Jake.

En effet, à chaque fois qu'ils se croisaient grâce au hasard, cela faisait des étincelles, dans le mauvais comme dans le bon sens. La Bleu&Bronze fixa ses yeux saphir sur le visage du Raven et l'observa sans retenue. Elle prétexterait qu'elle était encore partie dans ses pensées. Pour une fois que ce défaut se révélait utile, il fallait en profiter ! Elle était toujours aussi troublée de voir comment il avait pu évolué en quelques années et à quel point il était devenu vraiment charmant, avec ses deux yeux sombres qui vous happaient et ses cheveux blonds en bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Dim 24 Mar - 7:01

La fatigue le gagna et il commença à somnoler devant la fenêtre, lui qui avait pourtant l'habitude de se lever aux aurores... C'est lorsqu'il sentit sa tête basculer vers le bas qu'il s'éveilla pleinement. Il se redressa et bailla bruyamment. Ses manières n'étaient plus d'actualité lorsque la pleine lune approchait, étrangement. Il se frotta les yeux pour chasser les traces de sa fatigue avant de s'ébouriffer davantage les cheveux. Il frissonna lorsqu'il sentit le vent glacial le transpercer de toute part. Il referma directement la fenêtre et resta un instant à admirer l'extérieur qu'il rejoindrait sous sa forme bestiale dans plusieurs jours. Un sourire s'installa sur ses lèvres et il se remit à marcher dans le couloir, la tête orientée vers les fenêtres. Il se gratta la fesse droite et voulut se diriger vers ses appartements afin de profiter de son temps libre pour prendre une douche et se débarrasser de la sueur qui coulait le long de ses membres. Lorsque soudain, il se cogna fortement contre quelqu'un et par pur réflexe, saisit les deux épaules de la personne pour lui éviter une chute. Il la reconnut de suite et son sourire s'élargit encore. Il parcourut du regard sa chevelure brune, ses épaules, sa robe violette qui lui allait d'ailleurs à ravir avant qu'elle ne redresse la tête dans sa direction et lui fasse une petite réflexion.

- Alors que tu te trouvais dans les étoiles, j'étais dans la lune.

Pour faire une petite référence à sa nature mais aussi à la matière qu'Alice enseignait, Jake avait ajouté cette petite phrase en guise de réponse. Il aimait faire ce genre de réflexions, ainsi il avait l'impression de se rapprocher davantage de la Jenkins et d'avoir avec elle une sorte de complicité. Il l'observa attentivement, son regard se faisait plus insistant que d'habitude, très certainement dû à son influence lunaire. Il ne se serait jamais permis une telle chose s'il avait été dans son état habituel. Il leva sa main, prit une longue mèche des cheveux de la femme et lui mit derrière son oreille délicatement tout en continuant à lui sourire. Soudainement gêné par son geste, il éloigna ses deux mains de sa collègue et détourna la tête en direction de la fenêtre un peu plus loin, en oubliant une fois de plus ses manières. Cela faisait déjà un mois qu'ils enseignaient ensemble et étaient devenus amis. Et il avait fallut plusieurs semaines à Jake pour comprendre un sentiment qui le submergeait à chaque fois qu'il se trouvait en la présence d'Alice. Il sentit idiot d'agir ainsi et de rester à ne rien dire pendant quelques secondes qui lui parurent durer des siècles. L'odeur du chocolat le sortit de ses pensées et il se tourna vivement vers Alice, le regard posé sur la pâtisserie qu'elle avait dans la main -à moitié déjà dévoré. Les yeux de l'homme s'ouvrirent en grand et il se pencha légèrement vers son amie.

- Un gâteau ! Je peux t'en prendre un bout ? Je n'ai pas eu le temps de me rendre à la grande salle ce matin pour y prendre mon déjeuner...


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Jenkins
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 1178
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Dim 24 Mar - 10:02

C'est presque à contrecœur qu'Alice se recula du torse de Jake, et qu'elle releva la tête. Depuis quelques jours, c'était ainsi à chaque fois qu'ils se croisaient : elle était comme magnétisée et ne voulait pas que "ça" se finisse. Parfois, elle devait retenir des gestes qu'elle aurait pu regretter ou qui auraient pu apeuré le jeune homme. Après tout, elle n'avait aucune idée de ce qu'il pensait et ne voulait pas briser la complicité qui s'était installée entre eux. Sentiment qui se renforça et qui la fit sourire lorsqu'il fit référence à un trait s'accordant à chacun d'eux. Lui un loup-garou, elle une professeur d'astronomie. La lune les faisait vivre à son rythme. Quand la Jenkins posa son regard océan sur son ami, elle remarqua que lui aussi la dévorait des yeux. Etrange... Cela la fit rosir légèrement, elle le sentit, mais elle ne baissa pas le regard pour autant, ajoutant même un sourire pour le faire flancher. Mais cette tentative rata puisqu'elle sursauta quand il toucha son épaule, pour simplement remettre une de ses longues mèches de nuit derrière son oreille. Alice observa la scène avec de grands yeux, ne s'attendant pas du tout à ce genre de geste de la part du Raven et pour cacher son trouble, elle se pencha pour ramasser son livre et l'épousseter.

Quand elle se releva, il avait la tête tournée vers la fenêtre et comme avant, elle se permit de l'observer en détail. Ses parents lui avaient bien appris que c'était très impoli de dévisager les gens de cette manière mais là, c'était une tentation trop forte à laquelle la jeune animagus devait céder. Jake avait le regard perdu dans le vide, un peu comme elle le faisait quand les gens ne l'intéressaient plus vraiment, mais il y avait quelque chose de lointain et doux à la fois dans son visage à lui. La pleine lune arrivait, dans deux jours... Peut-être qu'Alice l'accompagnerait à nouveau, si ça ne le gênait pas. Soudain, elle dut détourner les yeux rapidement car le visage du blond se retourna vers elle, et surtout vers son délicieux gâteau chapardé sur la table des Serdaigles. Il se pencha légèrement vers la jeune femme, qui rosit encore plus, peu habituée à tant de proximité avec lui.

- Mon gâteau ? Oh oui bien sûr ! Avec les compliments des elfes de maison ! Je n'ai plus très faim, je te laisse la plus grosse part.

La Jenkins tenta tant bien que mal de couper le gâteau en deux et mit des miettes un peu partout autour d'eux mais tant pis, le délice en chocolat était désormais en deux parties distinctes, dont une qu'elle tendit au professeur. Elle s'empressa de finir la petite bouchée qui lui restait entre les doigts et de se les essuyer avec un petit mouchoir blanc. Par réflexe, elle consulta sa montre ensorcelée, qui lui projetait le ciel astral en même temps qu'elle indiquait l'heure et regarda le jeune homme pour lui poser une question des plus banales, ne sachant quoi dire d'autre.

- Tu n'as pas de cours à cette heure-ci ? Te voir dans cette tenue m'étonne beaucoup tu sais ! Je sais que tu fais du sport mais cette tenue moldue... Elle te va à ravir !

Et comment que ses vêtements lui allaient à ravir ! Alice n'était pas une petite fille naïve et innocente et savait profiter de ce que ses yeux lui montraient. Et là, ils lui montraient la carrure sportive de Jake, mise en valeur par un simple t-shirt près du corps. Et elle se rendit compte que ses coups d'oeil se faisaient malheureusement de moins en moins discrets et ses joues habituellement pâles prirent une teinte encore plus rose. Qu'avait-elle donc à se comporter comme une jeune adolescente (cette période n'était pas si loin que ça au final) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Dim 31 Mar - 9:41

Les yeux du Raven se firent gourmands lorsqu'il les posa sur la pâtisserie de son amie. Son ventre, pour manifester son envie de se rassasier, grogna doucement. Il sourit davantage lorsqu'Alice accepta de partager son gâteau au chocolat avec lui et se mordit la lèvre inférieure en l'observant couper maladroitement le gâteau en deux. Du bout des doigts, elle le lui présenta, et Jake, dépourvut de toutes pensées exceptée celle de se nourrir, approcha le haut du corps en direction de la main de la jeune femme et mordit dans la pâtisserie directement, ne prenant pas même la peine de le prendre dans sa main. Il ferma les yeux et savoura le moelleux de la pâtisserie ainsi que son goût chocolaté qui emplit sa mâchoire. Merlin, il avait réellement très faim ! Il insulta mentalement les elfes de maison pour ne pas laisser les petit-déjeuner jusqu'à dix heures du matin, il aurait alors eu le temps d'aller se nourrir. Sa faim de loup -et c'était le cas de le dire- commençait à se manifester de plus en plus brutalement par des grognements de ventre. Il se redressa et ouvrit à nouveau les yeux quand un grognement affreux brisait le silence. Il rit et tapota doucement son ventre de la main.

- On dirait qu'il n'est pas très content d'avoir sauté un repas celui-là !

Il ne s'était pas même rendu compte de l'acte qu'il venait de faire avec le gâteau et, sans gêne aucune, il prit le petit bout de gâteau au chocolat qui restait dans la main d'Alice tout en la remerciant avant de le fourrer dans sa bouche. Tandis qu'il mâchait son morceau de gâteau, il observa la Serdaigle qui regardait sa montre et une pensée lui vint à l'esprit et le fit s'étouffer avec ce qu'il avait dans la bouche. Il toussa plusieurs fois afin d'expulser les miettes de pâtisserie qui avaient réussi à se faufiler dans ses poumons et écouta la femme lui poser une question et le complimenter. Ses oreilles devinrent aussi rouges que le sang qui coulait dans ses veines, mais fort heureusement pour lui, ses cheveux blonds en sueur les masquaient bien comme il le fallait. Il se gratta la tête et détourna le regard, ne sachant que dire ou que faire. Il en oublia même de s'essuyer la bouche, autour de laquelle quelques micros miettes de gâteau au chocolat s'accrochaient fermement. Il finit par sourire et hocher la tête en signe de remerciement.

