AccueilGalerieFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrerGroupes



 
Chers membres, chers invités,

Nous avons déménagé sur la version 2.0 d'Epic Hogwarts.
Nous vous invitons à vous (ré)inscrire à l'adresse suivante :

http://epichogwarts.com

Nous espérons vous voir parmi nous.
La direction d'Epic Hogwarts.

Partagez | .
 

 La Cabane Hurlante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sewell Cassiopée
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
MARAUDEUR
BIBLIOTHÉCAIRE
RÉDACTRICE

▸ MESSAGES : 2028
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Dim 19 Jan - 4:05

La préfète continua de pleurer quelques minutes encore. Respectueuse des sentiments qui devaient traverser l'esprit de la jeune fille en cet instant précis, la lionne la laissait s'épancher tranquillement. Cependant après qu'elle lui ai parlé du directeur qui avait également eu le courage de pleurer devant témoins, la Serpentard releva la tête et ouvrit de grands yeux ronds. La rouge-et-or lui offrit un sourire complice accompagné d'un petit clin d'oeil. Elle était la troisième personne à le savoir. Même Lena n'était pas au courant. La Cassiopée se demanda un court instant si les relations entre sa confidente et son meilleur ami n'iraient pas un peu mieux si la Singer savait que le Delilah était capable de pleurer à chaudes larmes. Mais elle décida finalement de ne pas s'en mêler. Elle s'était juste battue une fois avec le Poufsouffle pour qu'il ne critique jamais la blonde devant elle. Et Sewell avait gagné.

Brisant doucement, le silence qui s'était établi dans la cabane hurlante, Jersey se demanda d'une toute petite voix si elle avait assez de forces pour parler à Sacha. Il lui faudrait aussi parler à Keira, mais la rouge-et-or avait confiance en la verte-et-argent. Elle était sûre que cette dernière saurait faire la part des choses et agir pour le mieux. Peut-être même qu'elle arriverait à convaincre sa "soeur" de venir parler à la Rubis avec elle. Peut-être que, peut-être que... Mais même si l'étudiante qui se tenait à coté d'elle n'était pas une Gryffondor, la directrice de cette maison ne doutait pas un seul instant que la jeune femme aurait la force et le courage nécessaire pour affronter la directrice d'Equus.


- Je pense que tu as cette volonté là. Tu es suffisamment mature et forte pour pouvoir l'affronter.

D'un coup la préfète se leva. Le temps passait et il était temps de rentrer au château. De plus il se faisait tard et elles avaient toutes les deux besoin de dormir. Mais avant, l'adolescent tint à remercier son aînée chaleureusement. La belge inclina la tête et se leva également. D'un coup de baguette, elle fit disparaître le feu magique qu'elle avait allumé, ne laissant plus que la lueur de la lune éclairer l'endroit où elles se trouvaient. Un petit sourire malicieux naquit sur le visage de la bibliothécaire. Le même qu'elle avait autrefois quand elle entraînait Bleuet et Elijah dans une de ces expéditions interdites dont elle avait le secret. Celui d'une ancienne élève turbulente qui s'apprêtait à donner un conseil aux autres pour faire une bêtise.

- Mais c'est moi qui te remercie de m'avoir permis de te rencontrer. Tu as raison il est temps de rentrer. Cependant, les grilles du parc du château étant fermées magiquement à cette heure, je te conseille d'emprunter le passage secret qui va de la cave au Saule Cogneur. Ne t'en fais pas pour l'arbre, je m'occupe de l'immobiliser. Pour le reste, en tant que préfète, ta "patrouille nocturne" devrait être amplement justifiable.

Et avec un clin d'oeil, l'animagus reprit forme animale. S'élevant sans efforts, elle passa à travers le trou du toit et s'orienta vers le château. Le vent s'était levé et la poussait vers Poudlard. Elle y fut en moins de cinq minutes. La Jones était surement encore dans le passage secret. Reprenant son aspect humain à une dizaine de mètres de l'arbre frappeur, le professeur de Soins aux Créatures Magiques tira sa baguette et jeta un sort d'immobilisation au végétal. Se rapprochant, elle constata avec satisfaction que le sortilège avait eu l'effet escompté. La belge redevint rapidement un aigle, il faisait trop froid pour rester humaine. A cause du vent, elle eu plus de difficultés à s'envoler et à mi-hauteur, Huoyan vint lui donner un coup d'aile. Enfin arrivée dans sa chambre, la Gryffondor ferma la fenêtre et épuisée, s'endormit aussitôt.

