AccueilGalerieFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrerGroupes



 
Chers membres, chers invités,

Nous avons déménagé sur la version 2.0 d'Epic Hogwarts.
Nous vous invitons à vous (ré)inscrire à l'adresse suivante :

http://epichogwarts.com

Nous espérons vous voir parmi nous.
La direction d'Epic Hogwarts.

Partagez | .
 

 La Bibliothèque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Pelucha R. Dragnorv
avatar
▸ GRADE(S) :
TUTRICE
PRÉFÈTE
VEILLEUSE
QUIDDITCH

▸ ANNÉE :
  • 5e année

▸ MESSAGES : 1427
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Ven 14 Mar - 6:47

Pendant que la Ramirez parlait, sa Directrice de Maison émit une exclamation quand elle parla des réserves de Wilhemina Compton.
En y réfléchissant bien, Pelucha ne savait pas à qui appartenait ce sang si délicieux qui lui permettait de tenir le coup!
Elle n'avait jamais rien demandé à Elijah, et celui-ci n'avait jamais mentionné de prénom quand il lui avait proposé de puiser dans les réserves.

Lukas non plus n'en avait jamais mentionné, il avait juste trouvé ça sympathique de la part du Delilah de m'y avoir donné accès pour ainsi soulager la pauvre Ambra Downton qui aurait du nourrir deux Vampires.
Et en se qui concerne Shelly, Pelucha ne lui en avait jamais parler, d'ailleurs c'était rare qu'elle parle à la Dragnorv.
Elle trouvait sa manière de faire pour se nourrir beaucoup trop barbare et préférait continuer à suivre à la lettre les exigences de son père adoptif.

Lorsque la Cassiopée lui demanda la quantité restante dans la réserve personnelle de l'ancienne Directrice, il fallut un petit moment à Pelucha pour donner une réponse plus au moins exacte ne sachant pas trop vu qu'elle n'avait jamais pris le temps de les compter!!

Mmh.. Je dirais qu'il en reste un peu moins d'une dizaine de poche...

A son tour, Pelucha se posa des questions ... Que la Cassiopée s'intéresse à son évolution et à sa nouvelle nature, Pelucha le comprenait parfaitement .. Par contre, qu'elle se pose des questions sur les réserves de sang dans lesquelles Pelucha pouvait puiser, l'intriguait un peu ...
Peut être connaissait-elle la Familière de Wilhemina?

Excusez moi, Miss Cassiopée .. Mais pourquoi me demandez-vous ça?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Mar 18 Mar - 0:11

Moins d'une dizaine de poches... C'était à la fois beaucoup et très peu. Il suffisait qu'il y ait le moindre problème avec les vampires pour que cette réserve s'achève d'un coup. La prudence était de mise quoiqu'il advienne et Sewell prit sa décision. Il était hors de question qu'elle devienne la familière de la Ramirez. Malgré sa maturité, cette dernière était encore trop jeune, trop inexpérimentée pour pouvoir effectuer ce geste. De plus, même si Wilhemina Compton était partie de l'école, la Cassiopée ignorait si elle avait toujours besoin de son sang. Et si tel était le cas... Il lui fallait donc trouver autre chose et vite. Quelque chose de plus simple et de tout aussi efficace. Une solution viable pour la jeune vampire comme pour elle-même. Quelque chose de durable.... Tout en réfléchissant, son tic la reprenait et la brune faisait tourner ses cheveux entre ses doigts, formant ainsi de petites boucles à chaque fois qu'elle les relâchait.

La question de la préfète vint interrompre sa réflexion. Question somme toute logique. La directrice de maison n'avait pas envie de dire à la jeune femme qu'elle était autrefois la familière de la directrice de Poudlard. Les seuls qu'elle mettraient peut-être un jour au courant étaient Elijah et Bleuet. Et encore, elle n'était pas sûre qu'ils comprennent ce lien privilégié et particulier. Cela pourrait peut-être même les dégoûter... Néanmoins elle se devait de répondre à la demande de son élève. Eluder la question ne servirait à rien si ce n'est à susciter encore plus de curiosité chez son interlocutrice. Un son léger lui parvint, un grincement caractéristique qui était celui de la grille de la réserve. Quelqu'un était entré en ces lieux. Mais l'intrusion ne dura pas longtemps car la grille se referma quelques minutes plus tard. Sans doute Tyshawn. Finalement la bibliothécaire opta pour une demi-verité.


- Il se trouve que je connais la personne qui était la familière de Wilhemina Compton. Si tu t'es attachée à son sang, il va falloir trouver un moyen de t'en fournir, cette personne ne souhaitant plus devenir la familière de quelqu'un pour l'instant. Ne me demande pas pourquoi, elle a ses raisons.

Ce qui nous ramène à la réflexion précédente, quelle solution adopter? La maraudeuse ne pouvait pas ouvrir une banque de sang dans le château, il ne fallait pas abuser non plus. Peut-être qu'un don de sang régulier serait finalement la meilleure option... Un vampire n'a pas besoin de boire du sang tous les jours non plus, il se nourrit une fois toutes les quelques semaines. Un délai plus ou moins long en fonction de la résistance et de la maturité du vampire. Promenant son regard sur les livres interdits consacrés aux vampires et autres créatures nocturnes, l'animagus se dit que lire ces ouvrages ne serait pas une mauvaise idée. Elle avait encore beaucoup à apprendre malgré tout ce qu'elle savait déjà grâce à l'apprentissage dont elle avait bénéficier. Godric seul savait cela pouvait lui être utile à long terme.

- Voici ce que je te propose: je me charge de convaincre cette personne de t'approvisionner en sang régulièrement via des poches sanguines et en contre partie elle ne devient pas vraiment ta familière. Qu'en penses-tu?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pelucha R. Dragnorv
avatar
▸ GRADE(S) :
TUTRICE
PRÉFÈTE
VEILLEUSE
QUIDDITCH

▸ ANNÉE :
  • 5e année

▸ MESSAGES : 1427
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Mar 18 Mar - 2:29

La question de Pelucha reçu une demi-réponse, du moins à son goût.
Ainsi donc, Sewell Cassiopée connaissait la personne qui avait un sang si délicieux et qui avait permis à Pelucha de tenir depuis sa transformation.
Pelucha ne releva donc pas aux explications de sa Directrice de Maison, car elle pouvait comprendre qu'une personne inconnue de veuille pas devenir la source de sang de la jeune Vampire.

De toute façon, Pelucha était une trop jeune Vampire pour actuellement se permettre de se nourrir directement sur une personne... Les poches de sang lui suffisait amplement. Et la chasse était encore trop nouvelle pour qu'elle n'ose boire le sang directement dans une veine d'un être humain.
Elle aurait trop peur de ne pas savoir s'arrêter!!

Sortant la Ramirez de ces réflexions, la Cassiopée lui proposa un deal plutôt prometteur pour la jeune Vampire. Elle n'avait jamais osé y penser mais c'est vrai qu'à chaque fois qu'elle allait chercher une poche dans la réserve de Wilhemina Compton, elle voyait celle-ci diminuer à vue d'oeil et ne savait pas trop comment elle allait faire quand celle-ci aurait été vide.
Mais la Cassiopée venait de régler cette question par une proposition que Pelucha ne pouvait pas refusé.

Je trouve que c'est un très bon compromis. Et si cette personne accepte ce serai vraiment très sympathique de sa part.

Pelucha ne pu s'empêcher de sourire... Un inconvénients en moins dans toute la liste des choses qui l'a tracassait pour le moment.
Mais elle demanda quand même une dernière chose à sa Directrice de Maison.

Mais ... Je ne demande pas ça tout de suite, car je ne sais pas comment je pourrais réagir.. Mais pensez-vous qu'un jour je pourrais savoir qui est cette personne?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Ven 21 Mar - 2:34

H.S: Désolée pour ce Rpg pourri x)

Le compromis à la belge proposé par la Cassiopée sembla satisfaire la Ramirez. Sewell soupira intérieurement. Cela réglait un dernier problème embêtant. Le reste ne serait que de petits désagréments mineurs. De petites choses, qui se régleraient somme toute rapidement. Enfin du moins elle l'espérait. Merlin seul savait ce qui pouvait encore se produire avec des vampires. La brune soupira cette fois audiblement. Il commençait à y avoir un peu trop de buveur de sang dans le château au goût de la directrice de maison. La Gryffondor se promit d'en parler avec Elijah, la sécurité des élèves étant quelque chose de primordial à ses yeux. Même si elle avait un caractère qui tendait à un certain non-respect du règlement, quand le danger rôdait à l'intérieur du château, la prudence passait avant tout. Godric que cette histoire commence à devenir compliquée.

Cependant la préfète en chef lui posa une dernière question. Une question qui sollicitait l'avis de la rouge-et-or. Avis d'une chose qui pourrait se produire à long terme. Avis que la maraudeuse avait cependant déjà. Sa décision avait été prise au moment où elle avait proposé le deal à Pelucha. Décision qui ne changerait sans doute pas. La seule personne qui pourrait user de son autorité pour avoir une réponse à la question de son interlocutrice serait le directeur. Et encore, il n'était même pas sûr qu'il l'obtienne. On verra bien. Néanmoins, elle ne pouvait parler en son nom, aussi l'Animagus prit le temps de choisir ses mots avec soin. Il valait mieux éviter qu'elle grille sa couverture sur le champs. Cela serait une gaffe des plus mémorable et au niveau crédibilité, sur une échelle de 1 à 10, cela se situerait à 0. Franchement pas très brillant.


- Cela dépendra entièrement de cette personne. Je ne peux rien te garantir. Bien si nous sortions de cet endroit lugubre.

