AccueilGalerieFAQRechercherMembresConnexionS'enregistrerGroupes



 
Chers membres, chers invités,

Nous avons déménagé sur la version 2.0 d'Epic Hogwarts.
Nous vous invitons à vous (ré)inscrire à l'adresse suivante :

http://epichogwarts.com

Nous espérons vous voir parmi nous.
La direction d'Epic Hogwarts.

Partagez | .
 

 Les ruelles du Chemin de Traverse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jake L. Raven
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTEUR ADJOINT
MARAUDEUR
CONSEILLER
GÉRANT

THE RAVEN'S PUB

▸ MESSAGES : 1413
MessageSujet: Les ruelles du Chemin de Traverse   Dim 17 Fév - 10:04

[Illustration et présentation élaborée à venir]

Vous sentez cette odeur ? C'est la bonne veille odeur du Chemin de Traverse. Tout un tas de personnes se pressent dans les petites ruelles mais vous êtes là, admiratifs de tout ce que vous pouvez entendre, voir, sentir. Vous avez toutes les enseignes à votre portée qui vous permettront d'acheter tout votre nécessaire scolaire ou même de vous faire plaisir.

Attention : L'Allée des Embrumes n'est pas à fréquenter pour les mineurs surtout non accompagnés d'adulte, vous pourriez bien vous faire entrainer par des neo-mangemorts ou des prostituées, faites attention...

Règlement RPGique à respecter (lien à venir)
Orthographe, syntaxe et cohérence ainsi que 15 lignes pleines minimum sont à respecter.

/!\ CECI EST UNE PRESENTATION RPGIQUE PROVISOIRE /!\


J'aime les grosses saucisses de hot dog.
J'ai 12 ans, je découvre le sexe et je suis OK pour une relation sexuelle avec animaux.

"SM and proutd"

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Rubis Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
RETRAITÉE

▸ MESSAGES : 1525
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Lun 30 Déc - 4:12

Depuis son retour au château, Sacha ne pensait plus qu'à une seule chose. Lors de ce début d'après midi elle se trouvait dans son bureau avec la ferme intention de remettre de l'ordre dans ses papiers. Une femme de haute fonction de son genre se devait d'être parfaite aussi bien physiquement, spirituellement que professionnellement ! C'est pourquoi sa baguette magique tournoyait ici ou la pour ranger, classer, trier tous les documents administratifs tandis que la maîtresse des lieux surveillait scrupuleusement ce rangement magique en buvant un thé à petites gorgées. C'était le travail le plus dur que de devoir superviser toutes ces manipulations de sortilèges. Lorsque la lourde cloche de l'école tinta deux fois elle bondit de sa chaise comme piquée par un doxy.

Hors de question de passer son après midi à scruter le ménage qui se fait tout seul ! Faut dire qu'elle n'était pas le genre de personne à mettre les mains dans la saleté. Pour voir sa belle manucure s'abîmer ? Non merci ! A l'aide d'un nouveau coup de baguette magique, sa tenue vestimentaire s'adapta. Sa robe de sorcière fut troquée contre un pantalon noir, une tunique crème à ceinture rose bonbon et une cape argentée pour ne pas souffrir de la morsure du froid. Sans oublier un bonnet avec un petit ruban sur le côté et une écharpe chaude, tous deux Ambre et Blanc en parfait Equus, là voilà fin prête pour une séance shopping ! Dans l'une de ses poches, modifiée par un sort d'extension histoire de la rendre grande à souhait, on pouvait trouver sa bourse ainsi que son nécessaire vital à maquillage magique. Vernis qui se colore selon les exigences, Parfum à la fragrance souhaité et d'autres ustensiles essentielles au yeux de la demoiselle. La sorcière mature se dirigea d'un pas pressé vers la sortie, envoyant quelques derniers sorts pour parfaite son organisation. A son retour, tout serait parfaitement en place.

En milieu d'après midi, Sacha parvint finalement aux abords du Chaudron Baveur. Peu de temps après, ses pieds foulaient les pavés ternes du Chemin de Traverse. Ce n'était pas foule, mais plusieurs groupes batifolaient un peu partout. En resserrant son écharpe, la jeune femme fronça du nez à cause de certaines odeurs écœurantes de pommes d'amour et fit quelques pas rapides. Face à une boutique de robes de soirées, ses yeux pétillèrent telle une fillette devant sa robe de princesse. Il était évident que sa bourse allait maigrir d'ici la fin de journée !



Sacha a définitivement quitté le château, accompagnée de son mari Tyshawn Korver et de leurs deux enfants, des jumeaux en bonne santé. Sachez que sa créatrice a aimé jouer cette excentrique, mais désormais ce chapitre est clos.

Bonne aventure tout le monde, et faite d'EH un lieu incontournable pour tout fan d'HP qui se respecte !   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Mer 15 Jan - 7:34

Keira, viens !

J'avais une force. Cette force se prénommait Sewell. Bien que je ne la connaisse pas très bien, cette nuit à la Cabane Hurlante passée à lui ouvrir mon cœur, à lui expliquer ce que je ressentais, à recevoir ses précieux conseils avait été un moyen pour moi de me rendre compte de la réalité. J'étais une Jones, et personne ne pourrait me l'enlever. J'avais compris tout un tas de choses, comme l'état de détresse dans lequel se trouvait la petite Keira. Enfermée en voulant faire croire qu'elle était orgueilleuse, le problème était de taille : son monde ne se résumait qu'à deux choses. Sacha & Jones. Bien taillée dans le moule, comme dirait Sewell, elle ne pouvait plus se détacher de cette image. Auquel cas elle perdrait l'estime de Sacha, et alors se retrouverait seule. Mais ceci lui permettrait de faire de nouvelles rencontres, et de s'ouvrir. Mais bien sûr, pour changer, il fallait encore avoir une certaine volonté. Volonté que Keira ne semblait pas avoir.

Je me souvenais de notre rencontre. Nous nous étions disputés, avant de réfléchir. Bien entendu, la préfète d'Equus ne s'était pas gênée pour tout rapporter à elle-même, notamment : l'héritage, 'comment on fait pour avoir une soeur', et tout un tas d'autres préoccupations qui ne m'étaient même pas venues à l'esprit. Voilà ce que c'était que d'avoir vécu avec un père fantastique, et une famille : être préparée. Avoir ce soutien moral que Keira n'avait pas. Et sur ce plan là, je la plaignais. Il était vrai que son enfance n'était pas que simplicité. Mais la mienne non plus. La mort d'un parent était sans doute pire que d'être forgée comme sa mère. Quoique... De toute façon, nous allions devoir nous entendre. Car, si nos soupçons devenaient réalité et qu'elle avait la chance d'avoir une sœur, alors s'entendre serait le mieux. Je n'arrivais pas à en vouloir à mon père. Par contre, j'en voulais à Sacha, car si Keira était ma sœur, c'était elle qui l'avait rendue comme ça. Or, rendre ainsi ma sœur ne me plaisait pas du tout. Et moi, j'arrivais à m'affirmer. J'allais sans doute la revoir bientôt, et coûte que coûte, j'allais lui dire ce que j'en pensais. Arriverais-je à la changer ? Ce n'était pas spécialement mon but. Simplement, lui faire prendre conscience de l'état dans lequel elle était.

Alors, pour me changer les idées, je décidais d'aller au chemin de Traverse pour profiter. Je me rappelais de mon passé de suppléante. Je venais souvent ici pour mes cours. Maintenant, j'étais redevenue une simple élève de cinquième année, préfète de Serpentard. Dans la matinée, je m'étais occupée de ce cher Harrington, élève modèle de notre maison. J'avais eu une très intéressante discussion, telle que j'aurai pu en avoir avec un élève de sixième année. Après ce bon moment, je profitais d'une sortie. Je marchais tranquillement, profitant de l'air frais qui caressait ma peau. Mes yeux marrons/verts fixaient chaque chose suspecte. Un sourire narquois apparaissait dès que quelqu'un trébuchait. Mon expression légèrement autoritaire par moment laissait croire que j'étais de mauvaise humeur. Mais ce n'était pas du tout le cas. C'était simplement un masque fait pour qu'on me laisse profiter. Tranquille. Un sourire accordé au marchand du Chaudron Baveur. Je m'arrêtais devant une boutique étrange, qui captivait mon attention. J'étais tranquille. Enfin.