Fin du RPG.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myinea Cygoy Kaunkac
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 13
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mer 21 Mai - 11:24

Sortie des Trois balais à cause du service trop lent, j'erre dans les rues de Pré-au-lard. Chaque fois que cela arrive, je me demande pourquoi les jeunes sorciers aiment tellement s'y rendre. Les ruelles sont étroites, des odeurs de nourritures s'échappent de toutes les bâtisses, ces même bâtisses font que le soleil ne pénètre que très peu, ça grouille de sorciers en tout genre... Je croise plusieurs personnes dont les visages me sont familiers. Des professeurs, des élèves de Poudlard.. Tous sans le moindre intérêt. Cygoy à mes talons, nous avançons dans ces rues étroites et mal éclairées. Ma démarche est comme à mon habitude très nonchalante, je regarde mes pieds et je réfléchis. Un coup à droite, un coup à gauche. Qu'importe, il est impossible de se perdre ici. Après quelques minutes de marche, je sens que le sol sous mes pieds change de structure. L'interminable route pavée s'est arrêtée laissant place à la verdure trop rare de ce village. Je lève les yeux, j'aperçois une clôture de barbelée qui selon moi mériterait un coup de neuf. Je lève les yeux un peu plus haut, à quelques mètres de là se trouve une vieille maison, tout du moins ce qui semble avoir été un jour une maison. Serait-ce la cabane hurlante ?

Jeune étudiante naïve, je n'ai entendue parler de cette cabane que dans quelques conversations entre élèves dans les couloirs de l'école, ou dans quelques livres à la bibliothèque. Selon la légende, elle abriterait certains loup-garous les soirs de pleine lune. D'où son nom.
Je m'approche un peu de la clôture pour voir de plus près cette cabane légendaire.
Soudain Cygoy se met à courir. Elle franchie la barrière, n'ayant qu'une idée en tête : attraper le fléreur qui vient de passer par là, signant au passage son arrêt de mort.
Ma petite chienne est très obéissante. A la limite de l'humanité parfois, je peux lui parler comme à un de mes congénère. J'ai parfois même l'impression qu'elle comprends mieux ce que je lui dis que certaines autres personnes. Mais cette fois rien à faire, le fléreur semble être plus important que n'importe quelle autre récompense pour avoir bien écouté.

Craignant pour la sécurité de mon animal, je me lance à sa poursuite. A la manière de personnages de dessins animés anglais, je cours après Cygoy, qui court après le fléreur. Il ne manquerait plus qu'une musique telle que Benny Hill pour rendre la scène des plus comique.
Je réussis à raisonner ma chienne, sévissant le manque d’obéissance dont elle venait de faire preuve. Le fléreur à eu de la chance, demain il verra le ciel encore une fois.

Je suis désormais à quelques pas seulement de la vielle maison. J'aperçois des escaliers en bois, lugubre et en pitoyable état. Je décide de prendre mon courage à deux main (ça veut dire que je sors ma baguette magique de la poche arrière de mon jean), et j'avance vers l'endroit interdit. J'ai confiance en l'instinct de Cygoy, s'il y a danger, elle me le fera savoir. J'emprunte les escaliers, je suis sur le palier. Je fais face à une immense porte en bois vitrée. Les quelques vitres sont brisée et laisse entrevoir l'intérieur de la maisonnette. Comment un endroit si délabré peut-il maintenir enfermé une meute de loup-garous toute une nuit ?
Je pousse la porte sans la clancher, celle-ci s'ouvre sans le moindre effort. A l'intérieur le sol est très éparse. Au moindre pas en avant, la chute est possible. Je décide que l'endroit est trop dangereux pour laisser Cygoy y gambader. S'il lui arrivait la moindre chose, je ne me le pardonnerait pas. Je lui ordonne alors de grimper sur mon dos. Elle agit. C'est dans ces moments que je m'aperçois qu'elle n'est pas si petite que cela. Du haut de ses quarante centimètres au garrot et de ses 8 ou 9 kilos, elle m'encombre un peu là haut. Mais qu'importe, au moins elle est en sécurité.