Comme pour appuyer ses mots, le parquet de la réserve craqua à nouveau sinistrement, et un courant d'air balaya l'endroit, donnant une impression de respiration au monstrueux lieux. Avant de précéder la jeune fille dans le dédale, la bibliothécaire tira un ouvrage poussiéreux intitulé: "Vampires, incarnation de la nuit et du mal?". Le livre semblait vivant mais l'adulte ne s'attarda pas sur ce détail, coinçant le bouquin sous son bras. Puis faisant signe à la lionne de la suivre, elle s'enfonça dans un enchevêtrement d'allées se ressemblant toutes de par leur contenu et leur atmosphère obscure. Finalement après un court trajet dont nul n'aurait été capable de donner le parcours exact, elles se retrouvèrent devant la grille. Une fois cette dernière franchie, le professeur de Soins aux Créatures Magiques la referma avec un grincement épouvantable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Mar 1 Avr - 3:01


One Step in the Forbidden Forest
AVEC JOSHUA N. HARRINGTON

La journée s'écoulait, tranquillement, si semblable aux autres. Une journée ordinaire, en somme. Du moins, elle l'était pour Lena. La jeune femme avait enchaîné les cours et les passages à la Bibliothèque, n'avait pas eu besoin de réprimander qui que ce soit de Poufsouffle et avait même pu s'offrir une pause pour lire dans le Parc et profiter du soleil qui pointait timidement ses rayons. Profitant de son temps libre et de sa bonne humeur, elle avait envoyé son hibou au QI singulièrement diminué, Älvros, à sa mère, afin d'organiser une réception pour l'anniversaire de l'une de ses tantes. Sa montre lui avait alors indiqué qu'il était largement temps de regagner l'intérieur pour assurer son tour de garde à la Bibliothèque, et c'est ainsi qu'elle reprit le chemin menant à l'école, un ouvrage imposant dans les mains.

Sifflotant, elle se mêla à la foule d'élèves qui transitaient entre leurs différents cours et évita de justesse un Mimbulus Mimbletonia porté par un Seconde Année minuscule. Après avoir slalomé dans un flot d'Equus et de Serdaigles discutant avec animation de leur cours de Défense Contre les Forces du Mal, elle finit par trouver la porte de la Bibliothèque, et, avec un sourire, entra dans ce qu'elle considérait comme son second foyer.

La Poufsouffle posa son livre sur le Comptoir et chercha un instant Sewell du regard; ne la voyant nulle part, elle finit par abandonner en haussant les épaules. Tout ça pour la repérer en grande discussion avec une élève. Bah. Sa collègue pourrait toujours s'accorder une pause quand elle le souhaiterait. Se faisant craquer les jointures des doigts, la blonde s'attela au travail. Elle s'empara d'une pile de livres déposés sur le comptoir, et entreprit de les ranger dans leurs étagères respectives. Du moins pour ceux à ranger dans les étagères assez proches; les autres allaient avoir le plaisir de se promener dans les airs d'un coup de baguette.

Rangeant un Traité sur les Soins aux Plantes - Olivia aurait adoré - la Singer sentit vaguement une présence dans son dos, et se tourna pour voir un bambin de Première Année vêtu des couleurs de Gryffondor attendre patiemment qu'elle puisse lui offrir son aide. S'accroupissant pour se mettre à sa hauteur, elle écouta sa requête, et se fendit d'un large sourire.



« Viens, suis-moi. Les livres sur les Sortilèges de niveau Première Année sont juste là. Je te l'attrape? »

Au hochement de tête de l'élève, elle tendit le bras et saisit l'ouvrage avant de le confier au petit Gryffondor avec un autre sourire. Sa ronde effectuée, elle regagna son comptoir et s'y installa, avant de s'emparer de sa paire de lunettes et de s’atteler à la traduction d'un texte en grec ancien.

© EKKINOX


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua N. Harrington
avatar
▸ GRADE(S) :
TUTEUR
CHEF ARTISTIQUE
QUIDDITCH

▸ ANNÉE :
  • 5e année

▸ MESSAGES : 308
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Lun 28 Avr - 3:17

S'il y avait un endroit où il était rare de croiser le Harrington, c'était bien à la Bibliothèque. Non pas qu'il n'aimait pas l'endroit ou qu'il n'y mettait jamais les pieds, bien au contraire, mais le jeune homme n'y restait jamais très longtemps, juste assez pour trouver ce dont il avait besoin, ce qui se résumait souvent à des ouvrages sur la métamorphose. Même s'il enseignait cette matière, ce n'était pas vraiment la raison de ses recherches. En fait, s'il empruntait tous ces livres à la bibliothèque, c'était plutôt pour se renseigner sur les... métamorphomages. En effet, dès la découverte de ce soit disant "don", le Serpentard s'était résolu à ne le montrer à personne, et encore moins lorsqu'il serait à Poudlard. Alors même si cela faisait maintenant plusieurs années qu'il était au château, cette règle n'avait pas changé, bien que le Harrington ait toujours quelques soucis pour se contrôler.

L'avantage, c'est que, même si sa mère n'était pas là pour l'aider, le sorcier savait qu'il pouvait compter sur d'autres personnes, les seuls qui étaient au courant d'ailleurs. Bref, c'est donc pour cette raison que le Vert & Argent se rendit en ce lieu, qui devait certainement être l'un des endroits les plus calmes du château. Cette fois, pas de livre sous la main à aller rendre, mais plutôt quelque chose à emprunter. À force de venir constamment pour la même chose, Joshua n'avait plus besoin de chercher dans quel rayon se trouvait tel ou tel livre, c'en était presque devenu un automatisme. C'est donc tout naturellement que le Serpentard entra dans la Bibliothèque, afin de se diriger vers le même rayon qu'habituellement. En passant devant le comptoir, il remarqua que Lena Jane Singer s'y trouvait, en train de... traduire un texte peut-être ? Enfin, le Harrington ne s'y attarda pas plus longtemps, lui, ne travaillait jamais à la Bibliothèque. Il ne savait pas vraiment pourquoi, mais ça ne lui été jamais vraiment venu à l'esprit. Lorsque les cours étaient terminés, c'était dans sa Salle Commune qu'il préférait se rendre, là où se trouvaient  la plupart de ses amis, ainsi que son frère.


    All is fair in love and war
    You only have power over people so long as you don't take everything away from them. But when you've robbed a man of everything, he's no longer in your power - he's free again.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Lun 28 Avr - 7:14

Elle s'était toujours dit que le grec était une langue difficile; c'était faux. Seul l'alphabet était difficile à acquérir. La syntaxe était identique et pour le vocabulaire... et bien, il y avait des dictionnaires; C'est pourquoi la traduction de Lena avançait rapidement, et c'est aussi pourquoi elle se surprit à avoir une migraine violente et soudaine. Lâchant sa plume pour se masser les tempes, elle s'adossa plus confortablement dans son siège et jeta un oeil à sa montre. Elle avait encore un moment à assurer seule la surveillance de la Bibliothèque. Sewell et Olivia étaient en cours à cette heure-là.

La jeune femme haussa les épaules, m'affirmant mentalement que ce n'était qu'une légère migraine passagère et que ce n'était rien. Alors elle reprit la plume et recommença à écrire. Le problème, c'est qu'elle eut un brusque coup de chaud doublé de frissons et que son coeur s'emballa. Super. C'est bien le moment et l'en...

...droit.
Elle n'était plus dans la Bibliothèque. La Singer était face à l'orée de la Forêt Interdite, en pleine nuit. En levant la tête, elle constata que la lune était à moitié pleine. Sans même le souhaiter, elle avança. Une silhouette avançait devant elle. Il faisait trop sombre pour qu'elle puisse distinguer les traits de l'individu, mais il s'agissait sans conteste d'un garçon, brun, et relativement grand. Ce qu'il faisait là, elle n'en n'avait pas la moindre idée. Ce qu'elle savait, en tous cas, c'était que le danger était partout. Il était environnant, et suintait par toutes les feuilles de la Forêt. Elle eut à peine le temps de voir une ombre menaçante s'approcher du garçon, et ouvrit la bouche pour le prévenir...

Et réintégra son corps, en manquant de s'étouffer, ce qui lui valut des regards surpris, voire inquiets de certains élèves. Fichue vision. Lena tenta de reprendre son souffle, et adressa un sourire réconfortant à ceux qui continuaient à la fixer avec des yeux ronds. Et elle prit un grimoire qui traînait sur le Comptoir, et qu'Olivia étudiait régulièrement. Un calendrier des phases lunaires. L'évidence la frappa soudainement en parcourant les pages. C'est ce soir. Ça va se passer ce soir.

Tentant d'oublier le goût âcre qui envahissait sa bouche, la Poufsouffle s'obligea à penser à des choses plus urgentes. Déjà, trouver l'inconscient qui allait tenter une telle sottise - s'introduire dans la Forêt Interdite; et seul, en plus! - et le raisonner, l'empêcher de mettre son plan à exécution. Déjà, étudier les personnes qui étaient présentes. Le Troisième Oeil l'avait probablement prévenue du sort de quelqu'un de proche géographiquement.

Son regard se fit perçant en se fixant sur un élève, seul à une table, et elle plissa les yeux. C'était lui. Elle reconnaissait la silhouette. Alors elle se leva et se dirigea d'un pas déterminé vers le Serpentard.