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira F. Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
CONSEILLÈRE EN CHEF
CORRECTRICE

▸ MESSAGES : 1312
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Dim 19 Jan - 7:21

J'arrive !


Keira en avait ras le bol. Sa journée avait très mal commencé & elle venait de se promettre de ne plus mettre un pied dans le Parc et d'éviter le plus possible de croiser la professeur dont-elle-ne-savait-pas-le-nom durant l'année solaire. Bien qu'elle soit en Quatrième Année, il était hors de question qu'elle admette quoi que ce soit concernant le sujet " maudit ". A croire que tout le château s'était ligué contre elle pour la voir renier sa mère & courir dans les bras d'une inconnue qu'elle ne connaissait pas le moins du monde. Tout le monde lui demandait de choisir entre une personne qui l'avait mise au monde & qui s'était occupée d'elle durant quatorze années de sa vie, et une jeune fille prénommée Jersey qui débarquait dans sa vie et se faisait passer pour sa sœur. Il était évident que la blonde choisisse sa mère, voyons ! Et puis, elle n'avait pas à choisir puisqu'elle était bien décidée à couper tout contact avec les êtres humains autre que sa mère et ses domestiques pour le moment. Cette solution était la plus simple qui lui était venue à l'esprit, et elle comptait bien s'y tenir.

Profitant de son après-midi qui s'annonçait plus belle que la matinée qui l'avait précédée, la Ambre & Blanche était bien décidée à aller à Pré-Au-Lard pour faire une journée de shopping en compagnie de sa propre personne. Se dirigeant d'un pas pressé vers les ruelles du Chemin de Traverse, ses pieds ralentirent quand elle se mit à rêvasser tout en admirant les magnifiques vitrines qui s'offraient à sa vue. Elle avait désormais des étoiles dans les yeux et la Quatrième Année était très contente d'être venue ici. Complètement perdue dans ses pensées, la Jones ne vit pas la chevelure blonde à quelques mètres devant elle et la percuta. Pas fort, mais assez pour la sortir de ses rêveries ... et l'énerver ! Sans regarder qui était son interlocutrice, elle s'empressa de lui rappeler qui elle était :


<< Hé ! Fais attention ! Je suis une Jones, nom d'un poney.  >>


~ i've turned into someone else ~

© Silver Lungs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Mar 21 Jan - 3:31

Rares étaient ceux qui venaient me perturber lors de mes moments favoris. Rares. Mais il y avait bien des personnes insouciantes qui couraient le risquent de m'énerver. Bien sûr, je ne manquais jamais de réagir. Et toujours de façon rusée. Ruse. C'était un mot que seuls des êtres dignes de Serpentard connaissaient bien. D'autres personnes étaient un peu plus...Brutales. Oui, c'était bien le mot. Brutales & sans finesse. Et c'est d'une façon "brutale et sans finesse" qu'une personne me rentra dedans. Je tournais la tête, pile au moment où la personne me disait de faire attention. "Nom d'un poney". Sérieusement ? Moi qui admirais tranquillement une vitrine, comme tout un tas d'autres passants, on me rentrait dedans et on me demandait de faire attention. Cette personne n'était autre que Keira. La jeune fille que j'avais rencontré à l'infirmerie. Nous nous étions embrouillés. Et le tout s'était arrangé. Cependant, la quatrième année nez semblait pas d'excellente humeur ce jour là. Un peu comme toujours, en vérité. Mais cela ne m'étonnait pas d'elle. Et la jeune fille, malgré ses aveux, ne semblait pas avoir réellement changé niveau fierté. Elle ne semblait pas avoir retenu grand chose de ce que je lui avais dit. Ni de ce que Sewell lui avait dit. Car oui, à la Cabane Hurlante, nous avions parlé de Keira. Keira qui semblait avoir été conçue à l'image de Sacha pour le plus grand bonheur de cette dernière. Je n'allais pas me laisser faire, tout de même. Mais bien sûr, toujours en finesse, et non en criant partout mon nom. Car ça, c'était bien une des caractéristiques du caractère de Keira, et je la lui laissais. J'affichais un sourire qui pouvait s'interpréter de deux façons différentes : hypocrisie, ou joie de vivre. Au choix. Peut-être que Keira croirait que j'étais heureuse d'avoir l'"honneur" de parler avec sa personne, mais il n'en était rien. J'étais tout de même troublée d'être face à une personne qui me ressemblait tant, et même après toutes ces années au château. Car maintenant, j'avais quinze ans et elle quatorze. Et bien entendu, je n'allais pas faire attendre encore plus Keira. Rien de bien compliqué à lui dire, après tout.



<< Tiens donc. Keira. Mais que me vaut le plaisir de supporter ta mauvaise humeur, alors que je me portais si bien ? >>



Une petite pointe d'ironie par-ci-par-là ne faisait de mal. J'espérais ne pas avoir blessé Keira. De toute façon, elle ne se montrerait jamais atteinte. Alors, je me souvenais des paroles de Sewell : "elle est attirée par toi comme un papillon par la lumière". Si c'était le cas, alors Keira avait trouvé un bon prétexte pour m'aborder. Et au final, converser avec elle ne me ferait pas de mal. Je n'avais aucune visite de prévue cet après midi là, et je pouvais donc m'en tenir à discuter un peu avec celle qui ne semblait pas éprouver de sympathie pour moi. Et de toute façon, je n'en avais que faire. J'étais une Jones et bien une Jones, de sang Jones autant qu'elle. Avec la ruse en plus. Et l'ambition. J'avais appris pas mal de choses très drôles concernant Sacha. Sewell m'avait dit plein de choses concernant Keira. Et elle avait raison. Celle-ci devait souffrir, sans vouloir se l'avouer à elle-même. Mais je n'avais pas pitié, puisque j'étais certaine qu'avec la volonté, elle deviendrait comme elle voulait. Si elle voulait rester comme sa mère, et sans réelle personnalité, c'était son choix. Mais moi, j'allais m'affirmer. Il fallait aussi que Keira comprenne qu'elle devait vivre par elle-même. Mais de toute façon, j'allais lui épargner les longs discours sans fin. J'étais fière de mon père, de ma sœur, et pourtant je ne me conduisais pas comme eux. M'enfin, tout le monde était différent. Je remarquais que le marchand du Chaudron Baveur ne me regardait plus. Il me connaissait bien, tant j'étais venue dans son magasin pour passer du temps à parler des copies des élèves, du temps où j'enseignais avec ma grande amie Shelly la Culture Moldue. Revenons-en à Keira. J'avais tant à penser de cette jeune fille. Mais je ne me permettais pas d'étaler mes états d'âme, car j'avais autre chose à faire, et elle aussi. D'ailleurs, je ne voulais pas commencer à m'embrouiller. Non pas que je sois devenue une grande amie avec la quatrième année. Non. J'avais juste envie de commencer la discussion sur de bonnes bases. Et non comme une barbare, ce que je n'étais pas. Je baissais les yeux vers mon blason de Serpentard, et je souriais. Si il y avait bien une chose dont j'étais fière, c'était de ma maison. En parlant de maison...J'étais devenue préfète. Et Keira aussi. Et comme la politesse le voulait...



