AccueilGalerieFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrerGroupes



 
Chers membres, chers invités,

Nous avons déménagé sur la version 2.0 d'Epic Hogwarts.
Nous vous invitons à vous (ré)inscrire à l'adresse suivante :

http://epichogwarts.com

Nous espérons vous voir parmi nous.
La direction d'Epic Hogwarts.

Partagez | .
 

 La Cabane Hurlante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: La Cabane Hurlante   Dim 17 Fév - 9:46

[Illustration et présentation élaborée à venir]

Cette fameuse cabane abandonnée et délabrée visible depuis Pré-au-Lard vous excite et vous rend toute chose ? Vous rêvez de rencontrer les âmes errantes qui hantent cet endroit ? N'hésitez plus et pénétrez-la :D

Attention : Ceci est un endroit interdit d'accès pour plusieurs raisons : le sol est fragile et peut s'effondrer au moindre instant, des professeurs et maraudeurs la surveillent, cet endroit est réservé aux loups-garous en perdition mouhahahaha.

Règlement RPGique à respecter (lien à venir)
Orthographe, syntaxe et cohérence ainsi que 15 lignes pleines minimum sont à respecter.

/!\ CECI EST UNE PRESENTATION RPGIQUE PROVISOIRE /!\


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         


Dernière édition par Jake L. Raven le Ven 26 Juil - 1:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timéo Salieri
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 11
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Lun 11 Mar - 21:31


RPG avec Quinn Gatheway

Timéo attendait que la nuit tombe pour enfin pouvoir sortir, car depuis quelques années, il détestait les rayons du soleil. Il enfila une lourde cape noire brodée d'une fine ligne d'argent aux manches, et avança vers le Hall. Seuls ses bruits de pas résonnaient dans le couloir vide. La plupart des élèves devaient être dans leur salle commune, au chaud près du feu que les elfes allumaient quotidiennement. Il poussa silencieusement la porte, et la referma derrière lui. Il n'avait aucune envie qu'un membre du personnel le voit dans la Cabane Hurlante après le couvre feu. Le froid aurait fait rentrer plus d'un élève, mais le Salieri ne semblait pas sentir les bourrasques de vent sur son visage pâle. Il avança silencieusement mais rapidement vers la vieille bâtisse.

Bientôt, il put l'apercevoir. Le vent venait se claquer les volets comme dans les films d'horreur moldu, et les murs avaient l'air de pouvoir s’effondrer si on les frôlait. Il s'approcha et ouvrit la porte précautionneusement, n'ayant pas envie d'être la cause de la destruction de la vieille maison. Il parcourut rapidement du regard la première pièce et put voir que c'était surement de l'intérieur que de l'extérieur. La plupart des planches étaient cassées, ainsi que les carreaux des fenêtres, et les meubles étaient couvert d'une épaisse couche de poussière. Son père lui avait un jour raconté l'histoire de la Cabane, mais il n'avait jamais pu la voir en vraie avant aujourd'hui. Il parcourut toutes les pièces et aperçut dans l'une d'elle un piano. Il s'y approcha doucement, effleura du bout des doigts les touches, et enleva rapidement la poussière qui s'y trouvait, avant de s'assoir sur le siège. Il posa ses doigts sur les touches et commença à enchainer quelques notes mais s'arrêta brusquement. Il afficha une grimace de dégoût en voyant que l'instrument n'était pas accordé. Il soupira et commença donc à accorder plus ou moins bien toutes les touches. Ce n'était pas la chose qu'il préférait faire en musique, loin de là, mais pour entendre si un morceau sonnait bien, cette étape était nécessaire. Une fois fini, il put commencer à jouer, enchaînant les morceaux au fur et à mesure que les minutes défilaient, perdant peu à peu conscience du monde qui l'entourait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quinn Gatheway
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 31
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mar 12 Mar - 3:19

Quinn sortait des Trois-Balais dans le froid de l'hiver, vêtue d'une longue cape bordeaux. Elle avait été retrouvé des collègues à Pré-Au-Lard ce soir, et avait décidé de ne pas partir trop tard: elle avait encore un tas de copies à corriger, et désirait les terminer aujourd'hui histoire d'être tranquille pour le week-end. Ainsi, sortant dans les rues du petit village sorcier, elle mis sa capuche par-dessus sa chevelure dorée, et entrepris de remonter vers le château. Elle passa soudain à proximité de la Cabane Hurlante. Même lors de sa scolarité à Poudlard, elle n'y avait jamais mis les pieds. On lui avait raconté mille et une choses sur cette bâtisse hantée, et ses collègues lui avaient déjà fait part des fois où ils y avaient retrouvés des élèves s'y étant clandestinement introduit, et ayant sur le champ écopé d'une retenue. Mais ses pensées ne furent pas ce qui l'arrêta. Elle entendait une magnifique mélodie, jouée au piano, s'échappant des fenêtre brisées de la maison. S'arrêtant devant, la Gatheway fronça les sourcils. Qui pouvait bien venir jouer ici, quelque chose d'aussi beau? C'était assez paradoxal; en regardant le décor lugubre et effrayant de la Cabane, et en écoutant la douceur des notes s'échappant du piano, l'on pourrait croire qu'il s'agissait d'un rêve idiot. Mais non, c'était bien réel. Soupirant, et bien décidée à découvrir ce qui se passait dans cette demeure hantée, la demi-vélane pénétra d'un pas lent à l'intérieur. Elle suivit le son qui s'échappait toujours de l'instrument, et atterris bientôt dans une sorte de petit salon de musique poussiéreux, où les toiles d'araignées ne manquaient pas. Au milieu de la pièce trônait l'instrument, et bien évidemment, quoique dans un lieu pareil il n'aurait pas été idiot d'y croire, il ne jouait pas tout seul. Un garçon, que le professeur avait déjà eu dans sa classe de Potions, jouait avec une souplesse extrême. Bien que la mélodie fut magnifique, Quinn savait qu'il n'avait rien à faire ici. Elle avait toujours trouvé ce jeune homme bizarre; son teint pâle, l'impression qu'il ne craignait en rien le froid, sa façon de se tenir immobile... Prenant un air sérieux, la Gatheway tenta de faire paraître sur son doux visage un air désapprobateur.

"Monsieur Salieri, peut-on savoir ce que vous faites ici à une heure pareille?"

Quinn avait toujours eu du mal à réclamer sur les élèves déviants, sa voix n'étant pas faite pour prendre un ton grave. Lorsqu'on était demi-vélane, tout en nous était conçu pour plaire, physiquement. Même la voix, même le parfum. Jusqu'à ce qu'on se mette véritablement en colère.


[center]Potion Master

"I walk a lonely road, the only one that I have ever known" Green Day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timéo Salieri
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 11
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mar 12 Mar - 11:39

Timéo releva les doigts, stoppant la mélodie mais effleurant toujours les touches, prêt à recommencer dès que son professeur serait partie. Il l'avait entendue arriver, et avait sentie son parfum alors qu'elle était encore dans la pièce principale de la Cabane. Et sa voix
n'avait fait que confirmer ses soupçons. Néanmoins, il se retourna pour pouvoir la regarder et il la détailla du regard. Il n'avait jamais su de quelle maison provenait ses professeurs, mais il se douta, grâce à sa cape, que la Professeur de Potions devait surement être une ancienne Gryffondor. Il plissa les yeux et répondit à sa question :

- Je suis en train de jouer du piano.

Il haussa un sourcil, et d'un mouvement de bras désigna l'instrument. Bien sur, sa réponse était idiote car elle l'avait surement entendue, mais dire qu'il était à la chasse aux Pitiponks semblait, aux yeux du Salieri, une réponse que même un Poufsouffle ne croirait pas. Il fit de nouveau face au clavier et reposa doucement ses doigts sur les touches noires et blanches. Il commença à jouer un morceau simple mais joli, puis enchaîna sur un autre un peu plus long. Un éclair de lune passa par une des fenêtres dont la poussière laissait passer un minimum la lumière, révélant la peau pâle, presque maladive, du Serpent. Il haïssait cette couleur blanchâtre, mise en valeur par ses yeux et cheveux onyx. Il soupira et se retourna de nouveau vers sa professeur.

- Vous savez jouer ? Je n'ai encore jamais fait de morceau à quatre mains.

Son père avait souvent insisté pour qu'ils jouent ensemble un morceau, mais Timéo avait toujours refusé. Depuis son accident, il se tenait à l'écart des personnes qu'il aimait, ayant peur de ne pas avoir la force de se contrôler et de créer quelques ennuis aux personnes présentes. Néanmoins, pour cette fois, il invitait la jeune femme à jouer avec lui un morceau. Il la regarda dans les yeux, tout en elle lui donnait envie de lui faire confiance et de ne rien faire d'irréfléchi. Mais il avait depuis longtemps appris que personne n'était digne de confiance, un jour ou l'autre, tout se brisait et l'on perdait tout. Il patienta donc sans prononcer un mot qu'elle vienne prendre place à côté de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quinn Gatheway
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 31
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mer 13 Mar - 1:48


Je suis en train de jouer du piano.


La Gatheway fut surprise par l'insolence de la réponse du Salieri. Savait-il qu'il n'avait aucun droit d'être ici, surtout s'il était en première année? Fronçant les sourcils, le professeur soutint son regard, véritablement agacée par un tel manque de respect. Elle était réputée pour être la gentille prof de potions, toujours souriante et compréhensive, mais elle n'appréciait pas qu'on lui manque ainsi de respect. Doucement, elle sentit de longs frissons la parcourir le long de son dos, signe que la colère commençait à l'atteindre, et donc à dévoiler ses écailles. Cependant, cela se limitait à son dos pour le moment, elles étaient donc invisibles.


Vous savez jouer ? Je n'ai encore jamais fait de morceau à quatre mains.


De plus en plus agacées, la demi-vélane fronça à nouveau les sourcils. Cette fois, ses écailles s'étendirent jusqu'à ses épaules, toujours dissimulées par sa cape. Elle avança de quelques pas et s'approcha du piano. Elle surplombait Timéo en taille, et pu ainsi vriller son regard bleuté vers le sien.


Êtes-vous conscient que vous n'êtes pas censés être ici?


Quinn détestait se mettre en colère sur ses élèves, sa réputation risquait d'en pâtir. Cependant, elle savait qu'il n'y avait pas de mal à prendre un peu d'autorité une fois de temps en temps: d'ailleurs, c'était même nécessaire par moment, comme pendant celui-ci. Jaugeant le Saliera d'un oeil méfiant, fronçant toujours les sourcils, une brise vint agiter ses cheveux blonds, répandant son parfum dans la pièce.