« Harrington! Quelques soient les raisons qui vous poussent à vous rendre dans la Forêt Interdite ce soir, renoncez-y immédiatement, c'est compris? »

Elle afficha volontairement un air sévère, sans pour autant élever la voix. Ce n'était pas non plus la peine que tout le monde soit au courant. Ce qui comptait, c'était que Joshua renonce à son plan. S'il tenait à sa sécurité.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua N. Harrington
avatar
▸ GRADE(S) :
TUTEUR
CHEF ARTISTIQUE
QUIDDITCH

▸ ANNÉE :
  • 5e année

▸ MESSAGES : 308
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Lun 28 Avr - 22:51

Joshua s'était assis à peine cinq minutes, afin de vérifier que le livre qu'il allait prendre comprenait bel et bien les informations dont il avait besoin, quand il entendit quelqu'un l'appeler par son nom. Il releva instantanément la tête, refermant aussitôt le bouquin qu'il survolait depuis un instant et constata qu'il s'agissait de mademoiselle Singer, qu'il avait aperçut au comptoir en entrant dans la Bibliothèque. Cette dernière, qu'il connaissait bien comme étant son professeur d'Histoire de la Magie, arborait un air sévère que le Serpentard avait du mal à prendre au sérieux. En effet, il était plutôt rare de la voir en colère car la jeune femme affichait le plus souvent un visage naturellement souriant et accueillant alors oui, il avait du mal à croire que la Singer puisse être irritée, et surtout pas en ce lieu qui était... sien.

Cependant, le plus étonnant était loin d'être ça, c'était plutôt ce que la jeune femme venait de lui dire. Comment pouvait-elle savoir que le Harrington comptait se rendre dans la forêt, ce soir même ? Elle ne pouvait pas l'avoir entendu accepter le défi d'un autre Serpentard puisque tout cela s'était passé dans le dortoir de leur Salle Commune. Oui, tout cela était étrange et intriguait vraiment le sorcier qui ne savait comment réagir. Faire comme si de rien était ? Ça n'en valait pas la peine, si la Singer savait ce qu'il comptait faire ce soir, il doutait qu'elle ne sache pas remarquer un mensonge. Non, Joshua allait plutôt montrer qu'il n'était pas quelqu'un de faible, car la lâcheté, il ne connaissait pas ça. Le Vert & Argent se releva, de façon à faire face à la Bibliothécaire.
" Quoi ? "

Il se rapprocha légèrement de la jeune femme, de façon à ne pas être entendu des autres, on ne savait jamais qui pouvait se trouver derrière ces grandes étagères...
" Je peux savoir comment vous savez ça ? "
En effet, même si la Directrice de Maison pouvait... lire dans les pensées ou quelque chose dans ce genre-là, il fallait savoir que rien n'était gagné. Le Serpentard ne voyait pas pourquoi il devrait l'écouter, après tout ce n'était pas la mort de se rendre au bord de la forêt, même si celle-ci était appelée "forêt interdite". Certes, cela était une infraction au règlement, mais le Harrington n'était pas dans la maison de la ruse pour rien, cela faisait déjà cinq ans qu'il étudiait à Poudlard, alors les "aventures" de ce genre, il connaissait.


    All is fair in love and war
    You only have power over people so long as you don't take everything away from them. But when you've robbed a man of everything, he's no longer in your power - he's free again.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Mar 29 Avr - 1:40

Croisant ses bras sur sa poitrine, Lena esquissa une moue mi-satisfaite mi-sévère en voyant Joshua se lever pour lui faire face. L'effet était un peu gâché de son niveau à elle, puisqu'elle faisait la même taille que son élève. Elle était même un peu plus petite. Ce qui ne l'empêchait pas d'être capable de se montrer assez redoutable quand il le fallait. Au moins, il appréciait qu'il ne cherche pas à nier. C'était déjà ça, et ils ne perdraient pas de temps dans ce genre de discussions stériles et inutiles. Ce garçon était intelligent, il fallait bien le lui reconnaître. Inconscient, mais intelligent.

La jeune femme ne bougea pas alors qu'il se rapprochait, s'autorisant simplement un sourire victorieux à la question murmurée du Harrington. Si elle n'aimait pas dévoiler qu'elle était Troisième Oeil, en revanche, c'était toujours incroyablement amusant de surprendre ses interlocuteurs en leur révélant des choses qu'ils étaient les seuls à savoir... Ou croyaient être les seuls à savoir. Comme la petite expédition de Joshua dans la Forêt. Il n'empêchait qu'elle allait devoir lui dévoiler la nature de son don si elle voulait le convaincre.

« Certaines personnes sont différentes, dans cette école, Joshua. Avec des capacités différentes. Je vois ce qui va advenir. Le futur n'est jamais fixé, alors tu vas me faire le plaisir de renoncer à ce plan stupide. »

Voilà. C'était dit. Inutile de préciser qu'elle comptait sur la discrétion de Joshua pour ne pas répandre son secret. La Singer regretterait profondément que tous soient au courant qu'elle était capable de voir l'avenir, mais la vie du garçon comptait bien plus. Il fallait absolument qu'il change d'avis. Elle devait absolument le faire changer d'avis. Alors elle avait martelé ses derniers mots en pointant l'index sur le torse du Serpentard avec colère.

La migraine encore lancinante, Lena se sentit brusquement fatiguée. Elle retira ses lunettes, se passa la main sur le visage et reporta un regard perçant sur l'élève. Si elle n'était pas sa Directrice de Maison, si elle n'était pas tellement plus âgée que lui, ça ne l'empêcherait pas de tenter de tout faire pour ne pas qu'il mette un pied dans cette forêt.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua N. Harrington
avatar
▸ GRADE(S) :
TUTEUR
CHEF ARTISTIQUE
QUIDDITCH

▸ ANNÉE :
  • 5e année

▸ MESSAGES : 308
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Mar 29 Avr - 23:11

Joshua, le regard particulièrement intéressé parce que s'apprêtait à dire la jeune femme, attendait une réponse. Une réponse qui justifierait que la Singer savait certes, mais le Serpentard souhaitait surtout connaître la raison pour laquelle d'après elle, il ne devait pas se rendre dans cette forêt. Il espérait, bien entendu, que toute cette histoire n'avait rien avoir avec le simple fait que le règlement l'interdisait formellement car tout cela, il l'avait déjà entendu assez souvent, il fallait dire que les première année n'étaient pas les seuls à qui l'on ressassait le même discours, encore et encore.

Quand la Bibliothécaire reprit la parole, il ne put retenir une moue légèrement irritée. Oui, certaines personnes étaient différentes et ça, il était très bien placé pour le savoir, malheureusement. Lui qui était né avec la capacité bien étrange de pouvoir transformer n'importe quelle partie de son corps en ce qu'il souhaitait, il avait plutôt l'impression de se promener avec un collant sur son front affichant son humeur du jour. Alors quand la jeune femme lui annonça qu'elle avait le don de... voir l'avenir, un petit sourire ironique apparut sur le visage du Harrington. Voir dans le futur ? Voilà ce qu'il appelait un vrai don. Même s'il ne savait pas vraiment ce que cela impliquait, posséder le troisième-oeil était toujours une meilleure chose que d'être né... comme lui.
" Et bien qu'avez-vous vu ?  "
Nous y étions enfin. Qu'avait donc vu cette chère professeur d'Histoire de la Magie pour insister autant sur ce fait ? Ce ne devait sûrement pas être la première fois que des visions de ce genre impliquaient directement des élèves du château alors autant partager avec la personne concernée, ce qu'il pouvait lui arriver. Le Serpentard était partagé entre le rire et... non, rien que le rire en fait. Il ne voulait pas manquer de respect à la Singer, mais qu'importe ce qu'elle pouvait bien avoir vu, Joshua y était totalement indifférent. Il ne s'en faisait pas pour si peu et puis, comme elle venait de le dire, le futur n'était jamais fixé.


    All is fair in love and war
    You only have power over people so long as you don't take everything away from them. But when you've robbed a man of everything, he's no longer in your power - he's free again.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Mer 30 Avr - 3:03

Lena commençait à être de mauvaise humeur. Elle se retenait à grand peine d'arracher ce détestable petit sourire moqueur du visage de Joshua. Ce n'était pas drôle. Rien, dans cette histoire, n'était drôle. Ce garçon était insupportable. Inconscient et insupportable. D'autant plus que ça ne lui suffisait pas. Idiots de Serpentard. Les Gryffondor étaient pareils. Des têtes brûlées, qui devaient toujours prouver qu'ils étaient plus malins, plus courageux, plus forts que les autres. C'était quoi ce besoin de montrer leur supériorité? Au moins, elle n'avait pas trop de problèmes avec ses Poufsouffle. Enfin, pas trop.

La question du jeune Harrington la fit serrer les dents. Il voulait des preuves? Quoiqu'il en soit, la jeune femme sentait qu'il ne la croyait pas. Il s'en fichait. Ce n'était qu'une gigantesque blague à ses yeux, une bonne plaisanterie. Elle n'avait pas envie de rire, et le fusilla du regard.

« Je n'ai pas envie de rire, Harrington. Si tu mets un pied dans cette Forêt, je crains que tu n'en ressortes pas. »

Ce que la Poufsouffle considérait comme l'un de ses plus grands défauts en tant que professeur, et de loin, c'était son manque d'autorité. Enfin, manque d'autorité... Elle préférait ne pas devoir s'imposer à ses élèves, et maintenir une relation d'égal à égal avec eux. Elle était particulièrement douée pour s'opposer à des personnes de son âge, ou plus vieilles qu'elle, mais quand il s'agissait de faire faire ce qu'elle voulait à un plus jeune, et un peu arrogant, elle était incapable de parvenir à ses fins. Ce qui ne l'empêchait jamais.