<< Au fait ! J'ai appris que tu es devenue préfète. Peu de temps après moi, d'ailleurs. Félicitations. >>


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira F. Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
CONSEILLÈRE EN CHEF
CORRECTRICE

▸ MESSAGES : 1312
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Jeu 23 Jan - 9:21

Désolée du retard éè


Keira releva vivement la tête ... Et se trouva nez à nez avec la dernière personne qu'elle souhaitait voir aujourd'hui. Et même tout court. Elle revenait du Par  où sa discussion avec Sewell l'avait sérieusement contrariée & blessée dans sa fierté personnelle. Elle était venue ici pour réfléchir à son nom of course mais également au sens de sa vie, à qui elle était & au nombre d'amis qu'elle avait actuellement dans le château, c'est-à-dire zéro. Dépitée, elle ne le fit cependant pas savoir à la Cinquième Année. Comment savait-elle cela ? Simplement car elle s'était renseignée sur le passé de la vie de sa prétendue " sœur ". Dans l’hypothèse où elle serait amener un jour à l'accepter comme membre de sa famille, elle avait espéré en cherchant un peu que celle-ci corresponde parfaitement aux critères très sélectifs des Jones. Les Jones étant une famille de renommée internationale, ils ne pouvaient se permettre d'accueillir en leur sein des gens n'ayant pas développés des caractéristiques hors norme. Malheureusement, Jersey paraissait ... normale. La blonde laissa échapper un soupir de dépit qu'elle n'essaya même pas de cacher et entendit 'Cheveux Blonds' lui demander ce qui lui valait le plaisir de voir sa mauvaise humeur lui gâcher sa journée. Elle est sérieuse ? Le sang Jones de la Ambre & Blanche ne fit qu'un misérable tour dans son organisme tellement cette phrase l'agaça à un point tellement haut qu'elle ne savait elle-même pas à quel point cela l'agaçait. Venant de la part de cette fille, cela la désolait. Elle n'avait donc rien d'autre à faire de ses journées qu'insulter les gens & télescoper une Jones innocente ? Keira cessa de réfléchir & s'empressa de dire deux mots à la Verte & Argent :


<< Hum. Pour qui te prends-tu ? J'ai l'air de mauvaise humeur ? A vrai dire, je vais te confier un petit secret : j'étais de très bonne humeur en arrivant ici. Malheureusement, cette bonne humeur a subitement disparu dès que je t'ai aperçu. Alors je suis SINCÈREMENT navrée de te gâcher ta journée mais ne te retiens pas pour moi ! Tu peux t'en aller si ma présence te gêne. Ou alors, je peux m'en aller si tu le souhaites ? Puisque de tout façon, nous n'avons ABSOLUMENT rien en commun. >>


Keira était hors d'elle. Pour qui cette fille se prenait-elle ? Cessant de réfléchir & essayant de se calmer, la Ambre & Blanche entendit Jersey la féliciter pour son poste de Préfète qu'elle avait obtenue il y avait peu. La Jones retrouva le sourire immédiatement. Elle était fière de représenter dignement la maison de sa mère. Après tout, qui de mieux qu'une Jones aurait pu obtenir ce poste ? Tout cela n'était qu'une question de famille. Le sourire aux lèvres, Keira s'empressa de répondre à son interlocutrice d'un ton mielleux :


<< Voyons Jersey, qui d'autre qu'une Jones aurait pu avoir ce poste ? Sacha m'a dit que j'étais son portrait craché & qu'il était tout à fait normal que ce poste me revienne. Je n'ai jamais douté une seule seconde de mes capacités. Et puis, tu ne trouves pas que le nom Jones s'accorde particulièrement bien avec Préfète ? M'enfin, je t'en prie. Félicite-moi autant de fois que tu le souhaites. Tu peux même m'applaudir si tu veux, j'en serais flattée ! >>


~ i've turned into someone else ~

© Silver Lungs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Ven 24 Jan - 7:49

Je me doutais que j'allais avoir à subir les piaillements aiguës d'une "fillette". Mais à ce point là, non, jamais. Je lui avais juste répondu sur le même ton que celui qu'elle avait utilisé pour m'aborder. Mais cette fille resterait toujours la même. Et la pauvre. Elle devait se sentir seule, d'autant plus que je ne la prenais pas au sérieux. Elle me demanda pour qui je me prenais. Pour Jersey Jones, voyons ! "J'ai l'air de mauvaise humeur ?" Oui. Elle me balança à la figure un tas d'autres choses qui, au lieu de m'atteindre, allaient comme revenir vers son expéditrice. Mais moi, j'étais d'excellente humeur. Elle avait probablement mal compris ma phrase, ce qui manqua de ùe faire rire. L'ironie, elle ne connaissait pas. Et la fille était là, me semblait-il, pour essayer de me faire comprendre que je ne méritais pas d'être de sa famille. Ou peut-être que je trouvais ma famille, Klaus, Kayl & Hope, tellement mieux que je n'avais pas envie de faire partie de sa famille où on se prenait pour supérieur et où on n'éprouvait ni compassion, ni rien. Juste de la fierté, de l'orgueil, et parfois sans juste raison. Cependant, je me gardais de faire une remarque à la Keira pour éviter de la mettre hors d'elle. D'un ton serein, calme, je lui disais. 





<< Keira. En m'abordant ainsi, qu'espérais-tu de moi ? Tu sais, je ne suis pas ici pour me battre. Je veux juste que tu saches une chose. Tu t'obstines à me critiquer, me dénigrer face aux membres du personnel. Mais j'ai eu vent de tout ça. Et aussi de choses quine te mettent pas en valeur. Je ne suis pas venue ici pour parler de ça. Tu as l'air de croire que je veux te prendre ta place. Mais tu dois comprendre une chose. Pour rien au monde je ne voudrais te prendre ta place. Je suis heureuse comme je le suis. Le problème est simplement que tu vois des problèmes là où il n'y en a pas. Je ne veux pas de ton ancien chez-toi, je préfère le mien. En ce qui concerne ton humeur, si tu es de bonne humeur, alors je ne vois pas pourquoi tu utilises ce ton. Vois-tu, parler calmement apporte beaucoup plus de choses. La confiance des adultes, par premier exemple. >>


Et oui. Je savais bien qu'un minimum, comme ma précédente phrase, à laquelle elle aurait pu me répondre avec elle aussi, de l'ironie, l'avait sans doute piquée. C'était forcé. Sinon, elle ne m'aurait pas répondu avec tant d'agressivité. J'aurais pu lui rétorquer sur le même ton qu'elle, mais je n'allais certainement pas me rabaisser. J'aurais pu rigoler, mais j'allais pousser à l'extrême Keira. Et au contraire. Je voulais chercher comme ne serait-ce qu'une goutte de quelque chose qui me ressemblerait, dans son caractère. Mais lorsque j'eus félicité Keira pour son poste, celle-ci fit remonter sa vantardise. Et bien !


<< Au risque de te décevoir...Je ne te jetterai ni fleurs, et n'applaudirai pas. Tu as l'air assez fière de toi pour que je n'en rajoute. Enfin.  En ce qui concerne le nom, si il n'y avait que cela qui joue dans la nomination, alors cela explique pourquoi  j'ai eu le poste. 
Mais je reste sur mon idée que quelqu'un de plus compétent que toi, aurait très bien pu t'éliminer de la course. Puisque Sacha n'est, je suppose, pas du genre à favoriser sa fille :D. >>




Mais cette fois, j'étais sérieuse. Je savais, et espérais, que Sacha n'avait pas favorisé sa fille. De toute façon, c'était ainsi fait, et il fallait reconnaître que dans le genre "moi-orgueilleuse-de-première", il était presque impossible de battre Keira. En ce qui concernait les capacités à rester calme, je n'étais plus en mesure de juger. Mais très vite, autre chose tâcha de me distraire. Je jetais un regard sur ses cheveux blonds. j'aurais pu croire que je me regardais dans un miroir. Puis, je remarquais un bout de sa cicatrice. A la vue de celle-ci, un tas d'images abstraites me parcoururent l'esprit. Je voyais des cris hystériques. Des "j'emmène Jersey !". D'autres cris hystériques puis...Plus rien. Le vide. Le vide dans mon esprit sans que je puisse comprendre quoi que ce soit. Cette fois, je plongeais mon regard dans celui de Keira. Je ne savais pas comment elle le prendrait. Mais moi, avec un air plus ou moins sérieux, je disais :