Je m'approche d'une fenêtre pour admirer la vue. En courrant tout à l'heure je ne m'étais même pas aperçue que la maison se trouvait sur une colline. La vue offre un regard panoramique sur le tout Pré-au-Lard. D'ici le village semble presque agréable. Enfin, tout semblerait agréable à côté de ce taudis.
Je m'éloigne de la fenêtre pour découvrir l'endroit. C'est sale, usé, la décoration, même d'époque, est un échec.. Même un loup-garous ne voudrait pas passer une nuit ici. Dans une pièce plus loin, j'aperçois un canapé, un vieux canapé poussiéreux. Je décidais d'attendre là la fin de la journée pour rentrer au château avec les autres. Cette maison et ce canapé ne pouvaient être pires que le cauchemar qu'était une sortie à Pré-au-Lard avec le personnel enseignant et tous ces élèves ignorants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Sydal
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉ

▸ MESSAGES : 901
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mar 27 Mai - 10:36

Profitant d'une soirée de congé où Sewell Cassiopée ne venait pas perdre contre lui au strip-poker et apprenait à affronter l'alcool avec autant de succès qu'un Pouffy tente un régime, Evan sortit du château, et marcha dans les rues de Pré-au-Lard, se rendant à la Tête de Sanglier incognito grâce à sa cape de voyage, dont la capuche couvrait son visage et sur laquelle il avait cousu une espèce de bande de tissu au niveau de la moitié inférieure du visage, masquant son menton et ses lèvres ainsi qu'une partie de son nez. Bref, peu de moyens d'être reconnu ainsi, et grâce à cela il a pu passer une soirée agréable à deviser et à boire quelques pintes avec des gens jugés infréquentables pour ce bar select que sont les 3 Balais. La Tête de Sanglier présentait des clients véritablement fascinants, et on y croisait quasiment pas d'élèves. Il finit toutefois par sortir de là, n'espérant pas tomber sur une connaissance noctambule qui pourrait le dénoncer. Il n'était pas interdit aux professeurs de sortir, mais ils se devaient d'être discrets. Question d'image.

Voulant rentrer d'une manière aussi discrète que possible, il abandonna l'idée de faire le même chemin qu'à l'aller. Passer par les grilles était assez aisé à 17h pour un professeur, pas après. Il chercha dans sa mémoire les passages secrets les plus utiles, jugea de leur efficacité, de leur rapidité et de leur danger, et opta pour le passage de la Cabane Hurlante. Il était plutôt rapide et il savait ce lieu sans risque pour lui. Il passa la clôture de barbelés, et marcha vers la cabane, prenant la peine de humer l'air frais du soir à travers la bande de tissu qui était restée à son nez. Il était content d'avoir une soirée au calme, sans Sewell, sans Fluffy le Boursoufflet fou. Il remarqua soudain quelque chose dans la cabane.

Une ombre, aurait-il dit de prime abord. Quelqu'un aurait-il eu l'idée de squatter la Cabane Hurlante ? Un professeur en mal de solitude dans son bureau et voulant partager un moment seul avec lui-même loin des regards éventuels ? Un élève jouant à l'aventurier et s'imaginant être le nouveau Harry Potter ? Il se rappela sa grille de punition : tout élève hors de Serpentard prendrait une retenue et 150 points en moins. Le Serpentard aurait intérêt à avoir une bonne explication sinon il mettrait ledit Serpy en retenue un mois. Il sortit sa baguette, au cas où l'inconnu ne lui serait vraiment pas connu, et il s'approcha à pas de loup de la porte. Il n'avait pas Ezequiel comme premier support d'exploration du territoire hostile et il se colla à la porte pour ne pas se faire voir de la fenêtre. Se souvenant qu'il avait une autre arme, son don pour la Légillimancie, qu'il pouvait utiliser pour savoir les intentions et pensées du visiteur, il se concentra et s'essaya à capter l'esprit de l'inconnu. Il ne pouvait faire cela que sur une courte distance et espérait réussir à capter proprement son esprit.