[center]Potion Master

"I walk a lonely road, the only one that I have ever known" Green Day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timéo Salieri
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 11
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mer 13 Mar - 3:10

Timéo resta dos à son professeur de Potions, écoutant calmement sa question, les doigts toujours posés sur les touches comme aimantés dessus. Bien sur qu'il savait que cela était interdit, sinon il y aurait beaucoup plus d'élèves qui viendrait et aucune rumeur n'existerait sur cette vieille bâtisse, mai son père lui avait expliqué son histoire et maintenant, il adorait cet endroit qui créait la peur dans les esprits de certains élèves. Mais ce qu'il préférait par dessus tout était surement le fait qu'aucune personne ne venait ici d'ordinaire et il avait donc tout le loisir de jouer à sa guise. Il regarda sa montre et vit que l'heure du couvre feu était largement dépassée. Il fit face à la jeune femme et la fixa du regard. Une brise vint agiter les cheveux blonds de la Gateway, répandant son parfum dans la pièce. Ayant un sens de l'odorat plus développé que d'ordinaire, cette odeur lui semblait insoutenable. Il s'avança vers une des fenêtres et l'ouvrit, respirant à fond l'air froid venant de dehors.

- Oui je sais, mais j'avais besoin de sortir du château. Et puis, je croyais que c'était juste une recommandation, pas une interdiction.

Il laissa une dernière brise arriver dans la pièce, puis, se doutant que la professeur devait commencer à avoir froid, même en ayant une chaude cape, referma doucement la fenêtre. Il se rapprocha du piano et de la jeune femme. L'odeur s'était dissipée jusqu'à être redevenue tolérable au goût du Salieri. Il se rassit et repassa un pli invisible sur sa manche droite, puis se tourna vers la professeur de Potions, la défiant de lui mentir.

- Vous étiez une Gryffondor n'est ce pas ? Vous n'êtes jamais venue ici lorsque vous étiez encore élève ?

Il savait que beaucoup d'adultes interdisaient aux enfants des choses qu'eux même ont fait, et Timéo trouvait que cela était mal. S'ils l'avaient fait et qu'ils étaient toujours vivants, pourquoi l'interdire. De toute façon, il pensait que les règles étaient comme des petites barrières qui empêchaient de s'approcher d'un objet, comme dans les musées moldus. Mais cela pouvait être contourné en passant dessus. Il se retourna face à elle et lui dit calmement :

- Au fait, vous n'avez pas répondu à ma première question. Savez vous jouer du piano ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quinn Gatheway
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 31
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Jeu 21 Mar - 4:29

Désolée pour cet énorme retard impardonnable Sad <3


Le jeune homme voulait savoir si elle était à Gryffondor auparavant, et lui demanda si elle était déjà venue ici. La jeune femme n'allait tout de même pas répondre non, ce serait paraître idiote devant un élève de première année. Elle fronça les sourcils, et haussa les épaules en guise de réponse. Il se permettait vraiment n'importe quoi: il parlait tout de même à un professeur. Il insista ensuite pour savoir si elle jouait du piano. A quoi bon? Elle n'allait pas rester ici à discuter plus longtemps sur le même sujet. Elle s'assit au piano en soupirant, et posa ses doigts sur le clavier. Elle entama une mélodie, et sa voix cristalline s'éleva dans la pièce. C'était la première chanson qu'elle avait faite en public, lorsqu'elle n'avait que dix ans, lors d'une comédie musicale des Misérables organisée par son collège moldue. Elle avait été choisie pour le rôle de Cosette, un des personnages principaux. Un sourire pensif apparu sur les lèvres de la Vélane à ce souvenir. Certes, même si sa voix était exceptionnelle à cause de sa nature de créature de beauté, elle adorait chanter. Jouer du piano n'était qu'un accompagnement, pas une véritable passion. Elle avait appris très tôt d'ailleurs, encouragée par ses grands-parents.
Se confier ainsi à travers la musique à un élève de première année lui paru étrange, soudain. A la fin du morceau, elle le regarda, suspicieuse. Etait-elle tombée dans une sorte de piège? Si c'était le cas, autant ne pas se démonter. Elle se décala, et le laissa s'asseoir.


"Un seul morceau, et après tu retournes dans ton dortoir avant que je ne te colle une retenue."

Elle lui offrit un petit clin d'oeil complice, et lui montra quelques accords d'un morceau à quatre main qu'elle connaissait. Ce n'était pas bien difficile: il était issu d'un dessin animé que ses petits cousins adoraient: la Belle et le Clochard. Elle sourit en voyant les erreurs mineures, certes, de Timéo, mais il semblait avoir l'habitude de jouer.


[center]Potion Master

"I walk a lonely road, the only one that I have ever known" Green Day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timéo Salieri
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 11
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Dim 24 Mar - 9:15

Timéo regarda sa professeur s'assoir sur le siège et poser ses doigts sur les touches du piano. Il était étonné de la voix de la jeune femme, jamais il n'aurait imaginé qu'elle puisse chanter aussi bien. Il resta dos à l'instrument, se concentrant uniquement sur sa voix. Chaque note était la plus juste possible, et cela étonna le Serpentard car il était rare qu'un chant soit exécuté si parfaitement. Cependant, dès que la dernière note retentit, il ne laissa échapper de ses lèvres que deux mots : pas mal. Bien sur, cela était bien peu pour la prestation de la Gateway, mais il ne lui avouerait pas, même sous la torture. Lorsqu'elle l'invita à la rejoindre pour un morceau à quatre mains, un léger sourire apparut sur ses lèvres. Il obtenait toujours ce qu'il voulait réellement. Sauf peut être la réponse à sa première question, mais il pouvant facilement trouver la réponse seul grâce à l'expression du visage et aux gestes de l'ancienne Gryffondor. Il s'installa à côté de la jeune femme qui lui montra quelques accords faciles. Il les mémorisa rapidement, et bientôt, une douce mélodie s'éleva dans la Cabane Hurlante. La musique légère et douce contrastait par rapport au lieu délabré. Un petit sourire satisfait apparut sur son visage à la fin du morceau. Il n'avait pratiquement rater aucune note, et pour ça, il en était très fier. Il regarda la jeune femme assise à côté de lui, prenant bien soin de garder un visage impassible et lui dit doucement, comme si ses paroles pouvaient le blesser :

- Vous jouez bien, ça serait dommage de gâcher ce moment en me renvoyant dans mon dortoir.


Il eut un petit sourire, le même qu'il utilisait alors qu'il était encore enfant pour obtenir ce qu'il voulait. Il prit les doigts du professeur et les posa sur le touches, lui demandant silencieusement de jouer. Il se leva, attendant qu'une douce musique s'élève à nouveau. Dos au piano, il entrecroisa ses doigts, pouvant encore sentir le contraste entre la peau chaude de sa professeur et la sienne, gelée à jamais. Il eut un léger pincement au cœur mais il chassa rapidement ce sentiment. Il murmura tout bas, comme s'il se parlait à lui même :


- Jouez. S'il vous plaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Lun 30 Déc - 10:56

Libre...

Il y a des moments où certaines choses sont plus fortes que d'autres. Des choses incontrôlées, des choses difficilement soupçonnables... Et parfois il faut apprendre à faire avec et à ne pas se laisser dépasser par celles-ci. Sinon on en paie le prix et parfois on le paie fort. Et à ce moment-là, il est très difficile de faire machine arrière, voire même carrément impossible. Dans la lutte incessante contre l'instinct animal, la moindre erreur peut être désagréable et si trop grave; se révéler fatale. C'est pourquoi la prudence est de mise et ce impérativement. Si l'on transgresse cette règle, les conséquences sont souvent incontrôlables. Tous les possesseurs d'une particularité magique le savent parfaitement.

Les nuits hivernales sont les plus belles de toutes: l'air est cristallin et pur, les étoiles brillent de milles feux et la blancheur de la neige brillant doucement sous la lumière de la lune tranche avec la noirceur du ciel. Mue par une intuition quelconque Sewell ouvrit les yeux. Elle passa une dizaine de minutes à essayer de se rendormir, en vain. Se levant pour passer une robe de chambre aux couleurs de sa maison, elle traversa sa chambre silencieuse. Ouvrant doucement la porte qui menait au restant de la salle commune, la directrice de maison n'entendit rien d'autre que le silence. Refermant le battant, elle passa devant le perchoir d'Huoyan pour se diriger vers la fenêtre. Le phénix dormait tranquillement, à moins qu'il ne médite... Il était difficile de savoir ce qui se passait dans la tête de ces oiseaux. Même quand on était capable de communiquer avec eux.

Complètement réveillée, la lionne s'accouda sur l'appui de fenêtre pour regarder le paysage nocturne. La vue du haut de la tour des Gryffondors était magnifique. Il était difficile d'avoir une plus belle vue, à moins de monter au sommet de la tour d'Astronomie. Afin de mieux profiter du panorama, la Cassiopée ouvrit la fenêtre. Le froid la saisit légèrement mais elle n'était pas frileuse. S'asseyant sur le rebord, la rouge-et-or ferma les yeux et inspira profondément. La sensation avec laquelle elle luttait constamment remontait doucement en elle au rythme de ses inspirations. Se mettant dos à la fenêtre, elle rouvrit les yeux. Un sourire tranquille naquit sur son visage alors qu'elle se laissait tomber en arrière dans le vide.

La chute fut rapide. Mais le passage d'une forme à une autre le fut d'avantage. Un léger pincement au nez lui indiquait que celui-ci se durcissait et un chatouillement de la peau que celle-ci changeait d'aspect. Sa vision se brouilla un court instant avant de revenir, beaucoup plus nette qu'un oeil humain. Les jambes étaient plus courtes et plus puissantes. Les cheveux se confondaient maintenant avec le restant du corps, donnant ainsi à ce dernier sa couleur. Les oreilles disparurent, comme avalée à l'intérieur du crâne. Enfin les bras s'ouvrirent permettant à l'humaine devenue aigle de remonter gracieusement sur quelques mètres.