<< Keira...Je viens de voir quelque chose. Tu sais, les flashback. Sauf que cette fois, je ne vois aucun lien avec moi. Je crois que cela vient d'une période bien antérieure à celle de mes quatre ans. Des cris hystériques. Tu connais quelqu'un qui ....? >>


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira F. Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
CONSEILLÈRE EN CHEF
CORRECTRICE

▸ MESSAGES : 1312
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Mar 28 Jan - 9:06

Désolée du retard. :°


Keira releva une mèche de ses cheveux blonds et se mit à fixer la blonde qui se trouvait en face d'elle. Elle lâcha alors un soupir d'ennui à peine retenu. Elle entendit soudain l'autre " Jones  " prendre la parole et lui parler de la confiance des adultes, du fait qu'elle ne cherchait pas la bagarre, etc. mais surtout du fait qu'elle ne voulait apparemment pas prendre sa place. Très bonne idée Jersey ! Mais cela fit tout de même sourire la Ambre & Blanche qui s'empressa de rétorquer à celle qui se croyait déjà sa sœur quelques phrases :


<< Ah ouais ? Tu ne veux pas prendre ma place ? Alors pourquoi t'obstines-tu à croire que tu es ma sœur, hein ? Qu'est-ce qui le prouve au fait ? Rien il me semble. Sache que je me portais très bien avant que tu n'arrives au château. A la base, je n'avais aucun problème avec toi. J'en ai seulement depuis que tout le monde ne cesse de dire que nous sommes " sœurs ". J'ai confiance en ma mère, plus qu'en toi. Alors arrête de te croire supérieure à moi, ça m'énerve & ça ne me donne même pas envie de continuer à te parler. >>


La Jones remarqua qu'elle avait été particulièrement sèche et directe envers son interlocutrice. En même temps, si cette fille était réellement sa sœur, elle devait ressentir la même chose qu'elle, non ? Apparemment pas, puisqu'elle s'était mise à fanfaronner et à se croire supérieure à la Quatrième Année. Même si elle ne souhaitait pas changer, Keira était tout de même consciente qu'elle était odieuse avec les gens, sauf avec sa mère bien-sûr. Mais elle n'avait pas envie de changer. Elle rêvait d'avoir des amis mais la peur de l'inconnue l'effrayait trop pour oser ne serait-ce que sortir un pied du monde de sa mère. Qui était aussi son monde. Keira aimait sa mère plus que quiconque au monde. Elle savait qu'elle était quelque fois bizarre et faisait passer son propre intérêt avant celui de sa fille mais la-dite fille s'en fichait. Elle savait qu'au fond sa mère l'aimait & c'était cela qui comptait le plus à ses yeux. Pas les paroles d'une stupide inconnue qui l'agaçait au plus haut point. Elle avait l'impression de revivre sa discussion avec Sewell. Mais au fond, la Jones savait qu'elle traitait Jersey de cette manière uniquement parce qu'elle ne voulait pas s'avouer à elle-même que cette fille l'intriguait. Elle était comme cela Keira !


<< Tu sais, tu me prends peut-être pour une attardée mentale mais je suis intelligente au cas où tu ne l'aurais pas encore remarquée. Si tu étais une Jones, tu le saurais ! Ma mère m'a donné ce poste parce qu'elle a jugé qu'en tant que Jones j'étais apte à aider Equus mieux que quiconque. Le sang des Jones coule à flot dans cette maison et ce n'est certainement pas un vulgaire humain qui serait capable de se charger de cette maison. Plutôt mourir qu'assister à ça !


Pour qui cette fille se prenait-elle ? Oser affirmer que Sacha l'avait aidée à obtenir ce poste ? N'importe quoi. Seulement, sa mère et elle jugeaient toutes deux que les Jones étaient les plus à même à diriger cette maison. C'était tout. Keira en avait marre de cette discussion. Elle allait tourner les talons quand elle entendit Jersey lui dire qu'elle avait eu une sorte de " vision " du passé. Sur le moment, Keira éclata de rire. Cette fille était vraiment dingue. Elle l'entendit ensuite lui demander si elle ne connaissait pas quelqu'un qui pourrait pousser des cris hystériques. L'image d'une personne accompagnée de talons hauts apparût alors à l'esprit de la Ambre & Blanche. Il n'y avait que sa mère pour piquer des crises comme cela dans le Manoir. Elle se rappelait très bien la fois où sa mère avait hurlé contre John, leur majordome. Oui, cela ressemblait à ce que Jersey qualifiait de " cris hystériques " !


<< Euh ... A part la conclusion que tu es complètement cinglée, je ne sais pas quoi te dire de plus. Oui, je connais ma mère qui est capable de pousser des " cris hystériques " de temps en temps souvent d'ailleurs. Mais ça, il suffit que tu te trouves au mauvais endroit au mauvais moment au sein du château de Poudlard et tu aurais découvert cela par toi-même. Si tu as inventé ça pour m’impressionner, c'est loupé ! Désolée de te décevoir. >>


~ i've turned into someone else ~

© Silver Lungs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Mer 29 Jan - 5:51

Keira était devenue un monstre. Une personne qui se fichait royalement des autres. Une personne qui se surestimait à chaque instant, comme si j'avais eu envie d'être sa sœur. Keira était aveuglée par sa mère, elle ne sortait que des absurdités. Par Salazar, que faisait elle pour être aussi insouciante ? Son cas était plus qu'inquiétant. Je regrettais de lui avoir répondu. J'aurais dû partir pour ne jamais passer mon après-midi en sa compagnie. Et malheureusement pour elle, elle avait perdu trop de crédibilité par ses actes au château, qui s'étaient tous sus. Dommage !



<< Qu'est-ce qui te le prouve ? Je n'ai absolument rien à te prouver. Avant que je n'arrive ? Mais je suis là depuis un an de plus que toi. Tu te portais très bien avant d'être confrontée à un monde sans domestiques à tes pieds.  Tu as confiance en ta mère ? Et bien, je n'arrive toujours pas à croire ce qu'elle m'a dit. Apparemment, elle a eu une aventure avec mon père, et ils auraient eu deux enfants. Qui me dit que c'est nous ? Rien. Mais le fait que nos cheveux, si spéciaux, se ressemblent tant, et que nos ayons la même cicatrice au même endroit m'intrigue. Maintenant, si tu ne voulais pas me parler, alors tu n'avais qu'à ne pas venir me voir ! >>


Et Keira ne connaissait pas non plus la règle du : à une pique on répond par une pique. Sinon, elle aurait vu que j'avais essayé de glisser un sous-entendu stupide pour la piéger. Je savais bien que sa mère n'aurait pas pu nommer Keira préfète sans qu'elle ait un minimum de compétences. Aussi sa réponse me fit rire intérieurement. Elle avait vraiment un sens des choses étrange. D'autant plus que la jeune fille ne semblait pas savoir ce qu'était que l'amitié. Du moins, elle n'avait pas été agréable envers la directrice de Gryffondor, ce qui portait atteinte à tous les lionceaux. Et avec son caractère plus qu'étrange, mauvais, elle ne pourrait pas réussir côté Poufsouffle et Serdaigle. Mais cette fille "préfabriquée" par sa mère n'avait pas conscience des choses. Je n'écoutai sa réponse que d'une oreille distraite. Seuls quelques mots virent m'heurter de sorte que je sois particulièrement étonnée de la jeune fille. Je me remémorais notre rencontre. Cette fille avait changé. En mal. 


Toutes ces choses qu'elles m'avaient dîtes étaient passées à la trappe. Alors qu'elle aurait bien fait de changer un peu. Elle ne pensait qu'à l'héritage, l'argent, et sa superficialité était dure à admettre. Surtout lorsqu'elle se moqua ouvertement de moi quant au flash-back. Comme ça, je le saurait, je ne devrai plus rien dire à l'Equus à l'avenir. Mais j'avais une réponse bien plus juste. 