- Non, je n'ai pas d'élèves à torturer ce matin. Et d'ailleurs tant mieux pour eux sinon ils devraient supporter mon épouvantable caractère lorsque la pleine lune approche !

Même s'il n'était pas conscient à l'instant même de ce qu'il faisait, avec le recul, il se rendait compte de toutes les maladresses, l'audace et la brutalité dont il faisait preuve pendant la période qu'il qualifiait d'avant-gardiste par rapport à sa transformation en loup-garou. Il avait cependant, depuis un mois, pris conscience qu'il pourrait par accident faire quelque chose de très gênant à Alice qu'il n'aurait jamais osé faire en période normale et en stressait tellement parfois, qu'il lui arrivait encore d'avoir des vertiges. Morticia aurait été la première à lui rire au nez, elle avait été la première à lui rire au nez... Mais Jake était ainsi, et certains aspects de sa personnalité n'avaient pas changé. Enfin, le point positif c'est qu'il ne faisait plus de malaises à ce jour. Il remarqua alors les regards furtifs d'Alice sur son corps et il la regarda tendrement. Après tout, que risquait-il d'agir à l'instinct ? Il s'approcha de quelques centimètres de la jeune femme et se pencha très doucement vers elle. Il réalisa alors son acte et une gêne sans pareille le submergea en pensant à ce qu'il avait faillit faire.


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Jenkins
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 1178
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Dim 31 Mar - 10:32

Peu après qu'Alice eut tendu un morceau de son gâteau à Jake, celui-ci se pencha vers elle, la faisant délicatement rosir au passage, peu habituée à ce genre de rapprochement avec un individu du sexe opposé, sauf Tyshawn et Peter, son adorable petit frère. À son grand étonnement, elle le vit mordre dans la pâtisserie sans aucune gêne, comme... Un loup. Elle battit des cils sous "l'émotion" et se mit à sourire doucement. Ce n'était pas très étonnant, un tel comportement, vu la période à laquelle on arrivait. La Jenkins ne le savait que trop bien. Quand il ferma les yeux, elle s'empressa de l'observer, peu importe l'allure dégoulinante qu'il avait, il restait toujours à son goût. S'il lui en avait laissé le temps, elle se serait penchée pour l'embrasser sur le front, et c'était bien ce qu'elle était partie pour faire lorsqu'il rouvrit les yeux et se releva. Elle fit de même précipitamment, pour que le jeune homme ne remarque rien.

- Hmmm il semblerait. Le mien vient d'être rempli par quatre autres pâtisseries de ce genre. J'aurais préféré des pizzas, mais je n'ai trouvé que du sucré sur les tables ce matin. Dommage !

Le salé et Alice ne faisaient qu'un en effet. Quand elle était encore petite, lorsqu'elle revenait chez elle, ses parents lui donnaient des tas de nourriture en tout genre, essentiellement salé. Pour ses nombreux petits creux nocturnes, quand elle faisait encore ses insomnies. Parfois, la jeune femme se disait qu'elle aurait fait une bonne Poufsouffle avec son côté grosse bouffe. Mais cet aspect n'était pas le seul des Jaunes & Noir, certains semblaient parfois l'oublier. Elle fut soudain sortie de ses pensées gourmandes par la toux de Jake. Elle releva les yeux vers lui et, ne sachant que faire, se contenta de le regarder avec des yeux (seulement) interrogateurs. Il lui répondit tout de même, comme si tout était normal, qu'il n'avait aucun cours ce matin-là. Une petite sensation d'impatience et de frénésie vint lui chatouiller le creux du ventre : cela voudrait dire qu'il n'aurait pas à la quitter trop vite, et cette pensée la réjouit. Elle hocha la tête tout en lui jetant des regards furtifs et sut de suite qu'elle était repérée. Pour tenter de rattraper le coup, elle fit semblant de dévier le regard vers le fenêtre derrière lui et de s'intéresser à ce qu'il se passait dehors. Rien de bien intéressant, juste le saule cogneur qui venait d'écrabouiller un animal contre ses racines...

Quand elle reporta son regard sur le blond jeune homme, Alice s'aperçut qu'il s'était avancé et penché à nouveau vers elle. Puisqu'elle était naïve ou plutôt, puisqu'elle refusait de voir les évidences qui se présentaient à elle, la jeune professeure se dit qu'il devait avoir mal au dos et se penchait pour le soulager un peu. Mais il était si proche d'elle qu'elle pouvait sentir son souffle encore chocolaté, si proche qu'elle pouvait presque s'admirer dans les yeux sombres du jeune homme. Elle en fut troublée et pour le masquer, elle porta sa main au visage de Jake et essuya les quelques miettes qui étaient restées sur sa peau pâle. Une petite voix hurlait en elle de l'embrasser, de ne surtout pas manquer l'occasion trop belle, mais la Jenkins se combattait elle-même pour ne rien tenter. Elle pouvait risquer de perdre leur complicité avec un seul petit geste. Même si, au moment où elle pensait ça, elle était presque en train d'effleurer tendrement les lèvres de Jake de ses doigts fins. Même si elle était en train de le dévorer des yeux comme lorsqu'un prédateur fixe de ses yeux brûlants sa proie, prête à bondir à n'importe quel moment pour surprendre son dîner. C'était une métaphore qui leur allait bien, les prédateurs cherchant des proies... Un loup-garou et une louve, cherchant impérativement à se nourrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Sam 6 Avr - 11:31

Il ne savait que faire ou comment réagir. Il observait son visage, espérant ne pas y voir une expression dégoûtée ou de refus. Elle pouvait encore se reculer, il ne l'avait pas piégé et ressentit le besoin de le faire afin de ne pas la laisser partir. Mais cela aurait été égoïste et malsain. Si elle comptait réellement partir, il la laisserait faire. Et ce n'était pas son côté bestial qu'il en empêcherait. Il plongea son regard sombre dans celui bleu de la femme. Que découvrait-il comme expression ? Il n'y prêta pas même attention. Il en perdit le court de ses pensées, il n'arrivait plus à établir une pensée correcte. Un blanc, c'est ce qu'il avait. Il retint son souffle tandis qu'Alice déposait ses doigts sur son visage. Le contact de sa peau contre la sienne l'avait tout de suite choqué et il s'immobilisa pendant le temps qu'il fallut à la Serdaigle de retirer les miettes de chocolat autour de la bouche du Raven. Il aurait voulu que cet instant ne meure jamais. Mais il savait parfaitement que tout avait une fin. Comme le supplice qu'il devait subir chaque pleine lune lors de sa transformation. Où il pouvait retrouver sa liberté originelle. Car il attribuait sa liberté d'humain à celle du loup-garou. Après tout il avait vécu enfermé dans une cage en acceptant tout ce qu'il était et il pouvait alors faire ce qu'il voulait en retour. C'est pour cela qu'il allait imposer son choix à Alice au risque de briser leur amitié. Il ne pouvait pas se retenir davantage. Elle était en train d'effleurer ses lèvres à l'aide de ses doigts. Alors, toujours sur une pulsion, Jake s'approcha davantage de son amie, si bien qu'il effleura le nez d'Alice pour déposer ses lèvres sur les siennes. Il en oublia tout. Il en oubliait jusqu'à ses pensées ou le couloir et les élèves qui y circulaient de plus en plus nombreux et bruyants, ou même en oublier jusqu'à la sueur qui avait finit par sécher sur ses tempes et lui coller quelques mèches de cheveux. Il ne pensait pas, il agissait, et il savait parfaitement que malgré son état pré-lunaire, il ne regretterait pas son acte, même si pour cela il risquait de briser la complicité voire même l'amitié qui les soudait et les rapprochait. Il s'y risquait et pour l'une des seules fois où cela lui arrivait, il laissait libre court à ses émotions et sentiments, chose qui l'éloignait infiniment de l'adolescent qu'il avait été et qui n'avait jamais rien osé. L'adulte qu'il était devenu était responsable et conscient que s'il n'agissait pas auprès d'Alice et ne lui montrait pas ce qu'il ressentait pour elle, il le regretterait car il savait qu'il allait la perdre à jamais et qu'il lui serait impossible d'instaurer une nouvelle relation entre eux. Même s'il devait en souffrir, il y avait toujours une chance pour qu'il ne puisse en sortir que plus heureux; le regard de la femme, ses gestes, le ton de sa voix ne pouvaient que lui donner espoir.

Et en posant ses lèvres sur celles de la Jenkins, tout son corps et son âme s'étaient mis en éveil. Il découvrait alors un monde de sensations qu'il n'avait jamais encore entrevut, même s'il était déjà tombé amoureux, il ne se souvenait pas d'avoir ressentit quelque chose d'aussi intense et profond. Les souvenirs qu'il avait d'Alice, le malaise qu'il avait pu ressentir lorsqu'elle avait le regard porté sur lui quand il était encore élève, son regard lorsque la femme le perçait toujours de ses pupilles bleues, la personnalité d'Alice et la complicité qui s'était tissée entre eux renforçaient le sentiment amoureux qu'il avait à l'égard d'Alice.


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Jenkins
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 1178
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Sam 6 Avr - 12:50

Il suffisait parfois d'un seul geste pour en appeler un autre, et puis un autre, comme une cascade. C'est ce qui risquait de se passer, Alice en était bien consciente. À trop se dévoiler ainsi, elle allait perdre le contrôle de sa personne et pourrait bien agir d'une façon qu'elle regretterait. Il lui était impossible de dévier son regard du visage de Jake, ni ses doigts fins des lèvres de celui-ci, comme si elle était hypnotisée. Elle n'était qu'une louve animagus mais avait pourtant toujours été influencée par la pleine lune, à son approche, et plus que jamais elle en ressentait les effets. Terribles propriétés que celle du satellite de la Terre, surtout pour les sorciers. La jeune femme était en train de perdre sa maîtrise, alors qu'habituellement elle mettait un point d'honneur à la garder. Elle se perdait dans les yeux sombres de son ami, oubliant tout ce qui se passait autour d'eux. Quoiqu'un rire de travers qui serait venu entacher l'instant aurait valu un catapultage express par une des nombreuses baies du couloir où ils se trouvaient. Ils étaient si proches, tellement proches... À tel point que la Jenkins ne vit même pas le jeune homme se rapprocher d'elle encore plus pour...