Survolant une partie du château, l'oiseau battit des ailes avec force afin de prendre un peu de vitesse et d'altitude. Contournant la tour d'Astronomie, il mit le cap vers Pré-Au-Lard en survolant une partie de la Forêt Interdite. Les arbres avaient fait place aux bâtiments et bientôt le village se retrouva sous le rapace. Celui-ci se laissa planer avec aisance, profitant d'un courant aérien pour reposer un peu ses ailes. Il lui suffisait de bouger à peine les plumes aux extrémités de celles-ci pour changer de direction. Son regard perçant lui permettait de voir les quelques lueurs qui éclairaient encore deux-trois maison du village. Il repéra également quelques traces dans la neige et la femme en lui s'amusa à les différencier. Finalement le volatile se posa doucement sur le toit d'une maison isolée, un peu en dehors de Pré-Au-Lard. Ses serres s'ancrèrent solidement aux tuiles et l'animal jouissait d'une vue imprenable sur les alentours de la Cabane Hurlante.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mar 31 Déc - 2:42

Sewell ? J'arriiiiiiive xD

Le moral à zéro, oui, c'était ainsi que je me réveillais. Mais bien sûr, rien en moine changea, même après de longues heures passées à chercher une occupation outre que le fait de jouer les rebelles, ou de sortir un peu voir si il n'y avait personne que je pouvais gêner. Le froid me plaisait, ce n'était plus un secret. Certaines personnes me prenaient pour une folle, d'autres me trouvaient parfaitement normale. Mais je n'en avais que faire des remarques des autres, et ne changeais jamais rien en moi. Et ce jour là, je n'allais rien changer non plus. Et ce n'était pas faute d'avoir essayé, mais rien à faire, mon moral n'avait toujours pas dépassé le fait que je m'ennuyais à mourir au château. Là aussi, on aurait pu me prendre pour une folle. S'ennuyer au château. Même moi, je n'y croyais pas, et pourtant, c'était vrai. En même temps, comment trouver une occupation quand notre seule obsession est de savoir ce qu'il se cache derrière les mensonges de son père, et de comprendre ce qu'il se passe avec Sacha R. Jones et sa fille adorée, chérie, et tout ce qu'on peut imaginer ? 


Personne ne devait être dans la même situation que moi. Ou alors, si il existait une personne dans le même cas que moi, qu'elle se manifeste au plus vite, pour que je puisse redevenir la Serpentard sûre d'elle et qui ne s'ennuie jamais. Parce que là, j'en étais vraiment à un point où j''étais loin de m'amuser. Très loin. Trop loin pour ne pas penser à ça tout au long de mes journées. En cours, dans le Parc, à la Grande Salle, en Salle Commune, une seule pensée m'obsédait jours et nuits : celle de savoir si mon père me mentait vraiment, celle de savoir si on me faisait une farce en me disant qu'il y avait d'autres Jones au château. Rien que le fait de rencontre cette Keira...ça avait été un cauchemar. Ma mère, Androwna, m'aurait sans doute dit que j'étais une fille forte, que je devais passer au dessus de ce que les autres me racontent, mais à l'heure qu'il était, où elle n'était même plus vivante, comment pouvais-je avoir la certitude que cette femme, si douce, avait bien été celle qui m'avait portée ? 


Trop de questions se bousculaient dans mon esprit. Et cet après-midi là, je décidais de bouger. De sortir. Il y avait justement une sortie à Pré-Au-Lard. Je me préparais donc, et y allais. Arrivée à Pré-Au-Lard, rien n'avait changé. J'y étais sans aucun doute allée pour rien, et mon après midi, en plus de devoir être vécu dans l'ennui, serait un cauchemar. Encore mieux ! Je marchais dans les ruelles pendant un bon bout de temps, jusqu'à être complètement épuisée. J'étais de mauvaise humeur. Énervée, je marchais, automatiquement, en direction de la Cabane Hurlante, sans vraiment en avoir conscience. De toute façon, peut importe où j'allais, tant que cela me laissait le temps de réfléchir. Réfléchir à tout cela, à mon père. Mon dernier séjour là-bas, au manoir, s'était révélé être...catastrophique. En y repensant, j'eus envie de pleurer. Mais non ! Une élève telle que moi ne pleurait pas ! Imaginez seulement que quelqu'un me voie... ! Non, je n'allais pas céder. 


Alors, j'arrivais à la Cabane Hurlante. Toujours la même, celle là. Je souriais. Cela faisait quelques mois que je n'étais pas venue, et cet endroit, aussi sale & répugnant qu'il soit, me plaisait. Il était symbole de solitude pour moi, et j'allais sans doute pouvoir être tranquille ici, loin de la foule gênante de Pré-Au-Lard. Tranquille. C'était ce que j'espérais. Pour m'isoler encore plus du monde, je montais, jusqu'à arriver au grenier. Le toit laissait passer l'air frais, et je frissonnais de plaisir. N'importe quel bruit de l'extérieur pouvait s'entendre. Alors ne dépit de voir, je pourrais quand même être alertée en cas de foule qui s'approcherait de la Cabane Hurlante. Alors que je sortais ma baguette - simple réflexe - j'entendis du bruit provenant du toit. Relevant la tête, je voyais un grand trou dans celui-ci par lequel j'arrivais à décerner deux grands yeux perçants, des serres, et un bec. Un aigle.  


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mar 31 Déc - 4:10

Merciiii ^_^

L'aigle n'avait pas froid. Il avait connu des températures autrement plus glaciales et il était fait pour vivre dans les sommets glacé des montagnes enneigées. Même si les seules montagnes qu'il avait eu l'occasion de franchir étaient les hauts plateau de l'Ethiopie à l'est du grand Rift. C'est là, à plus de 3000 mètres d'altitude qu'il avait rencontré Huoyan. Mais cela, c'était une autre histoire. La vue vigilante que l'oiseau avait des alentours ne lui servit quasiment à rien. En effet quelques secondes après son arrivée, un léger bruit venant de la cabane de se fit entendre. Baissant la tête, la rapace fut presque surprit de constater qu'on l'observait par en-dessous. Chose cependant plutôt habituelle pour un animal volant.

La personne qui le regardait avait tiré sa baguette, sans doute par précaution. Il s'agissait d'une élève, probablement une deuxième année, voire peut-être même une troisième. L'oiseau émit un bref glatissement interrogateur. Que faisait une étudiante dans la cabane hurlante aussi tard? Avait-elle passé l'après-midi et était-elle restée à cet endroit sans voir le temps passer? En tout cas cela n'était pas une élève de sa maison. C'était la seule chose dont elle était certaine. Mais qui parmi les élèves était assez cinglé pour aller se promener de nuit dans cet endroit sordide à l'exception d'un Gryffondor?

C'est sans doute pour répondre à cette question que l'aigle s'envola. Prenant un peu d'altitude, il tourna en cercle autour du toit de la maisonnette avant de se laisser "tomber" dans un trou entre les tuiles et de se poser devant la jeune fille. L'animagus entendait la respiration de l'humain. Sautillant quelques instants sur le plancher afin de s'assurer qu'il était suffisamment solide, l'oiseau décida de reprendre forme humaine. Cela serait plus pratique pour communiquer et de toute façon il était difficile de se faire comprendre des humains en étant un animal. En quelques secondes, Sewell avait retrouvé son apparence normale.


- Eh bien j'espère que je ne t'ai pas fait trop peur. Belle nuit pour se promener n'est-ce pas?

Au passage, la Cassiopée se rappella qu'elle portait toujours une robe de chambre au-dessus de son pijama et que ce n'était pas les vêtements les plus chauds pour affronter l'hiver. Sous sa forme d'animal, elle n'avait pas ce soucis de la température mais en tant qu'humaine, même si elle appréciait le froid, mieux valait éviter de choper un rhume. C'est pourquoi elle tira sa baguette de la manche de son peignoir et alluma tranquillement un petit feu magique d'un geste. La rouge-et-or ne s'en faisait pas trop, il était trop tard pour que quelqu'un vienne les déranger ici et de toute façon cet endroit devait conserver son lot de mystères. Alors un de plus ou un de moins...

S'asseyant à coté du feu qui flottait gentiment à trois centimètres du sol, la lionne attendit posément la réponse de l'élève. Le cerveau de la directrice de maison tournait à plein régime pour essayer de retrouver de qui il s'agissait. Elle l'avait sûrement déjà eue en classe, c'était assez certain. Par contre pour le reste, elle n'avait rien qui lui revenait en mémoire. Ni retenue, ni autre fait marquant qui aurait pu la mettre sur la voie.
Bah, j'aurais bien la réponse à ma question à un moment ou un autre. De toute façon, ce n'est pas urgent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Dim 5 Jan - 8:30

Je venais de repérer une créature. Une créature commune, mais dangereuse quand même quand elle était énervée. Oui, j'avais un aigle au dessus de ma tête blonde. Que devais-je faire ? Je n'avais pas peur, alors je n'allais pas m'enfuir en courant. L'aigle ne s'était pas montrer agressif, malgré ses yeux perçants qui, à première vue me fixaient, je n'avais donc aucune raison valable d'attaquer. L'aigle émit un drôle de bruit, qui manqua de me faire rire. Mais je gardais mon sérieux. Que signifiait ce cri ? Puis, l'oiseau s'en alla. Me laissait-il seule ? Je devrais plutôt dire elle. Car, très vite, l'oiseau revint me tenir compagnie. Enfin, je devrais plutôt dire, la directrice de Gryffondor, Sewell Cassiopée. L'aigle s'était changé en la Directrice de Maison. 


Au début, je n'avais décerné que les trais d'une femme adulte, et  plus grande que moi en taille. Après, je comprenais qui elle était. Elle me demanda si elle ne m'avait pas fait trop peur. C'était la deuxième fois que ce genre de choses m'arrivaient. Une fois, avec, Alice Jenkins, qui m'avait surprise dans les couloirs, deux heures avant mon tour de veille, et nous avions discuté. Je m'étais même...confiée. Confiée tel que je ne l'avais jamais fait en présence d'un adulte autre que mon père. Mais celui-ci n'avait plus ma confiance, alors me confier ne m'avait pas gêné. Cette fois-ci, une autre Directrice de Maison se présentait avec moi, me demandant si elle ne m'avait pas fait peur. Je faisais non de la tête. 

<< En effet. Au départ, j'étais partie à cette sortie à Pré-Au-Lard pour ne pas faire subir aux autres mes sauts d'humeurs au château. Puis, je suis venue ici. >>

Oui. J'étais venue ici, et j'avais désiré y trouver le calme, le repos & la réflexion. Tout cela n'était pas complètement gâché, puisque le professeur était resté calme au lieu de me demander en me promettant une heure de colle pourquoi je n'étais pas restée avec le groupe. Elle aurait pu me demander une justification, mais au lieu de ça, elle se souciait de savoir si je n'avais pas eu peur, et de ma soirée. Un peu comme Miss Jenkins. Alors oui, j'allais peut-être passer une bonne soirée. Peut-être que mon humeur s'améliorerait au contact d'une adulte qui ne m'avait pas brusquée, au quel cas je me serais encore plus renfermée que je ne l'étais déjà. Je savais qui elle était, mais elle, elle ne savait probablement pas qui j'étais. J'aurais pu m'amuser à rester dans l'anonymat quelques secondes, voire quelques minutes de plus, mais au fond, il fallait garder en tête les bonnes manières, dont celle de se présenter aux adultes qu'on rencontre. Alors, j'ajoutais d'un ton simple, clair, net & tout ce qu'il y avait de plus poli : 

<< Au fait ! Je m'appelle Jersey Jones, je suis en deuxième année à Serpentard. >>


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Lun 6 Jan - 0:00

Assise auprès de son feu de camp miniature, l'adulte attendait patiemment une réponse de l'étudiante. Celle ne tarda d'ailleurs pas à venir. Une réponse honnête et un peu inattendue. Ce qui éliminait clairement les Gryffondor's et les Equus de sa liste. Un Gryffondor serait venu dans la cabane hurlante uniquement par bravoure et un Equus se serait soucié comme une guigne d'imposer son humeur aux autres ou pas. Cependant il restait encore trois autres maisons et quelques centaines d'élèves. Ce qui était encore trop aux yeux de la lionne.