« Ecoute-moi bien. Je ne suis peut-être pas la Directrice de ta Maison, mais ça ne m'empêchera pas de te coller pour le restant de l'année si tu ne m'obéis pas. Est-ce que je me suis bien fait comprendre? »

Renonce, Joshua. Renonce. Elle ne savait pas ce qui le menaçait dans cette fichue Forêt, mais ce n'était pas bon. Elle ne souhaitait pas avoir de poids sur la conscience par sa faute. Et si elle devait le coller pour le restant de sa vie à cause de ça, elle le ferait sans hésiter une seconde.


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshua N. Harrington
avatar
▸ GRADE(S) :
TUTEUR
CHEF ARTISTIQUE
QUIDDITCH

▸ ANNÉE :
  • 5e année

▸ MESSAGES : 308
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Ven 2 Mai - 9:45

La Bibliothécaire semblait perdre peu à peu patience et cela, Joshua l'avait remarqué. Elle était sérieuse, très sérieuse même, ce dont il ne doutait pas d'ailleurs, mais... disons qu'il ne s'en faisait pas, c'est tout. Bien que la jeune femme soit venue jusqu'à lui pour le prévenir d'un soit disant danger, lui, savait ce qu'il comptait y faire et c'était pour cela qu'il n'avait aucune inquiétude à ce sujet, même après ce que venait de lui avouer son professeur. Ce qu'il avait à faire ? Quitter son dortoir après le couvre-feu, traverser une bonne partie du château sans se faire coincer bien entendu, afin de rejoindre le bord de la forêt pour en ramener une preuve, peu importe ce que c'était, tant que ça montrait que le Serpentard s'y était bel et bien rendu. C'était stupide, certes, mais n'était-ce pas ce que faisaient tous les élèves de Poudlard à cet âge, se lancer des défis ? Alors oui, il prenait des risques, mais autant dire que pour le sorcier, le plus difficile était sans doute de ne croiser personne dans les couloirs, aussi bien à l'allée comme au retour.

La Singer pourtant, semblait déterminée à la faire changer d'avis, ce qui était... très peu probable quand on connaissait bien le Harrington. Non seulement elle était sérieuse, mais s'il y avait bien quelqu'un d'inquiet dans cette bibliothèque, c'était elle. Joshua ne demandait à savoir qu'une chose : sa vision. Qu'avait-elle vue pour le croire ainsi en un tel danger ? Mais celle-ci ne semblait pas prête à le lui dire ou en tout cas, ne le voulait pas. Dommage pour elle.
" Je vous crois, mais si je savais à quel danger je suis censé avoir à faire... Après tout vous l'avez dit vous même : le futur n'est pas fixé. "
Cette fois, le métamorphomage était sérieux. Aucun sourire ironique ou narquois, comme il n'était pas rare d'en trouver sur le visage du jeune homme. Il comprenait que la jeune femme souhaite simplement l'aider et il savait que, si lui-même possédait ce don, il en ferait sûrement autant mais... il était persuadé qu'il ne lui arriverait rien du moins, il ne voulait pas l'entendre. Alors même si la Directrice de Maison avait décidé d'adopter une autre méthode, à savoir celle de la menace, cela ne fonctionnait pas. Pas avec lui.
" Même si je ne doute pas une seule seconde de votre autorité, mademoiselle Singer, je ne pense pas que la raison soit valable pour coller un élève, toute une année. "


    All is fair in love and war
    You only have power over people so long as you don't take everything away from them. But when you've robbed a man of everything, he's no longer in your power - he's free again.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Jane Singer
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE ADJOINTE
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CHEF DE RÉDACTION

▸ MESSAGES : 1578
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Sam 3 Mai - 23:53

Incroyable. Lena avait une brusque envie de mettre des gifles à cet inconscient de Harrington. Rares étaient les personnes qui lui faisaient un tel effet. Impressionnant. Il y avait Elijah, mais c'était Elijah. Il y avait Jake aussi, quand elle réussirait à mettre la main dessus - d'abord, il se prendrait une gifle, et ensuite, elle le serrerait dans ses bras et ne le lâcherait plus d'une semelle. Et il y avait Joshua, qui lui renvoyait ses propres mots, et qui l'agaçait prodigieusement. Pour un peu, elle avait presque envie de le déposer lui-même dans la Forêt Interdite, tiens.

Réfréner sa colère. On le lui avait appris. Alors elle serra les dents et incendia le jeune Serpentard du regard. Quel gâchis. Il était brillant, pourtant. Pourquoi fallait-il qu'il soit en bonus obstiné ET inconscient? Ce n'était pas la peine de lui tenir tête, il ne renoncerait pas, et elle non plus. Elle se savait être une vraie tête de mule. le problème? Elle n'avait pas toute la journée, et elle n'avait pas que ça à faire.

A la remarque du Harrington, elle esquissa un sourire carnassier, avec amusement.

« Ne me mets pas au défi. Tu serais surpris. En plus, cette Bibliothèque mériterait d'être nettoyée. Intégralement. A la main. »

Autrement dit, elle n'hésiterait pas un seul instant à le coller pour le reste de l'année et à le coincer dans cette Bibliothèque avec un chiffon à poussière pour seule compagnie. Sur ces mots, elle croisa ses bras sur sa poitrine - elle avait d'autres choses à faire - et tourna les talons. Elle ne s'avouait pas vaincue; elle se retirait simplement de la bataille, sans pour autant cesser de le surveiller.

« Je t'ai à l'oeil, Joshua. Tu me feras le plaisir de ranger ce livre à sa place quand tu auras fini avec. »

Sur ces dernières paroles, elle regagna son comptoir, de mauvaise humeur et tenta de se reconcentrer.

-HS: On se fait la suite en Forêt Interdite? :3 -


lena j. singer
« HE'S THE NIGHT AND STORM IN THE SUN'S HEART » • POUFSOUFFLE • RPGPENSINEHISTOIRENOTES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Dim 6 Juil - 9:09

RPG avec Aurélie Dubois.

Il faisait chaud en cette journée d'été. Le soleil s'était levé haut dans le ciel et aucun nuage ne s'y trouvait. Un temps idéal pour sortir et prendre une bouffée d'air frais. Les cris de joie et d'excitation s'élevaient dans le parc. Les couloirs du château avaient été désertés. En ce samedi après-midi, les élèves étaient tous à l'extérieur pour se promener et profiter de leur weekend. Profiter du beau temps. Aucun son ne perturbait le silence pesant du château. Un seul bruissement de cape s'éleva doucement. L'homme à qui elle appartenait marchait à pas de loups dans le couloir qui menait à la bibliothèque. Du fait de son agilité et de son expérience passée, il n'émettait pas un seul bruit en marchant.

Jake Raven, puisqu'il s'agissait de lui, poussa la lourde porte de la bibliothèque. Aussitôt, une odeur de poussière, de parchemin et de vieux bois lui emplit les narines. Il se dirigea naturellement vers les étagères de défense contre les forces du mal et chercha deux ou trois vieux bouquins pour occuper son après-midi. Ensuite, il alla se poser vers le centre de la bibliothèque afin de ne pas être dérangé. Mais bien entendu, il était le seul qui avait franchit le pan de la bibliothèque depuis le début du weekend. Il s'enfonça dans une chaise et ouvrit avec délicatesse l'ouvrage abîmé auquel il faisait face. L'ex-Gryffondor avait été heureux de se trouver de nouveau parmi les humains, retrouver des foules de personnes sans danger, tout cela l'avait ravi. Mais il se sentait aussi oppressé et mal à l'aise, une certaine agoraphobie était née suite à ce qu'il avait vécu. Il se sentait dénué de tout puissance et c'était pourquoi il avait trouvé refuge à la bibliothèque, ainsi il pouvait avancer ses lectures diverses. A ce jour, il entamait quelques recherches sur les loups-garoux et se plaisait à corriger à la plume les éventuelles erreurs à même l'ouvrage. Lena ne lui en voudrait pas, elle savait que son parrain connaissait mieux que personne ce qu'être un loup-garou signifiait.

Il s'était mis à se plaire à faire ce type de corrections, et même à s'amuser des erreurs qu'il pouvait trouver. Cependant, rester ainsi toute une journée aussi chaude à l'intérieur et au milieu d'autres personnes l'épuisait. C'est pour cela qu'il commença à cligner des paupières de fatigue et bientôt il les ferma définitivement. Sa tête tomba sur l'ouvrage ouvert et sa main renversa son encrier qui se déversa sur le deuxième ouvrage ouvert un peu plus haut sur une page qui indiquait comment le loup-garou se métamorphosait et laquelle page avait été raturée de nombreuses fois avant que plusieurs inscriptions aient été ajoutées de la main de Jake qui s'était endormit...


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélie Dubois
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 505
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Dim 6 Juil - 10:11

J'étais allongée sur mon lit. Ca faisait une heure que je ne bougeais pas et que je regardais le plafond, Roxi allongé à côté de moi dormait à point fermé. Il avait bien de la chance, j'essayais de réfléchir, mais en vain. Je me releva doucement et je regarda par la fenêtre du dortoir, je pouvais voir que le soleil brillait haut dans le ciel, et que nombreux élèves étaient dehors à profiter de cette belle journée. Je les enviais, depuis mon accident, me retrouver au milieux des gens comme ça me rendais malade, je ne pouvais plus, je ne supportais pas. Il y a d'ailleurs nombreuses choses que je ne pouvais plus faire, sortir les nuits de pleine lune par exemple. Et oui... Il fallait se rendre à l'évidence j'étais devenu un loup garou, une bête féroce. Rien que d'y penser j'avais les larmes aux yeux, le chagrin m'envahissait dès que je pensais, prononçais, ou entendais ce mot infâme. Il fallait que je me change les idées, c'était la seule chose à faire pour que je ne pense pas à cette chose qui somnolais en moi. Alors je me leva de mon lit et pris la direction de la salle commune quand je sentis une petite boule de poil se coller à ma jambe. Je baissa doucement les yeux et vit Roxi qui avait l'air heureux de faire une petite balade. Malheureusement pour lui, le lieu où j'avais décidé d'aller ne voulait pas voir d'animaux. Il s'agissait bien entendu de la bibliothèque. Quel autre endroit possible pour une érudit telle que moi ? Me plonger dans les livres était le meilleur moyen de me faire penser à autre chose, ils étaient incontestablement mes meilleurs amis. Je fixa Roxi et lui exclama : 

"Non Roxi ! Je suis désolé mais tu ne peux pas me suivre, je te ferai sortir plus tard mais pour le moment tu reste dans le dortoir d'accord ?"