Ses yeux s'agrandirent sous le coup de la surprise. Leur deux visages étaient désormais liés par le baiser que venait de faire Jake. Au début, Alice ne put que rester là, une main en suspens, ne sachant que faire et revoyant tous les souvenirs de leur passé à Poudlard, et notamment les fois où elle avait envié les filles qui étaient sorties avec celui qu'elle désirait tant. Et la fois où elle avait jeté un maléfice de crache-limaces à une de ses petites amies dans un accès de jalousie. Ce souvenir la fit sourire et à l'idée que maintenant, c'était elle, Alice Jenkins, qui était à leur place lui procura un léger frisson. C'était une expérience étrange pour la jeune Aiglonne qui n'avait jamais vécu cela et c'était aussi un bonheur intense. Peut-être qu'il l'aimait finalement ! (Car il existait toujours dans son esprit tordu une possibilité que ce fut le côté bestial de Jake qui ait pris le dessus.) Alors, comme s'il était en porcelaine et risquait de se briser au moindre contact, la jeune brune déposa une main sur la joue du Raven et lui rendit son baiser avec tendresse. Si elle ne s'était pas retenue, elle en aurait presque pleuré de joie mais il aurait risqué de se poser des questions, aussi tenta-t-elle de garder encore un peu le contrôle de ses émotions.

Alice ne voulait pas que ça finisse, que cela dure toujours, jusqu'à la fin de l'éternité (qui n'arriverait pas de si tôt, c'était tant mieux.) Elle pouvait sentir l'odeur sauvage de Jake, sentir sa peau qui courait sous ses doigts et maintenant ses cheveux blonds à mesure que la main de la jeune femme y passait. Mais elle dut mettre fin au baiser pour respirer un peu. Mourir maintenant aurait été si dommage, si triste... Elle plongea à nouveau ses deux océans dans les yeux du jeune homme, qu'elle aimait plus que tout, elle en avait désormais la certitude et lui sourit. La parole n'était plus vraiment très utile à ce moment là, tout dans son comportement traduisait ce qu'elle ressentait. Mais la Jenkins ressentit tout de même le besoin de parler, doucement pour ne pas briser l'intensité du moment. C'est pourquoi elle s'approcha à nouveau du blond, au plus près et dans un murmure, elle lui dit ce qu'elle voulait tant prononcer depuis des années.

- Je t'aime Jake Lysander Raven. Plus que tu ne pourrais l'imaginer.

Elle posa alors son front sur l'épaule du jeune homme, attendant qu'il ne parle ou qu'il ne fasse un geste vers elle, n'osant plus rien faire de peur de tout briser. Un mois seulement s'était écoulé depuis leurs retrouvailles. Un mois au cours duquel ils avaient enfin appris à se connaître l'un et l'autre et pendant lequel elle avait eu peur que leur relation ne retombe finalement à ce qu'elle était avant, c'est-à-dire dans le néant. Pourquoi ? Alice n'aurait su le dire, mais c'était ainsi à cause de son manque flagrant de confiance en elle. Posée ainsi qu'elle était, dans une sorte de pénombre formée par ses cheveux retombant sur les côtés de son visage, contre le torse de Jake, elle était parfaitement bien, heureuse.


Dernière édition par Alice Jenkins le Sam 11 Mai - 6:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Dim 28 Avr - 6:25

Guidé par ses sentiments et ses pulsions lunatiques, Jake en avait complètement oublié ses manières et il n'agissait plus que pour satisfaire ses besoins personnels. Il était dangereux pour lui d'agir ainsi surtout au moment du mois qui le rapprochait de la pleine lune. Il aurait pu être capable de faire du mal à la Jenkins tant il était noyé par ses sentiments. La pleine lune était si proche qu'elle agissait sur lui comme un maître sur son esclave. Et les émotions qu'il ressentait étaient amplifiées et lui procuraient une sorte de bien-être et de brutalité autres que celles qu'il connaissait en temps normal. Une sorte d'excitation s'éveilla en lui lorsqu'il sentit Alice réagir et lui rendre son baiser. Il l'embrassa avec plus de force mais aussi avec le peu de tendresse qui restait de l'humain aveuglé qu'il était. Un frisson le parcourut aux endroits où la main de la femme se glissa, il hésita une micro seconde et cessa de penser pour entourer les hanches de la femme de ses deux bras de sportif et la rapprocher de lui. Ses craintes et pensées s'étaient envolées, il n'arrivait toujours pas à réfléchir convenablement. Tout comme il en avait oublié qu'ils étaient dans le couloir où, à cet instant, des groupes d'élèves passaient et les regardaient comme des bêtes curieuses.

Ils durent se séparer malgré tout, malgré le fait que Jake aurait encore voulu rester lié aux lèvres de celle qu'il aimait. Il avait réussit à en oublier le fait que respirer était utile à la survie de sa personne. Il continua donc à ne pas respirer et à se réveiller d'un rêve qu'il n'aurait jamais voulu quitter. Ses deux bras entourant toujours la femme, il passa sa langue sur ses propres lèvres comme pour ne rien perdre de ce qu'il avait partagé avec la Jenkins. Il pouvait alors se permettre de la regarder avec toute la tendresse qu'il ressentait pour elle lorsqu'il posait ses deux pupilles sombres sur elle. Il écarquilla les yeux lorsque la voix douce d'Alice atteignit ses oreilles. Son coeur fit un bond dans sa poitrine. Ces mots qu'elle prononça résonnèrent dans sa tête comme une mélodie provocatrice et incroyablement agréable. Il n'avait rien gaché de leur complicité, elle allait pouvoir s'épanouir davantage. Il sourit de toute son âme et tandis qu'Alice posait sa tête contre son épaule, le jeune homme la serra contre lui comme pour ne pas la perdre, glissant une main dans le dos de la femme avant de poser ses lèvres sur sa longue chevelure. Il en respira l'odeur agréable avant d'entre-ouvrir les lèvres et relever très légèrement la tête afin de laisser en un souffle quelques mots dévoiler ses propres sentiments à l'égard de la Jenkins.

- Je t'aime aussi Alice...Ca faisait si longtemps que j'attendais ce moment.

Ses lèvres s'étirèrent en un sourire de bonheur, soulagé que leurs sentiments soient réciproque. Toute cette angoisse qu'il avait ressentit de peur d'agir inconvenablement envers Alice venait de se dissiper. Et c'est pourquoi il vacilla mais se rattrapa très vite. Il se passa une main sur le visage avant de soupirer et de regarder à nouveau la femme contre lui. Il l'éloigna doucement de lui, ses deux mains sur les épaules de la Jenkins et, comme un enfant maladroit qui tombe amoureux pour la première fois, il lui demanda :

- On sort ensemble alors ?

Une étrange lueur enfantine brilla dans son regard, un sourire de crétin heureux sur le visage, attendant la réponse de celle qui lui été chère. C'était certain, il aurait de nombreuses choses à raconter à Morticia.


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Rubis Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 1525
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Ven 31 Mai - 13:19

Depuis peu, une nouvelle maison était née au sein de Poudlard. Cela notamment grâce à l'idée de Sacha, rudement épaulée par Grindelwald en personne. Equus devait trouver sa place, et il y avait encore tant de choses à mettre en place pour que cela se passe dans la bonne et due forme ! IL ne s'agissait pas de recevoir le simple - mais si crucial - oui de la part de la directrice, des tas de tâches administratives et magiques devaient être scrupuleusement suivis afin que les élèves prochains puissent se sentir à l'aise et aussi bien couvés que ceux des autres maisons. Désormais, il y avait cinq foyers au château, et c'était une innovation toute pimpante qui naissait peu à peu. En parlant de la Rubis, celle-ci déambulait dans les couloirs avec une masse informe et indiscipliné de papiers sur les bras. Ses cheveux étaient d'une couleur de feu, bouclés et rebondissaient avec légèreté sur ses épaules. Aujourd'hui, elle avait opté pour une longue robe blanche et des ballerines simples. Une tenue qui la rajeunissait du haut de ses vingt huit ans tout rond. C'est le visage souriant que sa silhouette se découpait à l'endroit où se trouvait les escaliers magiques.


* En espérant qu'ils ne me jouent pas de tour.. Oh non ! *


« Saleté d'escaliers.. » Marmonnait-elle entre ses dents. La sorcière maudissait intérieurement cette mauvaise blague et patientait en attendant que le sol sous ses pieds soit totalement immobilisé. Malheureusement, ce n'était pas le couloir souhaité. Malgré ses sévères réprimandes et ses menaces proférées, rien. Les escaliers ne voulaient plus bouger la moindre petite marche de marbre. Grommelant davantage, la jeune Directrice de Maison décidait finalement d'emprunter le chemin imposé. Bien que cela lui ferait faire un large détour alors que son itinéraire initial devait s'avérer plus court par gain de temps. En espérant ne pas croiser l'esprit frappeur qui s'amusait à ralentir tout membre croisé, ses pas adoptèrent un rythme rapide histoire de rattraper les minutes qui seraient perdues via ce couloir désert. Quelques fenêtres poussiéreuses, des rideaux grignotées par des insectes et des tableaux vides de leur occupants. Peu rassurant si on se laissait gagner par l'angoisse du corridor. Pressée, la Formatrice ne prenait pas garde à regarder où elle marchait et fonçait tête baissé lors d'un tournant. Une fois encore, le destin - ou la malchance à ce stade c'est la même chose - avait décidé de la suivre et de lui pourrir sa fin de journée. Il était dix sept heures pile à l'instant où son corps rencontra brusquement celui d'un autre. Une élève d'une quinzaine d'année et préfète de Serdaigle selon sa mémoire.