- C'est une sage décision. Peu de gens sont capables de se modérer à ce point.

La rouge-et-or se sentait de bonne humeur ce soir. Peut-être parce que la nuit avait quelque chose de magique. En tout cas, même si l'élève n'avait pas à se trouver là, la Cassiopée avait l'intention de laisser tomber cette fois-ci. Après tout, elle avait elle-même enfreint le règlement à de nombreuses reprises du temps où elle étudiait à Poudlard. Certes il ne fallait pas encourager ce genre de comportements mais on pouvait faire une exception une fois de temps en temps. En général, la directrice de maison n'était pas la personne qui distribuait le plus de retenues. Quand ces dernières arrivaient, c'était les trois quarts du temps parce qu'on l'on avait tapé dans un point sensible de son caractère.

L'adolescente finit par se présenter. Jersey Jones à Serpentard. Ce nom ne lui était pas inconnu et pour cause. L'"affaire Jones" comme discrètement appelée entre membres du personnel, suscitait l'intérêt. Lorsque Jersey était arrivé et que le nom Jones avait été prononcé pour la première fois, les collègues de Sacha l'avait charrié gentiment sur le fait que quelqu'un de sa famille arrive à Poudlard. Cette dernière avait vaguement éludé la question, prétendant qu'il s'agissait de famille lointaine. Mais quand Keira Jones était passé à son tour sous le choixpeau, élève que Sacha avait désigné comme étant sa fille, la directrice d'Equus n'avait pu cacher la ressemblance physique entre les deux filles. C'est à ce moment là que cela s'était mit à cancaner.


L'orgueil de Sacha ne pourra jamais résoudre tous ses problèmes. La bibliothécaire avait déjà pu constater la souffrance de Keira. Que devait-être celle de Jersey? Sewell essaya de chasser cette idée de son esprit. Elle se tenait généralement loin des rumeurs du personnel, et elle y arrivait plutôt bien. Elle n'avait pas envie de devenir une machine à ragots, intransigeante et désagréable. Par contre elle rendit la politesse à la deuxième année en se présentant à son tour.

- Enchantée Jersey. Je suis Sewell Cassiopée, directrice de Gryffondor, professeur de Soins aux Créatures Magiques et bibliothécaire. Même si j'imagine que tu sais déjà tout ça.

Depuis sa nomination au poste de directrice de maison, tout le monde dans le château savait désormais qui elle était. Il était loin le temps où beaucoup d'élèves la confondaient avec une étudiante de septième année lorsqu'elle n'était encore que professeur et bibliothécaire. Seuls les premières années des autres maisons se fourvoyaient encore. Et ils finissaient très souvent en retenue pour leur erreur. C'était une des rares choses sur laquelle l'animagus ne plaisantait pas. Avec un sourire elle fit signe à verte-et-argent de la rejoindre près du feu magique.

- Assieds toi je t'en prie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mar 7 Jan - 5:33

Le froid me réchauffait. Je me sentais bien. Tant de contradictions pourtant, dans une phrase qui voulait tout dire ! Pourtant, même si j'étais heureuse intérieurement au niveau de la température, je vivais toujours dans le doute. Le doute m'envahissait à chaque seconde un peu plus, mais j'arrivais à me contenir de crier que j'étais mal. J'avais mal. Que quoi que je fasse, c'était parce que je ne pouvais pas rester longtemps à un endroit sans m'y sentir mal. Mais je me contenais. C'est un peu ce qu'avait remarqué la Cassiopée, en faisant remarquer ma sage décision. J'esquissais un faible sourire, puis, mon regard se porta au sol. Je serrais encore plus fort ma baguette, et mon sourire se crispa, avant de disparaître complètement. Puis, instantanément, je me détendais, et relevais la tête. Sewell devait déjà avoir une petite idée de ce à quoi je pensais. Je n'étais que conseillère, et n'étais pas spécialement douée en divination, mais je savais que les membres de professorat et des équipes de maisons parlaient de ce qui pouvait intéresser. Et en période "plate", le sujet de Sacha, Keira & moi pouvait intéresser. D'autant plus que Sacha avait son importance dans le château, et ça, Keira n'en doutait pas une seule seconde ! Sewell se présenta. DdM, Bibliothécaire, et enfin professeur. Mais ce n'était en effet pas quelque chose que j'ignorais. 

<< Enchantée. >>

Après ces quelques mots, la Directrice de Maison me proposa gentiment de m'asseoir. Après avoir hoché la tête, je m'asseyais. Mes jambes commençaient à être fatigués, et m'asseoir ne me ferait pas de mal. Concernant mon état, je ne savais que faire. A ma connaissance, la Cassiopée n'était pas Légilimens. Donc, aucun souci. Croisant les jambes, je ne savais pas réellement qu'ajouter face à une adulte, et je n'étais peut être pas en conditions de parler. J'avais tout simplement peur de la réalité. Si Keira n'était pas une folle qui se prenait pour une Jones, ou une élève qui me faisait une farce ? Si, tous mes soupçons se confirmaient ? Rien qu'à mon passage à l'infirmerie, j'avais l'impression qu'une partie de ma vie s'écroulait. Quant à elle, la seule chose qui semblait l'avoir troublée, c'était bel et bien l'héritage. Elle s'inquiétait que sa mère puisse léger quoi que ce soit à quelqu'un d'autre qu'elle. Mais ce qu'elle n'avait pas compris, c'est que je me fichais éperdument de sa mère, tant qu'elle n'était pas 'officiellement' ma mère. Ma mère était morte. Androwna était morte. Alors, j'étais très bien chez mon père, que Sacha n'avait fait que critiquer devant moi. Comme si elle valait mieux que lui. Et c'était précisément là que je perdais le fil. J'en voulais à mon père, mais en même temps, n'acceptais pas qu'on le critique. Car c'était la seule personne avec qui je pouvais me rattacher. En vérité, tout était tellement compliqué...Alors, je me souvenais que j'étais en présence de la Directrice de Gryffondor. Je devais trouver quelque chose à dire, pour briser le silence reposant.

<< Hmmm... Vous venez souvent ici...? >>


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira F. Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
CONSEILLÈRE EN CHEF
CORRECTRICE

▸ MESSAGES : 1312
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mer 8 Jan - 5:30

~ Ce RPG n'est destiné à personne & n'a aucun rapport avec les réponses précédentes.
Il s'agit d'un bizutage o/

Keira l’hippocampe n'en pouvait plus. Elle venait de passer la pire journée de son existence. Elle ne comprenait pas ce qui s'était passé. Elle se rappelait se trouver tranquillement à barboter à dix mètres en-dessous de la surface de son cher océan & discuter avec ses amis hippocampes quand elle s'était sentie subitement aspergée hors de l'eau. Pourquoi ? Pour se retrouver entourer d'humains qui parlaient une langue bizarre ! La pauvre hippocampe avait passé toute la matinée à chercher un petit point d'eau pour se rafraichir mais impossible. Ses ventouses commençaient à moisir et elle n'avait pas encore trouvé cinq minutes pour elle. Elle qui aimait se péter les boutons ! Elle avait essayé de nager dès qu'elle s'était aperçue qu'elle était sur la terre ferme mais impossible également. Ses jolies petites nageoires s'agitaient dans le vide, en vain. Elle s'était ensuite retrouvée en face d'un grand bâtiment bizarre où des humains portaient de longues robes étranges et où elle avait failli se faire écraser par les poids-lourds une bonne vingtaine de fois. La pauvre petite Keira n'avait plus que son ventre pour avancer. Ses ventouses prenaient la poussière et faisaient " Spotch, Soptch " à chaque avancée d'un millimètre de la part du cheval de mer. Un bruit particulièrement agaçant que l'hippocampe avait du mal à supporter. Elle essaya de refermer ses ventouses mais n'y arriva pas. Elles paraissaient ne pas pouvoir s'en détacher. Dépitée, elle essaya à présent de trouver un endroit tranquille avec de l'eau de préférence. L'air libre ne la dérangeait point : elle arrivait à respirer. Mais la vue de ses ventouses toutes molles lui donnait envie de pleurer. Ses pauvres ventouses autrefois si belles & si collantes. Soupirant de désespoir, elle se retrouva alors (après deux jours de " marche " intensive) devant un nouveau bâtiment cependant moins haut. Puis tout s'accéléra...


Keira l'hippocampe essaya de respirer mais n'y arrivait plus. Alors, dans un dernier espoir de survie, elle implora le dieu des Hippocampes de la sortir de là. Et son vœu fut exaucé ! Elle était de nouveau de bonne humeur : ses ventouses avaient séché ! L’hippocampe essaya maladroitement de faire la danse des ventouses mais, voyant qu'elle ressemblait plus à une patate qu'à autre chose, elle s’arrêta & alla chercher un coin tranquille ainsi que des feuilles de chêne pour pouvoir faire ses petits besoins ...


~ i've turned into someone else ~

© Silver Lungs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Sam 11 Jan - 23:44

Après sa brève présentation, Jersey lui répondit qu'elle était enchantée. La lionne sourit gentiment. Les élèves polis c'était de plus en plus rare et ceux de sa maison n'étaient pas les plus réceptifs aux respect des professeurs. Cela dit les champions toute catégorie étaient les Equus. Généralement les premiers cours du trimestre consistaient à les remettre à leur place d'élève, à la grande joie des membres des autres maisons. Après quoi, ils se tenaient généralement tranquilles jusqu'à la fin de l'année. Même si l'orgueil et la morgue qui les caractérisaient revenait assez régulièrement.

Sewell ne put s'empêcher de faire un bref comparatif entre la Jones qui se tenait devant elle et sa soeur. Cette dernière, l'avait prise pour un élève et l'avait gentiment insultée. Comme première rencontre, on pouvait difficilement faire pire. D'ailleurs Keira avait fini en retenue, ce qui avait fait hurler Sacha qui ne pouvait malheureusement pas s'opposer à sa collègue sur ce plan-là. La rouge-et-or se demanda un court instant si la Rubis aurait fait pression pour annuler la sanction dans le cas où Sewell n'avait été encore qu'un simple professeur? Probablement.