J'attendais vraiment une réponse de l'animal ? En tout cas il avait l'air de comprendre qu'il ne viendrai pas avec moi car son air renfrogner qu'il montrait lorsqu'il se remit sur mon lit voulait vraiment tout dire. 


Je quitta la salle commune et pris la direction de la bibliothèque. Je marchais à travers les couloirs du château pendant un moment car le chemin qui séparait la salle commune de Serdaigle et la bibliothèque était long. Je pût voir, à ma grande surprise qu'il n'y avait pas âme qui vive dans le château, et je ne pesais pas mes mots. Seul les fantômes flânaient paisiblement dans les couloirs. Depuis mon accident, je n'avais jamais pris autant de plaisir à traverser les couloirs, aucun bruit, rien, aucun mal de tête, ne migraine ! Un vrai plaisir. 
J’aperçus les grandes portes de la bibliothèque, et une joie incommensurable m’inonda, j'allais être seule à la bibliothèque, tous ces livres rien que pour moi, et mon plaisir. Je poussa les portes de la bibliothèque et m'enfonça à l'intérieur. Je regardais toutes les grandes armoires de livres, quelle merveille ! Je tourna brusquement la tête et vit quelqu'un étaler sur une table, je trouva ça plutôt bizarre, je m'approcha et vit qu'il dormait. "Heureusement qu'il dort, tu étais quand même pas en train de t'imaginer qu'il était mort ?!" Me cria ma conscience, je fis mine de pas entendre et m'approcha un peu plus, il y avait un livre près de lui, je me dis que peut être je devais le réveiller alors je commença a le bousculer un peu en murmurant :

"Ouhou ! Ouhou, réveille toi !" 

Puis je m'attardas sur son livre et je vis qu'il s'agissait d'un livre sur les loup garou... "LES LOUPS GAROU !" s'affola ma conscience. Mince, la peur m'envahissais, on m'avait découvert ? Non impossible, j'étais figé, je ne savais pas quoi faire... 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Jeu 10 Juil - 5:57

La chaleur et l'effort constant l'avait consumés. Il était à présent endormi sur la table de la bibliothèque. Il s'était endormit comme une masse. Tout cela était difficile encore pour lui, il savait qu'il devrait s'y habituer, comme Elijah le lui avait dis, mais il avait beaucoup de mal à rester constamment...normal. C'est pourquoi Jake s'était assoupit. Il avait déjà passé une mauvaise nuit. Les endroits trop calmes le perturbaient. L'ex-Gryffondor avait toujours de mauvais pressentiments. A cela l'on ajoutait la chaleur torride de l'été et humide de ses dessous de bras, au contact humain, cela donnait le repos sur la table de la bibliothèque. Sa plume avait aussitôt glissé de ses doigts pour rouler sur le sol en raclant les dalles, dessinant un trait vif à l'encre noire qui était restée sur le bout pointu destinée à tacher le parchemin plutôt que les surfaces lisses et froides telles que les dalles du château.

Le Raven avait alors prit un ticket pour un rêve des plus étranges. Il aurait pensé qu'au milieu d'autant de personnes, il serait tout de même resté éveillé. Mais la fatigue le submergeait bien trop pour l'instant. Son inconscience l'avait amené à errer dans un rêve sans fin et sans aucun sens. Ce qu'il savait c'est qu'au contact étranger de ce qui le secoua dans la réalité, il s'éveilla d'un coup. Par pur réflexe, sa main vint serrer la gorge de ce qui se trouvait être une femme et sa tête se leva brusquement. Son regard alors emplit de haîne et tout aussi sauvage que lors de ses transformations nocturnes se porta profondément dans ceux inconnus de la femme qui l'avait éveillé. se rappelant qu'il n'avait "plus rien à craindre" et qu'il se trouvait à Poudlard, qu'il était en train d'étrangler une "innocente", il relâcha son étreinte et se redressa brusquement. Il détourna le regard vers la table et l'encre qui coulait de ses doigts. Il poussa alors une exclamation soudaine, se levant de sa chaise pour ensuite soulever avec délicatesse l'ouvrage qui était maculé d'encre noire. Il jura et ne porta pas d'attention à la femme qu'il avait presque étouffée d'une main.

Il disposa l'ouvrage sur le bord de la table, éloigné de l'encre qui coulait maintenant sur le sol, il dégaina sa baguette magique pour jeter un Tergeo sur l'ouvrage et sur ses mains. Puis, il feuilleta le document pour s'assurer qu'il ne lui avait rien fait subir. Satisfait, Jake retourna à sa place, posant à nouveau le livre sur les loups-garous devant lui, ouvert à la page sur laquelle il s'était arrêté lorsqu'il s'était assoupit. L'ex-Gryffondor reporta alors son attention sur la femme dont il se rappela vaguement comme la nouvelle directrice de maison depuis son départ de l'école. Il fronça les sourcils et souffla. Il aurait aimé revoir Alice dans toute sa splendeur. La contemplant un instant, il se rappela l'avoir littéralement agressée à son réveil. Il pinça les lèvres et eut un mouvement de recul, se sentant en danger.

Eum...Dé-désolé de vous avoir euh...enfin désolé. Vous vouliez quelque chose peut-être ?


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélie Dubois
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 505
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Jeu 10 Juil - 8:18

J'avais la peur au ventre, oui on peut le dire, voir une personne lire un livre sur les loups garou me donnait la chair de poule. La sueur me coulait le long du dos, j'étais pas vraiment bien à ce moment précis. Mes yeux étaient fixé sur le livre, je ne pouvais pas les détourner, je pensais à tout ce qui pouvait m'arriver si on découvrait que j'étais un loup Garou. On me refuserais à l'école, je ne pourrais jamais finir mes études, j'en mourrais de peur avec tout le travail que je m'étais donner. Je réussi enfin a détourner les yeux et regarda l'homme qui dormait toujours sur la table. Il avait l'air d'avoir le sommeil agité, je ne sais pas de quoi il rêvait mais visiblement ça avait pas l'air d'être le vole des licornes au pôle Nord. Quand sans me rendre compte de rien je sentis ses mains autour de mon cou, il serrait de toute ses forces. Avec la surprise je n'eu pas le temps de me déplacer pour l'éviter. Mais qu'est ce qu'il lui prenait ? 
Il avait toujours les yeux fermés, il rêvait toujours ? Mais il était pas bien, je devait le réveiller, j'avais le souffle coupé, je respirais de moins en moins, j'essaya de le repousser, il s'affala sur sa chaise, renversa l'encre qu'il avait sur la table. 


Je respirais fort, j'essayais de reprendre doucement ma respiration, je ne lui en voulais pas, il n'y était pour rien, il est vrai qu'on ne contrôle pas ses rêves. Il regarda la table, semblait réfléchir a ce qu'il venait de se passer. Il arrangea les dégâts que l'encre avait causé avec un sort simple et me jeta un coup d'oeil, j'avais l'impression qu'il se sentait en danger près de moi. Il m'adressa quelque mot et me dis qu'il était désolé, il voulait savoir ce que je lui voulait. C'est vrai tiens ? Qu'est ce que je faisais ici moi ? Mon regard se remit sur le titre du livre et la mémoire refis surface. Je me décida donc a lui répondre :


"Excusez moi, je ne voulais pas vous faire peur et vous dérangez, de plus que je vous ais réveillé, mais j'ai vus que vous lisiez un livre sur les loups Garou et ça m'a intrigué. Je l'avoue, j'aurais aimé savoir ce que vous saviez sur ce sujet. Mais j'ai nullement envie de vous importuner. Donc si vous refusez je ne vous en tiendrais pas rigueur."


Bizarrement même si cet homme m'avait étranglé, je le trouvais particulièrement intéressant, ne me demandez pas pourquoi, je le trouvais sympathique, ce qui n'avait pas l'air d'être son cas...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Jeu 17 Juil - 7:13

HRPG: ça me saoule d'écrire à la troisième personne, je prends la 1ère personne définitivement pour Jake o/

J'avais levé mon regard vers la femme qui se tenait à côté de moi, dans sa chaise. Elle semblait être en train de reprendre sa respiration, quoi de plus normal après avoir été à demi étranglée par un de ses collègues. Je détournais légèrement le regard, arrangeant toujours le livre devant moi. J'étais dangereux pour mon entourage... Il fallait réellement que je me calme, que je me fasse à l'idée que j'étais en sécurité ici. Elijah était presque aussi dissuasif que Dumbledore à l'époque d'Harry Potter. En fait, les derniers directeurs de Poudlard étaient tous craint, plus ou moins. Il fallait voir aussi qui prenait ce rôle... Je me raclais doucement la gorge en reprenant ma place, je posais mon regard sur le vieux bouquin que j'avais dépoussiéré. Je m'étais arrêté sur une page qui expliquait les ressentis d'un loup-garou pendant sa transformation, et bien entendu, j'avais griffonné la page entière de mon écriture énergique et violente.