« J'sui pressée »

Par le manque de précieux temps, la Formatrice ne prit pas même la peine de formuler des excuses et ramassait ses quelques papiers envolés par la brutale rencontre afin de repartir aussi vite. Hors de question de perdre une minute de plus.


Sacha a définitivement quitté le château, accompagnée de son mari Tyshawn Korver et de leurs deux enfants, des jumeaux en bonne santé. Sachez que sa créatrice a aimé jouer cette excentrique, mais désormais ce chapitre est clos.

Bonne aventure tout le monde, et faite d'EH un lieu incontournable pour tout fan d'HP qui se respecte !   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amalya Altory
avatar
▸ ANNÉE :
  • 5e année

▸ MESSAGES : 293
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Ven 31 Mai - 14:48

Au château pour sa cinquième année consecutive, Amalya le connaissait comme sa propre poche et c'était pour elle sa maison. Lorsqu'elle était dans ses premières années ici l'aiglonne l'avait beaucoup exploré au plus grand dépit de ses professeurs mais à présent elle était plus sage et utilisait ses connaissances à bon essient généralement. En ce moment c'étalit la pluie qui avait la possibilité de deprimer en repensant à ses origines française: née à Marseille. Amy était devenue préfète et s'occuper des oisillons en y donnant tout son coeur. Ses parents dont son père est toujours innaccessible et au chevet de sa mère qui possède une maladie et internée à Sainte Mangouste pour la soigner depuis quelques années. Son parrain l'avait acceuilli chaleureusement et l'avait aidé à vivre sans l'aide de ses parents. Amalya allait beaucoup mieux et ne déprimait quasiment plus.

Le cours terminé, Amalya prit ses affaires en vitesse et sorti de la salle précipitemment, comme tout les élèves qui se ruaient devant elle. Courant quasiment pour atteindre la salle de classe de son prochain cours avant d'arriver au retard. C'est d'ailleurs en courant qu'Amy percuta une professeur ayant l'air également très préssée. Amalya n'aime pas trop les adultes et surtout les professeurs mise a part son parrain, sa directrice de maison et la directrice du collège qu'elle aimait bien. Cette femme était Sacha Rubis, professeur de Métamorphose, la directrice de la nouvelle maison, Equus. Amalya fut mauvaisement surprise d'être percutée par une professeure qui ne s'excuse même pas après et qui repart en courant comme si de rien n'était. C'était pour elle un signe d'impolitesse de la part de la Rubis et ceci lui mettait un peu les nerfs.

« J'sui pressée »


C'était la seule chose qu'elle avait réussi à dire après ce que la femme avait fait et qu'Amy n'acceptais pas. Sacha Rubis s'était mise à courir mais Amalya, poussée par sa colère la suivit et finissa par se mettre devant elle pour lui parler.

«Bonjour! Vous savez qu'vous v'nez d'me bousculer là? Même pas un "excusez moi"..»

Amalya avait un regard assez agacé, c'était tout de même une professeure.. Elle se rappela qu'elle était aussi fautive dans l'histoire: Amalya était aussi pressée et elle courait également lors de la percutation. Mais elle ne laissa pas voir qu'elle pouvait un peu regretter ce qu'elle avait dit, simplement Amy soutena le regard de la jeune femme sans vraiment trop le faire pour s'assurer tout de même de ne pas trop contrarier la formatrice.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Rubis Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 1525
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Dim 2 Juin - 23:37

Sacha s'était redressée, venait d'effectuer deux ou trois pas avant que la silhouette précédemment bousculée vienne débouler devant elle. Ce qui lui laissait juste le temps de s'arrêter pour éviter un second accrochage. La sorcière n'était visiblement pas contente de son manque d'excuse, et le faisait clairement savoir en usant d'un langage plutôt familier. Certes son tort résidait dans son absence de courtoisie mais de lui parler de cette manière semblait être une faute plus grave à son vis. Son statut au coeur de ce château était on ne peut plus important, tout le monde ne pouvait pas se prétendre bonne Directrice de maison. Profondément outrée par ce comportement juvénile, ses cheveux passèrent graduellement d'un rouge vif à un orange menaçant. Sa voix s'élevait sur un ton sec et sans appel. Un ton qui n'appelait pas à la discussion.


« Je n'ai pas à m'excuser envers une adolescente aussi malpolie que tu peux l'être. Lorsque tu te montreras plus civilisée,
je concevrais peut-être à formuler mon pardon »


La Rubis regardait de haut cette jeune fille et haussait un sourcil de dédain. Son regard dévisageait de long en large son interlocutrice. Avant de lui laisser le temps de rétorquer, ce qu'elle n'avait pas le droit de faire mais qui était sans aucun doute dans sa nature fougueuse, ses lèvres bougeaient à nouveau pour proférer une dernière phrase.


« Et estime toi heureuse que je ne t'enlèves pas de point.
Cela aurait pu coûter cher à Serdaigle. »


Avec un dernier sourire crispé - et un tantinet sévère - la Formatrice fit un volte face gracieux. Il était largement temps de se remettre en route, des tas de papiers et enchantements l'attendaient. L'Aile d'Equus devait être fin prête pour les prochains nouveaux qui ne tarderaient plus à se faire répartir par le magique et ensorcelant Choixpeau.


Sacha a définitivement quitté le château, accompagnée de son mari Tyshawn Korver et de leurs deux enfants, des jumeaux en bonne santé. Sachez que sa créatrice a aimé jouer cette excentrique, mais désormais ce chapitre est clos.

Bonne aventure tout le monde, et faite d'EH un lieu incontournable pour tout fan d'HP qui se respecte !   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Jenkins
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 1178
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Mer 5 Juin - 9:36

Tout au fond d'elle, Alice sentait que quelque chose clochait. Ce petit quelque chose qui fait les faux raccords dans les films moldus, un détail qui dérange, un élément qui ne devrait pas se trouver là. Mais elle s'en fichait, elle était dans les bras de Jake, celui qu'elle admirait depuis toujours et c'était tout ce qui importait. Il réagissait aussi sauvagement que le loup-garou qu'il était et la jeune femme ne valait presque pas mieux. Chaque contact déclenchait un frisson étrange. Puis il la serra dans ses bras, lui murmurant un vague je t'aime qu'elle entendit à peine. Non, décidément, quelque chose n'allait pas. Mais alors pas du tout ! Restait encore à savoir quoi... Ce ne fut que lorsque le Raven demanda d'un air enfantin s'ils sortaient ensemble que la professeure d'astronomie réagit. Sortir... Ensemble ? Que... Que s'était-il donc passé les secondes, les minutes d'avant ? Pourquoi se sentait-elle aussi vaseuse d'un seul coup ?

- Euh Jake... Je viens vraiment de t'embrasser là ?! Je... J'ai... Osé faire ça ? En public je veux dire ! Enfin... Non, mais... Purée il s'est passé quoi au juste ?

La Jenkins ne comprenait pas, elle ne comprenait rien de ce qui venait de leur arriver. Habituellement, jamais elle ne se serait exposée ainsi. Quoique... Mais déjà élève, les gens l'énervaient, elle était asociale (enfin pas totalement non plus mais presque). Et là, ils étaient presque à se râcler le fond de la gorge avec leur langue devant des tas de jeunes gens ! De quoi choquer la nouvelle génération sérieusement !

- C'était pas désagréable comme sensation mais... Je t'ai dit que je t'aimais ? J'ai du mal à me souvenir là. J'ai un mauvais arrière-goût dans la bouche...

Alors d'un coup, ses vieux cours de potions lui revinrent en mémoire. Mais c'est bien sûr ! Ce goût de vieille semelle qui restait sur le fond de la langue, cette sensation étrange comme si on avait du coton dans la tête et aussi cette forte tendance écoeurante à déclarer à l'autre sa flamme assez rapidement. Certes Jake et Alice étaient assez proches, complices même, et elle l'avait assez maté quand ils étaient encore en cours mais de là à ce qu'elle lui roule des pelles, et DEVANT DES PETITS VOYEURS qui plus est !

- Dis-moi, tu as l'impression d'avoir mangé une de tes semelles de chaussures de sport là ? Parce que je crois qu'on a été victime d'une potion de "lovelove", si tu vois ce que je veux dire. Enfin moi en tout cas.

Oh, pour ce que ç'avait apporté à la jeune demoiselle, à part des papillons dans le ventre et un peu d'affection, ce n'était pas bien négatif ! Restait à savoir si le Raven ne serait pas trop blessé par cette révélation. Et si ses sentiments à lui étaient sincères ? Et s'ils en venaient à briser leur amitié à cause d'un maudit philtre d'amour ? Alors si c'était le cas, la gentille et un peu "out" Alice laisserait place à la louve sanguinaire qui chercherait à se venger du petit malin par tous les moyens possibles et imaginables. Le faire sauter de la tour d'Astronomie ? Le donner en pâture à Peeves ? Le faire pendouiller par le slip à l'un des nombreux pilastres du château ? Tout cela à la suite ? Oui ce serait pas mal du tout. Pas encore très sadique, mais pas mal déjà pour un début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Mer 5 Juin - 10:41

Un sourire d'abruti heureux (et enfantin) placardé sur le visage, le Raven caressait les longs cheveux soyeux de sa tendre, celle qui avait fait vibrer son coeur depuis Poudlard. Quatre ans. Cela faisait si longtemps. Quatre ans et leur amour ne s'était jamais éteint. C'était un miracle, car, dans la vraie vie, peu de personnes arrivaient à rester tant amoureux d'une personne dont ils n'osaient pas même approcher. Et Jake se sentait bien, épanoui, fier, heureux. Ce qui relevait plus du miracle pour lui car il n'avait jamais réussi à atteindre l'état d'apaisement et de plénitude qui le submergeait depuis qu'il avait rencontré le regard de la Jenkins dans les couloirs. Mais elle était là, près de lui, et cela lui suffisait pour oublier tout, y compris les étranges agissements des élèves autour d'eux. Il s'en fichait, Alice l'aimait et lui l'aimait de tout son coeur. En un souffle, après s'être légèrement décollée de sa belle étoile, il lui demanda de manière enfantine, si elle voulait sortir avec lui. Et elle réagit alors d'une manière étrange et gênée, elle se mit à parler sur un drôle de ton. Ne se doûtant de rien, le Raven ricana tendrement avant de caresser la joue d'Alice et de lui remettre une de ses mèches de cheveux derrière l'oreille.