En attendant, la verte-et-argent hésita un court instant avant de venir s'asseoir auprès du feu magique après un petit hochement de tête. La Cassiopée observa tranquillement l'adolescente pendant que le silence s'installait. Celle-ci avait l'air fatiguée, sans doute à cause des sauts d'humeur qu'elle avait évoqué plus tôt. La directrice de maison devinait sans peine à quoi cela était probablement du. La jeune femme qui se tenait devant elle était loin d'être bête et si le personnel avait fait le lien entre Sacha et elle, il était certain que la Serpentard l'avait fait également. Les conséquences devaient être désastreuses. Comment ne pas douter lorsque l'on a une telle révélation? Et surtout comment ne pas se sentir mal et se demander qui on est en fin de compte? La bibliothécaire n'était pas légilimens mais elle se doutait bien que toutes ces questions travaillerait n'importe qui dans le même cas.

Après ces quelques instants de réflexion, la préfète brisa le silence en lui demandant si elle venait souvent ici. L'animagus émit un petit rire en se rappelant tous les souvenirs qu'elle avait de ses escapades nocturnes. Elle n'avait jamais vraiment respecté le règlement et cela lui avait valut quelques retenues bien senties. C'était sûrement à cause de cela qu'elle n'avait pas été nommée préfète. La Gryffondor se souvenait aussi de l'étonnement de ses camarades qui la voyait passer du temps à la bibliothèque. Elle avait hérité de sa grand-mère ancienne Serdaigle l'amour des livres et de la connaissance et de son grand-père, Gryffondor de son état, la soif d'aventures, le courage et la tolérance. D'ailleurs le choixpeau avait hésité longtemps avant de la répartir. A tel point qu'on avait cru à une erreur. Finalement après un bon quart d'heure, l'objet avait fini par trancher, ayant précédemment hurlé à la directrice adjointe de l'époque de ne pas le retirer du crâne d'un élève tant qu'il n'avait pas décidé où ce dernier irait.


- Eh bien, quand j'étais élève oui. J'y allais même très régulièrement de même que dans la Forêt Interdite. Autant te dire que j'ai rendu les préfets et les professeurs de l'époque dingues. Je me souviens que la première fois que je suis venue ici, c'était suite à un pari. D'ailleurs la personne me doit toujours la carte de chocogrenouille qu'il m'avait promise. Actuellement, je m'y rends moins. Sans doute parce que c'est moins excitant vu que je n'enfreins plus vraiment le règlement. Et puis parce que j'ai découvert autre chose de plus passionnant.

La maraudeuse faisait référence à ses transformations en aigle. Il n'y avait rien de plus exaltant que voler par ses propres moyens. Même en volant sur un balai on ne ressentait pas un dixième de la sensation que l'on éprouvait en battant ses ailes. Elle avait beau l'expliquer aux joueurs de Quidditch ou aux professeurs de vol, c'était quelque chose qui avait l'air de leur échapper totalement. Malgré le fait que les légumes et les sucreries étaient devenus immangeables et que parfois l'instinct animal était difficile à contrôler, la brune était fière d'être devenue animagus. Cela lui apportait beaucoup plus que ce que l'on pouvait croire. Abandonnant ses divagations sur le sujet, elle reprit à l'intention de la vipère.

- Et toi? Viens-tu souvent ici? Ou est-ce uniquement quand tu as besoin de modérer tes émotions et de réfléchir?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Dim 12 Jan - 6:54

Assise près du feu en la compagnie d'une Directrice de Maison. Et d'une maison opposée à la mienne. Que dirait mon grand père si il me voyait ! Oh, et puis, après tout, je faisais ce qui me plaisait, et je n'avais pas besoin de qui que ce soit pour me dicter ce que je devais faire. Non mais ! Et puis, j'avais d'autres choses en tête. Des soucis bien plus important. L'espace d'un instant, j'oubliais mon père, les deux autres Jones, et je songeais à une vie parfaite. Une vie sans mensonges. Une vie parfaitement normale. Une vie où je pourrais faire comme bon me semble, quand bon me semble. Une vie où je serais moi-même. Mais malheureusement, cette vie rêvée restait du domaine du rêve. J'étais bien loin de n'avoir aucun soucis. 


Je regrettais. Je regrettais d'être allée à l'infirmerie l'autre jour, d'avoir adressé la parole à l'autre surexcitée qui n'avait fait que m'étaler son orgueil, me rendant encore plus faible. Elle ne s'était pas gênée. Alors oui, j'avais fini par m'énerver, et lui avais répondu franchement, crachant au passage mon venin. Une Serpentard inoffensive ? C'était ce que l'on voulait bien croire. C'était l'erreur commise par la petite Keira, et sa mère au passage, pensant qu'en m'engageant dans l'équipe de rédaction, j'allais me soumettre. Pff. Au final, j'avais quitté cette équipe, après l'avoir servi du mieux que je pouvais. J'avais aussi laissé mon poste de suppléante en Culture Moldue, après le départ de ma supérieure adorée : Shelly Dragnorv. Nous avions eu un dortoir ensemble, et avions un caractère semblable. J'avais vécu avec elle une période infiniment heureuse. Une période qui aurait pu se rapprocher de sa vie rêvée. 


Alors, la Cassiopée répondit à ma question. Apparemment, elle venait souvent ici, lorsqu'elle était élève. Je souriais. Assez rebelle, tout de même. Comme quoi, on pouvait s'attendre à tout, même avec une adulte. Ensuite, l'adulte me demanda si je venais souvent ici, où seulement pour mes sauts d'humeurs. Je m'apprêtais à lui répondre :

<< Et bien, je viens souvent ici. Un peu pour tout. Quand je suis heureuse, quand je m'ennuie, quand je réussis. Je trouve toujours quelque chose à faire !  Mais je viens très rarement pour ces 'sauts d'humeur'. Ils sont très peu fréquents. A vrai dire, c'est surtout depuis que j'ai rencontré cette ... Keira, je crois. Vous la connaissez ? La rencontrer à l'infirmerie, ça ne m'a pas fait du bien. D'ailleurs, je suis prête à parier qu'elle ne m'aime pas du tout. >>

Là, je relevais la tête. Tout avait changé ! J'avais maintenant quinze ans. Ce n'était plus comme quand j'avais onze ans, où j'étais la petite Jersey rusée & inconsciente. Cette époque était tellement belle. J'étais tout d'abord devenue veilleuse, où je faisais des tours de veille en pleine journée, quand ce n'était pas au tour des préfets. Puis, j'avais eu ce poste de rédactrice, puis de suppléante, et une fois ma démission donnée à ces deux derniers postes, j'avais rencontré Keira. Puis, j'étais devenue Conseillère, et enfin préfète. Dit comme ça, rien de spécial. Sauf lors du dernier séjour chez mon père. Tant d’événements étranges m'avaient changé. Je n'en n'avais pas parlé à Evan. Ni à Asphalte, avec qui j'avais parlé plusieurs fois, du temps où nous étions toutes les deux suppléantes. Mais tout avait changé. Et maintenant, j'attendais patiemment la réponse de mon interlocutrice. Celle-ci devait avoir accès à tous les ragots entre professeurs. Sacha devait sûrement mettre en valeur sa fille aux yeux des autres professeurs, alors que sa fille était tout simplement prise de flemmardise à l'égard des DFCM, entre autres, matière enseignée par le directeur de ma noble maison. 


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Lun 13 Jan - 3:28

Au fur et à mesure de la nuit, quelques souvenirs revenaient à l'esprit de la Cassiopée. Notamment ceux passé à cet endroit. La cabane hurlante était un des rares lieux où elle pouvait discuter tranquillement avec ses deux meilleurs amis: Elijah et Bleuet. Ils en avaient passés des heures à refaire le monde en papotant et sans subir les éventuelles railleries des autres élèves jaloux de leur amitié. D'ailleurs la troupe de filles qui suivait constamment le demi-vélane avait fait un jour une énorme crise de jalousie à son égard. Il était clair qu'elle avait été plus proche du Delilah que toutes les étudiantes surexcitées qui lui avaient couru après. La dernière fois qu'elle était venue ici avec eux, c'était la veille de leur dernier jour à Poudlard. Celui juste avant lequel ils s'étaient perdus de vue pendant six ans.

La Jones avait baissé la tête, comme si elle réfléchissait à la question de la lionne. Il était vrai qu'elle avait tapé un peu fort et que cela pouvait faire hésiter. Sewell fut un bref instant frappé par l'absence d'animosité qui régnait pour l'instant dans la pièce. Les Serpentards et les Equus étaient ceux qui défiaient le plus son autorité, les uns par mépris envers la maison "ennemie", les autres par orgueil. Pourtant, la rouge-et-or avait toujours été tolérante envers les autres maisons. La seule chose qu'elle ne supportait vraiment pas chez autrui étant la traîtrise. Du temps où elle était élève la guerre Serpentard-Gryffondor lui importait peu et cela était resté le cas quand elle était devenue adulte. D'ailleurs elle s'entendait très bien avec Wilhemina Compton, l'ancienne directrice, au point où était même sa familière.

Finalement Jersey répondit à sa question. Elle venait un peu pour tout, les sautes d'humeur étant apparemment rares chez la jeune fille qui lui avoua le sujet de ces tracas: Keira F. Jones. Cela n'étonnait qu'à moitié la bibliothécaire. Evidemment que les deux filles se sont rencontrées. Cela devait forcément finir par arriver. Et il était clair que cette rencontre avait marqué l'adolescente, plus en mal qu'en bien. Cette dernière demanda à la directrice de maison si elle connaissait l'Equus. Ce à quoi la brune répondit honnêtement.


- Je ne vais pas te mentir, il faudrait être aveugle et sourd dans le personnel du château pour ne pas savoir qui est la fille de Sacha. Cette dernière en fait des foins depuis que Keira a posé un orteil au château. Ajoute à ça que cette jeune fille a été façonnée par sa mère dans le but de lui ressembler. On peut donc difficilement ignorer qui elle est.

A ces mots, l'animagus repensa à la discussion qu'elle avait eu au bord du lac avec la jument* en début d'année. Si au début la jeune fille avait essayé de lui imposer sa "supériorité" en tant que fille de Sacha, la conversation avait fini par prendre un tour plus intéressant et plus profond. Il était clair que l'ambre-et-blanc souffrait intérieurement de ce que lui avait imposé la Rubis au niveau du caractère. Encore une chose que Sacha n'a pas comprise... La bibliothécaire avait beau ne pas avoir d'expérience en tant que mère, elle voyait bien que les choix de la métamorphomage avaient pesés lourd sur ses filles et bientôt que cela retomberait sur la directrice de maison d'Equus.