<< Je n'ai en aucun cas besoin de t'impressionner. Tu ne sais pas ce qu'est un flash-back ? C'est lorsque tu as comme un souvenir imagé que tu n'as jamais rencontré auparavant. Tout le monde en a. C'est naturel et c'est une marque de notre passé. Alors si tu n'en n'as pas, c'est soit que ton passé n'est pas assez marquant, soit parce que tu te fiches de ta précédente vie, qui était, selon toi, si belle. Et c'est grâce à eux qu'on se souvient de qui on est, même si cela produit un choc émotionnel. >>




Sacha, m'avait-elle dit. Mais oui, c'était évident ! Je me re concentrai. Cette fois, la vision était plus nette. Des talons. Des cris aiguës. Les paroles étaient les mêmes. Une fois tout cela fini, je regardai Keira. 


<< Alors tu as deux solutions. Soit tu comprends, et on essaye de comprendre ensemble, soit tu t'en fiches, et tu pars en continuant à être tourmentée par le fait que je suis là, que je suis une Jones. >>


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira F. Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
CONSEILLÈRE EN CHEF
CORRECTRICE

▸ MESSAGES : 1312
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Mer 5 Fév - 9:36

Encore désolée du retard :°


Keira redressa la tête d'un coup. Qu'est-ce que cette fille racontait encore comme débilité ? Sa mère avait parlé à cette ... fille ? C'était impossible. Sacha ne se serait jamais permise de ternir la réputation de leur famille puisque c'était elle-même qui avait appris à la blonde à se comporter de cette manière. Soupirant, la Jones s'abstint de tout commentaire. Cela ne servirait à rien de répliquer à cette Vipère, elle chercherait toujours à avoir le dernier mot, coûte que coûte. La Quatrième Année préféra donc relever la tête d'un air supérieur pour rappeler à Jersey qui était la plus noble d'elles-deux. S'égarant quelque peu dans ses pensées, Keira revint à elle en entendant la voix de Jersey lui expliquer ce qu'était un flash-back & le fait qu'elle n'en avait sûrement jamais eu car sa vie n'était pas assez intéressante à se remémorer. La Ambre & Blanche s'empressa de rappeler quelques petits points à son interlocutrice :


<< En réalité chère Jersey, je n'ai pas besoin de tes " flash-back " pour me rappeler ma vie parfaite au manoir des JONES. Tout est inscrit dans ma mémoire et je n'ai rien oublié, ni les odeurs ni les domestiques. Par contre, s'il y a quelque chose que j’aimerais sortir de ma mémoire, ce serait ta tête en effet ! Mais malheureusement, je ne peux pas. Et pour ton savoir, je ne suis pas venue te voir mais je me suis prise tes cheveux dans la tête. Tu n'avais qu'à t'être écarter de quelques mètres à ce moment-là et nous n'aurions même pas eu à faire semblant de nous apprécier. Penses-y la prochaine fois ! >>


Keira entendit alors Jersey lui proposer deux solutions : soit " comprendre " ; soit s'en aller. La deuxième option paraissait la plus appropriée à la Jones. Elle n'avait plus envie de parler à la Serpentard et cet ultimatum était la façon idéale à Keira de partir sans pour autant gâcher sa fierté personnelle.


<< Et bien puisque c'est proposé si gentiment, je pense que je vais opter pour ta deuxième proposition. Parce que je me fiche royalement de toi & que je sais très bien que tu n'es pas une Jones. Bye bye ! >>


Keira adressa un petit signe de main à Jersey et commença à s'en aller, la bousculant au passage. Puis là, soudain, tout bascula. La Quatrième Année vit une enveloppe tomber de la poche de Jersey. Elle se dépêcha de la rattraper, puis l'ouvrit, son mauvais esprit prenant le dessus sur ces " principes " habituels. Elle ouvra l'enveloppe le sourire aux lèvres, voyant déjà là dedans le moyen de se moquer de la Verte & Argent mais trouva ... une photo. Oh, on dirait moi ! Et y a Sacha là ! Keira s’aperçut alors qu'il s'agissait d'une vieille photo de famille représentant sa chère mère ainsi qu'elle-même - dans les bras d'un homme qu'elle n'avait jamais vu auparavant mais qui pourtant lui ressemblait étrangement - accompagnée d'une bouille presque identique à la sienne mais légèrement plus âgée. C'est quoi ce délire ? La Jones sentit le doute s'emparer d'elle. Non, ce n'était pas possible que Jersey ait raison ! Sa mère n'avait pas pu lui faire ça à elle, sa fille chérie ?! La blonde souhaitait en avoir le cœur net. Toute sa rancœur disparue, elle s'adressa à Jersey :


<< Jersey ... C'est quoi cette photo ? Dis-moi que tu t'es amusée à la modifier. Je t'en supplie ... >>


~ i've turned into someone else ~

© Silver Lungs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Jeu 6 Fév - 3:15

Ciel, mais qu'elle était étrange, cette petite ! C'était quoi...Un cas désespéré ? Elle n'était donc pas capable d'écouter les autres, un peu ? Visiblement non. D'ailleurs, la jeune fille semblait croire que sa vie était parfaite. Elle dit aussi qu'elle aimerait pouvoir oublier ma tête. Woah ! L'insulte ! Félicitations Keira ! Sinon, on étudie, la répartie, en quatrième année maintenant ? Je manquais de rire au reste de sa réponse, qui n'était pas du tout surprenante. Et encore elle, elle, et toujours elle, égale à elle-même. Rien n'était jamais de sa faute, tout était parfait chez elle. Non mais, ce n'était décidément que quelque chose de rêvé, et en tout point restant du domaine du rêve. Je pensais que la jeune fille eût réfléchit un peu plus, mais ce n'était pas le cas. Elle s'était montrée incapable d'émettre l'hypothèse qu'un jour -par miracle, à son sens - j'aurais pu sortir quelque chose de véridique. Mais enfin, on ne changeait personne, et je n'allais certainement pas m'atteler à la tâche de changer Keira. Juste répondre à ses paroles. Ou du moins, essayer de lui expliquer deux/trois choses. S'en suivrait un après-midi tranquille, sans Keira, si jamais les deux filles n'arrivaient pas à s'entendre en fin de compte.
 

<< "Chère" Jersey ? Ce nom me convient parfaitement, "chère" Keira. Mais sache, "chère" Keira, que tu viens de sortir la plus belle absurdité jamais entendue. Comme si on pouvait se souvenir de tout ! Ah, la bonne blague ! >>

J'avais posé une sorte d'ultimatum à la Quatrième Année, qui, à mon sens, répondrait exactement comme prévu. Elle déciderait de s'en aller pour éviter de perdre ton son honneur face à moi, car elle en avait assez que je lui réponde et que j'ose m'opposer à sa façon de penser & de vouloir dicter au monde qu'il fallait faire ses quatre volontés. Celle-ci dit qu'elle s'en allait, ce qui me fit sourire, quasiment rire. Elle s'en allait ! Allelujah ! J'allais ENFIN pouvoir profiter de cet après-midi et oublier que Keira était venue m'embêter. Même si je savais pertinemment qu'il me serait impossible d'oublier ce que m'avait fait vivre l'Equus. J'essayais tant bien que mal de m'ne persuader, avant de répliquer :

<< Mais je t'en prie ! Souviens-toi juste d'une chose : le pire sort, pour quelqu'un, ce serait d'être comme toi. Je compatis. >>

Alors, la jeune fille s'en alla en me bousculant d'une façon des plus puériles. Et je me sentais libérée. Retournant à mes vitrines, je ne remarquai pas qu'une enveloppe était tombée de ma poche lorsque Keira m'avait bousculée. Moi, j'étais concentrée sur les articles à vendre. Alors, la même voix que tout à l'heure revint me harceler. Elle me montra la photo avant de me demander de quoi il s'agissait. Je réalisais alors qu'il s'agissait de l'enveloppe que j'avais reçue ce matin mais que je n'avais pas ouverte. Je la prenais entre mes mains. Il y avait moi, Klaus, et une femme. Ce n'était ni Ambra, ni Androwna. Et à côté, une jeune fille qui me ressemblait et qui avait la même expression que Keira. Je réalisais ce qu'il s'était produit, et articulais.