- Ne t'affole pas ma chérie, je suis sûr que les autres comprendront. Et puis, si on sort ensemble, il faudra bien qu'ils fassent avec !

Il lui sourit de toutes ses dents et voulut la serrer une nouvelle fois dans ses bras pour l'avoir toujours plus près mais, étrangement, il se retint. Quelque part il se dit que ce n'était pas bien. Il rigola, ce genre de rire totalement abruti qui peut venir uniquement d'un crétin totalement amoureux. Et étonnement son rire fit naitre en lui une lueur de moquerie envers lui-même. Mais il aimait Alice alors il s'en fichait. Il se mordit la lèvre inférieure, son affolement la rendait vraiment très craquante ! Mais seulement voilà, la fin de ce merveilleux moment approchait. Et Jake crut réellement qu'il venait de tout rêver. Son coeur fut submergé d'une douleur terrible lorsqu'elle parla étrangement de sa déclaration d'amour et surtout...de l'arrière-goût dans sa bouche ce qui peina profondément le Gryffondor. Ses yeux se brouillèrent et sa bouche se tordit en une expression de tristesse horrible. Non ! Elle ne pouvait pas lui faire ça !

- De...de quoi ? T'es pas sérieuse ? Qu'est-ce qui t'arrive ? Tu m'as dis m'aimer et là...et là tu me brises déjà le coeur ! JE T'AIME BORDEL !

Des larmes roulèrent sur le visage du jeune homme tandis que des hoquets faisaient trembler son corps de sportif tout collé de sueur. Mais pourquoi il pleurait au juste ? Et pourquoi il avait dis à Alice qu'il l'aimait ? Parce que c'était vrai mais de là à s'énerver et pleurer pour ça vraiment...Que se passait-il exactement ? Jake se sentait perdu, il ne trouvait pas de bonnes raisons de continuer de pleurer alors il s'arrêta, son visage à cet instant noyé dans les larmes. Il redressa la tête pour croiser le regard d'Alice. Comment avait-il pu lui dire qu'il l'aimait ? Et...l'embrasser ? Il pâlit. Pas qu'Alice était laide, loin de là, elle était attirante mais elle était avant tout son amie. Et il venait de lui faire un beau baiser bien long que des amis ne partagent pas habituellement. Il ne put se retenir de faire une grimace. Qu'est-ce qui lui avait pris ? Cela le dégoûtait tellement qu'un arrière goût horrible dans sa bouche lui donna envie de rendre. Il grimaça davantage, sa tête lui tournait un peu et son envie de tout rendre le jus de citrouille qu'il avait bu de sa gourde un peu plus tôt augmenta. C'était étrange car, même s'il n'aurait jamais pensé rouler une belle pelle à Alice, en venir à en avoir envie de vômir pour cela était un peu excessif. Mais la directrice de Serdaigle l'éclaira à ce propos. Il écarquilla les yeux et se redressa vivement. Mais bien sûr !

- Putain mais trop ! Et dire que je croyais que c'était parce que je viens de me rendre compte de ce qu'on vient de faire...Tout s'explique !

Et alors il éclata d'un rire franchement amusé. On venait de lui faire à lui, une blague totalement pas drôle, qui venait de le faire agir comme le dernier des idiots bêtement amoureux des films moldus qu'il avait l'habitude de regarder avec Morticia qui en était frillante. Il rit si fort qu'il dût se tenir les côtes et se tenir grâce au mur pour ne pas glisser sur le sol. Il finit par se calmer entre deux éclats de rire et essuya son visage toujours trempé de larmes imprégnées de philtre d'amour. Il jeta alors pour la première fois, un regard en direction des élèves qui agissaient comme des lionnes en chaleur. Il fronça les sourcils, il comprenait mieux, il comprenait tout. Un petit malin avait dû mettre le philtre d'amour dans toutes les boissons du château...Et Jake n'avait rien vu venir ! Il aurait dû se doûter du goût ou de l'odeur de son jus de citrouille dans sa gourde mais non ! Pour s'en assurer, il détacha ladite gourde de sa taille et l'ouvrit avant de l'apporter à ses narines. Il renifla l'odeur et grogna de mécontement. En effet. Le philtre se trouvait dans sa gourde. Il referma sa gourde et serra les poings. Qui avait pu faire une chose pareille ? Certes à son époque il se riait des bêtises de ses camarades qui avaient osé brûler la robe de sorcier du professeur de botanique ou qui avaient réussi à dérober le journal intime d'un Poufsouffle mais en étant une victime tout était différent. Surtout que dorénavant il était professeur et directeur de maison et qu'il n'allait aucunement laisser passer ça. C'était son devoir. Bon...il fallait dire qu'il aurait bien aimé voir la tête du Sydal amoureux, cela aurait été un très bon moment pour se moquer de son collègue. Enervé d'avoir été une victime et de voir que ses élèves étaient, tous, sans exception, en train de se rouler des pelles plus grosses que celles qui se trouvaient dans la cabane du garde chasse, le Raven fit plusieurs pas en avant et en sépara deux vivement. Il se retourna ensuite vers Alice tandis que les deux élèves retournaient s'embrasser.

- Il faut avertir la directrice. Dire que je ne me suis même pas doûté...Si on retrouve pas le sale cornichon qui a fait ça je colle le château entier pour que tous en prennent de la graine !

Il offrit ensuite un sourire charmand à la Jenkins et rit un instant.

- Désolé pour ça, j'aurais jamais pensé faire un jour une telle chose à l'une de mes amies ! Mais ça pourra toujours faire un bon souvenir à raconter à nos petits-enfants un jour, pas vrai ?

Et il se remit à rire, hilare. Ah quand Morticia apprendrait ça, elle aussi en rirait autant ! Elle serait d'ailleurs peut-être aussi un peu déçue, elle qui rêvait que les "deux amis d'enfance" se mettent enfin en couple après quatre années séparés. Mais Alice et Jake ne faisaient pas partis d'un film moldu tant aimé de la Le Coeur, et avec les études, les problèmes, la vie et l'évolution d'une personne, l'amour que portait Jake pour la Jenkins s'était envolé. Il était vrai qu'il avait espéré peut-être que leur histoire d'amour naisse un jour mais ils avaient grandis et étaient de bons amis. Et Jake ne ressentait plus ce genre de sentiments à l'égard d'Alice. Et elle non plus d'ailleurs.


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agénor de la Balançoire
avatar
▸ MESSAGES : 170
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Ven 21 Juin - 6:58

L'intérieur d'un tableau peut être soit totalement inintéressant, ce qui est le cas du mien, soit palpitant, fantastique, magnifique selon ce que l'auteur a pu peindre. Et ça, c'est le cas de beaucoup d'autres tableaux. Mais celui qui a tiré mon portrait, à l'époque où je vivais encore, n'a fait qu'un fond brun. C'est d'un ennuyeux ! C'est pour ça que si les gens souhaitent me parler, jamais ils ne me trouveront dans mon cadre... En plus d'être à l'étroit dedans, je n'ai rien à faire. À part parler au mur derrière moi peut-être... Bref, pas du tout divertissant en somme. Et c'est en me baladant un matin dans le tableau de mon doux chevalier, dans un des nombreux couloirs, que je vis une scène tout à fait étonnante. Jake Raven et Alice Jenkins en train de se faire des mamours... LA scène qui me révulsa et si j'avais pu encore ressentir une quelconque sensation au niveau du ventre, je dirais que j'aurais vomi. Eux encore, c'était tout mignon, tout cute comme on dit chez nous en Angleterre. Mais alors les élèves qui se léchaient la poire ou en étaient presque à se déshabiller, ça c'était inquiétant. Dégoûtant. Révulsant. DANS CETTEUH ROMANTIQUE ATMOSPHERE, CA SENT MAUVAIS DANS L'AIIIIR !!!




Hum excusez-moi ce petit écart, j'entendais un élève qui chantait cette chanson à sa fausse dulcinée juste sous le cadre de mon preux chevalier ! Bien sûr, je savais qui avait fait cette petite blague. Enfin petite... Enorme ! Tout le château devait être touché ! Nous entendions des échos dans les autres tableaux, tout le monde se passait le mot et au loin on entendant "dégoûtant", "à vomir", "beurk", "sale" ou encore "de mon temps, on ne s'étalait pas ainsi en public ! On se..." Non, je ne peux vous raconter la suite de ce que j'entendais, c'est beaucoup trop sale. Toujours est-il que cette blague se répandait dans tout le château.

J'entendis Alice et Jake pester dans les bras l'un de l'autre, se demandant ce qui leur arrivait. Eh bien, l'effet n'avait pas duré très longtemps pour eux ! C'était tellement amusant de les voir se faire des papouilles et des bassesses de romantisme que je ne pus m'empêcher de pouffer de rire dans mon cadre. Ainsi que de leur envoyer une petite pique...

- Eh bien les deux tourtereaux, c'est bon la langue d'humain ? Vous aviez vraiment l'air prêts à assouvir votre désir le plus profond on dirait bien... Je vous conseillerais presque de ne pas aller voir Miss Compton. Elle risquerait de vous rire au nez...