*jument = lionne = vipère = blairaute = aiglonne


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Lun 13 Jan - 4:18

On ne pouvait pas vraiment savoir à l'avance ce qui allait se passer en cette soirée. Je n'avais moi-même aucune idée de quand j'allais rentrer, ni de ce qui allait se passer. Ce qui était sûr, c'était que j'apprendrais des choses, et la perspective de retenir des choses autrement que par les cours me plaisait bien. J'en savais déjà un peu plus sur la Cassiopée. Elle aussi avait aimé, dans sa jeunesse, venir ici. J'avais aussi l'étrange impression qu'elle comprenait ce que je ressentais. Cette impression que jamais je n'avais eue auparavant. C'était quelque chose de spécial. On se sentait compris. J'étais plutôt du genre à ne pas trop parler, du moins, pas à ceux que je ne connaissais pas. Je me concentrais sur mes objectifs. Mais il fallait croire que je changeais peu à peu. En bien ou en mal ? Personne qui ne m'avait vu grandir n'était là pour me le dire. Et au fond, cela m'importait peu. On était tous victimes de jugements, plus ou moins appropriés, et il fallait juste avoir la force de passer au dessus. C'était certainement la seule force que je pouvais avoir en ce moment là. La force de me relever, ou la force d'écrire une lettre décrivant tout ce que je pensais à mon père, non, je ne l'avais pas. La Directrice de Gryffondor me répondit que tous les membres du personnel connaissaient Keira. Sacha n'avait sans doute pas cessé de vanter sa petite fille. Pff. D'ailleurs, celle-ci va finir par n'avoir que son nom en tête. Rien de plus. Cela ne m'étonnait pas non plus. Mais selon moi, être connu ne signifiait en rien "être connu pour son intelligence, sa beauté, sa perspicacité". Mais la petite Keira, quoique très franchement insupportable, s'était ouverte. Un petit peu. Comme quoi, elle méritait un traitement de faveur, mais qu'elle ne pouvait pas changer, c'était comme cela qu'elle avait été élevée. Pourtant moi, j'avais changé. Quelques fois, et de mon plein gré. Je n'avais donc même pas cautionné sa justification très douteuse. Mais je n'allais pas laisser le silence s'installer, et je décidais de répondre à Miss Cassiopée. 


<< Je voulais plutôt dire...Vous l'avez déjà rencontrée ? >>




Sacha allait être surprise par ce que j'étais capable de faire. J'étais une personne rusée, et j'étais prête à tout pour découvrir la vérité. La vraie. Ce que m'avait dit Sacha lors de notre rencontre à Pré-Au-Lard m'avait tout l'air d'un mensonge. Mon père, avec une femme comme elle ? Impossible. Elle s'était bien moquée de lui, mais j'étais sûre qu'elle n'était pas sérieuse. Mon père était avant tout un homme respectable. Et Serpentard, en plus. Alors, je n'étais pas du tout d'accord avec elle. Mais j'avais aussi envie de savoir si Sewell connaissait Keira. Cette fille avec qui j'avais eu une discussion plutôt houleuse au début, mais qui s'était arrangée. Car, quand on m'attaquait, je répondais. Et il était vrai que j'y étais allée un petit peu fort, mais au moins, j'avais réussi à me faire respecter auprès de la petite fille. J'avais aussi eu une discussion avec Sacha. Celle-ci avait été bien plus difficile à dompter, déjà parce qu'elle était la directrice des orgueilleux, mais aussi parce qu'elle était ma supérieure à l'époque où j'étais rédactrice. Mais en prononçant les mots "rien ne me sert de batailler, à partir du moment où je sais qui je suis", Sacha avait un petit peu changé son ton. Et m'avait dit certaines choses. Mais étais-ce la vérité ?


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Lun 13 Jan - 5:20

La soirée passait calmement. Il était clair qu'elle était sans doute éprouvante pour l'élève mais Sewell avait décidé de ne rien brusquer. Tout vient à point à qui sait attendre. La vipère d'ailleurs méditait à ce propos. La rouge-et-or se demanda un court instant ce qui se passerait au moment où la vérité éclaterait au grand jour. Cela serait probablement dévastateur pour l'équilibre des deux jeunes femmes. Et les membres du personnel n'hésiteraient pas à cancaner sur le sujet comme certains d'entres eux savaient si bien le faire. Il y a des jours où j'ai l'impression de vivre dans un poulailler. La bibliothécaire songea un court instant à demander à Elijah et à Bleuet de faire en sorte que les adultes du château laissent tranquilles les deux ados sur le sujet. A ses yeux, il était inutile d'ajouter aux tracas des Jones les commérages peu réfléchis de personnes en manque de ragots.

La lionne eu une brève pensée pour ses deux amis. Il était clair qu'ils étaient au courant de cette histoire, tout comme elle, mais accéderaient-ils à sa demande? Le Delilah ce n'était pas sûr... L'Aphrodisia peut-être... Et encore il faudrait qu'elle soit convaincante. Cela amusait la Cassiopée de les revoir après six ans et encore à des postes plus haut qu'elle. Un directeur, un directeur ajoint, une directrice de maison. Un Poufsouffle, un Equus, une Gryffondor. Un demi-vélane, un métamorphomage, une animagus. Il était amusant de voir que le trio était toujours le même au fond. Diabolique et cinglé. Elle regrettait parfois d'être une fille, se disant qu'ils auraient été encore plus soudés. Mais cela était difficile à vérifier et ne resterait jamais qu'une simple hypothèse.

Jersey lui reprécisa alors sa question. Elle voulait savoir si la brune avait déjà rencontrée Keira. La maraudeuse hésita un instant avant de répondre. Devait-elle raconter ce qu'elle savait au sujet de l'ambre-et-blanc ou bien se taire? De sa décision dépendrait sans doute une modification du point de vue de la verte-et-argent au sujet de sa soeur. Et peut-être même d'autres choses qu'elle n'arrivait pas tout à fait à voir. Après tout elle n'était pas troisième oeil. Finalement elle trancha, elle décida qu'elle devait la vérité à la préfète. Il était clair que mentir, même pour protéger, était dans ce cas-ci la dernière chose à faire.


- Oui j'ai déjà rencontré Keira. En cours bien sûr mais aussi un jour au bord du lac. Nous avons beaucoup discuté.

L'animagus laissa le silence s'installer un court instant pour que les mots qu'elle avait prononcés soient imprégnés par l'atmosphère. Une petite bise passa à travers les trous de la cabane, faisant ainsi vaciller les flammes du feu magique. L'adulte sortit sa baguette au cas où mais le foyer tint bon. Son instinct animal lui cria un bref instant de reprendre sa forme aviaire pour avoir plus chaud mais elle le réprima fortement. Après tout il était difficilement de faire la conversation en glatissant. La brise s'arrêta au bout de quelques secondes et le professeur de Soins aux Créatures Magiques reprit.

- Tu sais, Keira souffre de ce que sa mère lui impose. Mais bon elle n'ose pas changer parce qu'elle n'a que Sacha comme famille. Sa mère la met sur un piédestal uniquement pour revendiquer le fait qu'elle-même est parfaite. Qu'elle a réussi à faire une fille à son image et qu'en soit sa perfection en est d'avantage glorifiée. C'est triste mais c'est comme ça. Sacha n'est pas la personne la plus attentionnée et la plus aimante que je connaisse. Elle se sert inconsciemment de Keira pour se mettre en valeur et c'est ça qui est malheureux.

L'enseignante hésita à ajouter que la Rubis aurait probablement essayé de faire de même avec la Serpentard. Elle ne pouvait l'affirmer ouvertement mais ses doutes étaient suffisamment forts à ce sujet. Ils étaient même encore plus fort sur le fait qu'un jour, Jersey ou Keira allait finir par envoyer paître Sacha. La belge penchait pour Jersey. A ses yeux, la jument avait encore du chemin à faire pour se détacher totalement du moule dans lequel sa mère l'avait coulé. Néanmoins, la Gryffondor espérait secrètement qu'elle y arrive un jour.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Lun 13 Jan - 8:35

J'avais l'impression que l'on parlait trop de moi, et pas assez d'elle. Elle devait me prendre pour une égocentrique, ou quelque chose dans le genre. Mais bizarrement, je n'arrivais pas à trouver la volonté de changer de sujet. Parler à quelqu'un me faisait du bien. Parler à une adulte qui avait des choses à m'apprendre m'en faisait encore plus. Je savais qu'elle savait des choses que moi-même j'ignorais, alors qu'il s'agissait de ma famille. De ma vie. Mais bizarrement, je laissais peu à peu cette femme entrer dans ma vie, dans mes souvenirs, comme pour une pensine. Cette femme allait connaître ma plus grande peine. Elle allait savoir quelle était la faille de la préfète de Serpentard, autrement dit, moi. A n'importe quel moment, elle pourrait savoir qu'en évoquant ce passage de ma vie, elle pourrait me faire faiblir. Faiblir comme la petite Keira avait réussi à m'affaiblir, en quelques mots, en quelques phrases. J'aurais pu fuir. Fuir et courir voir Ambra, ou encore Asphalte, qui m'aurait conseillée. Le problème était que ni l'une ni l'autre n'était très présente. J'étais forcée de me débrouiller. De me livrer à de longs moments de réflexion intense, où je pouvais penser à ma vie. A mon enfance. A ma mère, Androwna. A mon père. A ma famille. A mon enfance. Toutes ces choses qui faisaient que j'étais moi. Toutes ces choses qui faisaient que j'étais une Jones. Que j'avais mon caractère. Et je changeais. Tout cela méritait réflexion. La Cassiopée me dit d'abord qu'elle avait discuté avec Keira. Ensuite, elle me dit que Keira souffrait. Je manquais d'exploser de rire, cette fois. C'était ce que Keira avait bien voulu lui faire croire. Quelques jours plutôt, l'enfant était venue me voir pour me parler d'héritage, et me confirmer qu'elle seule était une Jones. Et elle souffrait ? Ensuite, elle évoqua le cas de Sacha. Ah, Sacha. Je n'avais rien à dire là-dessus. 