??? : Je devrais pas tarder à rejoindre les autres...mon absence va être remarquée...

Une élève, probablement. Qui avait voulu être seule, qui sait, ou alors avait voulu jouer les grandes à la suite d'un défi, rester un certain temps dans la cabane. Il allait de ce pas la débusquer, et ouvrit la porte, qui n'était jamais verrouillée. Se glissant tel un reptile dans l'espace entre la porte et le mur, il entra, et referma derrière lui. Il fit quelques pas, et remarqua soudain l'élève qui lui tournait le dos. Toujours vêtu de sa cape de voyage, il s'approcha lentement, et d'un sortilège informulé lança un Incarcerem sur l'élève. A zone de non-droit, fin de l'application d'une norme restrictive sur les sanctions à mettre aux élèves. Et voulant tirer les vers du nez à la jeune fille il ne voulait pas la voir fuir. Ligotée dans le siège, il marcha vers le siège d'en face, et lui dit d'une voix légèrement enrouée par l'air frais de la cabane :

Evan : Alors, Miss Kaunkac...que faites-vous dans ce lieu pourtant interdit...j'espère que vous avez de bonnes raisons. Et n'invoquez pas la clause de restriction des sanctions pour vous avoir ligoté. Vous êtes dans une zone de non-droit ici, vous devez assumer les risques et savoir vous protéger. D'ailleurs, je ne vous félicite pas...j'ai pu me glisser jusqu'à vous sans problème. J'aurais pu être un être bien plus dangereux, voulant atteindre à votre vie...

Evan retira la bande de tissu qui couvrait son visage, et regarda dans les yeux la Serpentard qui ne devait pas s'attendre à ce que son DdM débarque soudainement et la ligote.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myinea Cygoy Kaunkac
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 13
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Ven 30 Mai - 4:57

Installée dans le canapé, je lis calmement un livre d'un auteur moldu peu connu mais fascinant. J'ai rangé ma baguette ne voyant aucun danger arriver. Cygoy est allongée tout à côté de moi, d'une vigilance à toute épreuve. Elle commence à s'agiter, elle saute du canapé, renifle, grogne... Je me lève, fais un tour rapide de la pièce puis ne voyant rien je me replonge dans mon bouquin. Cygoy se calme et s'en va gambader plus loin. Le soleil commence à se coucher. Je me dis que je devrais peut-être rejoindre les derniers élèves présents à Pré-Au-Lard pour rentrer avant que mon absence ne soit remarquée et sanctionnée. Je referme mon livre et par la barbe de Merlin, on vient de me ligoter. Je réfléchis à toute vitesse, mon esprit carbure à son maximum. Quelqu'un vient s'asseoir en face de moi, dans un fauteuil. Au vue de sa carrure, c'est un homme, plutôt jeune. Son visage est masqué, ne me laissant apercevoir que ses yeux. Je sais que je les connais ces yeux, mais je n'arrive pas à leur donner un nom. Le jeune homme prends une respiration et s'exprime :

Alors, Miss Kaunkac...

C'est Evan, le DdM de Serpentard ! Me voilà rassurée. (ou presque)

...que faites-vous dans ce lieu pourtant interdit...j'espère que vous avez de bonnes raisons. Et n'invoquez pas la clause de restriction des sanctions pour vous avoir ligoté. Vous êtes dans une zone de non-droit ici, vous devez assumer les risques et savoir vous protéger. D'ailleurs, je ne vous félicite pas...j'ai pu me glisser jusqu'à vous sans problème. J'aurais pu être un être bien plus dangereux, voulant atteindre à votre vie...