C'était une certitude plus qu'un risque car c'était Wilhemina elle-même qui avait fait cette farce de grande envergure à tous les habitants du château. La jeune directrice avait versé du philtre d'amour dans le verre de tout le monde ce matin. Enfin dans tous les breuvages que les elfes de maison servaient le matin. Je l'avais vue faire en me promenant dans le tableau du chef cuisinier qui se trouvait près des souterrains de Poufsouffle, dans les cuisines. Je ne pus m'empêcher d'éclater de rire à nouveau. Cela ferait encore du potin à conserver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Sam 21 Sep - 3:04

Je n'en pouvais plus. Il était 6 heures du matin et j'étais prise par une espèce d'insomnie due à je ne sais quoi et qui m'empêchait de dormir . J'étais fatiguée, mais le sommeil ne venait pas. Telle une somnambule, je déambulais dans les couloirs. Je marchais comme ça. Bien évidemment, nombre d'élèves étaient déjà debout en se samedi matin. Les plus lève-tôt sans doute. Mais moi, d'habitude, je ne me levais pas avant sept heures et demie. C'était très étrange, et le pire, c'était que je n'en connaissais pas la cause. Pourtant, j'étais forcée de faire ainsi. Rien que pour ne pas rester à bouger dans mon lit.

J'aurais pu rester en salle commune, mais mes jambes avaient besoin de bouger. Marcher était donc la seule solution, il me semblait. Marcher me faisait patienter jusqu'à l'heure du petit déjeuner.  J'étais revenue il y a quelques jours de mon week-end chez mon père, au manoir. J'y avais dormi tranquillement et je n'avais été victime d'aucune de ces insomnies, alors pourquoi ici ? Peut être à cause de toutes ces choses louches chez moi. Je le sentais hésitant. Il ne répondait que de bégaiements étranges par des réponses idiotes et incomplètes. Je commençais à me poser des questions.

Cette insomnie était-elle due à cela ? Je ne savais pas. Je n'osais imaginer quelconque mensonge dans ma famille. Nous nous étions promis de toujours êtres les plus honnêtes possible et ce en toute circonstance. Alors, je préférais ne pas trop y penser. Chaque mensonge finissais par être découvert. Alors si il me mentait, je le saurais. Et puis, je ne pouvais rien savoir sur le moment. En ce matin, je ne pouvais pas non plus lui envoyer une lettre du genre " Dis moi ce que tu me caches . Je continuais alors de déambuler dans les couloirs.


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Jenkins
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 1178
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Mer 9 Oct - 13:25

Je sais pas si ton rp est réservé à quelqu'un Jersey donc je m'incruste, j'ai une subite envie de rp °-°

Cette nuit, Alice avait enchaîné avec trois cours. Première année, troisième et pour finir deuxième année. Les élèves de ces classes étaient souvent les plus turbulents mais c'était ceux auxquels la jeune femme aimait faire le plus peur. Enfin "peur". Non, elle ne faisait pas peur, elle était juste amusée en les menaçant. Toujours est-il que pour la narcoleptique qu'elle était, trois cours d'affilée avaient été plus qu'éprouvants. Le tiers de ses élèves s'étaient fait la malle à chaque heure parce qu'elle s'était endormie. Ô désespoir... Mais bon, la professeure ne pouvait pas se permettre de rester sous sa forme animagus pour ne pas dormir, ça deviendrait vite compliqué pour donner des cours. Parler avec une mâchoire de louve ou manier une baguette magique avec des pattes animales, ce n'était pas la chose la plus pratique au monde. Autant que de tenter de faire un cours en dormant en fait. Bref, Alice avait quelques difficultés à assurer ses cours parfois, il lui faudrait tenter de trouver une solution au plus vite. Un sortilège, une potion, une plante qui maintenait éveillé... Ou alors juste une cafetière, l'objet que les moldus utilisaient pour se faire un café.

La Jenkins avait ensuite veillé jusqu'à trois ou quatre heures du matin, n'arrivant même plus à fermer l'oeil et lassée, s'était transformée en louve. Sa forme animagus bien aimée, qu'elle avait obtenue grâce à son père, ancien formateur au ministère. Mais traîner dans la forêt interdite aussi l'avait lassée et les oiseaux n'allaient pas tarder à pointer le bout de leur bec, ce serait donc l'heure pour Alice d'aller faire un bon gros dodo pendant que le château s'éveillerait ! Il fallait dire aussi que la jeune femme ne vivait pas comme tout le monde... Avant de tomber de fatigue en plein milieu d'un couloir et roupiller jusqu'à midi au moins, la jeune femme préféra rester sous sa forme louve jusqu'à atteindre son lit. À cette heure-ci, elle ne risquait pas de croiser quelqu'un. Enfin, c'était ce qu'elle croyait avant d'entendre le bruit des pas sur la pierre froide. Ceux d'une humaine. De plusieurs humains, mais la plupart s'éloignaient d'elle tandis qu'une source de bruit s'approchait. Enfin, l'animagus pensait ça sous sa forme actuelle, car le bruit de ses pattes faisaient un simple petit cliquetis, à cause de ses griffes claquant doucement le sol à chaque pas.

Alice se dit qu'elle pourrait se rapprocher doucement et que ça lui ferait un peu de compagnie pour patienter jusqu'au réveil de tous d'ici une heure ou deux. Avec son pelage noir, elle se fondait dans l'obscurité presque totale du château mais la seule source de lumière qu'étaient quelques torches allumées de-ci de-là lui permettaient de bien s'orienter. Les oreilles aux aguets, la jeune femme-loup sentait qu'elle s'approchait de la présence humaine. Une odeur de femme déjà. Au moins ce serait une élève ou une femme du personnel. Tant mieux, elle n'avait pas envie de croiser d'homme pour l'instant, allez savoir pourquoi. L'inconnue arrivait non loin d'elle, au détour d'un couloir et... Si la Jenkins n'avait pas eu le réflexe de faire un petit bond en arrière, elle se serait pris une jeune élève, en première année seulement d'après ses souvenirs de ce soir. Décidant que ce serait plus sain pour la santé mentale de la petite demoiselle en face d'elle, Alice redevint une femme plutôt que de rester un loup et l'effrayer.


- Salut à toi... Jersey, si je ne m'abuse ? Ne t'en fais pas, je ne vais pas te sanctionner parce que tu te balades à cette heure-ci. En même temps, il faudrait que je fasse faire de la balançoire collective à tout le monde du haut de ma tour d'astronomie ! Ce serait bien fâcheux... Tu as petite mine, tout va bien ?

Alice espérait ne pas l'avoir trop brusquée en étant si curieuse mais elle n'aimait pas vraiment voir les gens tristes, et faisait son maximum pour les réconforter. Peut-être que la petite Jones refuserait de se confier à un professeur mais au moins, parler la soulagerait un peu, peu importe le sujet abordé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Jeu 10 Oct - 4:24


Viii (: Alice , mon rp' est pas pris, on peut y aller ^^
Au fait, je suis en deuxième année,hein (:



Un minuscule bruit vint perturber ma réflexion . Sur le moment, je fus très surprise. Qui pouvait se balader à une heure si tardive dans la nuit ? Qui avait eu la même idée, le même besoin que moi ? Je n'en savais rien. J'espérais ne pas avoir affaire à quelqu'un de très ' grognon ' parce que je me serais vite faite punir. C'est pourquoi, je ne bougeais plus, laissant la chose s'approcher. Était-ce un animal ? J'espérais que non. Je n'étais pas des plus intéressées au cours de SCM et j'espérais bien que cela ne me porte pas préjudice en cette nuit. Une ombre commençait à se dessiner. Une ombre très floue...Soudain, cette ombre devint comme plus grande, plus nette, et je voyais la beaucoup mieux le corps d'une femme adulte. Mais laquelle ? Il y en avait tant dans le château, qu'il m'était difficile de reconnaître de qui il s'agissait.  

Soudain, le souffle d'une voix vint réchauffer mon cou. " Salut à toi... Jersey, si je ne m'abuse ? Ne t'en fais pas, je ne vais pas te sanctionner parce que tu te balades à cette heure-ci. En même temps, il faudrait que je fasse faire de la balançoire collective à tout le monde du haut de ma tour d'astronomie ! Ce serait bien fâcheux... Tu as petite mine, tout va bien ? " Je soufflais. Pas de sanction. Alors, pour la première fois de la soirée, j'osais émettre un tout petit sourire, minuscule, alors que ce qu'il se passait pour moi ne devrait même pas me faire sourire. A l’évocation d'une balançoire, je souriais un petit peu plus, n'osant rire. J'avais bien peur de la résonance des couloirs, et si je riais, tout le couloir se porterais averti de mes rires. Très mauvaise chose, donc. La jeune femme qui me parlait était Alice Jenkins, la professeure d'Astronomie. Alors, je n'osais me remémorer quel capharnaüm nous avions fait dans la Tour ce soir là. Les élèves de ma classe étaient vraiment très très agités. Elle me fit remarquer ma petite mine. Et là, je me sentais de lui parler plus nettement :



~ Bonsoir...enfin, bonne nuit. Oui...j'ai quelques problèmes avec mon père, et je me révèle être très mauvaise enquêteuse.  Ors, j'en aurais bien besoin. J'ai..l'impression que mon père me cache quelque chose, et j'ait fait quelques rencontres...enfin plutôt, j'ai entendu de parler de personnes qui me troublent énormément, et je ne sais plus où j'en suis. A partir de ce moment là, je ne savais plus quoi faire dans mon lit. 

Et je me taisais. Alice était bien gentille de ne pas me punir, car à cette heure-ci, je devrais être sagement dans mon lit à rêver . Mais je n'y arrivais pas, et je en savais que faire. Le froid ne me gênait pas. Je pouvais donc m'estimer heureuse de ne pas souffir de ce mal être : il faisait très froid. 