Elle me répondit alors, nullement choquée par ma réaction précédente qui avait été on ne peut plus violente et agressive. J'esquissais une expression qui montrait bien que je me posais mille et une questions sur la nouvelle directrice des Serdaigle. Elle s'excusa de m'avoir réveillé.

Ce n'est pas grave.

Puis je l'écoutais mettre dans la conversation mes lectures sur les loups-garous. Par pur instinct, je posais ma main sur l'ouvrage ouvert devant moi maculé de mon écriture à l'encre noire. Je fronçais légèrement les sourcils. Ce que je savais sur le sujet ? A dire vrai je connaissais par coeur ce sujet. Les loups-garous... Il y avait peu de choses que je ne savais pas sur eux...sur nous. J'étais ce qu'on pouvait appeler un expert en la matière. Sans m'en vanter le moins du monde. La plupart des connaissances que j'avais acquises sur ces créatures magiques c'était de manière violente, involontaire et forcée.

Je connais certaines choses. Si je ne me trompe, Sewell Cassiopée est professeur en Créatures Magiques, donc il ne s'agit pas là d'un cours à rédiger pour vos élèves. Vous avez une quelconque étude à faire ?

Je me méfiais d'elle. J'étais peut-être prêt à l'aider car elle avait l'air de ne pas être intéressée par le fait de me tuer ou autre chose, en tout cas cela n'avait pas l'air d'être sa préoccupation principale. Le sujet, les loups-garous, avait l'air de la concerner un peu trop. Je l'observais lentement, je me demandais bien quelles étaient ses réelles intentions.


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélie Dubois
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 505
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Jeu 17 Juil - 8:19

Il avait l'air de me fixer et de se poser mille et une question à mon sujet, je sentais que je l'inquiétais, je savais pas trop quoi faire, dans le doute je détourna mon regard du sien, pour ne pas trop éveiller les soupçons. 
Il me dis qu'il connaissait certaines choses au sujet des Loup Garou, en même temps cela ne m'étonnait pas, personne de prend un grimoire sur les loup garou et y porte des modifications sans savoir de quoi il parle. Il me demanda également ce que je voulais sur ce sujet... Mais comment lui dire sans qu'il n'y ai un risque pour moi même ? Je ne pouvais pas prendre le risque de tout dévoiler à quelqu'un que je ne connaissais pas vraiment et lui dire qu'il y a quelque temps de ça, un horrible monstre m'a dévoré le bras et à fait de moi un loup garou, abominable, impossible de se contrôler et assoiffé de sang. J'essaya de lui faire une réponse, j'agrippa la chaise et mon coeur battait très vite : 


"Je euh... Et bien... Comment dire, je..."


Je ne répondis plus rien, il devait me prendre pour une dingue, ou pire penser que je complotais contre lui. Je ne voulais pas ça... J'étais perdu, je ne savais pas quoi faire. Lui dire ? Et prendre le risque de perdre mon emplois au château... Ou lui raconter un énorme mensonge qu'il serait en mesure de démasquer car je mens extrêmement mal, alors il sera au courant que je ne suis pas franche, et je ne pourrais pas lui demander de l'aide. Je sentis des larmes chaudes couler sur mon visage, et mes sens commencer à se développer, je n'arrivais pas à les contrôler en fonctions de mes émotions. La tristesse et la peur qui m'envahissait sur le moment, me faisait sentir toutes les odeurs du château, je pouvais entendre tout à 200 mètres à la ronde. Et je continuais de pleurer. Je releva la tête, et le regarda dans les yeux pour lui demander de l'aide. 


"Je suis désolé de t'imposer ça mais je crois que je vais avoir besoin de ton aide... Seulement faut que je te dise quelque chose avant, mais je pense que la réaction que tu auras face à ça ne sera pas vraiment celle que j'attend... Donc j'aimerais que tu me fasse la promesse de pas partir en courant et de ne pas en parler à quelqu'un. Je sais qu'on ne se connait pas et que je dois te paraître super louche. Mais je ne te le demanderais pas s'il n'était pas question de vie ou de mort..."


Je pleurais toujours, je ne savait plus quoi faire fasse à ça, c'était vraiment ma dernière chance.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Jeu 17 Juil - 9:05

Je l'observais. On pouvait lire tant de choses sur son visage. Il évoluait en fonction de ses pensées, elle ne masquait absolument rien. Ou du moins, j'étais devenu fort à ce jeu-là et j'arrivais à discerner chaque changement de sentiment chez elle. Le loup en moi aussi, et mes sens décuplés arrivaient à en savoir davantage. Les battements de son coeur s'étaient accélérés. Elle semblait proie à un choix cornélien. Je commençais à comprendre à mesure que je l'observais. J'humidiais mes lèvres en y passant ma langue sur elles. Il était évident qu'elle se questionnait. J'étais curieux de savoir comment elle allait amener le sujet. Je ressentais de la panique chez elle, son comportement me mit mal à l'aise mais je me sentais à la fois...supérieur à elle. Comme si je la dominais, que je la considérais comme faible par rapport à moi et cela n'était pas bon... Elle bafouilla, une pensée vint à moi, je comprenais à cet instant pourquoi elle me demandait ce que je savais au sujet des loups-garous. Je l'avais sentit, lorsqu'elle avait cédé à la panique, au plus profond de moi j'avais ressenti ce désir de domination sur elle. Ce sentiment ne s'adressait pas à tout le monde, non. Je la fixais, de mon regard pénétrant, j'essayais de la rendre plus mal à l'aise encore, j'aimais ça. Elle n'était pas là pour me tuer, ni pour m'apporter un quelconque danger. Elle était bien trop faible et bien trop paniquée, personne ne l'aurait envoyée de cette manière.

Ses larmes roulèrent alors sur ses joues, cela me ramena quelques années auparavant, je me retrouvais dans cette salle de classe où j'avais demandé à une élève de rester après mon cours d'Histoire. Son comportement avait été virulent, et elle-même ne se retrouvait plus. Je me rappelais l'avoir rassurée, lui avoir démontré que ce n'était pas grave, que c'était tellement jouissif... Aujourd'hui j'avais changé d'avis. J'avais compris ce qu'était réellement que cette malédiction. Je sentis quelque chose chez Aurélie Dubois qui changea. Je la ressentis différente, son aura changea quelque peu. Je compris alors parfaitement. Tout était clair. Par instinct, j'humais l'air comme pour imprimer en ma mémoire la signature odorante que son corps sécrétait. Je m'en souviendrai parfaitement ainsi. Elle ne passerait pas incognito dans le coin sans que je le sache; il m'était important de savoir où elle se trouvait, pour m'assurer qu'elle ne m'apporte aucun danger. Elle me regarda dans les yeux et, continuant de pleurer, elle poursuivit mais je n'avais pas besoin qu'elle continue. Je posais alors mes yeux sur le livre toujours ouvert, je tournais la page pour arriver à la précédente. Je lus quelque chose, repris ma plume et raturais une phrase totalement fausse avant de la corriger à l'encre. Puis, je fis glisser le livre ouvert sur la page nouvellement corrigée en direction de la directrice de Serdaigle, pointant ma plume sur le début du chapitre "La première pleine lune". Je plantais une nouvelle fois mon regard dans le sien.

As-tu déjà subi ta première transformation ?


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélie Dubois
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 505
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Jeu 17 Juil - 10:45

J'étais paniquée, et il était évident qu'il avait compris, en même temps, tout le monde aurait compris ma détresse à ce moment là. Je savais pas quoi faire, parler, lui dire tout ce que j'avais vécue depuis deux mois, j'hésitais... Cette sensation était vraiment horrible. Mais je devais évacuer. Ca faisait trop longtemps que je gardais tout ça en moi, trop longtemps que je souffrais d'être devenue ce que j'étais et même si Jersey me donnais des conseils, c'était trop dur. J'avais besoin de contrôler ses nouveaux pouvoirs, de contrôler le démon en moi. 


Il me fixait, il me rendait terriblement mal à l'aise, j'étais à la limite de l'évanouissement, mon coeur battait comme un fou, je crus réellement que j'allais faire un arrêt. Remarque peut être que la mort serais le meilleur moyen de me débarrasser une bonne fois pour toute de tout ce cauchemar. Oui depuis deux mois j'avais des tendances un peu suicidaire, enfin, je me disais souvent que si rien ne s'arrangeait, la mort serait surement la meilleure solution pour retrouver la paix avec moi même. C'étais la première fois que j'imaginais la mort comme un soulagement, même étant enfant, après avoir été interner et subit ce que j'avais subit, je ne pensais pas à la mort... Alors quoi ? J'étais devenu une sorcière possédé par un démons qui ne trouvait que la mort pour retrouver le calme. Je ne voulais pas m'y résoudre, ça ne me ressemblais pas, j'aimais pourtant trop la vie pour accepter cette possibilité. J'étais une fille qui aimait s'amuser, qui voyait la vie comme une chance, et là ? Tout ce qui me passait par la tête en ce moment c'était mourir pour faire partir ce monstre. Et puis en plus comment on fait pour tuer un loup garou ? Je vous le demande hein, on le brûle ? Avec une balle en argent dans la tête ? Le noyer peut être ? Je ne savais rien de tout ça. C'est pour ça que Jake était mon seul espoir, je ne sais pas pourquoi je ressentais autant de chose pour lui, comme s'il était mon miracle, ma chance de m'en sortir, il semblait savoir, connaître. Et même s'il se méfiait de moi, c'était ma lueur d'espoir, je savais qu'il pourrait me venir en aide. 