<< Attends...ça, c'est l'enveloppe que j'ai reçu ce matin. Je ne l'avais pas ouverte, et je ne comptais pas l'ouvrir de suite. Mais attends. Ici, c'est Klaus, mon père, et ici, c'est moi. C'est...c'est qui cette fille qui me ressemble ? Et cette...cette femme ? >>


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira F. Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
CONSEILLÈRE EN CHEF
CORRECTRICE

▸ MESSAGES : 1312
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Jeu 6 Fév - 9:09

Keira fit demi-tour. Elle se fichait de perdre un peu de fierté ou autre désormais. Sa vie était sur le point de changer définitivement. Son univers, tout ceux à quoi elle tenait (et c'était peu) était en train de virer au cauchemar. La Jones se montrait désagréable avec Jersey uniquement parce que de cette manière-là, elle se cachait la réalité et ne souffrait donc pas. En réalité, cette fille était gentille et ne voulait que l'aider. Seulement, Sacha comptait énormément aux yeux de la Quatrième Année, et celle-ci savait qu'elle serait capable d'avaler n'importe quel mensonge de la part de sa chère mère. Mais elle était aussi consciente qu'avec Jersey à ses côtés (et non contre elle), elle pourrait se dresser devant sa mère et lui demander ce que tout cela signifiait. Car oui la blonde venait de comprendre. D'ouvrir les yeux. Elle venait d’arrêter de se cacher derrière une fille qu'elle prenait pour pare-soleil. Il était temps qu'elle soit courageuse comme les Jones de sa lignée & qu'elle affronte son " destin ". Mais pourquoi sa mère avait-elle osé lui cacher cela pendant tout ce temps ? A aucun moment elle n'avait éprouvé de la pitié pour sa fille qui s'accrochait à elle comme à une bouteille d'oxygène ? S'il faut, elle ne l'aimait même pas ... Keira ferma les yeux quelques instants et soupira. Elle devait se calmer et réfléchir posément. Et discuter avec sa " sœur " au lieu de continuer à se comporter comme une gamine envers elle. Keira pouvait faire mieux, elle le savait. La Ambre & Blanche entendit alors Jersey lui dire qu'il s'agissait d'une enveloppe qu'elle avait reçu ce matin & qu'elle ne voulait pas ouvrir. Puis, elle présenta l'homme inconnu aux yeux de Keira comme étant son père, puis elle-même à côté de Keira. Elle demanda alors qui était la fille qui lui ressemblait & qui était la femme à côté. La Equus s'empressa de présenter les dignes Jones à sa désormais officielle sœur :


<< C'est toi sur la photo ? Et c'est ton père ? La femme dont tu parles, c'est Sacha ! Avec quelques années de moins & une couleur " naturelle " de cheveux bien-sûr. Et la fille qui te ressemble, je pense pouvoir t'affirmer sans paraître prétentieuse qu'il s'agit de moi. Je reconnais ma bouille. ;) >>


~ i've turned into someone else ~

© Silver Lungs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Ven 7 Fév - 3:46

C'était à ne plus rien y comprendre. D'un coup, Keira ne semblait plus aussi méchante que ça. Les insultes en moins, elle semblait parfaitement inoffensive. Elle ne me parlait plus avec autant de dédain, et en venait à s'intéresser à une vulgaire photo qui appartenait à ce qui m'était personnel, et elle n'avait même pas à jeter un oeil dessus. Cependant, je me doutais que, si la photo avait attiré son oeil, et non ses moqueries, c'était qu'elle avait quelque chose à voir avec cette simple photo. Je tenais à présent la photo reçue correctement enveloppée le matin, entre mes mains. La photo bougeait, me montrant tenant la main de la fille qui me ressemblait, et souriant. Tiens...J'avais l'air bien jeune. Probablement avant la mort d'Androwna, sinon je n'aurais jamais souri, et j'aurais reconnu les personnes qui étaient avec moi et mon père. Et rien que le fait de penser à elle me rendait mal à l'aise. Je savais que Keira avait une officielle mère, mais moi, je n'en n'avais pas. J'avais des frères & soeurs, un père & une "tante", mais plus de mère. Plus. C'était un simple mot qui choquait toute personne, qui laissait entrevoir un passé douloureux. Nerveusement, je triturai la photo. Par Salazar ! Mais qui...Mais qui m'a envoyé cette photo ? Alors que j'eus présenté à Keira mon père et moi-même, celle-ci me répondit. C'était donc elle ? Mais alors, comment avions nous pu nous connaître ? Alors que je ne me souvenais pas d'elle, à part de notre rencontre à l'infirmerie ? 


<< Euh...ça ne choque que moi qu'on me voit sourire et...te tenir la main ? Pourquoi en t'ais-je pas reconnue si nous nous sommes connues ? En même temps, non étions jeunes. Cela confirme...ce que ta mère m'a dit. Ou tout du moins, elle a connu mon père. Tu...Tu crois que...? >>


A ce moment-même, je me rendais compte que j'avais une question pour Keira. Changer de comportement aussi soudainement...Et puis, étais-ce vraiment elle sur la photo ? J'avais du mal à y croire, quoiqu'il y ait une nette ressemblance. Et Sacha...Mais que s'était-il passé ? J'éprouvais alors un grand besoin de connaître la vérité. De savoir. De comprendre & de réaliser. Mais tout d'abord, il me fallait comprendre une chose, et Keira avait sans doute la réponse. 


<< Sinon...D'un coup, on ne s'insulte plus...Tu trouves ça normal ? Je voulais juste te dire que, même si tu n'es pas ma soeur, je pense que je n'ai pas été très agréable avec toi...>>


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira F. Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
CONSEILLÈRE EN CHEF
CORRECTRICE

▸ MESSAGES : 1312
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Dim 16 Fév - 7:44

HS : Vraiment désolée du retard. éè Je m'en veux. éè


Keira ne pouvait y croire. Ce n'était tout simplement pas possible ! Comment sa mère avait-elle pu lui faire cela à elle, sa fille chérie ? La vie de Keira n'avait donc été que mensonge & hypocrisie? La Ambre & Blanche avait rejeté des dizaines de personnes qui auraient pu devenir ses amies, pour une mère qui n'avait eu aucun scrupule à se jouer d'elle ? En cet instant précis, l'Equus avait juste envie de comprendre ; de voir sa mère assumer & lui dire qu'elle l'aimait quand même, qu'elle n'avait juste pas gâché les quatorze années de la vie de sa fille par pure plaisir personnel. Mais la Jones avait aussi envie de disparaître ... et de se confier ; de pleurer. Mais avec qui ? Elle n'avait aucun ami, personne à qui s'adresser car elle les avait tous rejetés. Mais la blonde était une Jones et cela, personne ne pourrait le lui enlever. Elle décida donc de s'accrocher à la seule chose qui ne l'avait jamais trahi : son nom. Son nom adoré qu'elle était fière d'arborer en permanence. C'était cela sa force, désormais.