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Jenkins
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 1178
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Ven 11 Oct - 5:16

Apparemment, Alice n'avait pas effrayée la petite Serpentard car celle-ci ne s'était pas enfuie en courant. Mais Jersey n'avait pu voir que sa transformation, c'était sûrement moins inquiétant que de se retrouver nez à nez avec un gros loup noir. À la pâle lueur de la torche à côté d'elles, la jeune femme put constater qu'elle avait vraiment une toute petite mine, et cela se voyait encore plus maintenant qu'elle l'avait remarqué. Alice fit une petite moue, espérant que l'élève se confierait. Au moins, sa menace l'avait fait sourire, c'était une bonne chose si elle y arrivait encore. Habituellement, quand la Jenkins menaçait ses élèves de se balancer au-dessus du vide, tout en haut de la tour d'astronomie, ils ne riaient pas vraiment... Elle n'avait eu à le faire qu'une fois contre un élève vraiment turbulent et cela s'était répandu comme une traînée de poudre. Bien sûr, rien de grave n'était arrivé à ce dit élève, à part un petit choc émotionnel et une phobie du vide après coup, mais aucune blessure physique.

- Bonsoir, bonne nuit... Peu importe ne t'en fais pas ! Ton père ? Un Jones aussi je suppose. Que te cacherait-il d'après toi ? Ne t'en fais pas, je ne dirais rien. Je peux même t'aider si tu veux !

Ce goût du mystère, cela réveillait l'intérêt d'Alice qui pourtant, s'intéressait rarement ou très peu aux gens qu'elle croisait. Son intérêt se tournait plus souvent vers ses pensées, vers les étoiles ou tout ce qui ne portait pas sur le sujet "humain". Mais Jersey était dans un état de détresse avancé, cela se sentait. Mais Jones, elle était de la famille de Sacha et Keira ? La jeune femme fronça les sourcils en se demandant bien ce qui se tramait. Un petit courant d'air vint balayer les deux jeunes femmes et la Jenkins lâcha un petit frisson. Pas de froid mais de plaisir. Elle adorait la fraîcheur ! En même temps, vivre en Ecosse, ça aidait bien...

- Je ne peux pas te dire que je comprends ce que tu ressens, mais je peux au moins essayer, sachant que ma famille compte beaucoup à mes yeux. Je ne t'ai pas trop fait peur au fait en arrivant ?

C'était une question un peu bête étant donnée que Jersey ne semblait pas tétanisée, qu'elle ne s'était pas enfuie en courant ni qu'elle regardait Alice avec des yeux immenses comme si elle était un monstre. Mais on ne sait jamais, certaines personnes savent très bien cacher leurs sentiments et leurs impressions. Qu'ils soient occlumens ou non d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira F. Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
CONSEILLÈRE EN CHEF
CORRECTRICE

▸ MESSAGES : 1312
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Dim 27 Oct - 6:06

Rp' avec Joshua N. Harrington *-*

Keira était de bonne humeur - pour une fois. Une nouvelle journée s’annonçait en ce dernier dimanche d'Octobre. Une belle journée en plus ! Le soleil avait fait son apparition tôt ce matin & avait décidé de ne pas abandonner les Sorciers de Poudlard. La Ambre & Or adorait le soleil, c'était la seule chose qui la mettait de bonne humeur & lui donnait envie de courir, de chanter & même de danser. Choses qu'elle ne ferait jamais, même si l'envie était belle et bien présente au fond d'elle. La blondinette faisait partie de ses personnes qui font tout dans leur tête & passent pour des anti-sociables aux yeux des autres. Mais bon, la Jones n'y pouvait rien. Elle était comme cela, et ne pouvait pas changer du jour au lendemain. Elle était l'héritière des Jones & appartenait à la maison d'Equus, lieu dans lequel elle se sentait bien. Pour la première fois de sa vie, elle se sentait chez elle & à sa place dans cette maison. Elle était entourée de gens qui étaient comme elle. Qui avaient besoin d'exprimer leur orgueil naturel. La mère de Keira, Sacha Rubis Jones, avait rendu sa fille autant orgueilleuse qu'elle-même. Telle mère, telle fille, disait-on ! Était-ce vraiment la faute de Keira si toutes ses émotions & tous ses sentiments restaient enfouies en elle, et ne sortaient jamais ? Tout le monde lui conseillait changer car en restant comme cela, elle ne se ferait que des ennemis et aucun ami. Peut-être ces gens avaient-ils raison, au final ? Mais Keira s'en fichait. Un jour peut-être, elle aurait la chance de pouvoir rencontrer des gens qui la comprendraient enfin ! L'espoir fait vivre...

Keira se trouvait dans les Couloirs du château. Elle avançait lentement & était contente qu'il n'y ait pas grand-monde dans les Couloirs. En même temps, cela s'expliquait par le fait que c'était encore les vacances. Keira ne rentrait pas chez elle durant cette période de l'année. Pourquoi ? Tout simplement parce que sa mère, qui était Directrice de Maison, devait continuer à remplir ses fonctions même durant les vacances scolaires, et obligeait sa file à rester ici, et à s’ennuyer durant toutes les longues journées qui s'offraient à elle. Elle n'avait pas envie d'aller vers les autres. Elle n'en ressentait pas le besoin. Était-ce mal ? Peut-être... Et alors ? La Jones s'arrêta en plein milieu du couloir désert et posa sa main sur la vitre glacée. Elle ferma les yeux et essaya de se remémorer le manoir de sa mère, ainsi que tous les domestiques qu'elle adorait mener en bateau mais qui aujourd'hui lui manquaient terriblement. Mais cela, elle le gardait pour elle, ainsi que ses larmes... A qui pourrait-elle bien montrer tout cela ? La blonde ouvrit les yeux mais continua à rêvasser, tout en regardant au loin...


~ i've turned into someone else ~

© Silver Lungs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua N. Harrington
avatar
▸ GRADE(S) :
TUTEUR
CHEF ARTISTIQUE
QUIDDITCH

▸ ANNÉE :
  • 5e année

▸ MESSAGES : 308
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Lun 11 Nov - 10:28

Assis dans un de ces confortables fauteuils de cuir typiques de sa salle commune, Joshua contemplait la chevalière qu'il portait à sa main gauche, la faisant tourner autour de son doigt, perdu dans ses pensées. Si dehors l'air fraîchissait, ici, les flammes dansantes dans la cheminée permettaient une constante chaleur qui donnait à la pièce tout son charme. Relevant les yeux sur l'enveloppe posée sur ses genoux, Joshua l'attrapa d'une main et se releva. Regardant une dernière fois les flammes rougeoyantes qui crépitaient dans l'âtre, le jeune homme quitta la salle en silence.

Étrangement, les couloirs étaient vides. Si habituellement les couloirs étaient le lieu idéal pour passer un peu de temps avec ses amis, aujourd'hui, seul le bruit de ses pieds sur le marbre résonnait. Le Serpentard ne croisa que deux ou trois élèves à qui il n'avait pas prêté la moindre attention, trop occupé à essayer de se remémorer le chemin menant à la volière. En effet, ce n'était que la seconde fois qu'il s'y rendait et, si la première fois son frangin l'accompagnait, là, il était seul. L'enveloppe toujours à la main, il traversa plusieurs couloirs, commençant à perdre patience. En tout cas une chose était sûre : le château était très grand, à s'y perdre, et ce n'était pas lui qui dirait le contraire. Tirant légèrement sur sa cravate aux couleurs de sa maison, il avançait d'un pas régulier et posé, perdu dans ses pensées. Non, il ne réfléchissait plus quant au chemin à prendre, mais plutôt au contenu de sa lettre. Il hésitait à aller la poster, devait-il la relire, modifier quelque chose ? Le sorcier venait de ralentir quand il sentit brusquement un choc. Il venait de percuter quelqu'un ou plutôt, quelqu'un venait de le percuter, faisant tomber son enveloppe par la même occasion. Relevant les yeux, il remarqua qu'il s'agissait simplement d'une fillette, qui ne devait pas être à Serpentard de toute évidence. Lui adressant un regard noir, il lâcha :

" Hé ! Regarde où tu vas ! "

Il ne la quitta pas des yeux, soutenant son regard de façon à ce qu'elle comprenne qu'il n'était pas du tout content, même si c'était évident. La colère était rapidement montée et pourtant, Joshua était resté plutôt "calme", c'était une chance pour l'autre qui ne savait sans doute pas à qui elle avait affaire. Lui non plus d'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira F. Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
CONSEILLÈRE EN CHEF
CORRECTRICE

▸ MESSAGES : 1312
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Mar 12 Nov - 7:56

HS : Je suis devenue brune entre temps hein :p Donc c'est normal, ce n'est pas une erreur de ma part (aa).

Keira était perdue dans ses pensées. Tout ce qu'elle ne pouvait ou ne voulait pas exprimer devant les autres, elle l'exprimait à l’intérieur de sa tête, à travers divers rêves & rêveries quotidiennes. Au final, elle passait plus de temps à rêvasser les yeux ouverts qu'à discuter avec des gens. Mais si elle était obligée d'engager la discussion avec quelqu'un, elle le faisait - d'un air résigné, certes - mais elle le faisait quand même. Justement, perdue dans ses songes, elle n'avait pas vu une personne arriver et l'avait télescopée de plein fouet. La brunette releva la tête et tomba tout d'abord sur un blason : Vert & Argent. Oh non, pas un Serpentard ! Continuant sa progression, ses yeux tombèrent sur un jeune garçon qui devait être en Première ou Deuxième Année, sûrement comme elle. La Ambre & Blanche croisa le regard du Serpent & vit qu'il n'était pas du genre ... " facile ". Cela tombait bien car la jeune Jones était exactement pareille ! Il était hors de question qu'elle cède & perde la face, et encore moins devant un Vert & Argent ! Elle devait honorer fièrement son nom & le défendre en toute occasion. Ce jeune homme, incapable de regarder devant lui, l'avait bousculée et c'était à lui de s'excuser ! Pas à elle ! Par ailleurs, il venait de faire tomber une lettre mais Keira n'avait aucune envie de la lui ramasser. En général, dans le manoir des Jones, c'était le boulot de ses domestiques de ramasser. Pourquoi cela deviendrait-il le sien sous prétexte qu'elle devait être traitée comme tout le monde ici ?