Il n'est pas venu à Pré-Au-Lard pour s'adonner à une promenade. Son halène empeste l'alcool.
Je me demande quelle attitude adoptée avec lui. C'est bien la première fois que je me fais prendre entrain de faire une bêtise. Fichtre ! Je peux la jouer désolée, sereine, provocatrice ou charmeuse. Je resitue le DdM dans ses quelques actions qui me sont connues puis décide de rester fidèle à moi même, honnête et partagée entre les quatre attitudes ci-dessus. Je prends mon souffle et lance, sereine :


Il se trouve que je ne supporte pas les ruelles trop étroite qui font de Pré-Au-Lard le village tant apprécié qu'il se trouve être. Je me baladais donc en retrait et je suis tombée face à cet endroit, derrière la clôture évidement. A ce moment j'ai vu ma ch...

Par la barbe de Merlin où est Cygoy ?! C'est à ce moment précis qu'elle bondis de derrière un rideau délabré et saute sur mon agre..professeur. Profitant de l'effet de surprise qu'elle vient de provoquer, la boule de poil, à peine plus haute qu'un gros chat se place entre les deux fauteuil. Elle me tourne le dos, mais je devine déjà l'expression de son "visage". Elle montre les crocs. Je l'entends grogner. Le dos rond, les pattes arrières qui tremble un peu. Elle est sur le point d'attaquer.

Cygoy non ! Non ! Assis !

Elle s'assoie, lève les yeux vers moi et attends mes instructions. C'est le moment de la jouer "désolée".

Je suis désolée professeur, elle croyait bien faire, elle me croyait en danger.

Je tente un petit sourire en coin (charmeur), testant la capacité d'un directeur de la maison Serpentard à admettre qu'un chien peut agir selon sa propre raison.

A vrai dire, c'est à cause d'elle que je suis ici.

Le coup du danger : passe encore. Mais comment allait-il pouvoir croire que c'est à cause de ma chienne que je me suis retrouvée à lire un livre dans la cabane hurlante. La triste vérité ressemble grandement à une entourloupe (provocatrice ?). Qu'importe j'ai la conscience tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Sydal
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉ

▸ MESSAGES : 901
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Dim 1 Juin - 4:32

La jeune élève semblait quelque peu rassurée de le voir lui. Elle se disait qu'au moins, ce n'était pas un inconnu mais son propre DdM et qu'elle ne risquait rien pour sa santé. Cela était bien vrai, Evan n'était pas un psychopathe sadique qui traquait des jeunes filles dans des lieux sombres mais il aurait pu l'être. Et il était peu heureux qu'elle fut si peu méfiante en étant dans un lieu sombre et reculé. Et s'était faite ligotée comme une bonne à rien. La jeune fille s'adressa à lui, voulant lui répondre et se justifier de son acte au final pas très intelligent. Et qui la mettait dans une situation inconfortable.

Myiena : Il se trouve que je ne supporte pas les ruelles trop étroite qui font de Pré-Au-Lard le village tant apprécié qu'il se trouve être. Je me baladais donc en retrait et je suis tombée face à cet endroit, derrière la clôture évidement. A ce moment j'ai vu ma ch...

Sa quoi ? Elle s'était arrêtée de parler soudainement, et son visage prit un air apeuré. Elle aurait un souci qui venait tout à coup de lui apparaître à l'esprit. La réponse apparût vite à Evan, sous la forme d'une petite boule de poils grognante, qui sortait les dents face au Sydal qui tenait en joue la jeune fille. La jeune fille, paniquée, se dépêcha de vouloir calmer l'animal qui semblait vouloir faire la guerre au Professeur de DCFM.

Myiena : Cygoy non ! Non ! Assis !

Cigoy était donc la chienne de Myiena. Son animal avait été autorisée, après débat, dans la maison Serpentard, et s'il avait été toujours calme jusque là, l'animal était en ce jour assez en colère. L'appel de la jeune Serpentard suffit à calmer le petit tas de poils, qui se retourna vers sa maîtresse, et l'élève profita de ce retour de la bestiole à ses pieds pour tenter de s'excuser.

Myiena : Je suis désolée professeur, elle croyait bien faire, elle me croyait en danger.

Et même d'ajouter que ce serait à cause de sa chienne qu'elle serait venue dans cette cabane. Evan sourit, prit place dans le fauteuil d'en face, et garda le silence un instant. Le chien s'était calmé, et la Kaunkac attendait sûrement sa "sentence" avec une patience toute serpentine. Evan ne tarda pas à lui répondre.