<< Excusez-moi, mais là, je ne suis pas d'accord. Si Keira souffrait, elle serait capable de s'affirmer. De grandir un peu. Moi aussi, je suis une Jones. Et pourtant, je n'ai jamais espéré avoir ma place réservée dans la Bibliothèque, être servie en priorité à la Grande Salle, être soignée avant tout le monde à l'Infirmerie alors que je n'ai qu'un petit peu de sang qui coule de mon doigt. Non. Mais elle, si. J'ignore si je suis la seule à avoir fait les frais de sa méchanceté, mais franchement, quelque chose n'est pas net. Je ne comprends pas. >>

Je n'arrivais pas à y croire. Si elle était aussi différente que moi, alors que j'avais toujours été égale à moi-même, alors elle ne pouvait pas être ma soeur. A un jeune âge, elle pensait à l'héritage. Il fallait qu'elle apprenne que j'étais une Jones. Néanmoins, la Cassiopée semblait avoir énormément réfléchi;, pour en être arrivée à une conclusion aussi maligne. C'était quelque chose de bien, même si je n'étais pas de son avis. Quand on souffrait, et je savais ce que ça fait, et bien on se forçait à se créer une identité, et à ne pas se cacher derrière un stupide nom. Ce n'était après tout que quelques lettres rassemblées et destinés à nous identifier par rapport à une appartenance à une même famille. Rien de plus, rien de moins. Mais une dernière question trottait dans mon esprit. J'y pensais tellement fort que je laissais échapper quelques mots :

<< Suis-je réellement une Jones ? >>


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mer 15 Jan - 3:54

Au fur-et-à mesure de la conversation, Sewell voyait de plus en plus toute la souffrance que ressentait son interlocutrice. Tout le doute aussi. La vie était parfois tellement compliquée. Et cela faisait tellement mal. On ne pouvait s'empêcher de se demander pourquoi. Pourquoi tant de haine envers sa propre personne? Pourquoi la vie s'acharnait-elle à ce point? Pourquoi nous? Elle avait connu aussi ses propres doutes, notamment suite à la disparition de ses parents. Heureusement elle avait toujours pu compter sur Elijah et Bleuet pour la soutenir. Mais parfois, être entourée de deux garçons, aussi adorables soient-ils, ne suffit pas à combler certaines attentes. C'est pourquoi la brune s'était liée à quelques filles. Dont une en particulier: Lena. Cela avait posé un petit problème avec le Delilah au début, mais la rouge-et-or lui avait rétorqué que ce n'était pas son problème. Néanmoins, depuis qu'elle était sans famille, elle avait toujours pu compter sur ses amis. Etait-ce le cas pour les deux Jones également? La lionne l'espéra de tout coeur.

La préfète répondit à sa réflexion en disant qu'elle n'était pas d'accord. Ce qui n'était en soit pas plus mal. La Gryffondor préférait les personnes avec un peu de répondant à celles qui disent "Amen" à tout ce qu'on leur raconte. Cette dernière catégorie de gens l'avait toujours un peu énervée... Voire même profondément à certains moments. La blonde trouvait qu'il y avait quelque chose de pas net, d'obscur dans cette histoire. Ce en quoi elle avait raison. Cette jeune fille est loin d'être bête et la plus grande erreur de Sacha sera de la sous-estimer. La Cassiopée devait dire à la Serpentard à quelle conclusion elle était parvenue. Elle se devait de dire la vérité dans toutes circonstances même si cela n'était pas agréable à entendre. Pensive, la bibliothécaire rassembla dans sa main droite ses longs cheveux bruns qui trainaient par terre depuis qu'elle s'était assise. Ceux-ci lui arrivaient jusqu'à la taille et étaient souvent détachés. Elle avait arrêté de ses les couper depuis qu'elle était rentrée à Poudlard. Plus précisément depuis la disparition de ses parents.


- Tu sais, Keira a été façonnée dans un moule. Une coque indestructible. Si elle n'ose pas sortir de ce modèle, c'est uniquement parce qu'elle a peur de perdre sa mère. Regarde-la Jersey... Elle n'a personne d'autre. Ni amis, ni ennemis, ni lien avec personne. Alors elle se raccroche aux deux seules personnes qui lui sont liées qu'elle le veuille ou non. Sacha et... toi. A part vous, elle n'a personne à qui parler. Tout son univers se réduit à ce que Sacha a fait d'elle, elle a l'impression d'exister que si Sacha la regarde. Et Sacha n'accordera son attention à sa fille que si elle est bien comme elle la formée. C'est un cercle vicieux malheureux dont elle est la victime. Elle pense probablement et à juste titre que si elle s'affirme, alors elle perdra tout. Mais elle pourrait aussi y gagner beaucoup.

Tout en parlant, la maraudeuse avait natté puis dénatté sa chevelure. Elle jouait souvent avec lorsqu'elle était concentrée. Elijah et Bleuet avaient une fois essayé d'y toucher et avaient fini avec une claque dans la figure. Les longs cheveux de la jeune fille à l'époque avaient également attiré la convoitise de plusieurs autres filles. Voire même parfois les moqueries. Généralement, c'était les fans du demi-vélane qui étaient les plus méchantes. "Les écoutes pas, elles sont jalouses." "Personnellement je m'en fiche complètement, tant qu'elles n'essayent pas de me les couper alors il ne leur arrivera rien." Elle eu un demi sourire à ce souvenir. Si la jalousie existait à ce sujet, il y avait aussi l'admiration. Les filles de son dortoirs passaient des heures à discuter d'éventuelles coiffures que l'on pouvait faire avec une telle chevelure. La belge, se contentait elle d'écouter toutes ces conversations sans trop y prendre part.

"Suis-je réellement une Jones?" Cette phrase résonna dans le silence profond qui régnait dans la cabane hurlante. Comment ne pas se poser une telle question? A la place de l'adolescente, Sewell se serait sans aucun doute posée la même. Tout en emmêlant une mèche de cheveux autour de ses doigts, l'enseignante hésitait. Devait-elle finalement lui dire ce qui lui avait traversé l'esprit tout à l'heure. Plus encore, devait-elle lui confirmer qu'elle était bien la fille de la Rubis et que la préfète des Equus était bien sa soeur? En avait-elle seulement le droit? En avait-elle même le devoir. Plongeant son regard dans les flammes dansantes du feu qu'elle avait allumé, elle se permit une minute de réflexion. Une minute où elle envisagea toutes les possibilités qui s'offraient à elle, ainsi que leur conséquences. Finalement, au moment où le temps qu'elle s'était impartit s'acheva, elle avait fait son choix.

- Tu es une Jones. Que tu le veuilles ou non, tu ne peux pas renier le sang qui coule dans tes veines et la famille d'où tu viens. Tu peux les détester, t'enfuir, les tuer même, ce lien de sang existera toujours entre vous. Encore une chose que Sacha n'a pas compris. Tu es bel et bien une Jones et ni Sacha, ni Keira ne pourront changer quoique ce soit. D'ailleurs, Si Keira est méchante comme tu dis, c'est uniquement parce qu'elle n'arrive pas à tisser des liens. Elle est maladroite. Elle est attirée par toi, comme un papillon par la lumière, mais elle ne sait pas quoi te dire. Sa mère lui a probablement défendu de te parler mais elle ne peut s'empêcher de vouloir te connaître. Je crois tout simplement qu'elle ne sait pas comment faire et qu'elle se protège bien mal en étant peu agréable. Cette fille, je ne peux pas m'empêcher d'avoir pitié. Elle a beau vouloir montrer qu'elle est forte, elle a beau essayé de se protéger avec son soi-disant orgueil, elle est complètement perdue.

Plus elle parlait, plus il lui apparaissait que la décision qu'elle venait de prendre était la bonne. Ce n'était pas à elle de révéler à Jersey ce dont elle se doutait depuis le début. Ni à Jersey, ni même à Keira. C'était Sacha qui devrait prendre ses responsabilités. Sacha qui devrait reconnaître Jersey comme fille et ainsi reconnaître toutes ses erreurs. Sacha qui devrait assumer la critique aux yeux de tous. Sacha qui devrait comprendre que ses filles ne seraient jamais exactement comme elle. Sacha qui devrait accepter la claque et en prendre un coup dans son orgueil exacerbé. Il n'y avait pas d'autre solution. C'était le seul moyen d'aller peut-être un jour vers un mieux. Le seul moyen que Keira sorte de la prison dans laquelle on l'avait mise. Le seul moyen que Jersey retrouve un jour son équilibre. Oui tout était de la faute de Sacha. Ou plutôt de son orgueil. C'était donc à elle et elle seule d'assumer toutes les conséquences, mêmes les pires, des ses actes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mer 15 Jan - 4:44

Il fallait reconnaître que j'avais aussi une part de culpabilité. Je refusais probablement de voir plus loin que les apparences, et ce n'était pas faute d'avoir réfléchi. Tout d'abord, la rencontre avec Keira, avait changé. J'avais l'impression d'avoir rencontré quelqu'un de borné, mais de coriace pour son âge. Nous nous étions "querellées" par les mots, et au final, avec de simples mots & affirmations, j'avais gagné. Mais j'avais seulement gagné dans le sens où j'avais réussi à la faire se calmer, réfléchir, et comprendre qu'il ne servait à rien de se battre. Elle m'avait fait quelque peu part de ce qu'il se passait. Mais au final, je ne voyais plus qu'en elle les marques d'un passé 'trop parfait', où rien n'était jamais mit sur son propre compte, & où on ne payait pas les conséquences de ses actes. C'était elle-même qui l'avait dit. Alors que chez moi, tout le monde assumait. Hope & Kayl m'avaient guidé. Guidé comme leur propre enfant, alors que j'avais grandi avec eux deux pour "frères & soeurs". Jusqu'à sa mort, Androwna m'avait enseigné ce qu'il était bon de savoir faire en présence de personnes importantes. En clair, tout ce qui se rapportait à la politesse. Et enfin, mon père. Cet homme qui m'avait tant appris sur Poudlard. Cet homme que j'admirais. Et je n'arrivais pas à lui en vouloir. Je me disais que, si il m'avait menti, c'était pour mon bien, pour m'éviter de devenir orgueilleuse. Sacha l'avait tellement critiqué lors de notre rencontre à Pré-Au-Lard que j'avais eu envie de pleurer. Mais ce qu'elle semblait avoir oublié c'était que Keira aussi était né de cet "homme qui ne valait rien". Par conséquent, moi & sa fille étions pareillement constitués au niveau du sang. Il y avait aussi Ambra. Ou ma deuxième mère. Lors de la mort de ma mère, celle-ci m'avait aidée à me reconstruire, en étant, bien qu'orgueilleuse d'origine, la femme la plus attentionnée du monde. Et rares étaient les personnes qui rentraient immédiatement dans mon estime. Arrivée ici, je m'étais surtout concentrée sur ma maison. Puis sur les maisons extérieures. La personne avec qui j'avais tissé le plus de liens ici restait bien entendu Shelly. Les soirées interminables passées à prévoir des plans pour embêter nos élèves, tout était merveilleusement rusé. Puis, il y avait eu la préfète de Gryffondor, puis, les élèves de Serpentard. Puis Evan & Asphalte. Je n'étais donc pas seule. Enfin, la Cassiopée me répondit. Selon elle, Keira avait été façonnée dans un moule. Elle m'expliqua que Keira n'avait personne d'autre à part Sacha & moi. Et moi ! Alors, elle ferait mieux de réagir. Ce n'était pas sa mère qui allait lui faire obtenir un maximum de BUSEs à fin de sa cinquième année ! Néanmoins, la réponse de Sewell était réfléchie, et elle avait sûrement raison. Je hochais la tête sur le coup. Il était vrai que je n'avais pas tout de suite apprécié cette fille, qui semblait ne pas avoir le moindre brin d'estime pour moi, mais tout de même...