K
eira ne lâcha pas le regard du jeune homme & le lui rendit, lui montrant qu'elle n'était pas du genre à se laisser faire non plus. Keira était persuadée que sa deuxième maison aurait été Serpentard. Au fond d'elle, elle admirait & aimait beaucoup cette maison. Elle avait des valeurs communes avec les leurs, mais son orgueil l'avait emporté sur le reste. La Jones n'avait cependant pas perdue sa répartie habituelle, et c'est tout naturellement qu'elle répondit au garçon qui venait de lui demander de regarder où elle allait. Elle se racla la gorge, et commença son discours :

<< Hum. C'est à moi que tu t’adresses ? Sur ce ton en plus ? Tout d'abord, ce n'est pas parce que tu es un Serpent que tu dois te croire tout permis. Ne me fais pas ton regard genre " C'est ta faute " parce que ça ne marche pas avec moi. Avant de me rentrer dedans - alors que tu avais toute la largeur du couloir pour te déplacer - choisis une fille qui viendra supplier ton pardon en tremblant devant toi. Et cette fille, c'est loin d'être moi ! Au passage, j'en profite pour te dire que je fais partie de la famille Jones et que je suis la fille de Sacha Rubis Jones. Tu t'en fous surement, comme 99% des sorciers de ce château, mais je te le dis quand même. Je ne suis pas n'importe qui. J'ai un nom ... en dehors d'ici. >>

En général, c'était à ce moment-là que Keira plantait son interlocuteur et ne lui laissait même pas le temps de répliquer car elle n'avait pas envie d'entendre la réponse. Mais bizarrement aujourd’hui, elle avait envie de savoir ce que ce jeune Vert & Argent allait lui dire. Peut-être était-ce la personne qui la comprendrait ? Elle avait bien le droit d'espérer non ? Au fond d'elle...


~ i've turned into someone else ~

© Silver Lungs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua N. Harrington
avatar
▸ GRADE(S) :
TUTEUR
CHEF ARTISTIQUE
QUIDDITCH

▸ ANNÉE :
  • 5e année

▸ MESSAGES : 308
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Sam 16 Nov - 10:32

Joshua n'était pas tombé sur une faible, et d'ailleurs celle-ci ne manquait pas de le lui montrer. D'un côté, cela le faisait sourire. C'était toujours plus amusant lorsque la partie n'était pas gagnée d'avance et qu'il fallait prouver qui était le meilleur. Le Serpentard écouta donc en silence le "discours" de la jeune fille, un sourire narquois sur ses lèvres. Elle semblait un peu trop sûre d'elle à son goût, sûrement du fait de la maison dans laquelle elle se trouvait, Equus de toute évidence. Le jeune sorcier se rapprocha alors de la fille et détailla son visage de son sombre regard. Ses yeux plongeant dans ceux de son interlocutrice, Joshua prit la parole à son tour :

" Oh non, ce serait beaucoup trop facile et... ennuyeux. Et puis, n'oublie pas que je pourrais en dire tout autant de toi, pourquoi ne pas m'avoir évité ? "

Ce n'était pas vraiment une question puisque le Harrington n'attendait aucune réponse de la part de la jeune fille. Puis, sans dire un mot de plus, il s'abaissa et ramassa son enveloppe, tombée lors de la collision entre les deux jeunes gens. Il ne voulait en aucun cas que quelqu'un tombe dessus, et surtout pas cette fille. D'ailleurs celle-ci s'était présentée comme étant la progéniture de Sacha Rubis Jones. Rubis Jones, c'est qui déjà ? Ce nom n'était pas inconnu aux yeux du sorcier, mais pas moyen de remettre la main dessus. Après tout il n'était pas là depuis très longtemps et n'avait donc pas retenu les noms de tout le monde, seulement les plus importants, ceux dont son frère lui avait parlé donc. Hum, sûrement une prof', ou un truc comme ça... Intéressant, mais ça ne changeait rien du tout pour le garçon. Se remettant à sa place initiale, il ajouta :

" Tu as raison, cela m'est totalement égal. J'espère que je ne suis pas censé fuir."

Esquissant un demi-sourire, il commença à avancer, dépassant la jeune fille, mais s'arrêta seulement après quelques mètres.

" Ah, au fait, sache que moi aussi j'ai un nom, mais inutile que je te le dise, tu dois sans doute déjà le connaître."

Oui, si cette fille prétendait être qui elle était, elle devait connaître pas mal de monde, ou en entendre parler en tout cas. Joshua, lui, devait sa réputation pour être un Harrington. Ici, à Poudlard, ce nom était connu car la plupart des membres de cette famille y étaient passés, tous appartenant à la même maison. Lors de son arrivée au château, Joshua n'était pas passé inaperçu, apparaissant aux côtés de son grand frère, avec qui il partageait bien plus que des liens du sang. Elle devait sûrement avoir entendu parler de lui, ou du moins de son nom de famille. La regardant une derrière fois, il reprit son chemin afin d'aller poster cette lettre pour de bon, ignorant qu'il se dirigeait dans la mauvaise direction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira F. Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
CONSEILLÈRE EN CHEF
CORRECTRICE

▸ MESSAGES : 1312
MessageSujet: Re: Les Couloirs   Lun 18 Nov - 8:03

J'aime ta réponse (aa). Et ton vava aussi :3.

Keira attendit impatiemment la réponse du jeune Serpent. Celle-ci ne tarda pas & elle vit le jeune homme se rapprocher d'elle et lui dire qu'il pouvait en dire de même et lui demander pourquoi elle ne l'avait pas évitée elle-aussi. Question bête ? Oui, mais la Jones sourit quand même. Il savait retourner la situation à son avantage et il n'allait pas la laisser gagner aussi facilement. Cela agaça la Ambre & Blanche mais l'amusa également. De son côté, la brunette n'avait rien à se reprocher. Elle ne faisait que longer la vitre tout en rêvassant. Était-ce un crime ? Le Serpentard, en revanche, avait l'air d'avoir un but précis. Cela avait sûrement un rapport avec la lettre qu'il venait de faire tomber et qu'il s'était empresser de ramasser. Un contenu secret se cachait-il en son sein ? Espiègle, Keira voulut lui piquer la lettre, mais elle se ravisa tout de même, estimant que le moment était plutôt mal choisi. Le jeune Vert & Argent, dont elle ignorait l’identité, n'avait pas l'air de vouloir s'amuser en ce moment-précis.

Keira reçut une remarque acerbe de la part du jeune homme qu'elle ne prit même pas la peine de relever. Typique d'un Serpentard ! Quelques fois, des Serdy' ou des Lions rangeaient Equus & Serpentard dans le même " panier ", pensant que les deux maisons se ressemblaient beaucoup. Au niveau du caractère de la Equus, il est vrai qu'il y avait du Serpentard en elle mais elle n'était pas une Vipère pour autant. Elle mordait uniquement quand on l'attaquait, et non pour son plaisir personnel. Quoique...
Tout en réfléchissant, elle vit le jeune homme s'éloigner. Apparemment, la discussion était close. Dommage, pensa-t-elle. Mais après tout, qu'auraient-ils pu se dire de plus ? Une amitié n'était apparemment pas envisageable et c'était mieux comme cela. En partant, elle l'entendit lui dire qu'il avait également un nom et qu'elle devait sûrement le connaître. La Jones, piquée dans son orgueil, essaya de se rappeler toutes les grandes familles que sa mère avait citées devant elle, durant son enfance. Plein de noms lui revenaient à l'esprit, mais elle avait le pressentiment qu'il n'appartenait à aucun de ces familles. Elle repensa alors à une famille constituée uniquement de sorciers ayant tous été sans exception à Serpentard, et qui se nommait... Comment se nomme-t-elle déjà ? Harriton ? Harton ? Harriton ? Keira ne se souvenait plus du nom exact mais elle sentit qu'elle avait vu juste. Elle s'empressa alors de répondre au Serpent, haussant la voix pour qu'il puisse l'entendre :

<< Hum. Tu t'en vas, soit. Mais je connais ta famille, si tu es bien celui que tu prétends être. Tu fais parti de la famille des Harriton n'est-ce pas ? Ou Harton ? Enfin, tu fais parti de la famille constituée uniquement de Serpentard ! Tu dois donc être la seule personne du château à comprendre ce que je ressens quand personne ne se soucie que je sois une Jones & quand on me traite comme tout le monde ? Tu connais la famille Jones, hein ? >>

Observant plus attentivement le jeune homme et l'enveloppe qui l'accompagnait, Keira se demanda soudain s'il ne souhaitait pas aller à la Volière poster sa lettre " précieuse ". Dans ce cas, il se trompait complètement de côté - à moins que la lettre soit destinée à un professeur, ce qui étonnait tout de même la Ambre & Blanche. D'un sourire triomphant, elle tenait là une occasion de devancer le jeune homme et ne se gêna pas pour la saisir. Grâce à sa mère, elle connaissait le château comme sa poche, malgré son arrivée récente.

<< Au fait, je ne sais pas où tu veux aller avec ta lettre mais je jurerais que tu cherches la Volière. Je me trompe ? Surtout, ne change pas ton attitude & continue ton chemin en marchant " fièrement " mais tu viens de perdre le peu de crédibilité qu'il te restait (aa). Mais je t'en prie, continue à me snober comme tu le fais depuis deux minutes, ça ne me gêne pas le moins du monde...
Par contre, ce que je peux affirmer sans me tromper, c'est que la Volière ne se situe ABSOLUMENT pas de ce côté. Besoin d'aide ? >>


~ i've turned into someone else ~

© Silver Lungs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les Couloirs   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Couloirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Chassé-croisé et potins de couloirs.
» Gang of three in the couloirs [pv Nealou and Ruthlou]
» Une rousse armurée flane dans les couloirs du Louvre
» Quand on flâne dans des couloirs désert ou presque
» Perdu dans le dédale des couloirs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epic Hogwarts :: ϟ ROLE PLAYING GAME ϟ :: RPG DE DÉTENTE-