Je le vis griffonner quelque chose sur la page où il était puis il tourna la page, il lit rapidement et me montra le livre. Il pose sa plume sous le titre de la page pour que je le lise, je posa mes yeux encore humides sur les quelques mots écris "La première pleine Lune". Je resta un moment comme ça à réfléchir à ce que ça voulait dire, puis je compris... Il le savait, il savait ce que j'étais... Alors j'étais si prévisible que ça ? Mince qu'elle idiote... Remarque ça me permettait de ne pas dire l'horrible mot. Je releva doucement la tête vers lui et le regarda, quand il me demanda si j'avais subi ma première transformation. 
Je me mis encore à réfléchir, et il me semblais que oui, je perdais connaissance que je me transformais, je n'étais plus moi même, mais je me rappel de la douleur de la transformation, la fournaise que ça avait provoquer en moi et ce désir de me laisser porter par le mort pour retrouver le silence et apaiser la douleur. Il fallait que je lui dise :


"Euh...bah je... Oui mais..." Je pris une grande bouffée d'air et repris :
 
"Et bien je me souviens pas exactement de ce qui s'est passé mais je me rappel être sortit pour profiter de la nuit et avoir regarder la lune. Suite à ça j'ai sentis comme une immense douleur dans ma tête comme si elle prenait feu, la douleur était insoutenable, ma vue s'est troublée. J'ai crus voir mes mains se changer, mais la douleur était trop intense pour que je réfléchisse à ce qu'il m'arrivait, je voulais mourir, je pense que ça n'aurait pas été pire que ce que je vivais. Mais j'ai pas résisté à la douleur, je me suis évanouie et je ne me suis réveiller que le lendemain matin..."


Je ne savais pas trop quoi dire d'autre... Qu'allait-il pouvoir faire ? 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Jeu 17 Juil - 12:08

Je l'observais réfléchir à ma question. Elle devait sûrement savoir si oui ou non elle s'était transformée un soir de pleine lune ? Pourtant elle ne semblait pas en être sûre. Elle devait avoir réellement peu de notions sur le sujet... J'allais avoir du pain sur la planche, mais je ne pouvais pas la laisser ainsi, non seulement parce que lorsque cela m'était arrivé j'aurais aimé avoir quelqu'un pour m'aider et que je me sentais dans le devoir de l'aider. J'avais l'impression d'être son alpha, comme si je devais prendre soin d'elle comme si elle était membre de ma meute. A l'époque où j'étais encore professeur, j'avais pris soin d'une élève dans le même cas. Elle était aussi perdue qu'Aurélie et je l'avais été tout autant après m'être fait mordre. Je l'écoutais m'expliquer qu'elle pensait avoir fait sa première transformation et en effet, il était évident qu'elle l'avait subi avec les détails qu'elle me donna: son ressenti etc. Je m'étais moi aussi évanoui la première fois, je m'en rappelais comme s'il s'agissait de la veille. J'hochais la tête, mais il fallait que j'éclaircisse quelques choses avant de passer à la prochaine question.

La première est toujours la plus douloureuse et perturbante.

Selon moi et selon ce qu'elle m'avait dis, j'en conclus qu'elle n'avait eu aucune autre transformation depuis. La prochaine serait dans deux bonnes semaines, il fallait donc commencer par les bases. Je soupirais et tournais la page du livre pour montrer la page que j'avais modifié sur les ressentis des loups-garous lors de leurs transformations. Je n'avais pas encore tout corrigé. Je pensais faire un livre moi-même, un que je confierai aux personnes concernées, c'est-à-dire: à ceux que j'aiderais dans ce dur labeur. Et je pourrai en faire profiter Lena aussi si elle le souhaitait, cela me permettrait de mieux lui faire comprendre ce que je ressentais.

La première est la pire, mais les suivantes sont tout aussi horribles. Il faut t'y préparer pour la suivante. Être loup-garou n'est pas une bénédiction, c'est une malédiction qu'il faut supporter jusqu'à la fin de sa vie. Il te faudra de nombreuses transformations avant de pouvoir trouver tes métamorphoses supportables.

Je tapotais ma plume sur la page où j'avais corrigé qu'aucune des transformations d'un loup-garou n'était agréable, j'avais même ajouté que chaque pleine lune était subit comme un enfer continuel tant que la métamorphose en loup ou en humain n'était pas achevée. Je relevais les yeux vers Aurélie, elle se devait d'être forte. Je l'observais avec compassion, même si je me devais d'être encore plus fort qu'elle pour qu'elle puisse trouver un exemple.

Je vais t'aider à t'y préparer. Mais ça sera long.

Je marquais une pause. Je ne souhaitais pas lui parler des potions qui aidaient à diminuer la douleur ou à garder une lueur de lucidité pendant la transformation, pas de suite, il fallait d'abord savoir s'en passer et les utiliser à bon escient, il fallait qu'elle soit indépendante, qu'elle sache se débrouiller seule et ne doive pas dépendre de quelque chose ou de quelqu'un.

La dernière semaine avant la pleine lune tu sentiras le loup en toi te dominer. Il te sera de plus en plus difficile de te contrôler et tu seras violente. Tu vas commencer par apprendre à garder le contrôle de toi-même, pour ça, la meilleure méthode est la méditation. Le sport t'aide à te défouler, alors choisis-toi un sport facile à pratiquer seule et lorsque tu te sens hors de toi, fais-en. Ca évitera que tu sois un danger pour Poudlard. Je te conseille vivement de te tenir à l'écart du maximum de personne durant cette semaine, c'est très important.

La méditation que je proposais était loin de ce à quoi on pensait en parlant de "méditation". En effet, j'allais lui proposer un programme bien plus actif que cela, un loup-garou ne gardait pas son sang froid en réfléchissant sur le monde ou en se concentrant uniquement sur sa respiration, non. C'était bien plus que cela.


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélie Dubois
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 505
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Ven 18 Juil - 0:21

Il avait accepté de m'aider, ouf j'étais un temps soit peu rassurée, enfin pas tant que ça en fait. Mais au moins j'aurais une personne de plus pour me dire ce qu'il fallait que je fasse. Je pris une grande respiration pour essayer de me calmer et de ralentir mes battements de coeur, je ferma les yeux et pensa à ce qu'il allait se passer maintenant. Je savais que cette apprentissage serait clairement difficile. C'était obliger, je ne vois pas comment ça pouvait être différent. Je pris un mouchoir de ma poche et m'essuya les yeux encore humides. Je leva les yeux vers lui, il avait l'air pensif, je ne sais pas vraiment à quoi il pensait, ça avait l'air assez grave. Il me dit que la première transformation était toujours la plus difficile, j'avais pus le constater, lors de ma transformation j'avais sentis mon âme partir, je n'étais plus moi même, mon humanité avait disparue. Et je ne savais pas ce qui s'était passé ensuite, j'aurais pus blesser quelqu'un, ou le tuer, ça m'étais inconcevable de penser ça, je ne voulais pas avoir la mort de quelqu'un sur la conscience. 


Il poursuivi dans ses explications, et me dis que les autres transformations qui allaient venir seraient tout aussi douloureuses. Je n'en doutais pas, il était évident que chaque transformation que j'allais subir serait douloureuse, abominable... Mais je devais tenir, résister à ça pour ensuite garder ma part d'humanité dans toute circonstance. Il m'informa qu'être loup garou était une malédiction, je n'avait pas d'autre mot pour définir ce problème, en aucun cas je dirais qu'être cette chose était une chance. Et toute personne affirmant le contraire ne savait pas de quoi il parlait. 


Il m’expliqua ce que j'allais ressentir avant la pleine lune et ça me faisait vraiment froid dans le dos, j'allais être violente, et incontrôlable... Il fallait selon lui que je fasse du sport quand je sentais la rage m'inonder, c'était une idée mais était ce suffisant ? Il parlait aussi d'une forme de méditation, qu'est ce que ça voulait dire ? J'avais réellement peur, toutes ces choses nouvelles arrivaient bien trop vite. J'étais en train de me perdre au milieu de tout ça et j'avais mille et une question a lui poser... Je devais lui répondre, clairement, distinctement, et avec un sang froid hors norme.  


"Eh bien... Je me doutais que ça ne serais pas une partie de plaisir que de subir cette chose. Mais j'ai plein de question a te poser, je m'interroge beaucoup, et la peur m'envahit de jour en jour. Je sais bien que la pleine lune se rapproche et si tu avais refusé de m'aider, je ne sais pas vraiment comment j'aurais pus m'en sortir... Tu parle de méditation, de quoi s'agit-il exactement ? Et qu'est ce qu'il va se passer le soir de la pleine lune ? Je devrais faire ça toute ma vie ?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Ven 18 Juil - 5:15

Elle m'écoutait. Elle n'avait guère le choix, puisqu'elle ne connaissait personne d'autre capable de l'aider, et même si elle cherchait, elle ne trouverait pas mieux que moi dans cette école. Je ne m'en vantais pas, mais s'il s'avérait qu'il y ait d'autres loups-garous dans cette école qui s'y connaissent mieux que moi alors ils étaient mes ennemis. Je me rappelais de ces pleines lunes où j'avais risqué ma vie pour pas grand chose... J'avais rencontré d'autres loups-garous, il était certain, et bien plus forts que moi. Je n'étais rien comparé à eux. Je l'observais attentivement, je décelais chaque parcelle de peur en elle. C'était effrayant, c'était le moins que l'on puisse dire. On nous avait forcés à être ce que l'on était actuellement: des monstres. Je ne lui avais pas dis que j'étais moi-même l'un des siens, mais je ne voyais pas l'utilité de le lui annoncer. De toutes façons dans deux semaines elle le saurait, je passerai la pleine lune en sa compagnie. J'avais l'impression de prendre de grandes responsabilités envers une inconnue qui ne le méritait pas. Mais j'étais trop compatissant, j'éprouvais même de l'empathie pour elle, puisque cela m'était arrivé à moi aussi et cela continuait de m'arriver. Mais si elle attendait de moi que je prenne soin d'elle, elle se trompait. Un loup-garou était vif, violent et fort. Et j'agissais en conséquence. Je l'écoutais répondre à ce que je venais de lui expliquer. J'esquissais un demi-sourire amusé. J'étais devenu professeur à nouveau. Si Evan me voyait... J'approchais de moi un livre qui jusque là avait été fermé. Je l'ouvris à la table des matières avant de tourner plusieurs pages, cherchant quelque chose en particulier.