<< Sans doute. Mais j'ai toujours du mal à comprendre pourquoi tout cela. Si Keira n'a que moi & Sacha, sans doute normal, vu le peu de sociabilité dont elle fait preuve, alors, elle devrait m'accepter, non ? Je ne comprends pas ce que je lui ai fait. De mon côté, j'ai toujours vécu avec des frères & sœurs. Une de plus, cela me plairait bien même ! Mais vous voyez bien qu'elle me déteste ! J'ai l'impression qu'elle croit que sa vie est terrible, qu'on la traite mal. Mais il y a tant de personnes qui souffrent plus qu'elle, plus que moi, et pourtant...>>

Et pourtant. Et pourtant...Une larme coula. Une seule larme, qui semblait refléter toute mon histoire. Toute ma vie entière. Pour la première fois de ma vie, je ne cachais rien. Comme si Sewell, présente en face de moi, allait pouvoir lire en la larme qui venait de s'échapper de mes yeux. Je baissais une nouvelle fois la tête, ouvrais les yeux, et fixais le sol. Pendant que je réfléchissais, Sewell répondit à la question que je m'étais posée à moi même, en affirmant que j'étais une Jones. Je relevais la tête, les yeux grands ouverts, l'air de dire "vous croyez ?". Sewell avait sans doute raison. Mais il me restait tant de choses à découvrir...A commencer par "qui est réellement Androwna ?". Poser des questions pour mieux me connaître. M'ouvrir à une animagus. Tout ce que m'assurait Sewell rentrait dans ma tête, et se formait comme une armure. Une protection qui me défendrait lorsque je serai à nouveau confrontée à Sacha. Ou a Keira. Pour cette dernière, j'espérais arriver à m'entendre. Car si nous étions réellement soeurs, elle devrait comprendre que...Sa mère était aussi la mienne. Et franchement, je ne savais pas si cela devait être une fierté, que de ne pas avoir su, durant 15 ans, d'où je venais vraiment. D'avoir une soeur qui ne pouvait pas me supporter. Tant de soucis restaient. Tant de soucis attendaient pour être réglés. J'étais toujours face à l'adulte qui devait attendre une réponse. Mais j'étais sûre qu'elle lirait dans mes yeux que je n'étais pas en mesure d'ajouter quoi-que-ce-soit. Je ne pouvais plus rien dire. Je n'avais jamais pleuré en public. J'avais toujours été quelqu'un de froid, distant, mais de poli & amical quand j'étais en présence d'amis. Et voilà que j'envoyais paître au moins la moitié de mes habitudes. C'était étrange. Et en même temps, je n'avais pas envie de retourner au château. J'avais envie de penser une nouvelle fois à mon passé. A cette chose qui avait fait qu'aujourd'hui, je pleurais pour quelqu'un qui n'était peut être pas ma mère.


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mer 15 Jan - 9:11

H.S: Sorry j'avais vraiment pas beaucoup d'inspi. ._.

Le silence qui s'imposait à chaque réflexion intérieure des deux femmes faisait partie intégrante de leur conversation. Il permettait à la fois la réflexion, l'évacuation des émotions mais il était également propice aux flashbacks et aux souvenirs. Si les murs de la cabane hurlante pouvaient parler ils raconteraient beaucoup de choses. Des amitiés, des histoires d'amour, des moments de joies, d'autres de tristesses, d'autres encore de colères. Tous les moments forts ou moins forts, les murs les avaient vus. Si les murs pouvaient parler, raconteraient-ils tout ce qu'ils avaient vu? Ou bien garderaient-ils cela secret jusqu'à ce que l'habitation tombe en poussière. Personne ne pourrait jamais répondre à cette question. Et qui sait, peut-être valait-il mieux qu'on ai jamais la réponse?

Sewell repensait à ces moments où elle-même s'était sentie désemparée. Si désemparée, qu'elle avait eu besoin de se retrouver seule pour réfléchir. Même Bleuet, Elijah et Lena ne lui avaient aidé d'aucune aide ce jour là. Elle était donc partie dans la forêt interdite pour réfléchir... C'était dangereux et irréfléchi, elle le savait. Mais utilisant ses connaissances de la forêt, elle était allée dans une petite clairière à cinq cents mètres de la lisère des bois. Là, elle avait grimpé dans un chêne et attendu. Quoi? Mais elle avait contemplé la lune et les étoiles et elle avait attendu. Elle n'était descendu de l'arbre que suite à un léger bruit qu'elle avait entendu dans la clairière. A la lumière de l'astre lunaire, elle avait reconnu un centaure. Ce dernier lui avait fait signe de venir et les deux êtres avaient parlé une partie de la nuit. Dans ces moments-là, se confier à un inconnu pouvait étrangement faire plus de bien que de se confier à un proche.

C'était peut-être pour cela que Jersey parlait de tous ses problèmes à la lionne depuis tout à l'heure. Et peut-être aussi pour réfléchir et avancer. On avait tous besoin de se poser et de réfléchir à un moment ou à un autre. Ce temps semblait venu pour la Jones. Elle s'était à nouveau plongée dans ses pensées et elle en avait sans doute besoin. Enfin les mots s'échappèrent de leur prison. Pourquoi, pour qui tant de haine? La vipère avoua à la Cassiopée qu'une soeur en plus ne l'aurait pas dérangée. Mais pourtant qu'elle était sûre que Keira la détestait, qu'elle se mettait en avant, qu'elle se prenait pour le centre du monde. On se prends tous pour le centre du monde hélas mais il faut faire avec.


- Je ne pense pas que Keira te déteste. Je pense qu'elle est simplement dépassée par les éléments comme toi. C'est un changement inattendu dans vos vies et cela est très difficile à maîtriser. Je crois que vous allez devoir un jour faire la part des choses. Ensemble.

La bibliothécaire n'alla pas plus loin dans ses arguments. La préfète de Serpentard pleurait dorénavant à chaudes larmes. Elle lui avait jeté un peu plus tôt un regard qui semblait dire qu'elle avait confiance en l'adulte. Un peu embarrassée la rouge-et-or hésita un court instant à prendre la jeune fille dans ses bras. Mais finalement elle se retint et posa plutôt un bras sur ses épaules pour la réconforter. La Cassiopée n'était pas quelqu'un de très câline. Avec pudeur, elle sortit un petit mouchoir propre de la poche de sa robe de chambre, qu'elle tendit à l'adolescente. Patiemment la rouge-et-or la laissa pleureur un petit moment avant de reprendre tout doucement la parole:

- Ca va aller. Tu sais, il n'y a pas de honte à pleurer. Cela fait même beaucoup de bien. Je vais te raconter un secret. Du temps où j'étais élève, même notre grand directeur a pleuré devant moi. Cela ne l'a pas empêché d'être ce qu'il est et d'avancer dans la vie. J'espère que tu auras la même force que lui.

L'animagus gardait dans un coin de sa tête un souvenir précis de ce jour. Cela avait été si triste et si chaleureux. Les liens d'amitiés se renforçaient parfois d'avantage avec les larmes des autres. N'étais-ce pas cela partager? Vivre c'était communiquer, partager et être ensemble. La solitude, c'est si triste. Au fond d'elle, le professeur de Soins aux Créatures Magiques espérait. Elle espérait qu'un jour cette famille dont elle venait d'apercevoir le déchirement avancerait ensemble à nouveau. Elle espérait que les filles Jones s'affirment dans la vie. Elle espérait retrouver sa propre famille. Elle espérait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Sam 18 Jan - 7:54

La nuit avançait à petit pas, rendant le ciel de plus en plus noir. La lune éclairait très faiblement le grenier, grâce au trou dans le toi. La Cabane Hurlante était digne d'une épave, et je n'aurais jamais cru me retrouver là. Jamais. Cependant, la vie réservait des surprises. J'en avais eu plus d'une fois la preuve. C'était dans ces moments étranges où j'avais evie de réfléchir. De me poser. De réfléchir encore. Puis de parler. Enfin, je ne parlais jamais seule. Je réfléchissais parfois à des futilités. A mon passé. Souvenirs. Hope. Surtout Hope. Tout remontait d'un coup. Je me souvenais d'une fois où nous nous étions si bien cachés dans le manoir qu'arrivés à minuit, mon père nous cherchait. Mais nous ne voulions pas abandonner devant notre grand frère Kayl, et, jusqu'à ce que notre père & Kayl nous trouvent, nous étions restées cachées. Tant de souvenirs semblables pouvaient remonter...Jusqu'à ce qu'on m'adresse la parole. Dans ce cas là, c'était Sewell qui venait de me dire qu'elle ne croyait pas que Keira me déteste. Après ces quelques mots, je l'écoutais avec grande attention, triturant au passage ma baguette, qui était toujours dans ma main. Elle se justifia, et je hochais la tête. Faire la part des choses. Oh oui. Il le fallait. Faire la part des choses. Mais comment ? Là se posait le problème. L'une de nous deux allait devoir faire le premier pas. Je n'étais pas gênée à l'idée d'aller la voir. Mais si c'était pour m'embrouiller une nouvelle fois avec elle...Non merci ! Surtout si elle était ma sœur.

Mais je pleurais. Je pleurais ? Etais-ce digne de moi que d'offrir un tel spectacle à Sewell ? Elle devait ne pas savoir comment réagir. D'ailleurs, celle-ci, déposa sa main sur mon épaule me dit que pleurer faisait du bien. Que je n'avais pas à avoir honte. Elle me parla aussi d'une fois où le Directeur avait pleuré. J'ouvrais grand les yeux. Ah bon ? Comme quoi, je n'étais pas seule.

<< J'espère surtout avoir assez de force pour parler à Sacha. >>

Et c'était vrai. Je ne perdais pas espoir. J'allais découvrir toute la vérité. Toute entière. J'allais parler à Keira. Et on s'entendrait peut-être. J'allais parler mon père. Et il m'expliquerait la vérité. Hope resterait ma soeur. Kayl mon frère. Je serais toujours la Jersey que tout le monde connait. Oui. Hors de question que ma vie ne change. Pas à cause d'une erreur. D'un mensonge. J'avais le droit de savoir. Aussi, dans un élan peu commun, je me levais. Je restais debout, étrangement, et ne savais que dire. J'étais fatiguée. J'avais froid. Oui, froid, alors que j'adorais la fraîcheur. Mais quand la fatigue pointait le bout de son nez, on pouvait s'attendre à tout. Aussi je décidais de mettre un terme à tout cela. Mais je devais tout de même remercier Sewell. Tout le même.

<< Je crois que je vais y aller. Merci pour tout. Ce fut un plaisir de discuter avec vous. Vous m'avez beaucoup appris. Je vais faire comme vous dîtes. Merci. >>



   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Cabane Hurlante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» La Cabane Hurlante
» Devant la cabane hurlante
» Derrière la cabane hurlante
» La cabane hurlante
» La Cabane Hurlante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epic Hogwarts :: ϟ ROLE PLAYING GAME ϟ :: RPG DE DÉTENTE-