Keira revint à l'instant présent et se concentra à nouveau sur la photographie. Aucun doute n'était possible : il s'agissait bien d'elle, ainsi que de sa mère juste derrière elle. Sacha avait l'air amoureuse et moins superficielle. Elle tenait la main de l'homme que Keira n'avait jamais connu. Son père. Celui-là même qui avait élevé Jersey. Oui, elles étaient désormais sœur ! Et bizarrement, la Quatrième Année n'en fut pas aussi choquée qu'elle aurait aimée le faire croire. Elle avait grandi depuis sa rencontre avec Jersey trois ans auparavant à l'Infirmerie. Même si personne ne s'en était rendu compte, elle avait muri. Elle écouta attentivement Jersey lui parler et lui répondit, sur un ton dorénavant calmé :


<< Hum. En effet, c'est bizarre qu'on se tienne la main. Ça montre qu'on était proches. Et bien si j'en crois le seul truc que ma mère a bien voulu me dire sur mon père, il est parti quand j'avais deux ans donc c'est normal qu'on ne se souvienne plus l'une de l'autre. Et puis, ma mère a dû bien me labourer le cerveau à ton sujet. Oui, je pense que c'est désormais clair : nous sommes sœurs. Et je n'ai même plus envie de m'énerver, juste de comprendre. Oui, c'est mieux quand on ne s'insulte plus ! Oui, tu n'as pas été agréable DU TOUT même ... mais moi aussi, alors on est quitte. Alors, tu as l'honneur d'être ma sœur, ça te fait quoi ? A ta place, je serais fière d'être une Jones et tout. Il serait temps que je t'apprenne à utiliser tes privilèges, d'ailleurs. :') >>


~ i've turned into someone else ~

© Silver Lungs.


Dernière édition par Keira F. Jones le Mar 18 Fév - 7:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Lun 17 Fév - 23:17

Un passé qui s'envolait, un poids qui partait durant un dixième de seconde pour revenir, mais au double. Un moment, j'avais vu le poids du mensonge de mon père s'envoler, avant de me souvenir de Keira & de sa mère, de mes nuits en tant qu'insomniaque, et de mes cauchemars. Pendant ma troisième année, je n'avais guère pensé à toute cette histoire et m'étais concentrée sur mes cours en Culture Moldue et mes articles. C'était vers la fin de la quatrième année, où j'avais rencontré Sewell que j'avais replongé dans cette histoire. Il restait une chose à éclaircir : qui m'avait envoyé cette photo ? Cette personne savait-elle depuis le début quelle était la réalité ? Dans le château, tout le monde semblait se douter, voir même être sur que moi & Keira avions un lien de parenté, mais personne ne venait vraiment m'en parler. En fait, peu de gens m'embêtaient. Je n'avais jamais écouté personne, et ne m'étais que défendue face aux Equus. Pourquoi venait-on m'embêter avec ma famille alors que tout allait bien ? Pourquoi venait-on me gâcher la vie ? J'écoutais Keira, avant de sourire. Elle était sur la même longueur d'ondes que moi. Jamais cela ne s'était produit. Elle reconnu que sa mère ne lui avait jamais vraiment parler de nous, et elle avait l'air déçue. Et bien entendu, j'avais "l'honneur" d'être sa soeur. Je souriais une fois de plus, Keira était un véritable numéro. Elle était bien trop amusante pour que j'arrive à l'embêter encore.  

<< Je ne te cache pas que mon père ne m'a jamais parlé de vous non plus. En fait, depuis la mort de ma mère, Androwna, enfin ma fausse-mère, il est surtout resté avec Ambra. Tu sais, l'ancienne professeur en Sortilèges ! Donc on n'a jamais vraiment parlé...L'honneur d'être ta sœur ? Mais je suis une Jones depuis le début, et je n'en ai jamais douté. C'est pour toi que cela doit changer, de savoir que je suis une Jones alors que tu en as tant douté ! Personnellement, je trouve ça assez drôle que nous soyons sœurs et que pourtant, nous soyons si différentes, et pourtant préfètes dans deux maisons différentes. >>

Alors, je regardais l'enveloppe. Dessus, il était écrit "A l'intention de Mlle Jersey Victoria Jones, cinquième année, Serpentard". Aucun nom ne figurait nulle part, je n'avais pas la moindre idée de qui avait pu vouloir me mettre au courant de manière aussi étrange. Qui avait pu être assez intéressé par moi pour être en possession de cette photo ? Et pourquoi me l'avoir envoyée maintenant ? Je décidai alors de regarder dans l'enveloppe. Peut-être y trouverais-je une autre photographie, ou alors un mot m'expliquant tout ? Je regardais Keira, qui ne semblait pas aussi choquée que ça. C'était beaucoup plus pratique. Car avoir une quatrième année surexcitée près de moi ne m'aurait pas aidée. Au contraire. Alors, je retrouvais un mot, plié en huit tout au fond de l'enveloppe. Je l'ouvris, mais aucun nom. Juste quelques lignes écrites, que je lus à haute voix.

<< Tiens, il y a un mot : "Chère Miss Jones, je me permets de vous écrire de manière anonyme pour vous faire part de cette photographie. J'espère qu'elle réveillera en vous la clé de mensonges cachés depuis trop longtemps, quinze ans de votre existence en ont fait les frais. Vous reconnaître certainement votre doux visage d'enfant et votre père. Je ne puis me permettre de vous donner plus d'indications, mais en réfléchissant à vos rencontres, aux précédents événements, vous trouverez la clé du mystère, et enfin pourrez faire payer à tous ceux qui le méritent. Une autre personne, ayant sensiblement votre âge, est victime de ce mensonge, et étant en possession de cette photo, il était de mon devoir de vous la transmettre, peu après votre quinzième anniversaire."...>>


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira F. Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
CONSEILLÈRE EN CHEF
CORRECTRICE

▸ MESSAGES : 1312
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Dim 23 Fév - 8:52

HS : Désolée du retard éè


Keira se surprenait elle-même. Elle était calme - pour une fois - et elle ne comprenant pas vraiment elle-même pourquoi elle ne s’agaçait pas comme à son habitude. Elle venait d'apprendre " officiellement " qu'elle avait une sœur & un père caché et cela ne lui faisait quasiment aucun effet. Au fond, tout cela n'était que ce dont elle rêvait depuis sa plus tendre enfance mais qu'elle n'avait jamais avoué à personne. Elle rêvait de liberté, de pouvoir ressentir un jour la sensation où tout lui échapperait, où son futur lui échapperait et elle se surprenait désormais à aimer cela. A aimer de ne plus être " seule ". Cette fille qui était désormais sa sœur serait obligée de l'aimer un jour. Et elle deviendrait alors la première personne à supporter la Quatrième Année plus de dix minutes d'affilée. Keira laissa échapper un petit sourire en coin à la vue de Jersey trifouillant dans l'enveloppe. Oui, cette fille était adorable au fond ! Et malgré son mauvais caractère permanent, la Ambre & Blanche était obligée de lui reconnaître cela.

Se replongeant à nouveau dans la réalité, la Jones entendit alors Jersey lui lire le petit bout de papier froissé qu'elle venait d'extraire de l'enveloppe. Keira se crut un instant dans une de ses séries moldues préférées qu'elle avait regardées l'été dernier. Elle ne se souvenait plus du titre exact, juste que la série racontait l'histoire de quatre amis qui cherchaient l'identité d'un dénommée " A ". La lettre anonyme la replongea dans son canapé luxueux du manoir des Jones. Ce manoir lui manquait terriblement ! LA blonde cligna des yeux et répondit à " l'autre " Jones, cherchant elle aussi l'identité de ce soi-disant " délivreur " :


<< Hum. Je ne sais absolument pas quoi te dire. Soit cette personne se fiche de nous, soit elle a le sentiment qu'elle doit nous " aider ". Oui, tu as raison ! Nous appartenons à deux maisons différentes & tout nous oppose et pourtant ... Qui aurait parié que nous avons un lien de parenté, en faisant abstraction de  notre physique ? Personne. Sinon, je n'ai jamais douté que tu étais une Jones, voyons ! Maintenant que tu l'es " pour de vrai ", cela change tout ! >>


~ i've turned into someone else ~

© Silver Lungs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Mer 5 Mar - 9:16