Je vais te provoquer.

Il s'agissait là de ma réponse à sa question sur la méditation. Je n'allais pas lui offrir le contenu du programme, mais il était simple et efficace. Se battre avec un autre loup-garou qui savait se contrôler, c'était le meilleur moyen pour apprendre à se contrôler soi-même. Et apprendre à se battre. Je pensais peut-être trop "survie", je me devais de penser autrement, mais on ne pouvait pas me changer si rapidement. Je restais un loup-garou qui avait été pourchassé pendant cinq longues années. Je soupirais pour la regarder dans les yeux.

C'est sans danger si ça peut te rassurer.

J'avais écouté la fin de ses questions, elle m'en posait beaucoup à la fois, mais c'était normal. J'aurais aimé qu'elle pose une question l'une après l'autre, cela m'aurait permis de lui répondre tranquillement. Enfin... Je n'allais pas la changer, et puis cela me remettait dans le bain du professorat. Ca me manquait parfois. J'avais eu peur qu'un crétin prenne ma place, j'avais été heureux d'apprendre que Lena avait repris l'Histoire. J'étais tellement fière d'elle... Mon sadisme me poussait à vouloir l'effrayer, mais je me retins. Un bon mentor se devait d'être compréhensif.

Le soir de la pleine lune, tu te métamorphoseras. Tu ne pourras jamais y échapper. Jamais. Certains ont pensé que s'ils ne mettaient pas leur peau au contact des rayons de la lune, ils y échapperont. Alors ils sont restés chez eux, en compagnie de leur famille pour les rassurer. Tu sais ce qu'il s'est passé ? Le lendemain matin, ils se sont éveillés dans le sang de leurs enfants et de leurs partenaires.

Je trouvais la page que je cherchais. Je tournais le livre pour qu'Aurélie Dubois puisse le lire et le poussais vers elle. La page indiquait les expériences effectuées par des sorciers pour échapper à la pleine lune. Chaque expérience comportait une date et un nom ainsi qu'une catastrophe. Les dates remontaient à bien des siècles en arrière.

Le soir de la pleine lune, avant qu'elle ne s'élève dans le ciel, il te faudra aller dans la Cabane Hurlante. Il y a un passage secret sous le saule cogneur qui permet de la rejoindre. Le saule cogneur qui cache l'entrée à été planté en 1971 pour un loup-garou du nom de Remus John Lupin... Tu as sûrement entendu parler de lui. Il a été professeur de Défense à Poudlard, et membre de l'Ordre du Phénix. Il a combattu jusqu'à la mort contre les Mangemorts durant la guerre qui a précédé la Grande Révélation.

Ah...L'Histoire, il n'y avait que cela de vrai ! Je me plaisais à raconter ces petites histoires qui me mettaient en lien avec mon ancien métier de professeur. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas agi comme un professeur digne de ce nom. Et pour cause: je n'avais eu aucune possibilité d'apprendre quoi que se soit à qui que se soit pendant cinq longues années.

Toute ta vie ? Ca dépend. Si tu travailles dur, tu sauras un jour être capable de te contrôler seule sans aucun besoin de méditation. Et c'est notre but. Pour le moment j'essaierai de faire en sorte que tu sois capable de te retenir de frapper quelqu'un...

On restait toute sa vie un loup-garou. Il m'avait été difficile d'arriver à contrôler mes pulsions pré-lunaires, mais étant très sportif, je dépensais toujours ma rage dans le sport. Et j'avais eu le Quidditch aussi, j'étais très violent lors des matchs. Je me rappelais avoir fait bien des choses sur mon balai, le souafle en mains à vouloir faire gagner la Coupe à Gryffondor. J'allais lui montrer ce à quoi elle pouvait arriver si elle travaillait dur. J'étais totalement maître de moi-même, ou presque. Au moins j'avais des années d'expérience, mais il était vrai que depuis cinq ans, j'avais certaines pulsions que je n'arrivais pas à contrôler durant la semaine qui précédait la pleine lune. La peur, l'anxiété, le désir de survivre... Tout ça me submergeait assez rapidement. Et pour ne pas blesser qui que se soit, j'utilisais la douleur.


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélie Dubois
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 505
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   Sam 19 Juil - 3:42

Il m'expliquait les choses avec beaucoup de patience et de compréhension, je l'admirais d'être autant calme face à ce qu'il venait de découvrir, c'est vrai on ne croise pas tous les jours une personne fraîchement mordu pas un Loup Garou. Mais lui était incroyablement neutre face à ça, peut être avait-il eu l'habitude de côtoyer ce genre de personne. Enfin pour le moment il répondait à mes questions... Alors comme ça la provocation était le secret de la méditation, ça avait l'air dangereux de provoquer un loup garou en pleine mutation... Je ne voulais pas lui faire du mal, la panique recommençais à m'envahir, mes yeux s'humidifiaient et avant même que je lui demande les risques que ça pouvaient engendrer, il me répondit que c'était sans danger. Je ne sais pas si j'étais rassurer ou si au contraire le fait qu'il me dise ça, me donnait l'impression qu'il me cachait la vérité. 


"Mais... Me provoquer c'est a dire ? Tu vas essayer de me mettre en colère ? Et si je te fais du mal ? Je serais surement pas en mesure de me contrôler. Et je veux pas qu'il t'arrive malheur..." 


Il m'expliqua que tous les soirs de pleine lune, je ne pourrais pas échapper à la métamorphose, en effet c'étais plutôt contraignant, cela voulait dire que je me devais de savoir quand chaque pleine lune avait lieu et faire sorte de ne pas avoir quelque chose de prévu ce soir là. Il me montra quelque chose sur le bouquin qu'il fixait depuis tout à l'heure, je posa mes yeux sur les quelques lignes et vis des centaines de noms avec des dates, c'était des catastrophes qui avait eu lieu à cause de la métamorphose, des personnes qui pensait que si on ne voyait pas la lune alors on était en sécurité... Des milliers de massacre, j'imaginais la scène dans ma tête du père de famille serrant ses enfants et sa femme dans ses bras en leur disant que tout allait bien, qu'ils étaient en sécurité, puis un bain de sang, les enfants dévorés, la femme déchiquetée... Et l'homme baignant dans le sang de sa famille et se souvenant de rien. C'était horrible, je ne voulait pas faire ça à mes proches, c'était vraiment abominable, j'avais des sueurs froides, ça me descendais dans le dos. Mon coeur battait vite, et j'étais à la limite de m'évanouir, comment pouvions nous perdre la conscience humaine que nous avons lors de ses transformations ? 


"Mais... Ca veut dire que quand on se transforme, on ne connait plus personne, même ceux qui nous sont chères ? Mais comment c'est possible ?"


Je m'inquiétais de penser ça, perdre ma conscience était comme perdre mon âme, plus rien pour retenir nos pulsions, pour nous dire ce qui est bien ou mal, ça m'étais vraiment insupportable de penser ça. Il n'y avait vraiment aucun avantage à être un loup garou. Et j'avais aucun répit, lorsque je voulais dormir, je faisais des cauchemars horrible, il y avait du sang, je revoyais cette bête m'attaquer, ou dévorer quelqu'un qui m'étais chère, et je me mettais à courir pour savoir qui était cette créature pour enfin me rendre compte que c'était moi... J'étais devenu un danger pour moi même et surtout pour les autres. J'avais peur... Peur de moi même j'étais devenu auto-phobique...


"Je sais pas si c'est normal... Mais je fais des rêves ou plutôt des cauchemars depuis que je me suis fait attaquée, ça fait deux mois que je dors 3h maximum, est ce que ça va être comme ça tout le temps ?"


Il me dit que je devait aller dans la cabane hurlante le soir de ma transformation, en passant par le saule Cogneur. A quoi ça allait me servir ? Et puis un saule Cogneur ? C'est légèrement violent comme arbre ça... Je suppose qu'il y avait une bonne raison, une fois de plus. 


"Euh oui j'ai entendu parler de lui évidemment, mais pourquoi la cabane Hurlante ? C'est un choix spécifique ? Et puis... si je n'arrive pas à temps, qu'est ce qu'il va m'arriver ? Je suis vraiment morte de trouille à l'idée de devenir ce monstre incontrôlable... Je veux faire de mal à personne, cette chose c'est pas moi... Mais merci pour ce que tu fais pour moi en tout cas, je te suis redevable tu sais."


J'étais plus que redevable, j'aurais été en mesure de lui donner tout ce qu'il souhaitait pour le remercier de son aide. 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La Bibliothèque   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Bibliothèque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» La Bibliothèque de Mazarbul
» [Mission D] Du rififi dans la bibliothèque
» [Allemagne ]La bibliothèque de Cologne.
» Désordre à la bibliothèque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epic Hogwarts :: ϟ ROLE PLAYING GAME ϟ :: RPG DE DÉTENTE-