Evan : Je comprends. Cela arrive. Les animaux sont parfois imprévisibles. Mais cela n'empêche pas le fait que tu as été imprudente de ne pas t'assurer de protection. Cela est peu malin de la part d'une vipère. Tu dois être sans arrêt en train de vérifier que l'on ne peut te faire du mal ! Tu n'écoutes donc jamais mes cours ?

Evan jaugea la jeune élève, et se décida à attendre un peu avant de défaire ses liens. Une leçon de morale ferait un peu de bien à ses élèves.

Evan : Je vous interdis peu de choses mais je vous enseigne des préceptes. Ne pas vous faire prendre, ne pas vous compromettre, ne pas risquer vos vies. Des Serpentards se doivent d'être les meilleurs et de ne pas se laisser avoir. Ici, c'était moi. Et si ça avait été un autre DdM ? Ou pire, un fou furieux ? Un de mes prédécesseurs avait raison en disant "vigilance constante". N'oubliez jamais ce précepte. Jamais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myinea Cygoy Kaunkac
avatar
▸ ANNÉE :
  • 1e année

▸ MESSAGES : 13
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   Mer 4 Juin - 8:21

Je n'en peux plus de rester là à écouter Evan me faire son couplet d'enseignant mal dans sa peau en manque d'autorité. Une leçon de morale d'accord, mais enlevez moi ces cordes sacrebleu !
Feignant d'écouter attentivement ce qu'il dis, je le regarde s'exprimer envoyant de tant à autre dans mes yeux une lueure de compréhension comme pour dire "Oui professeur, promis, je ferai plus attention la prochaine fois". Quelle hypocrisie ! Comment puis-je deviner ce qui se passera la prochaine fois. Faire des promesse c'est être hypocrite. Et l'hypocrisie, ce n'est pas digne d'un sorcier admis dans la noble maison de Salazar Serpentard. Pour me rattraper, je décide plutôt que de le laisser m'endoctriner de lui proposer quelque chose :

-A ce propos professeur, vous pourriez peut-être m'apprendre quelques sorts de défense et d'attaque. En plus de ce que l'on fait en cours évidemment. J'apprends vite vous savez ? Quand je vois certain Serdaigle incapable de mettre en pratique ce que vous théoriser. Même ces érudits nous font perdre notre temps. Temps précieux quand il s'agit de terminer un programme dans les meilleurs délais.


Pour appuyer mes derniers mots, j'inclinais la tête en avant. Ces fichus liens ! Je venais de me blesser au cou. Y'en a marre.

Cygoy, donne la baguette !  

La petite chienne monte sur le canapé, renifle, un coup à droite, un coup à gauche et sort d'un des coussins une jolie baguette en bois de noyer "forte en matière de magie offensive et faite pour les aventureux". Elle dépose la dite baguette entre mes doigts et se tourne vers Evan, satisfaite.
Ne reste plus qu'a deviner le sortilège pour me sortir de là. Je réfléchis quelques secondes sous le regard provocateur de mon DdM. Je finis par simplement essayer :

Finite Incantatem !

Liberté. Mes liens tombent sur le sol. Je félicite ma jeune chienne pour son obéissance et sa rapidité et range ma baguette dans ma poche dans le but de montrer à mon professeur que bien que désormais libre de tout mouvement, je vais rester sagement assise dans ce fauteuil jusqu'à ce qu'il me donne l'autorisation de m'en aller.  Je lui souris. Un sourire sincère qui sous entends tout de même : "Mvoyez professeur, ce qu'il faut, c'est savoir se sortir de toutes les situations".

Sewell'dit: Tu as déjà été avertie par MP à propos des sortilèges utilisables. Ce sera donc un avertissement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La Cabane Hurlante   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Cabane Hurlante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» La Cabane Hurlante
» Devant la cabane hurlante
» Derrière la cabane hurlante
» La cabane hurlante
» La Cabane Hurlante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epic Hogwarts :: ϟ ROLE PLAYING GAME ϟ :: RPG DE DÉTENTE-