Bizarre. Trop bizarre. Je n'étais plus capable d'exprimer la moindre chose tant j'avais de doutes. Après tout, la dernière fois que je m'étais calmée avec Keira, trois jours plus tard, nous nous détestions encore plus que lors de notre rencontre. Alors après ma brève lecture, je ne disais rien. Je regardais juste Keira, dans l'espoir de trouver quelque chose dans ses yeux. mais rien. Juste la - magnifique - couleur de ses yeux. Pour la première fois de ma vie, j'espérais avoir une vision. Une vraie. Comme tous les Troisième-Oeil en avaient. Elle cherchaient ce semblant d'électrocution, le frisson, de noir et de peur, d'adrénaline qui lui délivrerait alors un des secrets de la vie auxquels j'avais accès. Je cherchais la douleur, mais des réponses. Peut importait. Je pouvais me retrouver pendant un mois à l'infirmerie, pourvu d'avoir des réponses. Ces réponses je pouvais la avoir. Mais je ne savais pas si j'y arriverai un jour. Alors je continuais de regarder Keira. peut-être qu'elle serait déstabilisée par mon regard perçant, ou alors qu'elle plongerait ses yeux dans les miens, cherchant elle aussi quelque chose de précis. Peut-être le signe, que, malgré tout, moi j'étais capable de l'apprécier, et non parce qu'elle me ressemblait, ce qui n'était pas le cas. Keira avait son caractère - un caractère très "Je suis Jones alors chut". Mais au fond, je m'en fichais éperdument, tout comme je me fichais de l'ordre des rayures des zèbres. Blanc à rayures noires ? Ou noir à rayures blanches ? 


Et pour la première fois de ma vie, Keira sembla d'accord avec moi. Comme quoi, maintenant j'étais une vraie Jones, ce qui me fit doucement sourire. Sourire qui disparut aussitôt quand je pensais : Sacha et j'en eus presque envie de pleurer. Mes yeux étaient toujours rivés sur ceux de Keira. J'étais cependant revenue à la réalité. Qu'allions nous faire ? Et comment ? Comment Keira allait-elle agir à présent, maintenant qu'elle savait qu'elle était ma soeur? Allions-nous nous entendre? La réalité était trop dure à concevoir et à accepter. Je ne la regardais pas en face, car la seule personne que je regardais depuis quelques minutes, c'était Keira. Aucune vision. Le moment juste pour prendre la parole, cependant :

<< Mais...Et Sacha? Qu'allons-nous faire alors? >>


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira F. Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
CONSEILLÈRE EN CHEF
CORRECTRICE

▸ MESSAGES : 1312
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Mer 5 Mar - 9:36

Keira fixait cette lettre comme si sa vie allait dépendre du moment où elle tournerait la tête pour regarder ailleurs. Ce qui était totalement débile en soi mais c'était sa manière à elle de s'accrocher, de vivre malgré le fait qu'elle n'avait quasiment aucun ami. La Jones aimait se créer des jeux, des sortes de défis. Celui qu'elle était en train de réaliser était celui de ne pas détourner le regard du bout de papier que tenait Jersey à la main. De l’extérieur, la blonde devait paraître stupide mais elle s'en fichait. Tant que le ridicule ne tuait pas, elle pouvait faire n'importe quoi, ça lui était bien égal. Qui étaient les gens pour la critiquer ou même la juger ? S'ils n'étaient pas des Jones, leur avis comptait peu pour la jeune fille. La Quatrième Année releva sans le souhaiter les yeux quand elle sentit le regard perçant de sa " sœur " sur elle. Elle abandonna alors son petit défi et guida ses yeux jusqu'à ceux de la Serpentard. Mais ce regard l’électrifia alors elle détourna la tête. Elle ne pouvait supporter ce genre de regard pour l'instant. Keira n'avait pas réagi mal mais ce n'était pas pour autant qu'elle appréciait tout ce qui se déroulait sous ces yeux. Même son propre changement de comportement envers Jersey lui faisait peur.

Keira entendit Jersey lui parler de Sacha ; lui demander ce qu'elles allaient faire. L'image de sa mère en fureur apparut à l'esprit de la Jones et elle chassa cette pensée d'un mouvement de tête. Elle ne souhaitait pas en parler à sa mère mais elle voulait tout de même obtenir des réponses concrètes. Quatorze années de sa vie avaient été cachées à cause des mensonges de sa mère. Keira savait qu'elle aurai pu être une fille différente, qu'elle aurait pu être la fille toujours entourée de dix milles filles et garçons autour d'elle. Elle avait juste été la fille qu'on trouvait jolie mais qu'on ne se risquait rarement à approcher. Mais à Poudlard, c'était différent. La Ambre & Blanche avait senti dès son arrivée que sa vie allait changer ... et elle ne s'était pas trompée :


<< Et bien ... Je pense que l'on va devoir aller lui parler. Il est temps que nous sachions la vérité ! Elle m'a assez menti comme ça depuis quatorze ans. Je propose qu'on la prenne par surprise un jour où elle sort du château et on l'oblige à nous répondre ? Par exemple en lui kidnappant un de ses escarpins ? Quoique non, ça sera pire ... Ou alors, tu vas lui parler & je te regarde de derrière un arbre ? >>


~ i've turned into someone else ~

© Silver Lungs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jersey Jones
avatar
▸ GRADE(S) :
DIRECTRICE DE MAISON
PROFESSEUR
CONSEILLÈRE
VEILLEUSE

▸ MESSAGES : 1926
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   Ven 21 Mar - 23:40

Désolée du retard xD Je clôture le rp'. <33

Je ne saisissais pas vraiment ce qui se passait. Qui était réellement Sacha ? Pourquoi je n'avais jamais jamais connue comme sa mère ? Pourquoi tout cela ? Cette journée qui avait si bien commencé. Et se déroulait si étrangement. Une lettre dans les mains et ça y est, Keira était devenue une autre personne. Je décidais de profiter de ce nouveau visage pour discuter avec elle. Je ne comprenais plus  bien ce qui se passait. Pourquoi toute ma vie était-elle remise en question face à Keira ? Peut-être que nous étions simplement faites pour nous comprendre, malgré la différence. Peut-être que nous allions surmonter le mensonge ensemble. Mais je préférais ne pas m'emballer trop vite. J'étais encore trop perturbée par la photo...Par tout. J'écoutais alors la réponse de la jeune fille. Le début était intelligent, la fin me fit froncer les sourcils. On pouvait constater l'ampleur des dégâts. Keira devait encore avoir "peur" de sa mère car elle était construite à son image. Elle vivait comme Sacha, était préfète de la maison dirigée par sa mère, j'avais conscience que cela n'allait pas être facile, Keira allait avoir du mal, aussi je ne lui reprochai pas de penser comme cela. Mais il fallait qu'elle y mette du sien si elle voulait qu'on puisse y arriver.

<< Keira. Cela risque de te faire bizarre, mais tu vas devoir m'écouter. Samedi prochain, on ira voir Sacha. Je t'enverrai un hibou pour te dire où. Et là, on lui parlera et on saura la vérité. Pour cela, tu lui feras croire que tu veux lui parler de tes derniers exploits, et tu la feras venir à l'endroit voulu. Je vous rejoindrai, et pas question de flancher. Je sais que ce sera dur pour toi car tu as vécu avec ta mère, comme ta mère. Mais aujourd'hui, il va falloir faire un effort. >>

J'étais bien déterminée à tout comprendre. Mais discussion précédente avec Sacha me remonta à l'esprit, et je commençais à croire qu'elle ne m'avait pas menti. Je frissonnais, avant de de regarder ma montre. Oh non...j'avais oublié mon rendez-vous avec Aurélie concernant certaines affaires secrètes...Bon. J'allais y aller. Tant pis. Regardant Keira, l'air navré, je dis :

<< Keira je...je dois y aller. Je t'envoie un hibou dès ce soir. Au revoir. >>


   

Look how they shine for you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les ruelles du Chemin de Traverse   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les ruelles du Chemin de Traverse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Explore le chemin de traverse
» Les boutiques du Chemin de Traverse
» Event N°1 • Foule au chemin de traverse
» [Objets] Sur le chemin de traverse
» [Chemin de Traverse] Les foudres de Zeus (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epic Hogwarts :: ϟ ROLE PLAYING GAME ϟ :: RPG DE DÉTENTE-